bannière française 2015
RevenirPage12AccueilEnglishInfoRemplissageAller à
20 avril 2017 (0184)
L'Âme ou l'Ha 

Un proverbe bantu dit : "Mon ami n'est pas mort, puisque je suis vivant," et je peux dire similairement : "Mes ancêtres, mes frères et sœurs humains ne sont pas morts, puisque je fais pénitence pour avoir une âme, pour être fait un Dieu (Rév d'Arès 2/13) et, si je ranime mon âme = mon image et ressemblance du Créateur, je les sauverai, je sauverai le monde (28/7)."
Les rationalistes nomment indifféremment l'intellect âme ou esprit, pour eux une seule et même fonction cérébrale.
L'esprit certes participe de l'intellect ; il est un invisible outil de la chair comme l'onde électromagnétique est un invisible outil de la radio, mais l'âme, elle, participe de la Vie absolue (Rév d'Arès 24/5), dont elle est prémisse dès ce monde.

L'âme herbe de l'Univers
Comme l'herbe dans la nature terrestre
mon âme est une herbe de l'infinie prairie
de l'univers, de la Vie, du Tout.

Il se trouve qu'en ce moment je fais mortification (Rév d'Arès 33/34) pour trois défunts récents : mon neveu Philippe, notre sœur Andrée Le S., notre sœur Chantal B., mais d'autres nous rejoignent en nombre la nuit, quand je prie avec eux, car l'espace compte infiniment plus de désincarnés que d'incarnés, et encore ! je ne compte pas les anges. Je ne vois ni ne sens les âmes, qui sont dans l'apesanteur, immensurables, intangibles, invi­sibles, inau­dibles, abstraites. Énergies ? Consciences ? Pures qualités ? Probablement les trois. Aussi mysté­rieuses, vraies et présentes que le Tout Autre, que la vie, assurément. Comme Lui, comme elle, elles sont partout, là-bas à l'infini ou dans mon cœur. Autrement dit je ne sais presque rien sur elles.

Dans l'humain, aussi longtemps que son cœur bat, l'âme existe chez celui ou celle qui se l'est donnée (Rév d'Arès 17/3) comme existe l'art chez l'artiste. En le croisant dans la rue, vous ne distinguez pas plus l'homme clair et blanc (xvii/12) qui a une âme que l'artiste qui a l'art. Cependant, l'âme naît toujours du Bien qui divinise et éternise la créature, tandis qu'une œuvre artistique naît de l'esprit, même géniale elle est au mieux heureuse et parfois même génère le mal. Le Bien n'est pas nécessai­rement le but que poursuit l'esprit. C'est d'oublier cette distinction fondamentale que vient la confusion entre l'âme et l'esprit.
Il faut des âmes pour faire la Vie comme il faut des artistes au travail pour faire l'Art.
L'âme
, aussi invisible mais aussi réelle que la force ou la gravitation, résulte du travail du Bien ou le Bien accompli.

Il est, parmi d'autres, un point particulièrement remar­quable par lequel La Révélation d'Arès nous éloigne de la religion et nous renvoie à la vie spirituelle génétique, qui nous fait seulement et suffisamment reprocéder de la Vie. Ce point est l'âme, mais il faut la vouloir, la faire naître et la développer ; le travail sur soi qui crée l'âme a pour nom pénitence dans La Révélation d'Arès.
Comme le sait tout Pèlerin d'Arès et comme le présume tout épi mûr ou Pèlerin d'Arès potentiel, être pénitent est vivre en aimant, en pardonnant, en faisant la paix, en raisonnant avec intelligence spirituelle et libre de toute peur et de tout préjugé.

Être pénitent, c'est se créer une âme et par là non seulement trouver le salut à sa mort, mais aussi redevenir co-créateur avec le Créateur. Oui, nous pouvons changer le monde (Rév d'Arès 28/7).

Jésus appelle l'âme l'âme en 1974. Le Père l'appelle l'ha en 1977. Le h de ha n'est pas prononcé ; je l'ai ajouté pour éviter au lecteur de confondre ha avec a (troisième personne du présent d'avoir) ou avec à (préposition).
Mon âme sera, à ma mort, la voile grâce à quoi je rejoindrai la Flotte Céleste (Rév d'Arès 17/4). Si je n'ai pas été un homme de Bien ou pénitent et si, de ce fait, je n'ai pas d'âme, je ne serai qu'un spectre errant par les ténèbres glacées, plus malheureux que les vers aveugles et nus dans les profondeurs des nécropoles (Rév d'Arès 16/15, 4/7), c.-à-d. rien qu'un corps pourrissant au cimetière. Mais si j'ai une âme, elle survivra et je deviendrai une parcelle des universelles Sainteté, Puissance et Lumière (Rév d'Arès 12/4), un élément de la Force Créatrice.

Qu'est la substance de l'âme ? Je ne le sais pas plus que je ne sais de quelle substance est fait Dieu. Mais aussi vrai que Dieu existe, elle existe.  Mon âme est ma réciprocité dans le Bien comme je suis la réciprocité du Créateur dans le mondeGenèse 1/26-27 dit que je suis l'image et ressem­blance du Créateur.
Le peu que je sais de mon âme je le sais seulement par La Révélation d'Arès : Mon âme n'est pas née du ventre de ma mère (Rév d'Arès 17/3) ; elle est le produit du Bien que j'accomplis (31/6) par la pénitence (30/11).
La Bible n'a pas de mot pour âme. On traduit par âme l'hébreu nefeš (= gorge), qui en fait désigne le souffle, la force vitale, la vie (de l'homme ou de l'animal), l'être vivant, parfois même la personne. Lié au pronom personnel nefeš signifie je, tu, il, etc. Nefeš est un élément vital, mais non un élément immortel. Dans l'Évangile nefeš est traduit par le grec ψυχή (psyché) soit avec le sens de vie biologique, soit le sens de vie survivant à la mort pouvant être récompensée ou punie. Le concept d'âme immortelle est très fruste dans la Bible.
Le Coran de son côté parle de trois sortes d'âme : L'âme instigatrice du mal (ammâra), l'âme qui ne cesse de se faire des reproches (lawwâma), l'âme apaisée et retournée à Dieu, satisfaite et agrée (Mutma'inna, Sourate "L'Aube" 89/27-28). On s'approche du sens qu'a l'âme ou l'ha dans La Révélation d'Arès, mais on n'y est pas encore.
Je passe sur les sens dans d'autres religions, notamment en Extrême Orient.

Et voilà ! j'ai dit tout ce que je sais de l'âme. C'est peu, mais c'est sûre vérité parce que je le tiens du Père. Tel n'est pas le cas des livres qui parlent de l'âme. Je viens de lire "De l'âme" de François Cheng. J'ai pris grand plaisir à ce livre, si bien écrit. Mais que m'a-t-il appris de neuf ? Rien. Il dit, avec une très talentueuse culture, ce qu'ont dit de l'âme les penseurs depuis l'antiquité : Leozi (Lao Tseu), le Tao, Bouddha Shakamyuni, Platon, Aristote, Maïmonide, Pascal, les religions, Simone Weil parmi beaucoup d'autres. J'ai pu constater, comme je l'avais déjà constaté, qu'aucun penseur ni aucune religion n'a vu l'âme comme un produit du Bien accompli par l'humain qui la possède. Seule La Révélation d'Arès rappelle cette notion fondamentale.
Le monde entier a fini par oublier ce qu'est l'âme, une entité qu'ajoute, consciemment ou inconsciemment, l'homme qui cesse de pécher (Rév d'Arès 30/11) à ses entités natives que sont la chair et l'esprit. Ainsi l'homme partiel devient-il entier (chair, esprit et âme 17/7).
Il est à noter que même les mécréants sont hantés par les tourments d'un remords. Chaque jour les journaux disent que les athées eux-mêmes ressassent les abominations passées de l'espèce humaine : guerres, persécutions, esclavage, colonialisme, impérialisme, fascisme, communisme, injustice, exploitation de l'homme par l'homme, destruction de la nature, terrorisme. Ils voient clairement, parallèlement aux bienfaits, une continuité d'horreurs. Les mécréants entretiennent autant leur propre remords que les procédures d'urgence contre le mal quand il vient d'ailleurs comme jadis les gardiens du feu gardaient le feu qui pouvait aussi bien cuire les aliments et chauffer la maison que causer des désastres incendiaires. Pourquoi les mécréants oublient-ils le très simple fait qu'il suffirait d'éduquer spécifiquement les enfants contre le mal pour recréer le monde dans l'amour, la paix, la liberté, l'intelligence du cœur, autrement dit, pour faire renaître beaucoup d'âmes ? Pourquoi oublient-ils que, si les hommes ont enfanté des barbares, des monstres et, pour finir, des spectres errant par les ténèbres glacées (Rév d'Arès 16/15), ils ont aussi gardé au fond d'eux les moyens de changer la vie en félicité ?
Il est étrange que nous vivions aujourd'hui une situation de repentir à sens unique, celui exigé par le camp rationaliste, le camp de ceux qui se drapent dans la raison pour mieux nous accuser d'être des illuminés, des rêveurs, nous qui poursuivons le même but qu'eux : vaincre le Mal, seulement par d'autres moyens, non par des lois mais par l'effort personnel d'être bon, autrement dit par l'âme que chacun et chacune se crée par la pénitence ? De ce fait, l'âme n'est pas le moindre enjeu d'une tragique contradiction. Les mécréants rient parce que l'âme n'est pas visible sous le microscope? Mais l'esprit, le remords, le mensonge ou l'amour l'est-il ? Non. Le remords (Rév d'Arès 8/5), par exemple, n'est rien d'autre que le triomphe de l'esprit de reddition face à l'Histoire que les mécrants croient fatale. Nous, nous leur crions : Non ! Fatale l'Histoire ne l'est pas, il faut la vaincre et repartir d'un autre mode d'existence. Les Pèlerins d'Arès et avec eux tous les hommes de bien, les hommes du temps qui vient (30/13) ne sont pas des repentants, ce sont des pénitents, des humains avec une âme, la meilleure arme contre le mal et la mort.

Le Bien peut triompher du Mal et c'est dans l'âme ou l'ha qu'il trouve sa Puissance. Quand sont combinés la Parole accomplie (Rév d'Arès 35/6) — que règne sur nous Ta Sainteté ! (12/4) — et la Volonté de pénitencepour que nous fassions Ta Volonté (12/4) —, l'âme ou l'ha naît, s'ajoute à la force qui se constitue pour former un jour la myriade d'âmes ou has qui enverront la Bête du Mal agoniser derrière l'horizon (22/14). La religion n'a rien à voir à cela. Vivez selon le Sermon sur la Montagne, qui ne fonde aucune religion, et vous réveillerez un volcan (L/6) de Bien triomphant. Éden n'est pas un Jardin (xxviii/21) de terre, d'arbres de bois, de fleurs de chair, mais la Vie qui conquerra l'Univers, l'épanouissement du Tout heureux.

Que voit-on en l'homme moderne ? Généralement l'animal pensant initial, celui qui couchait sur l'ombre (Rév d'Arès vii/2). Mais gardons à l'esprit qu'il est fils d'Adam, la progéniture d'une race (25/4, xii/5) déifiée par la Création. Par quoi le Créateur changea-t-Il cet animal en lampe (Matthieu 5/15, 6/22) capable de d'émettre Sa Lumière (12/4), d'être Son Image et Ressemblance (Genèse 1/26) ? Par l'âme pardi ! L'âme est Dieu en l'homme. Dieu nous demande de ranimer l'âme en nous, parce que nous détenons une part de Lui-même, parce qu'en nous reconstituant, nous partageons avec Lui la Vie qu'Il nous a prodiguée, qui n'est plus aujourd'hui que vie dans une chair mortelle, rien que l'ombre portée de la Vie. Alors, un Bonheur infini s'ensuit, le Bonheur du Père et le nôtre, qui ne font qu'Un (xxiv/1). La Veillée 17 de La Révélation d'Arès est, sur ce point, radicale. L'homme en masse est blé vide (xxvi/8). Les bons blés (xx/19) sont devenus rares, ce sont les épis mûrs, ceux capable d'avoir une âme. Mais une âme est plus forte que mille esprits et chairs sans âmes. Notre mission s'évertue à trouver ces pénitents qui sauveront le monde.

copyright 2017

Commentaires publiés   (8)     Ajouter un commentaire
23 mars 2017 (0183)
Certitude de l'incertitude

La Révélation d'Arès ne fonde pas de religion ; elle demande à l'humain de se penser autrement.
Homme, pense-toi autrement que comme sujet des princes du culte religieux, du culte politique, du culte financier.
Fuis ces dominateurs et spoliateurs (27/9) par la pénitence (change ta vie !) (30/11). Tu peux gravir les Hauteurs du Bien par de nombreux sentiers (25/4-5), entre lesquels tu es libre (10/10) de choisir le tien.
Voilà bien qui te donnerait, à toi qui attends toujours des lois précises et des directives détaillées, une impression d'incertitude !
Mais tout ce qui est formaliste, détaillé, situationnel dans l'Écriture n'est que parole ou livre d'homme (16/12, 35/12), aliéniant, réducteur, contraire à l'amour et à sa miséricorde.
Homme, aie la certitude de l'incertitude ! L'incertitude te laisse un large espace de liberté, elle est un libérateur fort, elle est le grand propulseur vers l'heureux changement du monde (28/7).
Sept milliards d'humains déjà ! Il faut changer de civilisation.

Jésus de Nazareth
Jésus le libérateur voit comme
impossible de changer de vie (30/11)
sans grande latitude ou incertitude
à l'égard de la religion

Le 18 mars le peloton des jeunes missionnaires de Bordeaux a fait cercle autour de moi à "L'Eau Forte", rue Monbazon. Nous parlons de points d'apostolat, quand entre, venant de la rue, un scandalisé* (Rév d'Arès 28/3-4). Je l'invite à s'asseoir parmi nous. Aussitôt il me fustige. J'écoute avec une attention fraternelle cet objecteur, en qui je vois le Français railleur et aporétique que rencontre la mission dans la rue tous les jours. Sorte de Candide à l'envers, après son débit de sarcasmes, que nous lui pardonnons sans hésiter, il nous donne l'occasion d'aborder des points de La Révélation d'Arès dont on parle rarement, notamment celui de l'incertitude comme socle de la Parole d'Arès. À un certain moment, un des jeunes frères demande en substance : "Faut-il exécuter à la lettre La Révélation d'Arès ?"
Je réponds : "N'avez-vous pas remarqué que La Révélation d'Arès ne précise rien qu'il faille exécuter à la lettre ? On n'y trouve pas ce que la Bible appelle lois — les Dix Paroles (décalogue), la Thora —. La Parole d'Arès fait apparaître aussi soudainement que clairement que ces lois ne sont qu'initia­tives humaines  (Rév d'Arès 16/12,35/12). La Révélation d'Arès, pure Parole du Créateur, indique seulement une direction : Il faut principalement changer sa vie, faire pénitence (31/11) et accessoirement faire mortification pour les défunts (33/34), prier sur les époux (33/22). Mais comment ?  Elle ne le dit pas. Elle demande au prophète d'en décider avec mesure (12/1)."
J'ajoute : "C'est un des problèmes difficiles sur lesquels j'ai buté pendant les mois qui suivirent les apparitions de Jésus. J'ai finalement décidé que j'en resterais à l'enseignement de Jésus, puisque c'était Jésus que le Père m'avait envoyé. Ainsi ai-je commencé à recommander de faire du Sermon sur la Montagne la base de la pénitence. Mais incertitude = latitude. L'incertitude dans quoi la Parole d'Arès a voulu baigner ses auditeurs pare ses indications d'une indubitable souplesse. Si vous, mon frère, étiez bouddhiste avant de devenir Pèlerin d'Arès, vous pourriez adapter dans votre pénitence les sutras du Bouddha. Le Père nous sort des religions, Il relativise la façon de prier, n'impose de sentier à personne pour atteindre le Bien, parle de sentiers au pluriel (Rév d'Arès 25/5-6). Il fait de nous des croyants libres (10/10)."
La foi n'est pas repliement sur soi ou intériorisation du Créateur comme les mystiques, parmi d'autres, le pensent. La foi est au contraire un déploiement de la pensée d'espérance, fondée sur le Bien, étalée (xLii/13) sur l'immense surface de liberté spirituelle qu'ouvre devant nous La Révélation d'Arès (10/10). Ce n'est pas quelques chose d'aisé à expliquer aux gens du dehors, qui culturellement voient la foi comme dogmes et règles, jamais comme activité libre. Le Pèlerin d'Arès se pense tout autrement, il a compris que Dieu — l'Indescriptible qui décrit si peu — vient s'intégrer à lui ; l'image et ressemblance (Genèse 1/26) se reforme en lui ; il retourne au Tout, à la Vie (24/5) qui va de Dieu à lui.

Ce que le monde appelle l'Ordre, que réclament tant d'humains, n'est qu'un leurre : Le monde est guerres, rivalités, querelles,
conflits d'intérêts, etc. Le monde ordonné ne sera pas le monde d'ordre, mais le monde d'Amour.

Là, nous tendons à un tout autre mode de penser la relation de la créature au Créateur. Le pénitent tend vers l'Être Unique : Sois Un dans toi ! (Rév d'Arès xxiv/1). Le Pèlerin d'Arès se réclame d'un déploiement de soi en Dieu.  C'est ce que disait le rishi Sandilyia : "Au fond de moi je suis l'Être universel," qui ainsi dépassait l'hindouisme, atteignait la Vérité universelle retrouvée dans La Révélation d'Arès et toute Parole d'ordre supérieur. L'Être universel ne peut être qu'un Être d'amour.
Différent du Christ de Jean l'Évangéliste, qui n'est que le Verbe fait chair (Jean 1/14), le Christ de Maître Eckart, lui, est éternellement engendré dans l'âme et nous rapproche du Souffle de La Révélation d'Arès, Parole en relation directe à tout humain qui s'en pénètre. Le Christianisme des théologiens fit de Jésus Dieu incarné, mais en fait ce sont l'amour, le pardon, le fait de s'interdire de juger (Matthieu 7/1, Rév d'Arès 36/16) qui font de chaque pénitent Dieu incarné, un Christ, qui qu'il soit. Tout pénitent est Moi né de Jésus né de Marie (la phase maternelle du Créateur, 32/2). Lamennais dans son "Essai sur l'Indifférence" rappelle qu'en sanskrit, notre langue-mère, dont l'étude est fondamentale dans le cadre de la linguistique comparée, "l'Être Suprême, Dieu, a divers noms Swayambu, Swayambuva, Vishna-Karma (le Grand Ouvrier), Pradshapati (Seigneur de la Création)," lequel un jour reçoit Indra (roi des dieux) qui vient apprendre le Soi. Indra est renvoyé deux fois comme cancre puis apprend enfin que "le Soi est un sommeil profond et sans rêve, le Soi est ainsi l'Être immortel, universel." Indra dit : "Mais alors, ô Pradshapati, aucun humain n'est capable de dire de Soi : C'est moi !" Pradshapati lui répond : "C'est cela." Voilà pourquoi notre chair aveuglée par le péché ne voit pas Dieu, ne peut faire l'expérience du Tout et tombe soit dans la religion, soit dans l'incroyance. Voilà pourquoi la seule certitude que nous ayons d'en sortir repose seulement sur l'incertitude d'avoir une âme. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende (Matthieu 13/9).
Mais Pradshapati, Indra, Bouddha, ne sont que des noms et des entités présentant sous un jour non biblique des réalités communes à tous les humains de la Terre. Nous n'enseignons ni l'hindouisme, ni le bouddhisme, ni aucune des innombrables religions, mais seulement la simplicité de l'amour, du pardon, de la paix, de l'intelligence spirituelle, de la liberté absolue, bref, de la pénitence. Autrement dit, nous nous pensons tout autrement.

* Scandalisé : Certains m'ont reproché de ne pas traduire en anglais scandalisé par scandalized man, mais l'anglais n'a pas de mot pour traduire scandale au sens qu'a ce mot dans les Évangiles. À preuve, "The American Bible" de Catholic World Press traduit scandale par sin (péché), "The New American Standard Bible" de Tyndale House Publishers le traduit par obstacle, "The Jerusalem Bible" de Darton, Longman & Todd le traduit par stumblig block (pierre d'achoppement). Dans l'édition 1995 de The Revelation of Arès j'ai traduit scandalisé par une périphrase : the man whom the mighty and merchants, princes and priests, have led to lose faith and righteousness (l'homme à qui puissants et marchants, princes et prêtres, ont fait perdre foi et droiture).

copyright 2017

Commentaires publiés   (98)   Ajouter un commentaire
22 février 2017 (0182)
Sein d'Abraham

En 1974 le Messager du Père, Jésus, me proposa un destin. Je l'acceptai sans passion alors.
Q
uarante-trois ans après je l'accomplis (Rév d'Arès 35/6) avec Feu (xLi/3-10). Je vieillis, mais chaque jour le Père souffle plus fort sur mon Feu.
Mon crépuscule commence, mais chaque jour plus ardent est le brasier de foi et d'espérance que je suis devenu.
Mon crépuscule sera-t-il court ou long ? Qu'importe ! Un jour mon cœur s'arrêtera de battre et mon âme prendra le relais et étirera vers l'infini le fil d'Or de la Parole que Dieu m'a donnée, que mes frères et sœurs amarreront chaque jour de plus en plus solidement à la Terre tandis que, prophète, je l'étirerai jusqu'aux confins des étoiles où, déjà, le Père me fit courir (Rév d'Arès vi/1-4).

Sein d'Abraham
Le sein d'Abraham (Musée Unterlinden, Colmar)

J'irai dans le sein d’Abraham. Sa paternité universelle est dans l’écartement éternel de ses bras. Son giron contient l'Univers sans limites où volent les âmes. Quand le Docteur House, mécréant absolu d'une série télé, dit que "de l'autre côté il n'y a rien", il ignore à quel point il dit vrai : L'au-delà est tellement inimaginable qu'on ne sait rien, en effet, parce qu'il n'existe pas de langage pour le décrire.
Le rien est le Tout.
La mort n'existe pas. Pourquoi aurais-je peur de la mort ?
Je ne suis qu'un chaînon de vie de la chaîne sans fin de la Vie (Rév d'Arès 24/5). Avant moi une longue ascendance ; après moi une longue descendance. Nul besoin de me réincarner, puisque la Vie ne cesse pas. Ce qui va cesser c'est juste ma vie petite, ma vie de sang, d'insignifiante durée, qui n'est qu'une minuscule maille de l'infiniment Étalé : Yahwé, Dieu, Père, Allah, Brahma, Mazda, le Grand Esprit, Celui à qui l'on a donné une foule de noms, parce qu'Il n'a pas de Nom. Il est la Vie.
"Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme," énonça Lavoisier, qui ne pensait pas ainsi citer le Créateur Lui-même.
C'est parce que la religion se fait de Dieu et de la mort des idées fausses, que par millions les humains ne croient ni en Dieu ni en l'au-delà. Ils ont raison. Après avoir été témoin des Théophanies d'Arès en 1977, d'une part, et avoir au cours de ces Théophanies volé à travers l'univers (Rév d'Arès vi/1-4) par devancement de ma mort, d'autre part, j'ai dit et redit que je ne savais plus grand-chose à propos de Dieu et de la mort. Dieu n'est pas le roi et juge souverain absolu qu'on dit et l'au-delà n'est pas une transposition de bonheur (paradis) ou de souffrances (enfer) terrestres. Dieu est Vie et Bien et croire en Dieu est retrouver la Vie (Rév d'Arès 24/5) et le Bien (12/3, xxxiii/11, xxxviii/3), dont tout humain est une particule, qui peut rester vivante ou se glacer (Rév d'Arès 2/11, 4/7, 13/4, 16/5, 17/7, 24/1, 28/3, 30/9, 31/12, 33/33), parce que glacé est celui ou ce qui ne peut pas Vivre. Ici commence l'indescriptible, ce dont aucun langage ne peut faire part. La description du processus de la mort dans La Révélation d'Arès (xL/12-17) ne concerne que les jours qui suivent l'arrêt du cœur. La Parole ne dit rien sur le plus lointain. Vladimir Jankélévitch disait : "La mort est le problème par excellence et même, en un sens, le seul problème," et il ajoutait : "J'emporterai mon secret, si secret il y a, dans la tombe." Je lui réponds : Il n'y a pas de secret ; il n'y a donc pas de problème ; il n'y a que de l'inconnu et l'indicible. La mort est simplement autre chose, quand le rien devient le Tout.

Jacques et André élevant une âme
Les apôtres Jacques avec son bourdon de pèlerin
et André avec sa croix élevant une âme au Ciel
(Cathédrale st-André, Bordeaux)

Je vais donc passer, un jour, du rien au Tout. La mort est irrévocable pour la totalité des humains, à de rarissimes exceptions près : Élie échappant à la fosse (Rév d'Arès 2/10), Jésus ressuscité (Matthieu 28/1/10), qui m'a visité en 1974.
Bouddha, qui n'échapperait pas à la mort, dit : "Je ne vous ai parlé ni de l'existence, ni de l'inexistence, ni de ce qui n'est ni l'un ni l'autre. Pourquoi n'en ai-je pas parlé ? Parce que c'est sans rapport avec la vertu, ni avec le fond de la loi (qui sera, Rév d'Arès 28/8), et ça ne tend pas à la conversion de la volonté, à la cessation du désir, au repos, à l'acquisition des pouvoirs supérieurs, à la sagesse suprême, au Nirvana." Autrement dit, c'est au-delà des possibilités explicatives et descriptives du langage terrestre. Le Nirvana est la finalité de la pratique bouddhique, l'Éveil (bodhi), mais moi je dis : C'est la finalité de la pénitence, c'est le Bien sous forme de transcendance, le Bien au-delà de la conception cérébrale, le Bien dans sa conception universelle, ce qui se noie dans le Père de l'Univers(el) (Rév d'Arès 12/4).
Abraham, premier patriarche, fondateur de la foi en un Dieu unique, est le père des croyants. Le Sein d'Abraham est une très belle image pour une société qui se pense comme un réseau de parentés et qui voit cette image comme l’idéal du Salut (Rév d'Arès 28/25), la réali­sation ultime de la parenté spirituelle, laquelle prévaut sur la parenté charnelle. Cette primauté est illustrée par Abraham lui-même. La parenté spirituelle est aussi la réunion des croyants des trois religions abrahamiques: judaïsme, christianisme et islam, sur le Sein d’Abraham.
Voyez l'image en-haut : La paternité univer­selle d'Abraham y est exprimée avec une radicale efficacité, par l’écartement total de ses bras, qui fait de son Sein un lieu généreusement ouvert, et par la bonté du sourire. Il y a là équivalence entre le Salut et la  réunion au Tout dont le Père est le centre universel. On retrouve la même idée dans l'image des apôtres Jacques et André.
Pour moi, la question essentielle concernant l'après-mort est celle de la conscience. On me dit parfois : "Vous savez ce qu'est la mort, puisque Dieu vous l'a fait vivre (Rév d'Arès vi/1-5)." Je réponds : "Il y a quand même une grande différence entre l'au-delà vécu en 1977, dont j'avais conscience dans mon cerveau vivant, et l'au-delà après mon dernier soupir, dont j'ignore quelle conscience j'aurai une fois mon cerveau mort." Je crois que, quand il ne reste que l'âme, on n'identifie pas du tout de la même façon le noyau fondamental de son être avec sa situation. On fait forcément face à une tout autre réalité. Le soi disparaît probablement pour laisser place à un état d'universalité. On fait irruption dans un tout autre monde et la façon dont on ressent cette nouvelle vie est totalement imperceptible pour des yeux de sang.
Que ferai-je dans l'Univers ? Puisque je suis une parcelle de la Puissance Créatrice, je contribuerai à la Création sans fin.

copyright 2017

Commentaires publiés    (104)    Ajouter un commentaire
18 janvier 2017 (0181)
Confraternité d'Économies (seconde esquisse)

Suisse Cantons 2015Je sais les arguments par quoi on vante le soi-disant progrès que constitueraient les grandes masses nationales.
Or, c'est très contestable.
Faut-il rappeler, pour ne citer que la France où La Révélation d'Arès a été donnée, que la révolution de 1789 n'a pas rendu leur liberté aux petites ethnies annexées de force depuis des siècles au royaume qu'elle renversait ?
La république s'est approprié le pouvoir total sur le territoire total dont avant elle s'étaient emparé les engances princières (Rév d'Arès 1/7).
L'injustice et l'inconséquence, de plus en plus visible, de cet agglomérat livré à la glouton­nerie du pouvoir politique, au nom de quoi pouvons-nous nous y opposer aujourd'hui ?
Au nom de La Révélation d'Arès,
La pénitence — l'amour, le pardon, la paix, l'intelligence du cœur et la condition humaine absolument libre — à laquelle le Père appelle ne peut être idéalement vécue que dans des petits groupes humains.
Comment peuvent subsister avec bonheur des petites unités souveraines ? Je ne me suis pas beaucoup intéressé aux quelque 400 micronations, beaucoup éphémères et peu sérieuses, ou à la trentaine de micro-états (Malte, Andorre, Islande, Îles Cook, etc.). Je me suis surtout penché sur deux modèles très différents de nations : L'une tout à fait souveraine religieusement : les Juifs étroitement unis dans la confession la plus libre du monde, le judaïsme et son "insoumission sans âge, proprement immémoriale" (Bernard-Henri Lévy), mais pas du tout souveraine économiquement, totalement dispersée. L'autre moins éloignée de mon idée de petite économie souveraine : Les petits cantons historiques de la Confédération Helvétique ou Suisse, qui sont des états souverains. J'ai pu y faire un voyage d'étude en octobre 2015 grâce au dévouement d'un couple de Pèlerins d'Arès suisses.

La modernité sociale n'est pas dans la grande masse. La lutte séculaire contre l'idôlatrie de la politique, voire même du pouvoir ne peut être menée avec succès que dans les petites nations, dont le Père dit qu'elles reviendront vers Lui (Rév d'Arès 28/21). Les petits cantons suisses ne sont certes pas peuplés de pénitents, mais quand, s'inspirant de leur modèle concret, existeront des petites économies souveraines de pénitents, le Jour de Dieu (31/8) pourrait bien ne plus tarder.
Je livre aux lecteurs du blog les notes in extenso que j'ai prises sur place. Cinquante pages 14,5x21 de notes manuscrites sans structuration de texte avec des répétitions qu'on me pardonnera, mais je pense que telles quelles sont, ces notes portent la lumière de la sincérité et d'une réflexion qui n'a pas cessé où que je fusse autour du Lac des 4-Cantons. Ceci dit, un homme de mon âge sait que c'est toujours à travers ses propres œuvres et habitudes que l'esprit rencontre la vérité et commet ses erreurs. Alain disait que pour penser juste, il faut "jeter des ponts sur des abîmes". Aussi, n'ayant jamais mis les pieds dans la Suisse historique centrale avant 2015, j'ai filtré mes observations à travers mon propos crible et j'ai pu mal évaluer certaines choses. Mais enfin, il faut bien commencer par quelque chose !
______________________________

NOTES PRISES LORS MON VOYAGE DANS LES CANTONS HISTORIQUES SUISSES EN 2015 :
Schwytz (dans la confédération depuis 1291) 146.000 habitants
Uri (dans la confédération depuis 1291) 35.000 habitants
Nidwald (dans la confédération depuis 1291) 41.000 habitants
Obwald (dans la confédération depuis 1291) 35.000 habitants
Lucerne (dans la confédération depuis 1332) 377.000 habitants
Zoug (dans la confédération depuis 1352) 113.000 habitants
Glaris (dans la confédération depuis 1352) 38.000 habitants
Tous ces cantons sont des petites unités humaines. Chacune d'elles est une nation totalement souveraine faisant partie de la Confédération Helvétique.

Toute organisation humaine ne me paraît justifiable que pour des objectifs très limités. L'homme doit être absolument libre [Rév d'Arès 10/10] — liberté pour laquelle il a été créé — ; aussi la société ne peut-elle garantir la liberté qu'en unités réduites libres.
La politique comme la religion n'est qu'une affaire professionnelle. On est ministre, sénateur ou député comme ailleurs on est évêque, rabbin, prêtre, pasteur, imam, ayatollah, gourou. Or, si la politique ne devait être que la bonne gestion de la société, elle devrait être le fait de n'importe qui et non le fait d'initiés, de professionnels. Que la politique comme la religion ne soit plus qu'une fonction d'initiés donne aux autres, aux administrés, le droit à la curiosité. La gestion de la société ne devrait reposer que sur quelques règles de bon sens simples. Ce n'est plus le cas parce que les nations sont trop grandes, trop nombreuses, trop diversifiées à l'intérieur d'elles-mêmes.
Pour que l'homme pèse sainement les conditions de son bonheur, il doit percevoir clairement sa situation au milieu de sa société. Cela ne peut pas se faire hors d'une petite unité humaine.
Je ne peux pas exercer mon droit à la curiosité si je vis dans une nation trop nombreuse et par là même inévitablement trop complexe, sinon compliquée. Des hommes ont compris cela il y a longtemps et pour maintenir leur droit à la curiosité ils doivent réduire leur habitat à des petites unités humaines. Cela me semble être le cas des Suisses des Cantons.....

Commentaires publiés   (120)     Ajouter un commentaire
16 décembre 2016 (0180)
Confraternité d'Économies (première esquisse)

On croit inattingibles le bonheur comme le soleil.
Inattingible le soleil parce que tout brûlerait à son approche.
Tout mais pas le Bien, qui n'est pas matière mais qualité.
Le Bien ne brûle pas.
Par le Bien l'homme peut refaire le monde
en petites unités confraternelles et par là atteindre au bonheur.

Soleil
Mon papier usé, Son Ciel,
Réceptacle d'élévations belles,
De Sa Plume un torrent jaillit,
M'inonde de Vie
("Les Poésies Célestes" Encre et Or, Roger Hemani-Cozette)

Que veut dire économie dans Confraternité d'Économies ? Ni l'économie des économistes, ni celle des épargnants, ni la science des ressources maté­rielles, de leurs valeurs marchandes et de leur commerce. C'est l'économie au sens primordial, l'art de bien gérer, d'administrer une société.
Et qu'entendre par Confraternité ? La confédé­ration fraternelle d'un nombre indéfini de petites économies associées, dont chacune conserve sa souveraineté totale, ses choix de vie collective, sa manière de se gérer.

La fragmentation des grandes masses nationales politisées en petites économies dépolitisées, simplement autogérées, n'aura pas lieu à court terme, mais le plus tôt sera le mieux, parce que les humains ne peuvent vivre fraternellement, s'aimer, se pardonner, être en paix, penser avec intelligence (Rév d'Arès 32/5), être libres (10/10) de tous préjugés, bref, être pénitents qu'en se connaissant vraiment bien, et donc en petits nombres.
Étant vieux, je mourrai avant de cesser d'élire un député que je ne connais pas et qui se fiche complètement de moi, mais je compte bien que mes descendants vivront autrement, citeront les politiciens comme les chefs de jadis, tout comme nous parlons des satrapes de jadis (Daniel 6/1, Rév d'Arès 22/8).

Préparons l'éclatement des grandes nations en petites unités ou économies vivant en confraternité(s). Souhaitable est un mouvement pour libérer l'homme de l'image déformante de la justice qu'est l'arbitraire des pouvoirs et des lois, qui manifestent la vengeance sans fin (Rév d'Arès 27/9) d'une partie de la société contre l'autre, mille et une sensations différentes du bonheur qui se contrarient, et tout ce qui empêche de même de résoudre les problèmes autrement plus profonds de la conscience par la justice de l'amour, notamment du pardon, de la paix, de la liberté, qu'inspire le Sermon sur la Montagne de Jésus de Nazareth, un prophète de spiritualité et d'humanisme, mais non de religion et de politique. L'homme étant Un (xxiv/1), mais dans une multitude de caractères, les inévitables variations de l'amour accompli demandent la fragmentation des grandes masses en petits groupes autoadministrés et souverains. L'effort de rénover la liberté (10/10) et la dignité (xxxiv/13, 18/3, 28/15) de l'homme s'exercera en toute circonstance en opposant l'immense souplesse de l'amour au raide formalisme grandissant de la pensée unique prétendument démocratique, qui menace l'humanité de paralysie et d'esclavage. Il faut secouer le joug de la pensée unique, nouvelle religion, à laquelle nous devons opposer le goût de la recherche critique par l'amour, non par décret. Avec le temps nous élargirons un vaste effort de rénovation spirituelle.

Chaque économie aura avec les autres économies de sa confraternité quelques points communs comme :
la fraternité qui ne sera pas qu'un mot gravé dans le marbre, mais une réelle fraternité dans l'amour, le pardon, la paix,
l'absence de citoyenneté et la circulation libre entre économies,
l'absence de tout système politique et/ou religieux, de ses carrières et ambitions, remplacé par des gestionnaires ou des coordinateurs révocables si insatisfaisants,
les grands choix faits dans chaque économie par référendums ou votes,
l'union contre l'adversaire commun qu'est le Mal, notamment le mensonge, les préjugés, le manquement à l'amour du prochain, au pardon, à la paix, à la liberté.

Des prophètes d'intelligence réveillée (Rév d'Arès 32/5), hélas mal lus et mal compris, dont Jésus, ont clairement parlé du rapport qu'il faut entre vie collective et idéal partagé — le Sermon sur la Montagne (Matthieu ch. 5 à 7) en est le plus beau Dessein (Rév d'Arès 28/7, 36/8) —. Tous les prophètes, de Noé à Muhammad (2/7-11), ont remis en question leurs propres sociétés, ont enchéri sur les notions bien structurées apparemment irréductibles, mises en conserves dans des lois et des dogmes par les confituriers politiques ou religieux et leurs "administrations à casquettes de plomb" (Rimbaud).
Jusqu'à nos jours, le gros problème de l'évolution, donc du Salut, est l'énorme écart de poids entre,
d'un côté, la masse humaine comme rendue malade de diabète et de saturnisme par la pensée unique toujours bien sucrée et plombée, la massive humanité myope même quand elle croit voir loin, et dont profitent pouvoirs et ambitieux,
et de l'autre côté peu de maigres réfléchis, de vrais aimants au regard perçant, qui puisent à toutes les ressources de l'intelligence réveillée, chevauchant les agiles poulains (10/10) de la liberté comme au 12ème siècle quelques cavaliers mongols totalement inattendus, risibles à cause de leur petit nombre, conquérant un monde cent-mille fois plus nombreux qu'eux. Mais cette fois la misérable troupe de prophètes que nous sommes fera l'infaisable : un monde d'âmes et d'amour.

Car voilà que survient du nouveau. C'est peut-être parce qu'Il le prévoyait que le Père donna La Révélation d'Arès. La religion depuis quelques temps et la politique depuis peu se dénudent et montrent leurs considérables faiblesses. Se retrancher derrière le connu ne leur servira plus à rien bientôt. Leurs administrés devront quitter ces systèmes mystago-politiques ou, mieux encore, en être les fossoyeurs, aller au-delà et ils doivent déjà penser cet au-delà, même s'il n'est pas près d'arriver.
La Révélation d'Arès dit que le Bien qui a disparu depuis des temps immémoriaux peut renaître. Le Bien n'est d'ailleurs pas qu'une solution heureuse ; c'est la seule solution et son moteur est la pénitence, autrement dit la pratique de l'amour, du pardon, de la paix, de l'intelligence spirituelle libre de préjugés, Les adeptes du connu, les encore innombrables partisans du système, vont rire ou s'indigner du pèlerin d'Arès (Rév d'Arès 12/9) qui, selon eux, poursuit une utopie, mais ils éprouveront de plus en plus de difficultés à défendre ce qui devient indéfendable.
En pensant à cette Confraternité d'Économies je déborde le cadre de ma mission prophétique, je ne pense qu'au fait humain à son plus haut et plus noble niveau, parce que même ceux qui ne croient pas en moi sont mes frères et je ne pense pas que je réussirai ma mission prophétique si je ne vise pas à sortir du Mal toute l'humanité. La religion et la politique ne pensent pas au fait humain, ils ne pensent qu'à une certaine humanité: leurs citoyens, leurs fidèles, etc.
Qu'importe que ce fait humain soit lié ou non à la religion (Rév d'Arès 28/12) ou au matérialisme. Les plus importantes constantes de l'homme ne sont pas celles qui se présentent sous les apparences riantes du bien-être matériel et/ou de la bigoterie charitable. Il faut  "écouter la voix des sages en haillons" (Jean Servier), car eux seuls nous montrent un monde qui, pour être encore utopique, permettra à l'homme de survivre au péché des péchés (Rév d'Arès 32/8), qui le menace.

copyright 2016

Commentaires publiés    (106)    Ajouter un commentaire
16 novembre 2016 (0179)
changement et paix du pénitent

Tout comme on m'a dit : "Justice et conscience (#178) ne sont pas conséquents l'un à l'autre" et que je dus répondre : "Si, ils résultent l'un de l'autre," on me dira : "Changement et paix n'ont rien à voir ensemble."
Je vais répondre : "Si ! Changement et paix sont deux problèmes conjoints."

Paix
Jésus, colombe, agneau, une image pour la fin des temps.
Pour l'heure nous luttons intérieurement
(image Blingee)

Descartes dit : "Je pense, donc je suis." J'ajoute : "Je pense, certes, mais je suis un faisceau de nerfs qu'animent de forts atavismes. Aussi ne puis-je changer ma vie (Rév d'Arès 30/11) que par une lutte permanente contre ma nature. Mes frères et sœurs font de même pour devenir des hommes du temps qui vient (30/13). Changer exige peine (37/9) et courage (6/1). Donc, la paix n'est pas dans ma main (xix/6)."
Le monde est devenu une jungle après qu'Adam eut choisi un mauvais mode de vie (Rév d'Arès 2/1-5) et je ne suis guère qu'un fauve qui se dompte. "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive," dit Jésus (Matthieu 10/34, Luc 12/51), pour évoquer la guerre intérieure du pénitent. Ma paix extérieure, bien que déjà une grande victoire sur ma nature, résulte d'une constante lutte intérieure. Ma paix est rarement sérénité, rarement ce que j'appelle paix.
Le Père seul est Saint (Rév d'Arès 12/4). L'humain ne l'est pas. Être pénitent, c.-à-d. aimer tous les hommes, pardonner toutes les offenses, faire la paix avec tout le monde, avoir l'intelligence spirituelle, se rendre libre de tous préjugés, n'est pas naturel aux hommes, tous étant devenus fragiles, émotifs, méfiants, mais ils ont le pouvoir de vivre en contradiction avec leur nature pour que paix devienne un jour la Paix comme jour deviendra le Jour (33/8). "Changer ? Impossible !" s'écrient ceux qui croient que rationalisme est intelligence. Ils disent : "Il est dans notre nature de nous nourrir pour vivre, de mourir, de nous reproduire, nous pouvons nous aimer mais aussi nous haïr et qui haït ne peut aimer. Chacun a une nature complexe et inchan­geable." Ils disent encore :"On diffuse des idées pour changer le monde, mais c'est la nature qui décide," ou bien : "Mais pourquoi changer ? Si je suis ce que je suis, c'est que j'appartiens à ma propre vie. C'est qu'il y a une raison à mon existence. Je reste ce que je suis."
Or, le changement est possible, puisque le Créateur dit : La Vérité, c'est que le monde doit changer (Rév d'Arès 28/7). Pourquoi appelerait-Il l'humain à changer de vie et en changeant de vie à changer le monde, si c'était impossible ?

Il faut conjointement et solidairement travailler au changement en soi et à la paix en soi. Tous nous naissons soumis à nos natures et violents, même si les moments où la nature et la violence percent le voile des bons usages varient beaucoup selon les individus. "La non-violence sous sa forme active consiste en une bienveillance envers tout ce qui existe ; c'est l'amour pur," dit Gandhi, voulant dire qu'il ne s'agit pas seulement de renoncer à la violence physique, mais à la violence sous toutes les formes possibles : autoritarisme, fâcherie, colère extérieure ou intérieure. Pour cela il faut la volonté de neutraliser le mal — pour que nous fassions Ta Volonté (Rév d'Arès 12/4) —. Nous sommes tous des êtres doubles, des êtres bienveillants et francs autant que des menteurs, des voleurs, des assassins — "Je suis frère de tous les assassins, parce que si je n'ai jamais tué, c'est que les circonstances de ma vie ne m'ont pas mené au meurtre," disait aussi Gandhi —. Même si ces péchés ne s'activent pas en nous, parce que les circonstances ne les réveillent pas, nous devons savoir qu'ils sont potentiels. Il faut donc être vigilant et il se trouve, de surcroît, que la vigilance elle-même suffit à perturber notre paix intérieure.

La guerre est contraire à la paix, mais le procès est tout autant contraire à la paix. La soumission à la loi et mille circonstances de la vie sociale sont contraires à la paix et notre apparente soumission n'est autre qu'un état de rebellion intérieure enchaînée et muette. Aussi la plus grande difficulté que rencontre le pénitent n'est-elle pas d'accepter l'amour, le pardon, la paix, l'intelligence spirituelle et la liberté absolue comme principes, c'est de les rendre actifs en ses tréfonds où bouent les tentations contraires, car même quand les nerfs ne craquent pas et quand la peur et la vieille envie d'en découdre ne surgissent pas, il faut résister aux tentations en silence et résistance n'est pas paix.
C'est grâce à la liberté, la liberté d'être, que nous résistons au péché et que nous nous forçons à la paix. Ce n'est pas par folie, mais par sagesse que le poulain, que devient le pénitent libre du harnais, court loin des docteurs (Rév d'Arès 10/10) de la religion, de la politique, de la loi, de la finance, de la culture, du rationalisme. Il fuit le dualisme qu'a créé le monothéisme religieux pour qui le royaume de Dieu est céleste, non terrestre, et qui a ainsi séparé Dieu et l'homme. D'où la disjonction du spirituel et du temporel, qui a fourni au Mal une liberté totale et qui a désarmé l'humain face à lui-même. Le spirituel, le pur et non-duel spirituel — Dieu et l'homme comme un seul tirant le Bras de l'Autre (Rév d'Arès xxxi/15) — a pour ainsi dire disparu, puisqu'il ne reste ici et là sur terre que quelques vrais spirituels, dont nous sommes, je l'espère. Le triomphe des contre-valeurs religieuses et politiques s'est fait dans la trahison du génie de Jésus qui était la non-dualité même. L'homme ne doit être au service d'aucune religion, d'aucune politique, mais seulement de l'Image et Ressemblance du Créateur au fond de lui (Genèse 1/26-27).

En entrant en pénitence vous déclarez au fond de vous une guerre ontologique. Deux puissances identitaires luttent en vous : le Bien et le Mal tous deux propres à l'humain, la Paix du Bien et la paix du Mal, un seul mot (paix) deux concepts. Les petites unités humaines se fonderont sur la vigilance de l'homme face à eux, de sorte que seul le Bien domine.
C'est en cela que
Vivre le mosaïsme (#176) sera changer en se délivrant en permanence de la religion comme de la politique.
Vivre l'anarkhia (#177) sera changer en remplaçant en permanence les pouvoirs par les gestionnaires,
Vivre dans la justice et la conscience (#178) sera changer en se délivrant en permanence des lois et en plaçant la faute sous le regard de l'amour, du pardon, de l'intelligence spirituelle, de la liberté absolue.
Car attention ! religion, politique, pouvoirs, lois continueront longtemps (Rév d'Arès 22/14) de vivre dans quelque obscur placard de l'esprit.
L'homme est chair, esprit et âme (Rév d'Arès 17/7), mais n'oublions pas que ces trois composants divergent sans cesse l'un de l'autre. La chair est animale, l'âme est angélique et l'esprit, leur trait-d'union, est le trône de l'hypocrisie humaine. Leur co-existence ne peut générer la paix intérieure sans l'effort permanent de la pénitence.
Jusqu'au Jour du Père rien ne sera acquis — la Bête sera derrière l'horizon (22/14) —. Même dans la meilleure situation : la cohabitation en petites unités, il n'y aura de bonheur collectif et de paix intérieure qu'aussi longtemps que les hommes ne cesseront pas d'être pénitents.

copyright 2016

Commentaires publiés   (75)     Ajouter un commentaire
5 octobre 2016 (0178)
justice et conscience des pénitents

Quand dans nos poitrines et nos têtes l'Esprit soufflera (Rév d'Arès 4/11, 33/4)
la délivrance — #176 — et l’anarkhia —#177 —
Quand sous ce Vent religion, politique, loi, tribunaux, sous lesquels nous ployons, seront dispersés,
Quand nous vivrons en petites unités libres (10/10) dans la joie et la fête de la pénitence (30/11),
Alors, les pouvoirs et les juges ayant disparu, viendra le devoir impératif de chaque pénitent et de chaque pénitente d’être lui-même ou elle-même la justice.
Mais être juste, qu'est-ce ?
Être juste, c’est être comme le Messager Jésus du 15 janvier au 13 avril 1974 ou comme le Père du 2 octobre au 22 novembre 1977, quand ils me parlèrent et que je compris que je n'étais pas un humain aux qualités et valeur distinguées, mais que j'étais comme la plupart des humains un homme aux dents noires, au cou plat, à la langue lacée, le frère mort à la main fermée (Rév d'Arès xxvi/1-4), enclin aux préjugés, à la dissimulation, à la prétention. Et pourtant le prophète Jésus et le Père me parlèrent avec amour, pardon, paix, intelligence spirituelle, sans préjugés, et me confièrent une mission prophétique insigne, faisant de moi, pécheur et potentiel maléfique, un potentiel pénitent.
Jésus et le Père appellent de même chacun de mes compagnons du petit reste (24/1).
C'est le sens qu'a dans La Révélation d'Arès le mot justice : Justice de Dieu ou justice du pénitent ; autrement dit, il n'y a de justice que dans l'amour.

Abraham
Abraham, le juste

Il y a justice et justice. La justice par la loi est étrangère à l'amour ; elle est au mieux basée sur une équité matérialiste (Rév d'Arès 28/10), calculée selon les idées reçues, la culture, la sensibilité du lieu et du moment ; elle suit une idéologie, une logique parmi d'autres logiques, etc. La Rochefoucault dit que "La justice n’est autre que l’appréhension qu’on nous ôte ce qui (selon nous) nous appartient." Plus tard, on affirma que la justice est ce qui donne des droits et les fait respecter, mais les droits, qu’est-ce que c’est ? Pour Babeuf c'est "à chacun la même chose" (justice commutative), pour Marx c'est "à chacun selon ses mérites" (justice distributive), pour le citoyen d'aujoud'hui c'est "à chacun selon la loi." Mais pour nous Pèlerins d’Arès, c'est à chacun selon la neutralité, la miséricorde et l'aide de l’amour, hors l'émotionnel, hors l'idéologie, la loi et les tribunaux.
À cause de cela le monde des "gens sérieux" longtemps nous traitera de fous, voire de dangereux fous, nous condamnera comme il condamna Jésus. Eh oui, le juste sera d'abord un héros (xxxv/4-12).

Justice de juste, dit La Révélation d'Arès (xxxi/10) pour préciser qu'il ne s'agit pas de justice de loi.
Un juste se conforme à la Parole. Être juste, c'est voir toute chose sous l'angle de la Lumière et de la pénitence, c.-à-d. de l'amour, du pardon, de la paix, de l'intelligence spirituelle libre de préjugés, et dans la perspective du partage du monde entre tous ses propriétaires : les humains.
Même face à une faute grave, une criminelle activité, on ne juge pas (Matthieu 7/1). Face au mal il faut étouffer son moi impulsif, émotif, se neutraliser et générer ainsi une lucidité refondatrice de la conscience de la coresponsabilité de tous dans le crime, la faute ou l'offense d'un(e) seul(e).
C'est la véritable révolution du sens de justice que préconisa le Sermon sur la Montagne, qui n'a jamais été appliqué, qui reste à faire naître.

Aucune entrée de mon blog n'a été aussi difficile à abréger, car la notion de justice, déjà basale dans notre actuelle vie pénitente, sera plus fondamentale encore quand la pénitence sera le lien qui bottellera une nation (Rév d'Arès 28/21) comme petite unité. J'ai écrit puis maintes fois raturé, réécrit cette entrée, mais malgré mon souci de brièveté, j'ai sans cesse abouti à un texte trop long.  Je n'ai finalement laissé que quelques paragraphes qui m'ont paru être des minimaux utiles:

Si l'individu veut se protéger derrières les lois et les cours de justice pour ne pas avoir à assumer des décisions de conscience, il perd sa qualité de personne humaine. Il n'est plus qu'un esclave du système, un justiciable, qui croit qu'on ne peut obtenir justice hors des organismes et personnels dits "de justice", hors de substituts de conscience comme l'opinion ou les fonctionnaires de la loi. Dans tout procès chaque partie croit dans son bon droit et crie à l'injustice quand elle perd ; la partie perdante comprend que ce qu'on appelle "justice" n'est pas justice. C'est peut-être dans les cours de justice qu'on sent le mieux le froid de la nuit dans laquelle Adam fait vivre sa descendance (Rév d’Arès 2/1-5).
Seule une conscience pénitente absolument libre (Rév d'Arès 10/10) s’extirpera de cette nuit et retrouvera le jour en attendant le grand Jour (Rév d'Arès 31/8). C'est peut-être dans la quête de la justice qu'on verra le mieux un pénitent comme acteur de l'aventure humaine dans son épanouissement optimal, la pénitence, la liberté de Bien qu'aucune épée de justice légaliste ne pourra plus menacer.

Un drame parmi les plus profonds que fait vivre à l'homme le système est celui du procès. Mais la petite unité humaine où vivra le pénitent n'aura pas de cour de justice, pas de procès. Dans une société où règneront l'amour, le pardon, la paix, l'intelligence du cœur tous les humains seront des Antigone, qui auront vaincu l’arbitraire des lois de la Bête aussi longtemps qu'elle agonisera derrière l'horizon (Rév d'Arès 22/14).

Hermann Rauschning dans "La Révolution du Nihilisme" dénonça le gouvernement nazi, démocratiquement élu, qui expulsa, emprisonna ou tua "quiconque s'offrait le luxe d'une décision prise selon sa conscience personnelle," mais, même de façon moins inhumaine, toute cour de justice condamne la conscience personnelle quand elle contrarie la loi. En démocratie la masse croit à la liberté, mais ploie devant les juges qui appliquent la loi qu'ils considèrent plus forte que la conscience. Épouvantable ! Ce vice de pensée a conduit le commun des hommes à confondre loi avec morale et justice, ce qui est contraire au droit imprescriptible que le Créateur a donné à l'homme de Bien de décider en sa conscience, selon son intelligence spirituelle réveillée. Par ailleurs, Boris Cyrulnik fait remarquer que "le sentiment d'injustice dépend d'une réaction émotionnelle plus que d'un raisonnement" ou de la soumission à la loi. Il rappelle ainsi qu'en fait ceux qui réclament des lois ne croient pas qu'elles soient justes ; ils croient qu'elles sont des pis-aller nécessaires. Les palais de justice seraient mieux appelés palais de la loi.
Dans "La France contre les robots" Bernanos accusa la société moderne d’avoir fait des humains des moutons couchés devant le moindre décret préfectoral, le moindre verdict de tribunal, mais la France "chrétienne" que Bernanos regrettait n'avait guère mieux valu. Ce n'est ni la politique ni la religion qui décide du Bien et du mal, mais le Verbe que répercute la conscience de l’humain trop aimant comme le Père est trop aimant (Rév d'Arès 12/7).
Tout nous prouve qu'à la conscience comme à l'amour nous devons revenir par la pénitence.

La loi et les tribunaux soulagent-ils les humains de la corvée du jugement ? En fait, le monde semble plutôt fait d'une grande proportion de gens mécontents de la justice d'État. Il faudra tôt ou tard en venir à la justice pénitente, même si le gros problème avec cette justice-là, c'est qu'elle ne peut se faire sans amour. D'où la nécessité de commencer par répandre la pratique de la pénitence, cette locomotive sans laquelle le long train du mosaïsme, de l'anerkhia, de la justice, etc. ne s'ébranlera jamais. Il n'est que de penser qu'il ne peut exister de justice sans pardon, sans souci de réhabiliter les fautifs.
Les prétendues conquêtes des temps modernes ont littéralement anéanti une propriété noble et puissance de l'homme, sa conscience comme image et ressemblance de la Conscience du Père. Il ne faut pas évoquer à tous propos la Miséricorde (Rév d’Arès 16/15), mais elle existe et nous devons la répercuter. L’amour est lucidité, il est au-dessus de toutes les instances de pouvoir et de loi, de tous les Créon (Sophocle : Antigone), de tous les arbitraires que sont pour commencer les codes.

Leur abomination (des princes) est affaire de Ma Justice (Rév d'Arès 22/12), mais celle-ci n’emprisonne ni ne tue ; elle est une Exhortation au Bien, que concrétise la Parole d'Arès. Tu n'auras pas les yeux de chair qui jugent et convoitent, mais les yeux du prophète qui a vu Ma Justice (35/9). Qu'ils en appellent à Ma Justice, les insensés, Je leur fermerai la mâchoire (34/5), qui ne signifie pas que Dieu les tuera, mais seulement qu'Il les fera taire, car quand Dieu parle l'humain finit par se taire tôt ou tard. (En te) croyant marcher devant Moi... comme il (l'apôtre Philippe) marcha, mais dans la Justice (1/5), c.-à-dire dans l’amour. La compagnie des hommes qui ne prononcent pas Mon Nom, parce qu'ils ont été scandalisés, mais qui vivent selon Ma Justice, c.-à-d. selon Ma Parole, est pour toi meilleure que celle de dévots au cœur faible (39/9). Ta parole (celle du prophète) est Ma Parole, Justice de juste (xxxi/10).

Justice dans le sens de mauvaise justice humaine, voire d’injustice, apparaît dans : craignant les chefs des nations et leurs justices (2/17).
Justice au sens de bonne justice, justesse apparaît dans : Le soleil de ta justice brûle le far, c.-à-d. sera plus forte que science et juridisme, et donne des deux mains, c.-à-d. généreusement (xxxvi/22).

Le problème de la justice n'est pas celui, jamais solutionné, qui a constamment opposé entre eux les législateurs et les professionnels de la loi des rats (Rév d'Arès xix/24), depuis qu'Adam choisit son monde (2/1-5) contre le monde du Créateur. Hans Kelsen et sa "Théorie Pure du Droit (Reine Rechtslehre)" ne résolut pas plus que ne l'ont résolu tous les juristes sur Terre depuis Adam le problème de l'irrémédiable arbitraire de la loi, miroir de l'arbitraire du paganisme dont aujourd'hui encore les religions affublent la supposée "Justice de Dieu". Ce que le Père appelle Son Tribunal (16/13, 21/7) est un concept transcendant et sublime de la Justice, que ne peuvent contenir ni codes ni procédures, parce que c'est le consensus universel de la Miséricorde du Père et des âmes de Ses Enfants créées de leur amour, de leur pardon, de leur paix, de leur intelligence spirituelle de pénitents libres (10/10) ; c'est la justesse du juste qui est la Justice du Juste, la fusion non-duelle de l'homme de Bien et du Créateur du Bien. C'est cette Justice qui n'a encore aucune existence, qui n'est encore qu'une Promesse (1/6, 2/8, 28/22), un Dessein (28/27, 36/8) dans les cœurs des trop aimants. C'est cette Justice qui, dans les situations conflictuelles qui surviendront encore dans le meilleur monde avant que ne survienne le Jour (31/8), aussi longtemps que les faiblesses humaines demanderont qu'on encourage le Bien et décourage le Mal, saura qu'il sera toujours plus sage d'éviter la vengeance sans fin (27/9) que de faire souffrir les fautifs.

C'est dans une grosse bulle d'artifice, devenu machinal, que règnent lois et tribunaux et tous les moralistes sur Terre qui se font dieux face à Dieu, consciences face à la conscience. Le mot conscience n'apparaît pas dans La Révélation d'Arès, parce qu'il est l'embrouillement de nœuds même qu'Elle nous prie de défaire pour redonner à la corde de l'intelligence, de l'amour, du pardon, longueur et souplesse. Le mot conscience n'apparaît pas dans La Révélation d'Arès, parce qu'à la différence du mot pénitence, dont le vrai sens est concret et reste restituable, il désigne le sens du bien et du mal, le plus obscur Fond des Fonds (xxxiv/6), l'implication majeure du Verbe, si frustrante pour les puissants que leurs livres d'hommes (35/12, i/5-9) l'ont masquée dans l'Écriture. Le mot conscience n'apparaît pas dans La Révélation d'Arès sans doute parce que la conscience est écrasée, méconnaissable sous le lourd contentieux entre l'humanité et son Créateur. Mais conscience a divers analogues comme, quand elle concerne Dieu, À Moi la Puissance et la Connaissance... et, quand elle concerne l'homme, à toi la mesure, la patience et la piété (Rév d'Arès 39/3).
Tout ce que nous appelons juridiquement une loi n'est qu'un arbitraire, au mieux un pis-aller. Il faut rétablir la souplesse de pensée du juste, lequel est n'importe qui. Un juge n'est qu'un fonctionnaire enfermé dans un systéme qui constitue son monde à lui. Ce n'est pas le monde auquel nous aspirons. Il est d'une importance capitale de nous préparer et de préparer nos descendants à changer le concept de justice, laquelle ne pourra fonctionner, comme le prescrit le Sermon sur la Montagne (Matthieu ch.5 à 7), que par l'amour, le pardon, la paix, l'intelligence spirituelle libre de préjugés.
Il faut prévoir de remplacer la loi qui est par la Loi Qui sera (28/7-8), c.-à-d. par l'équité, le pardon, l'aide aux fautifs, de remplacer une idée de la justice douloureuse et pathogène par une création heureuse, car la vraie justice ne peut que recréer l'humain.

copyright 2016

Commentaires publiés  (100)      Ajouter un commentaire
22 août 2016 (0177)
anarckhisme des pénitents

L'anarchie est un sujet difficile.
À la question : "Que sont les Pèlerins d'Arès ?"
je réponds par deux mots plurivoques et ressentis comme contradictoires : "Une anarchie de pénitents,"
et dans les regards je vois la peur, ou l'enthousiasme, ou l'embarras ; je vois rarement la quiétude.
Pourtant, La Révélation d'Arès dit : Tu ne seras le chef de personne (16/1), Tu ne commanderas à personne (36/19),
ce qui est la définition de l'anarchie.
Mais nous vivons dans le temps (12/6), le changement de vie (30/11) ne peut être que progressif.
De plus, beaucoup de Pèlerins d'Arès qui exercent un pouvoir peuvent, sans perdre leur gagne-pain, le changer en savoir et responsabilité.

anarchie

Fusil brisé et anarchisme (graffiti).
Ce logo n'évoque pas la pénitence,
il n'est pas le nôtre, mais il faut savoir
que par l'amour nous rejoindrons
un jour d'autres qui pour l'heure
progressent par la colère

Par nature prophétique, le petit reste (24/1, 26/1, 29/2, 33/12), ébauche du monde changé à venir, ne cessera pas de se déployer en suivant l'enseignement de La Révélation d'Arès développée par le frère aîné (16/1) ou juste prophète (xxxvii/2), dont la parole est la Parole (i/12). Le petit reste restera le modèle de base de l'organisation sociétale de petites unités d'humains, dont le plus grand nombre possible sera constitué de vrais pénitents et anarkhistes (chefs de personne), quelles que soient leurs familles d'affinités. Dans d'autres petites unités — respect de la liberté oblige — les organisations seront non-arésiennes et diverses, mais tendront à l'anarkhisme du fait de leur petitesse sociétale.

L'anarkhia, un ingrédient dans l'accomplissement de La Révélation d'Arès, ne peut être introduit dans les grandes masses, dont la paix et l'ordre reposent sur des pouvoirs et des lois politiques. L'anarkhia ainsi que la vie pénitence dans la joie et la fête (Rév d'Arès 30/11) n'est possible, que dans de petites unités d'humains. C'est donc dans la direction de l'éclatement des grandes masses en petites unités d'humains libres que nous envisageons notre ligne d'action dans les affaires publiques. Nous rejetons la politique qui toujours recherche le pouvoir, fabrique ses lois, offense la liberté, même dans les démocraties qui sont des dominations d'élus sur une majorité d'électeurs adverses + abstentionnistes.

Une anarkhia (grec ἀναρχία) est une société organisée et gérée sans gouvernement où nul ne prétend avoir un pouvoir sur l’autre. Proudhon en 1840 : "La liberté est anarchie, parce qu'elle n'admet pas le gouvernement de la volonté, mais seulement l'autorité de la loi, c'est-à-dire de la nécessité." Ces mots sont pour nous acceptables, si la loi qu'évoque Proudhon est la Loi Qui sera (Rév d'Arès 28/8), la pratique universelle de l'amour, du pardon, de la paix, de l'intelligence (32/5) spirituelle libre (10/10) de tous préjugés, que La Révélation d'Arès appelle pénitence. Élisée Reclus : "L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre." Léon Tolstoï, également anarchiste, à propos de la morale sociale : "(Seule) la révolution personnelle, la métamorphose de chaque individu au quotidien (la pénitence) doit être la règle en société. Et Jacques Ellul à propos de la religion chrétienne : "Le conformisme, le conservatisme social et politique des Églises, le faste, la hiérarchie, le système juridique des Églises, la prétendue morale chrétienne, le christianisme autoritaire et officiel des dignitaires des Églises, etc., c’est la socio-institution de l’Église. Ce n’est pas la foi chrétienne. Et les anarchistes ont raison de rejeter ce christianisme-là." Chacun à sa manière, ces auteurs et beaucoup d'autres, que faute de place je ne peux citer, rejoignent La Révélation d'Arès sur de nombreux points.

Quand La Révélation d'Arès dit : Sois Un dans toi ! (Rév d'Arès xxiv/1) elle sous-entend que l’Univers, les créatures et leur Créateur ne sont qu’Un. Le Créateur entend même crier la pierre (xiv/6), laquelle a donc une vie autre que ce que la science appelle vie : la Vie (24/5) dans son universelle extension. Si dans l'état actuel des choses l'homme, l'étoile et la Main de Dieu (xiv/9) du Père ne font pas qu'Un, c'est parce que le Père a fait l'Enfant libre à Son Image et Ressemblance (Genèse 1/26) et que l'Enfant a fait librement de ses religions, politiques, pouvoirs, lois et cultures des briseurs d'Unité. Ainsi cette poussière paradoxale qu'est la Jument qui pue (la Terre, xix/15) empoisonne-t-elle l'Univers infini. Comment s'aimer et se comprendre, comment l'harmonie peut-elle s'étendre à tous les humains, mais aussi des humains à tout le reste, si l’on n’a pas le même concept du Vrai (Rév d'Arès xxxiv/1-4), base de la raison gérée par l'anarkhia ?
La variété des sociétés humaines et le débridement des débilités morales, non seulement jamais soignées ni corrigées, mais vues comme normales, voire géniales, est source de contradictions et conflits sans fin.  Les religions, pour ne parler que d'elles sont tantôt monothéistes — judaïsme, christianisme, islam —, tantôt autres — hindouisme, bouddhisme, taoïsme, confucianisme, etc. — , et à l'intérieur de chaque religion des variétés considérables. Aucun œcuménisme, lui même toujours autoritaire, ne résoudra jamais cela. Les variétés de foi tuent la très simple Vérité qu'est le Bien accompli, à quoi tout doit revenir. Les politiques sont à la tête d'autres formes de religions. Bref, le monde s'est gâté de telle sorte que tous les hommes intelligents en quête d’unité, quelle que soit leur culture, savent que l'anarkhia n'est pas une idéologie parmi d’autres mais qu'elle est la sagesse primordiale de l’humanité qu'il faut retrouver comme on retrouvera la Vie (Rév d'Arès 24/5]. Shankara, évoqué dans mon entrée 171 "non-dualité", disait : "L'âme est par nature pure, éveillée et libre." Tant qu'un grand nombre d'humains n'auront pas d'âmes, le désordre, l'injustice, la violence et les pouvoirs qui prétendent les contrôler mais qui sont tout autant des causes de désordre, injustice et violence, ravageront ce monde.
La presse, le discours politique, les papiers administratifs, les lois, les sermons religieux sont pour moi un chant barbare, rempli de bruit, de menace, de brutalité. S'y entrechoquent ordres, mises en demeure, polémiques, louanges, intimidations, pathos, souffrance, esclavage, résignation. Alors, je sais que c'est seulement hors du bruit, hors du compte, bref, dans l'anarkhia que je retrouverai le Vrai et sa sagesse.

Moïse ne fut le chef de personne. Il fut seulement un guide. Il donna Aaron à ceux du peuple exilique qui voulaient un chef, mais c'était provisoire dans son esprit.
Quand l'anarkhia couronnera la pénitence, la délivrance, la réalisation de l'homme, la fin de l'Histoire chaotique des pouvoirs seront proches. L'anarkhia aura déjà régné assez longtemps quand disparaîtra, au Jour du Père (Rév d'Arès 31/8), l’alternance millénaire de la vie et de la mort et apparaîtront le Bien et  la Vie (24/5), tandis que s'évanouiront dans l'espace comme des aérolites mous les derniers de ceux qui parlent de dessus l'œil (xix/7). Le tupha ne pourrira plus (xix/11); il fleurira comme d'immortels et superbes nénuphars sur les fleuves d'Éden.
Rien ne peut arriver de mieux au monde que l'anarkhia, fleur et fruit de la pénitence. Le monde du Bien sera géré, bien géré même, mais anarkhique. Visons à un monde changé sans chefs malgré les arguments massues qu'on va nous opposer en nous traitant de fous !
Ceci dit, la violence meurtrière des anars historiques m'a toujours étonné. Comment ces assassins pouvaient-ils croire que tuer les puissants empêcherait qu'on les remplace ? Ils ignoraient naïvement la soif de pouvoir que la culture a introduit dans l'homme ; ils ignoraient que la pénitence seule peut éteindre cette soif. Seul un travail apostolique de longue haleine sera efficace.

copyright 2016

Commentaires publiés  (86)     Ajouter un commentaire
9 juillet 2016 (176)
mosaïsme des pénitents

Chagal : Passage de la Mer Rouge

Le plus grand miracle de l'Exode n'est pas le passage
de la Mer Rouge, qui n'est qu'une métaphore,
C'est la délivrance, qui résulta d'une action humaine !
L'action des Pèlerins d'Arès est la pénitence et la Moisson
de pénitents et elle fera aussi un grand miracle.
(Passage de la Mer Rouge, Chagall)

Grand mois de Juin 2016 :
En Italie, le Movimento 5 Stelle (Mouvement 5 Étoiles antisystémique et antipolitique) gagne électoralement les mairies de Rome et Turin.
Au Royaume Uni, les Britanniques par référendum se libèrent de la bureaucratie politique qui s'impose à la masse européenne au mépris des aspi­rations et de la liberté locales.
Ces deux événements sont des signes avant-coureurs du changement que depuis quarante-deux ans.souffle sur une partie du monde La Révélation d'Arès (28/7). Ils préfigurent les petites unités humaines pénitentes, acéphales, areligieuses, apoli­tiques, autogérées, au sein desquelles la pratique sociétale de la pénitence peut s'exercer et sans lesquelles la race ne peut pas faire qu'Un dans l'amour comme l'Univers (12/4) ne ferait pas Un et ne serait pas bien équilibré s'il n'était pas fait d'astres innombrables.

Il ne fait aucun doute que la pénitence change la vie en
bien (Rév d'Arès 30/11) et de génération en génération changera le monde en bien (28/7), donc la société.
Ce changement dans la société ne viendra pas par la politique au sens qu'on donne à politique aujourd'hui, mais par l'apparition d'un citoyen nouveau : le pénitent.
Cependant, le processus de ce changement ressemblera parfois à de la politique, mais dans un sens qui n'existe plus depuis que la politique, quelqu'idéologie qu'elle prétexte, n'est plus qu'une carrière, la quête du pouvoir et la fabrication de lois. Le sentier politique des pénitents ne sera rien d'autre que la part publique à côté de la part privée de la vie, la gestion communautaire opposée à toute forme de gouvernement, exercées dans l'
amour, le pardon, la paix, l'intelligence du cœur libre de tous préjugés.
Voilà qui va demander courage, droiture et, surtout dans la présente période de conception, réflexion froide, car la nature humaine émotive et craintive pervertit la raison.
Je commence ici ma propre réflexion sur ce sujet primordial qui aura, plus tard, pour apex l'entrée "Petites unités humaines".


En octobre 2015 je pus réaliser un projet auquel je songeais depuis longtemps : Un voyage d'étude dans cinq Cantons historiques de la Suisse : Uri (pays de Guillaume Tell, 35.000 habitants.), Schwitz (148.000 h.), Nidwald (41.000 h.), Obwald (36.000 h.) et Zoug (115.000 h.), parce que ces Cantons sont, en fait, des petites nations souveraines et indépen­dantes, proches des petites unités humaines qui, je l'espère, fleuriront sur Terre après l'éclatement des grandes masses.
Je m'attendais à voir dans ces vieux Cantons une Suisse de carte postale, des paysans en chapeau à plume et culotte de cuir trayant des vaches et faisant du fromage. J'y vis au contraire des petites nations  modernes, industrielles et florissantes, la preuve que de très petits groupes humains peuvent très bien vivre, au milieu d'un monde techno­logique, en sociétés autogérées indépendantes dans la paix, la justice, la prospérité, ignorant les luttes politiques, idéologiques, voire même spirituelles, inévitables dans les grandes masses
Ne rêvons pas ! Les Uranais, les Schwytzois, les Obwaldiens, les Nidwaldiens et les Zougois ne sont pas des Moïse , mais ils vivent déjà en petites unités humaines où ils pourraient devenir des Moïse. Un long travail nous attend pour que notre actuelle mission spirituelle se double d'une mission sociétale appelant les hommes, au nom de l'amour, du pardon, de la paix, de l'intelligence libre de préjugés, à faire disparaître tant leurs cultures intérieures aux dents de fer (Psaume 57/4) que les grandes masses humaines politisées, appelées faussement nations, en vraies nations qui reviendront vers le Père (Rév d'Arès 28/21). Les Pèlerins d'Arès sont aujourd'hui en quantité négligeable, mais — l'inattendu succès du Movimento 5 Stelle italien le montre — ils peuvent demain se montrer influents. La première question qui se pose est : À quel type de citoyen La Révélation d'Arès prépare-t-elle son disciple ? Ce sera comme tout humain un citoyen complexe, mais libre (10/10, 16/1), intelligent (32/5), frère (L/2), libérateur (ix/8) et fondamentalement mosaïque. Comment entendre ce mot ?

Si grand est le prestige de Moïse que dire d'un bon pénitent qu'il est un Moïse paraît incongru.
Pourtant, la Parole qu'entend Moïse ne peut pas être différente de la Parole qu'entend Mikal à Arès.
Moïse n'est ni le chef (Rév d'Arès 16/1, 36/19) que décrit la Bible faussée par les livres d'hommes (35/12) qui l'encombrent, ni le faiseur de lois barbares que le Père trop aimant (12/7) n'a jamais inspirées.
À Moïse, égyptien bouleversé par la misère des Hébreux, il est révélé (Exode 3/4-21 4/1-17) que le Père et Ses Enfants (13/5 = toute la race humaine xii/5) ne doivent faire qu'Un, comme l'Univers (12/4) ne fait qu'Un, pour que règne le bonheur (36/23)
Moïse est un pénitent de référence comme l'est, treize siècles plus tard, Jésus.


Un citoyen mosaïque est un humain sur qui passe le Souffle de l'inépuisable réalité créatrice, qui réapparaît des jours de Noé, d'Abraham, de Moïse aux jours de La Révélation d'Arès.
Le vrai mosaïsme exclut le mythique Moïse, biblicisé comme sauveur des seuls Hébreux. Quand sur le Mont Horeb le Père dit à Moïse : J'ai vu la misère de Mon Peuple... Je suis descendu pour le délivrer (Exode 3/7-8), il entend par Peuple toute l'humanité qui a vécu dans la misère du péché depuis Adam (Rév d'Arès 2/1-5).
Le vrai mosaïsme ne donne ni le pouvoir d'ouvrir la Mer Rouge ni le droit d'écrire des lois et des légendes qui ne sont que livres d'hommes (Rév d'Arès 35/12). Moïse comme tout prophète libère l'homme jusqu'à la fin des temps et s'il ne libére que les Hébreux, c'est parce que sa vie n'est que de 120 ans (Deutéronome 34/1-9). Moïse, d'une façon dont on ignore l'ardue réalité — les "plaies d'Égypte", le "passage de la Mer Rouge" ne sont qu'une saga —, commence à libérer l'humanité par les Hébreux et lance un Exode, qui n'est pas encore achevé, sans cesse interrompu par la religion et la politique depuis 3.200 ans.
La relance de l'Exode — la délivrance spirituelle de l'humanité — me parut tout de suite le fond évident de La Révélation d'Arès et pour cette raison, dès 1974 j'appelai Exode le remise en marche du peuple enlisé dans son péché, ses religions, ses politiques, ses idées, ses habitudes. Dans ce sens, oui, la foi des Pèlerins d'Arès est mosaïque.
Oublions le bébé sauvé du Nil et élevé au palais pharaonique — cette histoire n'est qu'un replâtrage de la biographie légendaire de Sargon d'Akkad — et voyons simplement Moïse comme un habitant d'Égypte dont une Révélation enrichit l'esprit et le cœur. Ne cherchons pas pourquoi le Père choisit Moïse, un assassin (Exode 2/12), et pourquoi 3.200 ans plus tard Il me choisit, moi pécheur comme prophète, et pourquoi ensuite me suivent, comme les Hébreux râleurs et tocards suivent Moïse, des frères et sœurs Pèlerins d'Arès tout autant privés de mérite et capacité prophétiques. Le Père se manifeste à Ses Enfant (Rév d'Arès 13/5) comme il crée l'univers : invariablement de la même façon. Les rapports entre Dieu et Moïse et 3.200 ans plus tard entre Dieu et Mikal sont forcément les mêmes. Comme existe aujourd'hui La Révélation d'Arès exista La Révélation du Mont Horeb, qui a presque totalement disparu. Tenons pour certain que la conversation qu'eut Moïse avec Dieu, manifesté à lui dans un Buisson Ardent, ne se limite pas à ce que raconte la Bible.
Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome (Bible) sont des fables développées autour de quelques vérités dont je ne retiens que le début (Exode 3/1-21-4/1-17) et la fin (Deutéronome 32/1-44) et quelques faits et dires entre les deux. Le sens profond de La Révélation du Mont Horeb se retrouve seulement dans l'esprit de délivrance que Moïse donne à  toutes les épreuves du peuple hébreu dans le Sinaï.
La similitude entre les Hébreux de l'Exode et les pénitents de La Révélation d'Arès se trouve dans l'héroïsme (Rév d'Arès xxxv/4-12) quotidien qu'une telle émigration, qu'elle soit géographique et/ou spirituelle, exige. C'est le sentier rocailleux (25/5) de la pénitence. Le combat tant intérieur qu'extérieur contre le péché y est une action plus lourde que la servitude du péché, mais ce très gros effort trouve sa justification dans le changement, véritable transfiguration. Ce changement, que symbolisent les légendes du passage de la mer, de la manne, etc., résulte de l'effort constant de pénitence rejaillissant en vitalité puissante, seulement temporaire chez les Hébreux qui retombent dans le péché et la religion bien avant que l'Exode touche à sa fin (le veau d'or Exode ch.32), mais qui chez les Pèlerins d'Arès est déjà intérieure avant d'éclater tôt ou tard en insurgeance sociétale définitive.
Comme Moïse a la bouche et la langue pesantes (Exode 4/10), les Pèlerins d'Arès ont dans leur mission du mal à parler au monde, parce qu'il est très difficile de parler d'une vie nouvelle dans un vieux langage et de réveiller une vie de création ininterrompue dans un monde figé dans ses idées reçues dépassées.
Comme Moïse le devint, les Pèlerins d'Arès deviennent bienveillants, réfléchis. Comme lui beaucoup de Pèlerins d'Arès rendent concrètes et transcendantes leurs aspiration abstraites, même si cette transcendance n'est pas encore visible à une société aveugle. Ils laissent à la politique les verges du pouvoir terrestre comme Moïse les laisse à Aaron, mais ils préparent un nouveau monde sans politique, parce que la politique c'est la loi et les institutions qui l'imposent : tribunaux, police, armée, religion, fisc, alors qu'ils veulent rendre libre le monde. Comme Moïse ils n'ont pas d'ambition personnelle et ne poursuivent qu'un but : Le Bien sur terre.

Moïse comme n'importe quel prophète est un modèle,  il n'est pas un chef.
Tout pénitent et moissonneur de pénitent est un Moïse, le frère aîné (Rév d'Arès 16/1) moissonnant les frères humains capables comme lui de se libérer du péché. Le péché uniformise, colle, bétonne, mais le bien disperse harmonieusement comme les coquelicots dans les prés ou les blés. Reste à rendre les coqelicots éternels !
Partout sur terre l'humain devenu pécheur se perd dans l'alcool du péché. Ivre de lui-même, de son égoïsme, de ses désirs et ambitions, il ne produit plus que rarement des œuvres dignes du Créateur dont il garde encore l'image et ressemblance (Genèse 1/26-27), inerte chrysalide. Toutefois, le pécheur peut se désintoxiquer du péché comme Moïse le fit de sa barbarie (Exode 2/11-15). Nous savons que le monde n'est plus très loin du point de non-retour (péché des péchés, 38/2), mais ne l'a pas encore atteint.
Ce n'est pas ici le lieu pour explorer les bas-fonds de la métahysique. Je me limite donc à dire sans développer qu'il existe une universelle analogie entre péché et pénitence  Quoique le pécheur veillisse et meure rapidement — quatre-vingts ans de vie, qu'est-ce que c'est ? —, il peut se rafraîchir, se revivifier au cours d'un Exode qui sera certes très long — quatre générations ne suffiront pas (Rév d'Arès 24/2) —, mais au bout duquel il retrouvera l'Éden, noiera l'absurdité cruelle du monde et réinventera sa liberté absolue (10/10). Cela, il est important de le redire sans cesse, l'humanité ne pourra le faire qu'en se constellant en une myriade de petites unités humaines comme l'Univers se constelle en astres sans rompre l'infinitude de la Création. L'amour et le bonheur ne dépendent pas de la dimension politisée, mais de la diversité libre du peuple.

copyright 2016

Commentaires publiés   (121)     Ajouter un commentaire
Le Pèlerinage (175)
14 mai 2016 
Jésus

Icône présentant une ressemblance avec Jésus
apparu à Arès (Gironde) du 15 janvier au 13 avril 1974,
qui annonça à Michel Potay:
Tu pourras dire: "J'ai vu Dieu" (Révélation d'Arès 37/3)
(façade de la mission de Nice)

La Révélation d'Arès, Parole du Créateur, n’a ni Dieu ni la religion pour propos.
Son propos est l’homme du temps qui vient (30/13), la pénitence (16/17) et la Vie (24/3-4).
Que la Parole fût donnée par Isaïe vers 760 av. JC.,
ou par Jésus en l’an 30 en Galilée (Palestine) ou en 1974 à Arès (France),
ou  par Muhammad en l’an 700 en Arabie,
ou  par la Lumière de Dieu en 1977 à Arès (France),
deux humains ne la comprennent jamais de la même façon.
C'est pourquoi le Créateur fait du Pèlerinage d'Arès un temps de dépassement,
d’oubli des différences, de repli sur le Fond des Fonds (xxxiv/6) ou sur l'essentiel, d'amour,
un Lieu où les diverses façons de comprendre et de prier disparaissent sous la Vie.

Chapelle des Théophanies

Enceinte du Pèlerinage
La chapelle où le Créateur se manifesta à Michel Potay
cinq fois du 2 octobre au 22 novembre 1977 à Arès (Gironde)
aujourd'hui appelée Maison de la Sainte Parole






Le Pèlerinage d'Arès comme La Révélation d'Arès
n'appar­­tiennent à aucune religion.
Les mots tenus pour fondateurs du Pèlerinage furent
prononcés par le Créateur le 22 novembre 1
977 :

Révélation d'Arès xLi/1. Je suis ici.
2. Tu y viens, les frères y viennent.
3. La lèvre prend le Feu dans Ma Main.
4. Le front brûle.
5. Le Feu entre dans l’homme.
6. L’aragne [l’araignée] sucerait-elle le Feu ?
7. Appelle les frères et les frères : "Viens prendre le Feu !
8. "Quand ton pied descendra, ton cri s’envolera haut."
9. Quarante pas nouent Ma Force et Ma Faveur où le front frappe la pierre, où l’œil pleure comme ton œil pleure,
10. où les piques de Mon Feu percent le mal
11. Ma Main blesse l’homme, l’homme vit,
12. sa main élargie monte à Mon Bras.
13. Ici la main d’homme prend Ma Main.

Chaque année, le frère Michel fait le Pèlerinage à Arès pour revivre l'Événement surnaturel dont il fut témoin là en 1974 et en 1977 et redonner le Feu à sa pénitence et à son prophétisme. Ses frères et sœurs qui ont foi dans La Révélation d'Arès l'y accompagnent pour les mêmes raisons, car ils sont témoins et prophètes à sa suite.
Le Pèlerinage d'Arès n’abolit pas les autres pèlerinages sur terre. Il leur donne un sens ultime : Il y a un seul Créateur, le très simple Père du Bien, de quelque façon qu’on le nomme (Créateur, Dieu, l'Éternel, Allah, le Père, Brahmā, etc.). Il est le Saint Qui fait oublier le péché, le temps et l’Histoire, qui ne sont que  que fabrications de l’homme. Le Pèlerinage d'Arès rappelle à l’humain, quelle que soit sa religion, sa meute, qu’il est une espèce unique qui doit changer en bien pour s’éviter de tomber dans le péché des péchés (38/2), c’est-à-dire de plonger dans le mal sans retour.

Pourquoi faire le Pèlerinage d'Arès ?

Ni un Pèlerin d'Arès ni aucun autre humain en quête de salut n'est soumis à des obligations religieuses. Le seul sentier de salut est la pénitence, qui consiste, pour l'immédiat, à aimer son prochain, pardonner les offenses, faire la paix avec tous partout, penser et parler avec l'intelligence du cœur (32/5), être libre (10/10) de tous préjugés, et pour l'avenir à se préparer à tout partager avec tous. De sorte qu'il n'y a pas plus d'obligation de faire le Pèlerinage à Arès que de prier de telle ou telle façon.  Le Pèlerinage d'Arès peut cependant être une puissante nécessité de la conscience personnelle.

Qui peut être pèlerin ?

Tout humain, pourvu qu'il ne soit pas un pécheur ou impénitent entêté (26/11, 36/6) venant pour perturber ou par pure curiosité. Tout humain, quelle que religion ou philosophie qu'il ait, respectueux de l'Événement Surnaturel survenu là est Enfant du Père (13/5) et appelé (4/4). Il est toutefois suggéré au pèlerin qui n'a aucune attache avec les Pèlerins d'Arès d'épouser leurs bonnes habitudes sur ce lieu sacré : tunique (prêtée à ceux qui n'en ont pas ; la tunique en recouvrant les vêtements efface les différences de sexe et de fortune), les pieds nus.

Qui vous accueille ?

Des Pèlerins d'Arès. Pèlerins d'Arès, d'abord un sobriquet dans les années 70, est devenu le nom habituel des disciples de La Révélation d'Arès qui assument de leurs deniers, gérés par L'Œuvre du Pèlerinage d'Arès (Association Loi 1905) l'entretien et le service du Pèlerinage.
Ne formant pas une religion, mais un mouvement spirituel libérateur, les Pèlerins d'Arès ne sont pas jaloux de leur sanctuaire. L’Esprit (33/4-8) de La Révélation d’Arès est d'ouverture. Apôtres de la renaissance de la Vie (24/5) en eux-mêmes par la pénitence et dans le monde par la moisson de pénitents, ils accueillent tous les hommes d'amour, de pardon et de paix, libres de tous préjugés, pour qui n'existe qu'une Vérité, c’est que le monde doit changer (Révélation d'Arès 28/7).

Où êtes-vous reçu ?

Vous entrez dans les locaux du Pèlerinage au 46, avenue de la Libération à Arès dans la maison où apparut Jésus en 1974, qui y dicta, au Nom du Père, L'Évangile Donné à Arès (Première partie de La Révélation d'Arès). Cette maison ne se visite pas — Tu ne feras pas de ce lieu un sanctuaire (40/2), dit Jésus —. Sauf si vous êtes un habitué, vous recevez ici toutes les indications nécessaires. (voir ci-dessous : Informations utiles)

Quels livres sont-ils mis à votre disposition ?

La Révélation d'Arès constituée de L'Évangile Donné à Arès (1974) et du Livre (1977), la Bible (traduction TOB) et le Coran (traduction de D. Masson). Les autres sortes de révélation, vu leurs diversité et imprévisibilité, ne sont pas disposées dans le hall de prière. Toutefois, tout pèlerin peut apporter les livres dans lesquels il est accoutumé à prier.

Prière libre ; aucune cérémonie ou rituel.

Seuls le respect et la discrétion sont demandés aux pélerins. Le Vrai (xxxiv/1-4) s'épanouit comme les fleurs de printemps partout où le Souffle s’exhale (2/14) et où l'humain n'a d'autre intention que le Bien. Le salut n’est pas donné par les mots, qui ne sont que des aide-mémoire, mais par la pratique du Bien ou pénitence (30/11), dont le pèlerin, quelles que soient ses habitudes de foi, vient à Arès ranimer le Feu.
Le fidèle d'une religion, juif, chrétien, musulman ou autre, est parfois étonné de la latitude qui lui est laissée de prier comme il veut autant que du bonheur qu'ont les Pèlerins d'Arès de partager avec lui leurs habitudes de piété (la tunique, les pîeds nus, etc.), quoiqu'ils ne l'y contraignent pas. C'est parce qu'il ne perçoit pas tout de suite que le Pèlerin d'Arès n'est autre qu'un homme ou femme de bien, un pénitent sans religion qui ne différencie pas entre eux tous les pénitents sur terre, quelles que soient leurs métaphysiques personnelles.
Les Pèlerins d'Arès sont eux-même divers. Il y a ceux qui ont choisi d’appartenir au petit reste et qui s’appliquent strictement à la mission spécifique du témoin ou prophète de La Révélation d’Arès, mais qui ne se croient pas pour autant supérieurs. Il y a ceux qui, à des niveaux différents et pour des raisons variées, suivent des entiers moins stricts. Dans tous les cas, cependant, La Révélation d’Arès ramène la foi à la quête du Bien, à la renaissance de l’image et ressemblance du Créateur (Genèse 1/26-27) au fond de chaque créature qui s'est mise à aimer (2/12, 25/2-7, 27/4, 28/10-15), parfois même trop (12/7) s'il le faut, à pardonner (12/4), à faire la paix (xxv/11, 13/8, 15/5, 28/15, 36/17), à retrouver l'intelligence (32/5)spirituelle et à se rendre libre (1/10) de tous préjugés. Voilà comment l’homme fera se lever le Jour (31/8) du bonheur (26/23). Ce qui rassemble les Pèlerins d’Arès, ce n’est ni un registre, ni un dogme, ni un signe visible ; c’est la puissante conviction que le Bien seul vainc le Mal, crée l'âme et sauve l'individu comme le monde.

Où et quand a lieu le Pèlerinage d’Arès ?

L'été à Arès en France (33740, Gironde),
46, avenue de la Libération,

Trois périodes :
du 21 juin au 4 juillet,
du 12 au 25 juillet,
du 2 au 15 août. 

Pendant les trois périodes, la Maison de la Ste-Parole (où se manifesta le Créateur en 1977) est ouverte
lundi, mardi, mercredi et jeudi de 18h à 21h
vendredi de 08h30 à 11h30,
samedi, dimanche ainsi que les 14 juillet et 15 août (sauf s'ils tombent un vendredi) de 17h30 à 21h,

Chaque pèlerin prie et/ou médite librement sans déranger les autres.

Informations utiles :
À l’entrée, on ne demande ni son nom, ni sa religion au nouveau pèlerin. On lui pose seulement deux questions : "Croyez-vous que La Révélation d’Arès, la Bible et le Coran viennent du Créateur ?" et "Aimez-vous tous les hommes et leur pardonnez-vous leurs offenses ?"
S’il répond oui aux deux questions il est accueilli par des frères ou sœurs qui lui rappellent le sens de La Révélation d'Arès et du Pèlerinage d’Arès.
S’il répond oui à une seule des deux questions, il est accueilli de façon plus attentive.
S’il répond non aux deux questions, on lui pose une troisième question : "Pensez-vous que quelque chose de spirituellement important et respectable s’est passé sur ce lieu ? Venez-vous pour y méditer et respecterez-vous la paix et les habitudes de ce Pèlerinage ?"
S’il répond oui à cette question, il sera reçu de façon particulièrement attentive et explicative par les frères et sœurs d’accueil avant d’être accompagné jusqu’à l’exèdre, qui est l'antichambre de la salle de prière.
S’il répond non, on regrettera de ne pas pouvoir le laisser entrer.

Que savoir, si vous voulez devenir membre du petit reste (24/1) ?
Il n'existe ni registre, ni fichier central, ni rite ou conditions d'admission dans l'Assemblée de ceux qui croient dans La Révélation d'Arès, parce que, par principe, ce seront à terme, au Jouril n'y aura plus ni jour ni nuit, où la Lumière couvrira tout (31/8), tous les Enfants (13/5) du Créateur, tous les hommes de Bien.
De ce fait, on ne peut distinguer que deux sortes de disciples de La Révélation d'Arès : Ceux du petit reste — les Pèlerins d'Arès que le témoin orthographie avec un grand P — et tous les autres, le grand melting-pot des pèlerins d'Arès petit p. Les uns et les autres étant de toute façon des pénitents, le salut n'est pas plus garanti aux uns qu'aux autres, car qui peut savoir qui est sauvé, qui n'est pas sauvé ? (11/3).
Les Pèlerins d'Arès du petit reste sont les seuls définissables, parce qu'ils comprennent La Révélation d'Arès et la mettent en pratique comme le prophète aussi strictement qu'ils peuvent. Les autres comprennent La Révélation d'Arès et la mettent en pratique de manières nombreuses et diverses.
Mais tous, Pèlerins d'Arès et pèlerins d'Arès, sont radicalement différents des croyants traditionnels, qui cherchent leur salut dans les dogmes, lois et préjugés d'une religion. Le Pèlerin d'Arès comme le pèlerin d'Arès est une conscience libre (1/10). Il contribue au salut ou changement du monde (28/7) par sa pénitence (pratique de l’amour, du pardon, de la paix, de la libre intelligence du cœur) et par sa continuelle moisson de nouveaux pénitents. Sa foi est conscite (xxii/14), c.-à-d. basée sur la seule conscience que La Révélation d'Arès explique toutes les Écritures historiques encombrées de livres d’hommes (35/12). Pèlerins d'Arès comme pèlerins d'Arès concourent à la renaissance du christianisme originel du Sermon sur la Montagne (Matthieu ch. 5 à 7).

Le Feu de la simple vie spirituelle, qui est la quête du Bien,
voilà ce qu'on vient ranimer au fond de soi à Arès pendant le Pèlerinage.

copyright 2016

Commentaires publiés   (118)        Ajouter un commentaire
12 avril 2016 (0174)
de la vie à la Vie

"La vie est un court exil," dit Platon,
mais la Vie, l'Autre, une fois retrouvée (Révélation d'Arès 24/5) nous redonnera l'infini Bonheur.

La Vie

Rejoins-moi à la pénitence et à la moisson !
Partons ensemble sur les Rivages de la Vie !
(Paraphrase de La Révélation d'Arès 25/4)

Le christianisme a engendré une société qui est à peu près tout le contraire de ce que prescrit Le Sermon sur la Montagne (Matthieu ch. 5 à 7) ; on peut dire la même chose à propos du judaïsme et de l'islam. Mon vœu le plus cher est que la foi issue de La Révélation d'Arès ne soit pas comme eux récupérée par le système d'Adam (Rév d'Arès 2/1-5), afin qu'on ne reproche pas un jour à la descendance (39/10) des Pèlerins d'Arès des fautes, des injustices, des crimes, des mensonges, des dominations, que ne prescrit pas la Parole.
Nul n'ignore que sortir de la Parole inaccomplie, c.-à-d. de la contradiction existant entre Parole et vie sociétale, sera un labeur (Rév d'Arès 31/6) beaucoup plus difficile que celui de convaincre la masse de la véracité de La Révélation d'Arès.
Rappelons-nous que le Père ne nous envoie pas semer (6/2), mais moissonner les pénitents, ceux auxquels parle encore l'image et ressemblance (Genèse 1/26) du Créateur, l'aigle blessé mais pas mort qui gît (28/6) au fond d'eux, ceux qui renoncent au Mal et recréent le Bien et qui ne dévient pas.
Tout est dans la pratique du Bien, dans ce que La Révélation d'Arès appelle la Parole accomplie (35/6). Tout Pèlerin d'Arès sait que ce n'est pas le dogme, l'idéologie, la loi des rats (xix:24), la loi qui est (28/8) religieuse ou politique, qui le sauve et sauvera le monde, mais l'accomplissement, la pratique du Bien, qui est la Loi qui vient (28/7), qui ne sera ni concoctée ni écrite, mais qui vivra dans le cœur humain où il faut la réveiller.
Ce n'est pas l'Éternel, Dieu, le Père, Allah, qui accomplit  ; c'est l'homme.
Le Bras de Dieu, certes, porte la main qui tient l'épée, le Fer (Rév d'Arès 35/14, xLix/2), mais c'est l'homme qui abat le Mal, qui taille (xx/6) le Bien.
Nous ne refabriquerons pas Moïse, Jésus ou Muhammad comme la religion les a refabriqués. Nous ne ferons pas un Jésus ou un Muhammad socialiste ou monarchiste, prolétaire ou capitaliste, tyrannique ou révolutionnaire, croisé ou ermite. Il n'y a qu'une Vérité, celle du Bien ou du Père de l'Univers (Rév d'Arès 12/4) et nous n'avons pas la Vérité aussi longtemps que nous ne sommes pas conformes au Bien.
Le Bien en reconstruction, c'est la pénitence. Être pénitent c'est aimer son prochain, quel qu'il soit, pardonner toutes les offenses, faire la paix avec tous, faire preuve d'intelligence chaleureuse et libre de tous préjugés, et plus tard, après une longue et totale refonte sociétale : partager tout avec tous.
Tout cela implique qu'il faut quitter la vallée grasse (Rév d'Arès 26/4), faire l'ascension vers les Hauteurs (7/1), inverser le sens des consciences que nous a fabriquées le système, mais cela implique aussi de ne pas renier le passé, car on ne renie pas sa mère, même si on ne se conforme pas à ses vues. On les dépasse ; sinon on peut tomber dans l'aversion, voire même la haine, et revenir au système, qui est duel. Or, l'homme saint (Lévitique 19/2) est non-duel, lié au destin de l'humanité comme au Destin de son Créateur, lié au passé comme au présent et à l'avenir, au local comme à l'infini. Cela rend parfois notre tâche déchirante, mais ne peut être évité, parce que nous ne pouvons pas aimer l'homme présent si nous n'aimons pas aussi l'homme passé, quel qu'il fût. Reformulons le monde dans le Tout !
Nous devrons longtemps empêcher la vraie foi de redevenir religion, idéologie, politique, morale toujours imbibées du système et de ses catégories, toujours habiles à trouver leurs justifications. Nous ne pouvons pas comme la religion être un pot certes joli, mais fleurissant des modes et des intérêts du moment. L'humanitaire et le social ne nous rendent pas forcément plus vrais dans le Bien. Nous chercherons le Sublime qui dépasse les modes, les mœurs, les idées reçues, les différences, les jugements, car tout peut cohabiter, pourvu que le Bien règne.
La quête du Bien que nous commençons n'est pas un sentier facile. Ce sentier fait passer de la vie à la Vie (Rév d'Arès 24/5) sur des rocailles, mais le Père n'a-t-il pas promis de laver nos pieds écorchés (25/5) ?

copyright 2016

Commentaires publiés  (85)      Ajouter un commentaire
6 mars 2016 (0173)
vraie piété 

Depuis peu les télescopes Hubble et Spitzer ont fait voir la galaxie Tayna à 13 milliards d'années-lumière.
Or, voir une chose sans la vivre fait tout juste frémir le cerveau, ne sert à rien.
Les télescopes ne sont pas existentiels ; ma vraie piété l'est.
Elle ne me fait pas voir, mais vivre
l'Univers (Rév d'Arès 12/4), l'Étalé (ii/4).
Si je m'agenouille ou me prosterne, ce n'est pas par soumission ; c'est pour ne faire qu'Un avec la Terre que m'a donnée le Père (Genèse 1/28-30) et à travers elle ne faire qu'Un avec l'Infini dont elle et moi sommes d'inséparables atomes.

Vraie Piété

Debout, assis, agenouillé, allongé, pas d'importance,
car mon âme n'est ni debout, ni assise, ni à genoux, ni allongée.
Mon âme EST si je suis un pénitent, un indivisible élément de la Vie
qu'il nous faut retrouver (24/8)

Sauf Père de l'Univers qu'Il recommande de dire trois fois le jour, une fois la nuit (12/5), le Père ne fixe pas de règle de prière (Rév d'Arès 25/6), mais Il en enseigne l'esprit, qu'il appelle la vraie piété (35/6).
La pénitence suffit pour créer l'âme et changer le monde, mais les frères et les sœurs du petit reste (24/1) voient la pénitence et la vraie piété aussi insépa­rables que la Terre et l'Univers : L'une s'efforce de vivre sans l'autre, mais l'autre ne vit pas sans l'une. Le petit reste veut redonner à la Création sa cohérence épanouie en y restaurant Éden qui fut bien autre chose que l'habitat d'Adam et Ève.

Quiconque entre en pénitence (Rév d'Arès 8/6) se libère du mal (30/11) et contribue à libérer le monde du mal (28/7), mais sans vraie piété (35/6) la pénitence peut ne pas retrouver les puissants courants des Fleuves d'Éden (35/2-3) et n'être qu'une mare (30/2), une morale. Certes, la morale pénitentielle sauve, mais pourquoi pas plus que le salut ? Pourquoi pas comme Jésus être fait un Dieu, se fondre dans le Père (2/13) ?
Dans le Bien vécu est la force de délivrance du Mal, mais la Parole vécue y ajoute la force de transfiguration. Il faut sortir la Parole des livres pour l'accomplir tout à fait.

Pas plus que ne le fait l'Évangile Palestinien la Parole d'Arès ne réglemente la prière. Alors que la religion, quelle qu'elle soit, impose le carcan de ses règles, la vraie piété du Pèlerin d'Arès est libre (10/10). Le Pèlerin d'Arès est maître de sa piété. S'il hésite on peut lui faire des suggestions, mais en dernier ressort c'est lui qui en décide les textes, les formes, la fréquence.
Libre de corps, d'esprit et d'âme (17/7) l'humain comme l'enfant enlace le Tout Qui lui enseigne (16/11) comment accomplir son salut et préparer le salut du monde. Comme vaste est ce Tout, le pénitent ne peut en enlacer chaque jour qu'un petit peu, mais peu + peu = Tout avec Quoi il ne fait qu'Un.

L'Enseignement (Rév d'Arès 16/11-14) redonné au monde à Arès, en 1974 et 1977, appelle l'humain à se vider de ses objectifs matérialistes mortels et à remplir peu à peu les vides avec la Vie (24/5) d'avant le péché. Comment ? Par la pénitence.
Être pénitent, c'est aimer sans condition, pardonner les offenses, faire la paix, être spirituellement intelligent (32/5) et libre (10/10) de tous préjugés à l'égard de tout vivant. Être pénitent, c'est gravir les Hauteurs du Bien (25/4). Cette ascension qu'accompagnera la vraie piété ne s'interrompra jamais de génération en génération (24/2) jusqu'au Jour du Bonheur retrouvé.

La pénitence ne va pas sans vraie piété. Comment bien pratiquer celle-ci ?
Pour un Pèlerin d'Arès les credos, les grandes supplications et glorifications collectives, les cérémonies, les rituels, les chapelets, etc., n'ont rien à voir avec la vraie foi. La vraie foi repose sur la pénitence, dont la vraie piété est l'idéal rappel quotidien, qui consiste à faire prononcer la Parole par les lèvres de l'Enfant pour qu'il persiste à l'accomplir. Mais la pénitence diffère d'un individu à l'autre, parce qu'il n'existe pas deux pécheurs semblables, même poursuivant le même objectif spirituel. C'est la vraie piété qui soude les pénitences très diverses à leur but unique: le Bien, le Dessein Créateur. C'est pourquoi la vraie piété est souple, adaptable en forme et contenu.
Former un Tout avec l'Un dans une variété indénombrable de pécheurs, faire des contradictions humaines la richesse infinie du soi ou toi (xxiv/1) intime avec l'Univers, la semence (5/1) d'universalité immortelle contenue depuis toujours dans l'Un que nous sommes avec Dieu l'Étalé, l'Infini créé, le Tout, cette extraordinaire gageure, c'est la vraie piété qui la réalise en permettant à chacun de la personnaliser. C'est cette personnalisation, cette liberté du priant, qui détache radicalement la vraie piété de la prière religieuse.

En rigidifiant et rabâchant sa prière, même bellement chantées, la religion l'a vidée de sa force créatrice. À la prière religieuse, réduite à des aspirations, Dieu ne répond pas. La religion a subi la colonisation du rêve d'Adam (Rév d'Arès 2/1-5). La vraie piété décolonise l'humain, le délivre du rêve religieux. La vraie piété embraye sur la réalisation de la Parole, elle fait du pénitent un co-créateur du monde ; il aime, pardonne, use de sa libre intelligence concrètement.

Chaque Pèlerin d'Arès choisit chaque jour de la Parole le passage dont il a besoin et la façon dont il la prononce, qu'il prie chez lui en prosternement, ou assis dans l'autobus, ou marchant, ou dans son lit.
La supplication, dans la peur et la souffrance, et la glorification, dans l'exaltation et la joie, ne sont pas interdites, mais elles ne sont que soulagements émotionnels et ne servent à rien, parce que
primo, le Père connaît le besoin de l'humanité avant qu'elle le Lui demande (Matthieu 6/8), mais Il l'a faite libre (10/10) du Bien et du Mal et puisque, comme Créateur, il considère le potentiel, non la situation du moment et il n'interviendra pas aussi longtemps qu'il saura l'homme potentiellement fantasque et réattiré par le Mal quand le danger est écarté,
secondo, le Créateur n'a pas à être glorifié comme une idole, puisqu'il est notre Père, pas notre asservisseur, et nous sommes ses Enfants (Rév d'Arès 13/5), pas ses asservis ; il porte en lui sa Gloire éternelle qu'il souhaite nous faire partager (37/9).
tertio, l'entier contexte de La Révélation d'Arès indique que nous recevons la Grâce non du Père, mais de nous-mêmes ; nous savons qu'à la pénitence nous puisons la Puissance et à la vraie piété la Connaissance (Rév d'Arès 39/2), qui vaincront le Mal.

Ma pénitence remue mes faims, soifs et envies, mes fatigues et mes peines ; c'est lourd, mais grâce à la vraie piété ma pénitence s'allège, puisque le Père me parle. La religion cite la Parole, mais ne la fait pas parler au sens fort de "parler". Les grandes cérémonies et prières innombrables, très réglementées de la religion n'ont pas fait grand chose pour changer l'humanité de l'intérieur. La religion n'a redonné qu'à quelques individus humains, exceptionnels, leur autonomie spirituelle et leur bonté initiale. Alors, le Père a renvoyé son Messager Jésus et est  redescendu Lui-même à Arès pour crier à tous : Changez vos vies ! (30/11). Comment ? Très simplement : Ce qui te sauve, ce n'est pas ce que tu crois, contrairement à ce qu'ont prétendu Paul et les Églises à sa suite (Romains 3/28, Éphésiens 2/8-9), mais ce que tu fais pour battre le péché, même si tu ne reconnais pas la Voix du Père (28/12). La foi du Pèlerin d'Arès se bâtit sur une causalité tout autre de la causalité religieuse qui prétend que seules sauvent la foi et l'obéissance à la religion.
Tout disciple de La Révélation d'Arès est un chrétien basal, un pénitent qui applique le Sermon sur la Montagne, mais c'est aussi n'importe qui avec ou sans religion qui pense qu'il doit devenir bon, parce qu'il est un atome indivisible de l'humanité tissée de virtualités et de latences d'amour, d'intelligence et de bonheur capables de vaincre la souffrance et la mort comme le pénitent de référence : Jésus, vainquit la mort. Ainsi l'homme crée-t-il son âme qui s'ajoute à sa chair et à son esprit (Rév d'Arès 17/7). Ainsi est-il capable de changer le monde (28/7).
À la pénitence le Pèlerin d'Arès du petit reste ajoute la vraie piété, Dieu lui rappelant chaque jour qu'il faut accomplir le Bien, mais plus que cela : Dieu dans le sublime mystère du Créateur qui n'est pas l'origine de son propre Être, mais qui est l'Étre hors du temps (12/6) et qui, ô merveille, propose à l'homme, son Enfant, de n'être plus le dérivé mortel qu'il a fait de lui-même (2/1-5), mais de sortir du monde phénoménal et de s'unir à l'Être sans origination ni temps.

copyright 2016

Commentaires publiés   (119)        Ajouter un commentaire
6 février 2016 (0172)
mensonge

La Genèse parle par paraboles.
Dans la parabole de l'arbre fruitier interdit (Genèse 3/4-5) le serpent dit à la femme: "Dieu a dit que vous mourriez

si vous mangiez ce fruit, parce qu'il a peur que vos yeux s'ouvrent et
que vous deveniez comme des dieux maîtrisant la question du bien et du mal."
Ainsi le Mal commença-t-il par un mensonge.

Eve et la pomme
tableau célèbre de Cranach

Péché est un nom collectif, quelques formes que le péché prenne, désignant tous les comportements humains incom­patibles avec le Dessein du Créateur. Le Dessein est le Bien. Est homme du Dessein (Rév d'Arès 28/27) quiconque s'efforce d'abandonner le péché (39/6), de restaurer en soi l'image et ressemblance (Genèse 1/26-27) du Bien.
Il arrive dans la Parole d'Arès que le mot péché désigne des formes particulières du péché comme le péché d'adoration (39/4), le pire des péchés (29/5), les péchés d'Adam (28/8), etc., mais il s'agit de caractérisation, non de hiérar­chisation. Ainsi le péché des péchés (38/2) ne désigne-t-il pas le péché devenu plus inhibiteur du Bien et plus stimulateur du Mal, mais le péché quand plus aucun humain n'essaiera de s'en corriger.
Le mensonge n'est donc pas une forme du péché plus dangereuse qu'une autre, mais une forme plus préoc­cu­pante actuellement.

Pour le Père, qui est hors du temps (Rév d'Arès 12/6), toutes les formes du péché nuisent à la vie spirituelle, au Bien donc. Mais pour l'homme, l'Adam qui entra dans le temps (12/6) en usant des dons de créativité et de liberté qu'il avait reçus du Père, rejetant le Dessein, se créant ses propres valeurs, son propre dessein et s'en étourdissant tellement qu'il en meurt (2/5), les formes du péché ont varié en fréquence. Il fut un temps où, l'avidité matérielle dominant la vie, les formes du péché les plus fréquentes furent le vol, le meurtre, l'esclavage, la conquête, bref, la barbarie. Aujourd'hui, l'avidité intellectuelle domine et le mensonge paraît la plus fréquente forme du péché. C'est toujours la barbarie, mais en forme de rose, parfois même avec un délicieux parfum.

Si la contre-vérité est aveugle ou passionnée, elle n'est qu'erreur. Si la contre-vérité est lucide, elle est mensonge. Avant que Jésus me parle en 1974, je vivais dans l'erreur. Après, mon erreur serait devenue mensonge, si je n'avais quitté l'Église et entrepris de changer ma vie (Rév d'Arès 30/11). Même si, né dans une génération hyperpécheresse, je reste imparfait, je n'ai jamais eu la mauvaise foi de l'homme qui se perpétue sur une idée satisfaisante de lui-même. Il n'est pas de plus pernicieux mensonge que le mensonge sur soi.
La construction la plus sacrée du Bien est celle de la Vérité. Dans le verset : La Vérité, c'est que le monde doit changer (Rév d'Arès 28/7), Vérité ne désigne pas un état, mais une lente et constante quête. La Vérité pour Dieu est donc action, quelque chose qui commence, qui évolue de génération en génération (24/2-4) et qui enfin se change en ce merveilleux Jour du Père (31/8), quand le monde redevient le jardin qui ne fane pas (xvi/17) : Éden. C'est assez dire que le mensonge est actuellement le plus fréquent tueur d'avenir.
Je me souviens, parce qu'ils formaient un mensonge caricatural, des propos de M. François Hollande au cours de la campagne électorale de 2012. Dans un face-à-face télévisé, exprimant son profond mépris pour Nicolas Sarkozy, il promit de renverser le cours des choses, d'éradiquer le chômage, la dette française, etc. Nul n'aurait pu plus mensongèrement s'affirmer comme un phénix et débiter autant de projets irréalisables, mais il faut admettre que le résultat allait être des plus heureux pour le trompeur. Il fut élu Président de la République. Un tel exemple présente le mensonge comme un moyen officiel, reconnu, de réussite. Aussi serait-ce, inversement,  leur franchise qui nuit à nos missionnaires ?
Cela pose une question terrible : le mensonge serait-il aujourd'hui l'expression de la vérité ?
Depuis très longtemps mensonge et séduction ne font qu'un, parce que le mensonge peut se travailler, se polir, sonner plus vrai que le vrai, tandis que la vérité vraie est souvent déplaisante, invraisemblable, voire sonne faux. C'est dans ce sens qu'Érasme écrivit dans "Stultitiæ Laus" (Éloge de la Folie) : "L'esprit humain est fait de telle sorte qu'il est moins séduit par la vérité que par le mensonge." Dans les années 90 un pèlerin de passage à Arès me dit : "Votre mission est très maigrement fertile. Pourquoi racontez-vous que Jésus et Dieu vous ont apparu et parlé ? Ces faits sont invraisemblables. Éditez La Révélation d'Arès sans en préciser l'origine surnaturelle. Laissez chaque lecteur en imaginer l'auteur, qui ainsi peut être vous-même, ou un rêve que vous avez eu, ou le fruit d'une longue réflexion, ou Dieu pour quelques rares qui voient clair. Taire la vérité n'est pas mentir et l'apostolat aura de moins maigres résultats." Je lui répondis : "Laisser les autres se mentir est mentir. Voyons donc ! Jésus m'apparaît et me parle dans son corps transfiguré et le Créateur descend de l'Infini, se réduit à un gros clou (Rév d'Arès ii/21) pour me parler et je cacherais ces extraordinaires événements surnaturels qui sont déjà eux-mêmes un Message ?"
S'il y a un problème du mensonge, je ne crois pas qu'il soit dans le choix entre une vérité déformée, une menterie vraisemblabilisée, un mensonge "qui dit la vérité". Le problème se situe dans la noyade de l'esprit par les mensonges qui ont inondé le monde. L'esprit noyé a perdu sa perspicacité, il n'est plus capable que de scepticisme ou de sa forme extrême : l'incrédulité ou pyrrhonisme absolu. De là viennent d'innombrables maux comme dans la vie spirituelle l'indifférence du public devant La Révélation d'Arès et notre mission, comme dans la vie démocratique le fatalisme des électeurs qui ne sont pas dupes des mensonges des candidats qu'ils élisent. Tout le monde se dit, les électeurs comme les élus : "Que les choses continuent par la routine — routine du mensonge comprise — plutôt qu'elles ne tombent dans le chaos !" Et nous avançons tous lâchement, presque aveuglément ainsi. Je sais que le chaos serait bien meilleur pour tout remettre à plat, stopper le mensonge, repartir de la seule vérité, mais pour l'heure je me meus dans la grisaille de l'à-peu-près. J'ai laissé voler comme des vautours les mensonges des candidats que j'ai élus en 2012, m'assurant seulement qu'ils ne nuiraient pas à notre mission. Je bats ma coulpe d'homme imparfait réduit à se débrouiller dans un monde mensonger.

La seule alternative absolue au mensonge est le silence, quoiqu'une alternative acceptable puisse être l'inexactitude. On sait, par exemple, que si j'ai écrit les "Récits, Notes et réflexion du témoin" à propos du Livre (voir les éditions de 1987 et 1995 de La Révélation d'Arès, http://www.adira.net), c'est sur l'insistante incitation de mon épouse Christiane, alors que je voulais rester silencieux à propos du surnaturel pour moi indescriptible, relevant d'une physique pour laquelle nous n'avons pas de mots. Aujourd'hui je suis trop heureux de l'avoir fait, même si ce n'est qu'une approximation. Parfois l'inexactitude est vérité. Cela me conduit à penser que nous sommes tous menteurs par insuffisance des moyens de la vérité, parfois aussi par peur, par délicatesse, par défaut de mémoire, etc. Quand Isaïe décrit sa vocation (Isaïe 6/1-13), il est, c'est évident, inexact, voire inventif, parce qu'il raconte l'irracontable. Quand nous racontons quoi que ce soit nous sommes tous inexacts, incomplets, parce que le dire ou l'écrire ne peut pas rendre compte de l'agir ou du voir. Quand chaque jour je dis à sœur Christiane: "Je vous aime," je mens, parce qu'aucune parole ne peut décrypter l'émoi qu'elle cause en mon cœur. Il faudrait pour dire "aimer" mille mots. Alors, je comprends l'ermite qui se retire au haut d'une montagne dans le silence total et cependant je ne l'approuve pas, parce qu'il se dispense égoïstement et coupablement de répéter aux hommes qu'ils doivent fouiller leur désert spirituel pour y retrouver la Vie (Rév d'Arès 24/4).

Cependant, je trouve regrettable et nocif que des hommes doctes disent que "condamner le mensonge sans discernement empêche de l'étudier." Pourquoi étudier le mensonge ? Ce n'est pas plus nécessaire qu'étudier l'assassinat ou le vol. Les politiciens et les marchands sont particulièrement menteurs, tellement que depuis longtemps rien de ce qu'ils disent ne paraît incontestable. La créativité mensongère est détestable. La possibilité de mentir qu'a seul l'homme parmi tous les vivants terrestres ne m'intéresse pas, elle me fait même peur très souvent. L'inclination de l'homme au mensonge porte beaucoup de monde à s'écarter des idéologues, des publicitaires, des religieux, bref, des beaux parleurs. Mais il y a des parleurs qui parlent sans mentir, et même parler est leur seul moyen de mettre les hommes en garde contre l'erreur. Je suis dans ce cas.
Depuis quarante-deux ans des personnes me disent ou m'écrivent : "Vous êtes un menteur tellement chevronné que vous avez fini par croire à vos mensonges." Je ne peux que leur répondre: "Je dis la Vérité qui ne correspond pas à votre vérité." Du reste, même beaucoup de ceux qui m'ont honoré de leur confiance ne m'ont pas suivi. Combien d'anciens amis me dirent dans les années 70 et 80 : "Les visites de Jésus et de Dieu à Arès sont sûrement vraies, mais ça ne me concerne pas."
Alors, çà et là, je me tourne vers le Père et lui dit : Quelle tâche terriblement ingrate tu m'as confiée là ! Le Fond de ma tâche prophétique est tapissé d'invraisemblance, de vérités que rejette la culture, parce que dans ce monde il y a des événements étiquetés "Croyez-y !" et d'autres étiquetés "N'y croyez pas !", et parce que les vrais menteurs sont tellement habiles que le mensonge est devenu la vérité du monde ; toutes les oreilles s'ouvrent au mensonge avec confiance, mais se ferment à moi avec méfiance." Comme l'avait observé le Docteur Freud, je ne peux que répéter sans relâche — sans me lasser, dit La Révélation d'Arès (26/15) — ce que je ne pus pas dire une bonne fois pour toutes, parce qu'alors le silence aurait depuis longtemps anéanti le Message du Père aux hommes. Je répète sans relâche la Vérité, je ne la maquille jamais, je ne l'invoque jamais par prétérition. Je vis dans l'espérance qu'en me tenant à ma mission, elle réussira avec l'aide de mes frères et sœurs.

copyright 2016

Commentaires publiés (94)          Ajouter un commentaire
1 janvier 2016 (0171)
Non-dualité

Le soi est tout à la fois personnel et illimité, étroitement lié au quotidien comme à l'absolu, au sacré universel, au mystère de Dieu
(Similarité entre Çamkara et la Lumière contextuelle de la Parole d'Arès)
Le vrai  sacrifice est intérieur ; il faut l'âme et non barbouiller de sang les idoles (Çamkara et Révélation d'Arès xiv/2).

Le Mal ne sera jamais vaincu par la religion, la politique, les lois, la police, les tribunaux, les armées.
Seul le Bien le vaincra, le Bien accompli par chacun de Mes Enfants, le Bien les ramène à Moi, au Tout.
Voilà résumé Ce Que dit La Révélation d'Arès.

28 décembre 2015
À mon bureau
28 décembre 2015
photo par Sœur Christiane

Des gens, assez nombreux, croient vraie La Révélation d'Arès, mais s'interrogent sur ce que je suis. Ils me demandent : "Vous diffusez et défendez ce Message apporté par Jésus en 1974, complété par le Créateur en 1977, mais vous, Michel Potay, qu'êtes-vous depuis lors ?"
Je réponds : "Je suis un témoin du Père." Cette réponse me paraît raisonnablement modeste et intègre, parce que je n'ai aucune qualité qui me permette d'être plus qu'intègre et modeste.
Des questionneurs tiquent, se demandent si je ne suis pas un faux humble, ils veulent entendre de ma bouche le mot qu'ils attendent : "Mais La Révélation d'Arès ne vous appelle-telle pas prophète ?" Je réponds : "Puisqu'elle m'appelle ainsi, c'est qu'il en est ainsi." Je ne peux qu'accepter cette appellation, mais j'en parle rarement à la première personne. Quand m'effleure l'idée que je suis prophète comme Noé, Abraham, Moïse, Isaïe, Jésus, Muhammad, je suis dans une grande confusion. Rien de l'auguste iconographie qui recouvre ces hommes prestigieux ne me semble convenir à l'homme ordinaire que je suis. Pourtant, cette iconographie n'est guère qu'un imposant trumeau doré sur la grande cheminée du monde, car ces hommes comme moi épluchaient leurs patates, mangeaient, se grattaient, pissaient, baillaient, avaient mal aux dents et j'en passe.
Quand quelqu'un me demande : "Pourquoi Dieu vous a-t-il choisi, Michel Potay ?" Je réponds : "Je ne crois pas qu'il m'ait choisi, puisque je n'ai aucune des qualités qu'on prête à un prophète. Je pense que Dieu s'est dit: Tous les hommes étant pécheurs, n'importe lequel fera l'affaire." Il a mis dans un grand chapeau les noms de tous les humains sur des petits papiers et Il a tiré au sort. C'est tombé sur moi.
Cependant, je ne peux nier que j'ai appris ce qui soude l'Enfant au Père, ce qui ne fait des deux qu'Un, qu'ont désappris nos religions qui ont fait faussement du Père un juge et de l'homme un justiciable. Je ne peux nier que je suis le seul témoin de la Sainteté, de la Puissance et de la Lumière que chaque homme pourra partager à nouveau. Je ne peux nier que je suis le témoin dont le nom franchira l'espace et le temps jusqu'au Jour où il n'y aura plus ni jour ni nuit, où la Lumière couvrira tout sans cesse, où la terre rendra ses poussières sous forme d'humains transfigurés. Jusqu'alors j'aurai peut-être mon nom dans quelque dictionnaire modeste, à moins que le monde refuse obstinément et partout de suivre l'Appel à changer en Bien (Rév d'Arès 28/7) ou me voie définitivement comme un halluciné, auquel cas ce seront, au Jour du grand Changement final, des milliards et des milliards de regards creux et blancs de spectres qui imploreront le Père quand Il descendra visiter ses Granges (Rév d'Arès 31/8-11).

Rien de ce qui se sera passé entre 1974 et le Jour du grand Changement ne tiendra à moi, car je ne fais que transmettre ce que j'ai reçu. Le succès ou l'échec de l'Appel d'Arès tiendra aux humains. Quelques uns m'écoutent et m'aiment, ce sont les Pèlerins d'Arès. D'autres plus nombreux m'écoutent et en font à leur tête ou se moquent ou me fustigent. L'immense humanité, elle, m'ignore pour l'heure. On écrira ou discourra peut-être sur moi, mais comment ? Avec vérité ? Pour faire une légende ? Pour dire que je n'ai rien compris à ce que j'ai vu et entendu à Arès ? De toute façon, je gêne — en cela du moins je suis bien prophète —  je remets en cause les religieux comme les athées traditionnels, leurs interprétations "sacrées" ou sacrilèges. Je ne suis d'accord avec personne, parce que mon interprétation est la seule à considérer : Parole de Mikal Ma Parole (Rév d'Arès i/12)
.

Le Souffle de La Révélation d'Arès est tout autre que tout ce qui s'entend et se lit dans notre aire apostolique (Rév d'Arès 5/5-7). Il faut sans doute remonter à Çamkara* pour en trouver le dernier écho humain fort, sauf que Çamkara fut un jeune prophète et que j'en suis un vieux, qu'il fut indifférent au monde et que le Père me demande d'y baigner, qu'il ne s'adressa pas au monde émotif alors que c'est mon interlocuteur, et qu'il vécut dans un territoire mental que le Père n'assigne pas à notre mission. Çamkara, c'est la non dualité: aucune séparation entre l'être qu'est chacun de nous et le Tout, une évidence dans La Révélation d'Arès : Sois Un dans Toi (xxiv/1). Sors là où... ta main a vingt doigts comme la queue du soleil... où le fer bout dans ta main... dans les mondes où les poissons tournent dans Mon Eau (vi/1-3). Je me heurte moi aussi à tous les brahmanes, religieux, politiques, médiatiques, académiques, scientifiques, juridiques, etc. qui se sont faits spécialistes de la "vérité" qu'ils imposent. La cause en est simple: Comme La Révélation d'Arès je suis délivrance, alors qu'eux sont réclusion, réclusion dans leurs idées, lois,  dogmes, principes. Je suis et je serai probablement plus encore décrié, parfois haï. À moins que dans l'impossibilité d'effacer mon existence historique, on m'efface en me statufiant et me remisant très haut et très loin sur les étagères de la gloire pour réécrire bien tranquillement mon enseignement, en donner une version trompeuse. Voilà pourquoi je tiens à rassembler et bien former le petit reste (Rév d'Arès 24/1) qui continuera de faire circuler la Vérité dont j'ai la charge dans sa magnifique simplicité. Je crois que le petit reste déjouera les biais par quoi les pouvoirs déformeront mon enseignement et accomplira le Dessein.

Mon enseignement et à ma suite l'enseignement du petit reste, co-témoins du Père par affinité, n'est ni religieux, ni philosophique. Comme La Révélation d'Arès il est spirituel, qui signifie qu'il fait naître l'âme immortelle (Rév d'Arès 4/5-6, 17/3) par la pénitence chez les croyants ou les non-croyants, car le Bien accompli est plus fort que la religion et la philosophie. L'âme tout à la fois survit à la mort de l'homme de bien qui l'a créée et s'agrège à la Force qui changera le monde en Bien (28/7). L'âme, invincible victorieuse du mal, naît de la pénitence (30/11), le bouquet rédempteur de l'amour, du pardon, de la paix et de la libre intelligence spirituelle, déjà donné par le Sermon sur la Montagne (Matthieu ch.5 à 7), pénitence constructive sur laquelle je ne transige jamais et sur laquelle le petit reste ne transigera jamais. La pénitence est le seul habitus qu'apporte La Révélation d'Arès et qui vise l'extrême de la vie, qu'elle appelle Vie.

J'ai écrit ce que je crois et enseigne dans "Nous Croyons, Nous Ne Croyons Pas" ("Le Pèlerin d'Arès" 1991-1992 et en annexe dans La Révélation d'Arès bilingue 1995, voir http://www.adira.net). Ce texte écrit à la hâte comme un testament à la veille d'une chirurgie dont je pouvais ne pas revenir, est un exposé assez fouillis, mais je l'ai laissé tel, de sorte qu'il a conservé son naturel.
Le problème du progrès spirituel aujourd'hui, c'est que l'ignorance largement voulue de ce que dit le Père à Arès s'ignore elle-même et trône sur ses concepts sous couvert de raison (Rév d'Arès 26/3) et de science (1/3). L'homme est de chair, d'esprit et d'âme (17/7) quand celle-ci existe, trois éléments que le péché a séparé et dispersé et que nous, Pèlerins d'Arès, nous-mêmes humains éclatés, sommes appelés à rassembler pour reconstituer de l'homme l'infinitude avec le Tout, rétablir sa non-dualité par la pénitence. Nous sommes bien au-delà de ce que la religion propose à l'homme. La Révélation d'Arès ne fournit pas de solution religieuse, sociale ou politique au mal ; elle ne préconise, donc je ne préconise aucun système de vie pratique. Tous les systèmes sont bons, pourvu que l'amour (7/5) y règne et libère l'homme de la loi des rats (xix/24). La pénitence reconstitue l'homme en son entièreté avec l'humanité, la nature et l'univers, pour que l'homme redevienne l'Enfant de l'Univers du Père de l'Univers (12/4).

Adam en s'émancipant du Père (Rév d'Arès 2/1-5) par les moyens mêmes dont le Père l'avait doué, s'est rendu duel, tout à la fois image et ressemblance du Père et animal pensant roi du monde. La Révélation d'Arès appelle péché, bruit, lion de la nuit, etc. l'onde de choc qui maintient brisée l'unité de l'Adam génésiaque et appelle Fond des Fonds (xxxiv/6) le Tout auquel Adam peut revenir. Comment ? Par la pénitence, mais comme tout se meut dans l'univers la pénitence mouvra et croîtra. La pénitence des pénitences sera l'exercice le plus parfait de l'amour, du pardon, de la paix, de la libre intelligence spirituelle. Aucun humain n'en arrivera là avant des générations (Rév d'Arès 24/2). Mais, dores et déjà, à la pénitence se ramène tout ce que je dis et tout ce que dit le petit reste dans l'exercice du prophétisme. Étant homme de chair, je plonge par intervalles dans l'obscurité de l'actualité et je donne ici et là sur les événements mon opinion personnelle, mais elle n'est qu'une veine ou une artère virtuelle de mon être, mon saignement. C'est mon sang qui, à bon ou mauvais escient, coule avec le sang du troupeau humain dont je suis, enchaîné avec lui au mur d'une fameuse caverne et ne percevant les événements du monde que comme des ombres sur la paroi (Platon, La République, Livre VII). Mais, s'il y a un Fond, je finis toujours par tirer de l'événement le Vrai (xxxiv/1-4), en veillant à ne pas répondre de moi-même et à réfléchir dans la prière (Rév d'Arès 39/2).

Ce Que nous dit le Père est très simple. Pas d'idéologie directrice, pas de dogme, pas de loi, pas de chef, pas d'autre plan que la bonté, la pénitence et la vraie piété (36/19). Le bonheur du monde ne résultera pas du bonheur des mots, seraient-ils mes mots, mais de la Parole accomplie par chaque humain, qui est, qu'il en soit ou non conscient, un atome du Tout .
N'essayez pas de joindre la lisibilité à l'exactitude, parce que les mots sont toujours insuffisants. Joignez la vie à l'amour et vous trouverez la Vie (24/5).

*aussi écrit Śaṃkara, Ādi Śaṅkara, Ādi Śaṅkarācārya

copyright 2016

Commentaires publiés  (116)         Ajouter un commentaire
3 décembre 2015 (0170)
2016 sans rage 

Socrate : "Athéniens, je vous aime, mais j’obéirai à Dieu plutôt qu’à vous, et, tant que j’aurai un souffle de vie, ne comptez pas que je cesse d'enseigner. À chacun de vous je dirai ce que je dis d’habitude : Comment toi, excellent citoyen de la nation la plus renommée pour sa sagesse, comment ne rougis-tu pas de mettre tant de soins à amasser le plus d’argent possible et à rechercher la réussite sociale, tandis que de ta raison, de la vérité, de ton âme qu’il faudrait améliorer sans cesse, tu ne daignes prendre ni soin ni souci ?" (Platon, Apologie de Socrate).

J'ai reçu la Parole à Arès en France, je l'atteste,
mais Elle ne changera le monde

que si je change ma vie d'abord.

Cent trente ont été à Paris victimes de meurtres gratuits. La politique, très soucieuse de se prouver utile, a considéré les tueurs comme des guerriers et appelé guerre leurs meurtres.
De 1666 par jour, moyenne nationale française, les décès se sont donc montés à 1666 + 130 = 1796 le 13 novembre.
Dans quelles souffrances, de quel drame meurent "normalement" 1666 chaque jour en France ? Du péché, mais de cela ne parlent ni la politique ni la presse. La presse vit sur la curiosité angoissée, qui est le poireau qu'elle cultive soigneusement dans le vaste champ mondial de poireaux scribouilleurs. Personne dans ces conditions ne peut me dire combien de mes compatriotes pensent qu'il est temps pour l'homme de ranimer l'intelligence (Rév d'Arès 32/5) spirituelle, de renoncer à la loi du talion (Exode 21/23-25) qui est livre d'hommes (Rév d'Arès 16/12, 35/12) mais non Parole du Père, et de se grandir dans l'idée qu'une paix, certes difficile à faire quand elle est miséricordieuse, est plus nécessaire que la guerre, qui n'est que carnage entre semblables et n'a jamais rien résolu. Oh, je me doute que ceux qui chantent le pardon et la paix ne sont pas légion, mais j'entends quelques uns appelant à cesser la folie meutrière. Je préfère dire rage que folie, parce que les enragés ne sont pas fous. Ils savent ce qu'ils veulent, tout à la fois alarmer et se montrer protecteurs.

Bonne année 2016Toutes les idéologies autoritaires m'imposent leurs lois, qui certes me protégent relativement des méchants, mais m'empêchent d'être absolument libre (Rév d'Arès 10/10) de retrouver l'incomparable puissance créatrice que forment ensemble le libre amour du prochain, le libre pardon des offenses, la libre paix totale et la libre intelligence du cœur (32/5). Pour que les géné­rations à venir (24/2) les retrouve, je dois être apôtre et laborieusement moissonner les pénitents.
Toutes les faillites répétitives du monde pécheur comme les guerres, les révolutions et même les lois — rats (Rév d'Arès xix/24) pesteux déguisés en mages, génèrent l'anxiété qui entrave la pensée, rend l'humain docile tant à ses ennemis qu'à ses protecteurs religieux ou politiques. Or l'anxiété est contradictoire à la liberté et la contradiction paralyse comme le brouillard. Profitant de la pensée française embrouillardée — la médecine enseigne que l'incapacité d'analyse dure trois jours après une vive émotion —, le gouver­nement déclare l'état d'urgence au lieu de stopper net la vengeance sans fin (29/9) en retirant la force aérienne du Moyen Orient, où elle n'a rien à faire qu'ajouter des tombes aux tombes et accroître le vent de haine sans même nous défendre,
L'état d'urgence n'empêchera pas des meurtres similaires à ceux commis à Paris : "Charlie Hebdo" le 7 janvier, à la suite de quoi la vigilance policière n'empêcha pas le "Bataclan" et de quelques terrasses de café le 13 novembre, simplement parce qu'un état d'urgence se base sur le prévisible, alors que le terrorisme est imprévisible, c'est toujours le diable jailli des égoûts on ne sait où, on ne sait quand. Mais pourquoi exciter le diable ?

Arthur Koestler, qui écrivit "Le Zéro et l'Infini" (Darkness at Noon), pensait qu'une seule et unique alternative forgeait la chaîne continue de l'Histoire depuis l'antiquité : "Quiconque s'oppose à la pression religieuse ou politique est contraint à la révolution ou à la guerre. Quiconque ne veut ni la révolution ni la guerre cesse de s'opposer et accepte la pression." Mais le Créateur à Arès rappelle qu'existe une troisième voie : Quiconque se met debout, cesse son tremblement et revêt le manteau neuf (Rév d'Arès 1/1) du pénitent (Rév d'Arès 30/11, 35/2, 37/3) repasse de l'Adam animal (2/1-5) à l'Adame qui tête sa force dans la Force Créatrice (vii/5). Cet Adame-là changera le monde (28/7) en Bien. Le nombre de générations (24/2) nécessaire pour ce changement heureux sera bien moindre que le grand nombre de générations qui nous ont précédés.

Je ne suis pas un chef (Rév d'Arès 16/1) et, même si je les subis, je ne reconnais pas de chefs, même pas le Père de l'Univers (12/4), puisque j'en suis l'enfant (13/5), l'image et ressemblance (Genèse 1/26). Avec Lui je suis la Nature, comme disait Spinoza, ou l'Énergie comme disait Einstein, de sorte que je suis quelque chose d'immortel. Les frères et sœurs du petit reste et moi nous formons une unique conviction active. Nous commençons tout juste à changer le monde (Rév d'Arès 28/7) en nous changeant nous-mêmes et nous savons bien que l'immense monde autour de nous ne changera pas en 2016, mais au moins nous pouvons lui souhaiter une nouvelle année sans rage.

copyright2015

Commentaires publiés    (66)       Ajouter un commentaire
RevenirPage12AccueilEnglishInfoRemplissageAller à
ALLER À : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
s