Freesoulblog - Commentaires Français
retour au blog

8 novembre 2011 (0123)  
le nouveau contrat social

Sie brüllt, wir spielen (Elle mugit, nous jouons), Paul KleePaul Klee: Sie brüllt, wir spielen
8.000 avant Jésus Christ, population mondiale        : 5 millions
3.000 avant Jésus Christ,                                      : 15 millions
au temps de Jésus Christ                                      : 200 millions
1804 (couronnement de Napoléon)                        : 1 milliard
1929 (naissance de Michel Potay),                        : 2 milliards
1968 (mariage de Michel et Christiane Potay),       : 3,5 milliards
2000                                                                    : 6 milliards
2011                                                                    : 7 milliards
Alerte !
Comment nous étonner de la crise et des grands chambardements économiques ? La Chine a dépassé le Japon, ex-champion de l’économie, maintenant en déclin. Quoi demain ? La famine générale, comme annoncé par le réchauffement climatique, ennemi de l’agriculture ?
En Occident le déclin économique a commencé il ya trente ans et n’a cessé d’accélérer. D’où les emprunts énormes faits par les nations occidentales pour continuer de rêver qu’elles sont encore riches et possèdent les plus enviables industries et systèmes sociaux. Le gros problème en Europe, en particulier en France où Dieu est revenu parler en 1974-1977, c’est le refus d’avouer la lente décroissance, l’inévitable précarité du matérialisme.
Notre déclin économique n’est plus cyclique, mais structurel, c'est-à-dire que le bon vieux temps ne reviendra pas, le recul sera lent, mais continuel. Malgré cela, on continue de légiférer comme si plus de lois étaient la solution. Hélas, plus les lois se multiplient, plus vite elles tuent la liberté d’entreprendre, l’inventivité, la débrouille, qui pourraient adoucir ou même résoudre beaucoup de problèmes qui nous attendent. Mais que peuvent faire des princes sinon des lois ?
Nous comprenons mieux l’urgence mise par le Père dans La Révélation d’Arès, son insistante quand en 1974 il dénigra les princes du culte religieux, du culte politique, du culte financier. Son dénigrement parut discutable alors, pas si urgent en tout cas ; les choses n’allaient pas si mal sur la Terre, dont la population n’était encore que de 4 milliards et quelques.
Mais le temps est venu de nous remuer, de ne pas seulement aller par les rues aimablement chercher et moissonner les braves cœurs prêts pour la pénitence, pour changer leur vie (Rév d’Arès 30/11, trouver le salut. Nous devons aussi aller par les rues faire prendre conscience que changer sa vie personnelle, c’est contribuer à une urgence : changer le monde (Rév d’Arès28/7), le sauver.
Certes, dans un monde où sévit le mal la crise est permanente et inévitable, mais elle fait aujourd’hui une poussée inquiétante. Le philosophe, Thomas Hobbes, je crois, dans « Léviathan » disait : « La première inclination de l’humanité est l’envie, la quête perpétuelle du plus : pouvoirs et propriétés. » Pour les prophètes, Zoroastre et Bouddha compris, pour Jésus et Mouhamad, pour les Pèlerins d’Arès, l’envie du plus est aussi la pemière inclination, mais du plus spirituel, du Bien supérieur, sans l’expérience duquel aucun bonheur vrai n’est possible, même matériellement parlant. C’est parce que cette évidence est trop claire qu’on ne la voit pas ; elle éblouit. Cependant, le Message qu’envoie La Révélation d’Arès au monde n’entre pas dans un processus stimulus-réponse comme un slogan philosophique, religieux, politique, commercial, mais dans un processus existentiel, de vie.  De là sa difficulté à s’exprimer dans la mission de rue, qui est une mission d’immédiateté. Notre humanité occidentale moderne risque un désastre, qu’elle aura du mal à intégrer à sa vie : la perte de beaucoup de ce qu’elle a eu. Il faudra trouver de nouveaux moyens de vivre et notamment de vivre ensemble. C’est là que notre mission a son mot à dire !
La politique est tout à la technologie socio-légaliste. Les hommes sont ligotés par une magistrature de la « conscience » qui s’impose à la vraie conscience, celle des réalités humaines qui sont spirituelles. La politique ne requiert pas l’avis d’hommes vivant leurs réalités existentielles en leur entièreté bio-spirituelle, mais « d’experts », de technocrates « à casquettes de plomb », aurait dit Rimbaud. Toute décision politique suit une typologie sociologique et légaliste, loin du réel, parce qu’on a déclaré le réel non observable, non rationnel, et on l'a mis au placard.
La Révélation d’Arès ouvre le placard, en libère le réel, y enfourne la loi des rats (Rév d’Arès xix/24) et les gloses (Rév d’Arès 10/10) des docteurs religieux, politiques, financiers, idéologique — Le Père ne distingue pas entre eux.
Même quand ils traitent de souffrances et d’injustices, la pensée et la parole du gouvernement du monde et de leurs guetteurs (Rév d’Arès xLv/10-22) sont celles fixes du perroquet qui jase ou de la vache qui mugit (xxxv/2). Toute politique postule l’homme comme le jars fort et beau dans sa cage, qu’elle gave (c’est ce gavage qui devient difficile) pour qu’il se tienne tranquille et continue de ne pas avoir l’œuf (xxxvi/3) de la liberté absolue (Rév d’Arès 10/10), n’entreprenne pas l’ascension (7/2, 25/6, 26/6-9, etc) vers le vrai bonheur (36/23, 37/9), celui qui se gagne par la pénitence, non celui qui serait exigible, comme le prétend le discours politique.
La Révélation d’Arès dit de cent façons que l’homme de base est bien meilleur moralement, bien plus capable de son destin aussi, que ne le disent les technocrates. La Révélation d’Arès nous pousse à sortir du contrat social qui nous enchaîne à la politique, à la religion, à l’argent, pour un contrat social naturel et spirituel, qui reste à faire comprendre et accepter, parce que même les croyants, laissés faibles (Rév d’Arès 36/5) et myopes, en sont restés à l’idée qu’il est impraticable. Il faut clamer de deux dents (Rév d’Arès xxxi/17), c.-à-d. deux fois plus fort, clamer nuit et jour (xLviii/1-3), que Dieu est revenu dire que ce contrat social naturel et spirituel est praticable, même s’il faut pour cela plus de quatre générations (24/2). C’est là le Fond de notre mission (28/7).
Les hommes sont des Dieux virtuels (Rév d’Arès 2/13), mais aussi des animaux virtuels. La Révélation d’Arès sonne pour eux l’heure du choix. La surpopulation les fera retomber dans l’animalité, peut-être sans retour — péché des péché (38/2) —, mais la pénitence les fera retrouver l’image et ressemblance du Père.

copyright 2011
Ajouter un commentaire
Commentaires:

08nov11 123C1
Je vis virtuellement dans un corps d'animal. J'ai choisi virtuellement de vivre comme un Dieu.
Bien que je puisse la perdre à tout moment, je souffle sur mon âme pour qu'elle s'étale toujours plus.
C'est bien là un plus qui mérite beaucoup de mes efforts.
" La surpopulation les fera retomber dans l’animalité, peut-être sans retour — péché des péché (38/2) —, mais la pénitence les fera retrouver l’image et ressemblance du Père. "
Voilà que m'apparaît une image du péché des péchés plutôt claire, une projection qui devra s'effacer. Les rois du monde s'enrichissent sur l'accroissement du nombre de nos têtes, c'est quand même fort !
Mais ça ne peut pas durer longtemps.
Que notre pénitence vienne remplir les têtes, les cœurs de l'Eau de Dieu !
Il sortira bien une façon de vivre ensemble dans la désobéissance de la loi des rats (Rév d’Arès xix/24) et l'obéissance à l'Amour venu du Père de l'univers.
Tony des bords de Loire.


08nov11  123C2
L'autre jour, vous m'interrogiez sur la question de savoir comment on tenait réunion publique sur La Révélation d'Arès sans se faire insulter. À la suite de cette entrée, la réponse est claire . Soit on ne tient pas réunion publique, soit on accepte de se faire insulter. Pourquoi ? Parce que La Révélation d'Arès se proclame anti- religieuse et surtout, anti-républicaine, dans la mesure où la République est une grande pourvoyeuse de lois de rats.
Ce sujet va très loin, car il fait passer De Gaulle et Jaurès, ainsi que tous ceux qui sont à leur suite, pour des imbéciles.
C'est osé mais j'approuve.
À mon avis, c'est à cause de ces théories sociétales très particulières et totalement inédites que le mouvement d'Arès est marginalisé et que le prophète et les Pèlerins d'Arès souffrent de solitude.
Tout ce petit reste est démocratiquement peu fréquentable, c'est ce que pense la multitude des bonnes gens !
Mais, à la faveur de la crise et des contradictions des politiciens, je pense, avec le Père, qu'il est possible de tenir réunion publique sans effaroucher le jar qui est dans la cage, en faisant comprendre que, tant que la pénitence ne sera pas établie, c'est bien la République et sa cohorte de restrictions qui prévaudront.
La Révélation d'Arès elle-même admet que les systèmes politiques et religieux ont encore quelques beaux jours devant eux. Les grands de ce monde n'en demandent peut-être pas plus.
Jacques P.


08nov11  123C3  
Je me lance dans ce nouveau commentaire comme l' oiseau se pose sur l' épaule du prophète et témoin du Père de l'Univers qui chante dans la Joie et la Force qui émane de la Parole qu'il boit chaque jour, qui accompagne et soutient l'effort du pénitent qui reprend la chemin d'Éden en délaissant les larges avenues de la perdition  choisissant la porte étroite.
C'est la Force d'âme rayonnante emplissant le cœur et le corps qui devrait être utilisée par tous pour voir et comprendre que les actes bons qui changeront le monde ne sont pas compatible avec la déperdition d'énergie qui accompagne la division des idées à l'ombre des ailes de mites ou de mythes.
La cité (grec "polis" d'où est issue le service des failles de la division) sépare l'homme de l'homme. Elle lui a fait croire que l'Europe unie fait l'heureux alors que la Vérité, c'est que le rêve cache la nuit et que le cœur est toujours meurtri, dévasté par la douleur, la perte des attachement parfois féroces aux illusions qui volent en éclats et se noient dans la boue.
Pour toute compensation à sa réelle solitude intérieure qui livre l'homme à la seule logique de sa volonté et vulnérabilité matérialiste, on entend parler d' effort et de travail, de course contre la montre et les dettes, tandis que les tractopelles escortées, venues dévaster le bidon-ville et en disperser les pauvres là-bas derrière la cité, ménage l'espace des nouvelles exploitations de l'avidité que l' on pourra alors utiliser, mais qui asphyxieront à cause du nombre toujours croissant de moi et de miens.
Devant l'énormité des problèmes où nous pataugeons dans la flaque de l'insatisfaction sans fin, que le désir du plus a engendré au fil des générations, en inventant la solution du mieux qui nous fait croire qu'avancer vers l'abîme c'est toujours mieux que patauger dans l'inertie, nous sommes réduit à devoir régler nos problème disproportionnés avec l'outil même qui les a posé: la politique, le relais des rois blanc, de l'arbre aux pendus: la logique du plus habile, alors que le simple bon sens, le repentir de ses fautes, la partage mesuré et équitable de la nourriture, des logements, de l'éducations, des soins, de la prudence qui préserve, dans le courage de changer, passant de l'ambition de la hiérarchie du statut illusoire à celle de la réalité des fonctions, dans l'Amour du Père, libèrera la Force synergétique de la Vraie Vie, celle qui réchauffera, soutiendra et réactivera l'âme des vivants, de l' intelligence spirituelle retrouvée par la grâce et la volonté de changer en Bien tous responsable du temps qui vient.
Alors, ensemble, nous pourrons transcender les problèmes insurmontables que l'ego surmultimultiplié ne fait qu'accroître par envie, réactivité, pour les transfigurer dans la Lumière du vrai Pouvoir qui est Liberté et Amour sans condition. Celui de vraiment changer le monde et notre avenir, tous coopérant sous le Regard de Dieu en nous, autour de nous et au-dessus de nous,rayonnant pour être tous paisibles, heureux et co-créateurs.
Guy de l'Hérault


11nov11  123C4
Comment concilier "immédiateté" et preuve par le temps et la patience ?
Nos assemblées [de Pèlerins d'Arès] ne doivent-elles pas refléter un début de ce "contrat social et spirituel" afin de convaincre le monde que cette voie est praticable ?
Ou bien s'agit-il — parce que nous n'avons pas le temps de la démonstration et que tout se politise à l'orée des élections présidentielles de 2012 — d'orienter le regard des hommes d'aujourd'hui vers une politique plus sage, à dimension humaine où l'amour doit être reconnu demain comme sagesse suprême, comme politique pour vaincre le mal, changer le monde écriviez-vous dans "Le Pèlerin d'Arès 1993-1996" en utilisant exceptionnellement le mot politique dans un sens positif, qu'il faut laisser faire l'homme de base, parce qu'il saura naturellement trouver les solutions.
Notre appel ne risque-t-il pas de sonner faux, comme des fausses promesses, si nous ne reflétons pas ce que nous prônons ?
Pascal de Bretagne-Sud


Réponse :
Je suis, je l'avoue, un peu éberlué par votre question: "S'agit-il... d'orienter le regard des hommes d'aujourd'hui vers une politique plus sage, à dimension humaine où l'amour doit être reconnu demain comme sagesse suprême, comme politique pour vaincre le mal, changer le monde,"  parce que c'est ce que nous faisons ou sommes censés faire depuis qu'existe la mission, en gros depuis 1977 pour l'ensemble de nos frères les plus anciens et même depuis 1974-75 pour moi.
Mais peut-être votre question tourne-t-elle simplement autour du mot et de l'idée de "politique".

Me demandez-vous s'il faut utiliser ce mot ou même s'il faut entrer dans le jeu politique en se présentant aux élections pour chercher à faire valoir nos espérances par le jeu de l'autorité et/ou de l'infuence conférées aux élus ?
Je ne procède pas à ma mission par la politique et, par suite, mes frères ne procèdent pas à leur mission par la politique, parce que la politique, telle qu'elle est entendue par 99,99 % de la masse humaine, c'est la quête du pouvoir: Pouvoir de l'homme politique, pouvoir de chaque idéologie politique contre les autre idéologies, etc. —, c'est donc un processus conflictuel et, étant les frères de tous les hommes, nous ne pouvons pas procéder par la voie de la force, serait-elle la force électorale.
Ceci dit, si l'on pouvait considérer le qualificatif politique dans son sens ancien, aujourd'hui suranné, de "relatif à la société organisée" ou "soucieux de la bonne gestion du groupe" tout simplement, qui est la sens que je lui donne parfois dans mes écrits — mais des écrits faits pour être lus entre nous,Pèlerins d'Arès —, ce mot serait utilisable, mais il n'est hélas pas compris dans ce sens par la masse. Il peut jeter sur nous, comme l'a fait la mission sociale, un voile d'incompréhension et d'erreurs d'estimation.
À moins évidemment de nous évertuer à lui redonner ce sens ancien, mais n'avons-nous pas déjà fort à faire pour expliquer ce que nous entendons, par exemple, par pénitence ? Nous ne pouvons pas éviter le mot pénitence, parce que c'est celui que La Révélation d'Arès utilise et que ses nouveaux lecteurs rencontrent inévitablement, alors que le mot politique n'est pas utilisé par le Père.
Quant à votre question finale: "Notre appel ne risque-t-il pas de sonner faux, comme des fausses promesses, si nous ne reflétons pas ce que nous prônons ?" j'y ai répondu mille fois. N'ai-je pas toujours dit de diverses façons que c'est le pénitent-missionnaire qui est le représentant vivant, visible, constatable, de la pénitence qu'il prône ?
Je ne suis pas très satisfait de ma réponse, parce que je ne suis pas sûr d'avoir bien compris vos questions, venues d'un frère déjà ancien, qui est déjà un vieux missionnaire, et, dans ce cas, je vous demande pardon pour ma faible comprenette.


11nov11  123C5
Vous parlez des "emprunts énormes faits par les nations occidentales pour continuer de rêver qu’elles sont encore riches et possèdent les plus enviables industries et systèmes sociaux. Le gros problème en Europe, en particulier en France où Dieu est revenu parler en 1974-1977, c’est le refus d’avouer la lente décroissance, l’inévitable précarité du matérialisme."
Une fois de plus, vous abordez un problème qui vous dépasse.
Vous confondez ce qui est dû au peuple avec le bizeness des dominateurs et des spoliateurs (27/9).
Il ne s'agit pas des "nations occidentales", je veux dire qu'il ne s'agit pas de vous et moi et des citoyens de France, d'Espagne, d'Irlande ou de Grèce, parce que les nations, c'est les peuples! Il ne s'agit que des gouvernements et je précise: des gouvernements de droite pour financer les riches, les investisseurs, les établissements financiers, les multinationales, qu'ils favorisent.
Des calculs ont été faits, qui démontrent que les riches, les riches, les investisseurs, les établissements financiers et les multinationales n'ont qu'à rembourser tous ces emprunts qui sont tombés dans leurs poches et il n'y a plus de dettes.
Le peuple, les travailleurs, eux, n'ont obtenu de tout cela que ce qui leur est dû et qui n'avait pas besoin d'emprunt pour être payé. Une augmentation des impôts des nantis et des gros revenus suffisaient à payer le dû du peuple.
D'ailleurs, il y a toute une intox mise en place par les media au profit des gouvernements et de leurs soutiens financiers pour nous faire croire à l'existence de ces dettes, qui ne sont pas aussi élevées ou même qui n'existent pas. C'est ce que le peuple grec derrière ses syndicats fait entendre dans la rue là-bas: "Il n'y a qu'à obligé ceux à qui les emprunts ont profité à rembourser tout ce que ça leur a permis de gagner. Ce n'est pas à nous de payer sur nos salaires,nos retraites, nos débours sociaux."
La dette est une légende, un truc pour nous prendre le peu que nous avons, et comme représentant des enfants de Dieu, vous devriez le crier sur les toits. C'est ce que vous demande Dieu (37/4). Vous vous insurgez contre la "mission sociale", mais voilà une bonne occasion de faire de la justice sociale.

Vous dites que vous ne faites pas de politique, pas de mission sociales, mais avec cette entrée 123, vous êtes en plein dedans.
Edwige H.


Réponse :
Vous êtes fonctionnaire, Edwige. Je me souviens que vous étiez des 300.000 fonctionnaires que François Mitterrand fit embaucher, et vous-même m'aviez dit alors, à la sortie de la prière au Pèlerinage 1982 ou 1983 quelque chose comme: "Je suis très contente. Ce n'est pas qu'on ait vraiment besoin de moi là où je travaille maintenant, ce n'est pas fatigant et je m'ennuierais plutôt, mais ça me dépanne et j'aurai une retraite au bout." J'étais et je suis toujours heureux pour vous de cette situation qui vous avait été offerte et qui va vous donner une retraite après avoir, de votre propre aveu, passé quelques décennies peu fatigantes et peu nécessaires à la nation, mais comment croyez-vous que votre situation a été et va continuer à être financée ? Par la dette.
Je me réjouis de tous les avantages sociaux dont bénéficient un très grand nombre de Français, mais ceux-ci doivent convenir que tout cela coûte très cher et n'a pu être financé que par de gros emprunts.
À qui ces emprunts ont-ils été faits? Mais à vous, à tous les braves gens de la base qui ont des comptes courants en banque, parce que que pensez-vous que prêtent les banques, sinon votre propre argent ?
Donc, rembourser l'emprunt, c'est vous rembourser à vous-même, contrairement à ce que vous croyez. C'est plus que de l'honnêteté, c'est de la bonne gestion personnelle, si je peux dire.
Quant aux dettes, si elles ont profité à des riches, elles ont surtout et massivement profité à tout le monde, dans toutes les classes sociales et pour de multiples projets publics. Elles ont aussi, hélas, financé la guerre comme c'est le cas pour les USA engagés au Moyen Orient.
Ces dettes ne sont pas "une légende", comme vous dites. Voilà la carte mondiale des dettes d'état actuellement:

World National Debts


Voici, en supplément, quelques observations personnelles:
La dette de la France quand De Gaulle quitta la présidence de la République était de 0%
La dette de la France au départ de Giscard d'Estaing était de 10% du PIB
La dette de la France actuellement est de 86% du PIB, c'est vraiment beaucoup.

La dette de la Grèce se situe entre 150 et 165% du PIB, c'est énorme!

On peut s'étonner qu'un homme de Dieu s'inquiète de cette situation. Si je m'en inquiète, c'est parce que le souci matérialiste est un frein considérable à l'évolution spirituelle. Or, c'est à l'évolution spirituelle que le Père m'envoie ; il me faut donc dénombrer, évaluer, avec réalisme, tout ce qui freine ma mission.

Par ailleurs, contrairement à ce que vous pensez, je ne fais pas ici de politique, pas de mission sociale.
Faire de la politique, c'est — qu'on le veuille ou non — toujours s'engager dans une action conflictuelle, c'est toujours opposer l'intérêt ou le droit de certains à l'intérêt ou au droit d'autres. Je ne crois pas que ce soit ma mission spécifique et, partant, la mission spécifique des Pèlerins d'Arès. Je suis le frère, les Pèlerins d'Arès sont les frères, de tous les hommes. Relisez les Évangiles Palestiniens ! Relisez notamment les paraboles (par exemple la parabole des mines ou des talents) et vous verrez que Jésus faisait droit au juste, qui n'était pas nécessairement le pauvre. L'homme pour Jésus, pour tout prophète, est toujours au-dessus des clivages sociaux.
Y a-t-il une possibilité de politique non conflictuelle ? Y a-t-il une démocratie où la majorité n'impose pas sa loi à une minorité ? Y a-t-il une politique qui ne soit pas une poursuite ininterrompue de rivalités ? Apparemment non. Il nous faut donc chercher d'autres moyens de gestion sociale. J'ai souvent regretté d'être débordé de soucis et de travail et de ne pouvoir trouver un temps de paix pour réfléchir à ce problème, trouver une voie dans cette direction qui soit conforme à la grande Idée que se fait le Créateur de sa société de créatures.


11nov11  123C6
Message sans doute un peu long... Désolé !
Mais c'est ce que m'a inspiré votre nouvel appel au contrat social et spirituel:
Comparaison entre la chute de l’airbus dans l’océan et la chute de l’homme dans son système :
Un livre publie des extraits des conversations des pilotes de l'Airbus d'Air France qui s'est abîmé au large du Brésil en juin 2009 avec 228 personnes à bord. Ils témoignent de l'incompréhension des pilotes face aux avaries qu'ils sont en train de subir, et leur impuissance à les résoudre.
Suite à cette publication de très très nombreux commentateurs dont la plupart sont des pilotes interviennent sur des sites de presse et des forums aéronautiques.
Petit choix d'extraits de ces échanges qui décrivent aussi bien la situation où se trouve notre terre roulant dans la nuit et dont les habitants ont chassé la Lumière, la remplaçant par des lois, des techniques, des rêves, des produits et idées en tous genres :

Les instruments affichent des données de vitesse et d'altitude fausses. Les calculateurs sont alors incapables de piloter seul l'avion, et seul un pilotage à vue et aux sensations peut sauver l'appareil. Le souci, c'est que la nuit le pilote ne peut plus faire appel aux références visuelles (perte de référence horizontale et donc d'incidence de vol), le pilote ignore si il monte, descend, tourne ou même vole sur le dos. C'est ce que l'on appelle la perte de référence spatiale. Combinée à des informations de vitesse, d'altitude et d'attitude fausses, cela équivaut à piloter avec un bandeau sue les yeux.[…]
On a cette impression incroyable qu'ils ne comprennent tellement rien, qu'il doutent tellement de tout ce qu'ils ont devant les yeux que même l'imminence de l'impact semble être mis au rang des improbabilités. Comme si ils gardaient la possibilité que toute l'instrumentation soit en rade et que l'avion soit en fait en train de voler quelque part presque normalement. Bien sûr il y a les annonces d'altitude, bien sur rien ne nous dit que l’enregistrement des voix dans le cockpit qu'on nous donne à lire contient tous les messages et que d'autres indiqueraient clairement qu'ils étaient conscients qu'ils allaient mourir dans les secondes suivantes. Reste que l'on constate souvent ce genre de sidération quand quelqu'un est soumis à une réalité trop "énorme", trop incroyable. La réflexion est "c'est pas possible, je ne peux pas y croire". En l'absence de toute vue extérieure, la réalité n'est pas une évidence première.
Le moment le plus dangereux c’est quand les opérateurs ne savent pas ce qu’ils ne savent pas.
Ils n'arrêtaient pas d'appeler "Putain ! Bordel !" S'ils avaient appelé une seule fois le grand Dieu qui a tout en main, il les aurait sauvés.
Sur un vol qui devait durer quelques heures au-dessus de l’Atlantique, 4 minutes ont suffi pour passer d’un vol de routine à la disparition dans l’océan. Océan au fond duquel nos chercheurs sont allés chercher les éléments du drame au prix d'immenses dépenses et effort pour découvrir l'impossible solution à son drame.

L’homme contemporain a tout réussi sauf à voir dans son cœur et dans la nuit où il va et qui l’a mis au monde, pour aller où en fait…
Vous dites : "L’envie du plus est aussi la première inclination, mais [pour les prophètes] du plus spirituel, du Bien supérieur, sans l’expérience duquel aucun bonheur vrai n’est possible, même matériellement parlant. C’est parce que cette évidence est trop claire qu’on ne la voit pas ; elle éblouit."
Oui, il ne nous faut pas seulement "aller par les rues aimablement chercher et moissonner les braves cœurs prêts pour la pénitence, pour changer leur vie (Rév d’Arès 30/11), trouver le salut. [Mais] aussi aller par les rues faire prendre conscience que changer sa vie personnelle, c’est contribuer à une urgence : changer le monde (Rév d’Arès28/7), le sauver."
Vous dites : "Que peuvent faire des princes sinon des lois ?"
Nous avons donc à parler plus haut, partout et en toutes occasions de la vie du monde, à expliquer la force de la pénitence, à exhorter l’intelligence du cœur, celle de l’intérieure, celle qui regarde au fond et du fond, face à la crise structurelle de l’être humain qui menace notre existence fondamentale à tous à plus ou moins brève échéance ; nous avons à nous intéresser au sort de tous nos contemporains, sans discrimination, en montrant bien que nous sommes interdépendants sur ce vaisseau terre, par nos âmes, c’est-à-dire par le lien qui nous unit dans une œuvre commune pour nous nourrir et produire du spirituel, du vrai, du fondamental, de l’amour fraternel, en même temps que du matériel, de l’éphémère.
Nous avons à parler publiquement, hautement, clairement, de tous ces sujets qui d’ailleurs, à chaque fois que nous les portons sur la place, que nous élevons la voix avec nos interlocuteurs, trouvent et réveillent alentours des oreilles attentives, des gens qui "écoutent comme aux portes".
Portons l’estocade à ces portes et à ces murs qui ferment nos cœurs et qui n’attendent qu’un peu de courage, un peu de vrai, un peu de Feu spirituel pour se fendre et couler vers un changement dont nous avons absolument tous besoin.
Bien des personnes se croient incapables de ce "courage" qu’ils trouvent en nous quand nous abordons des gens sans les connaître, par les rues, pour porter témoignage de notre espérance dans l’humanité et dans l’Appel d’Arès, mais ils ne voient pas que ce courage, c’est la vie même, c’est que ça devrait être pour nous aussi naturel que de respirer.
C’est aussi en clamant deux fois plus haut au milieu de nos rues ce que "Dieu est venu dire du Contrat social naturel et spirituel praticable" que le cœur de ceux qui sont prêts à l’entendre répondront à l’Appel et nous rejoindront. Ne soyons plus si discrets, voire mous, timorés ; soyons ardents, clairs, nets, assurés, du droit que le Créateur nous donne de chercher à sauver sa Création qui s’enfonce dans l’oubli, la torpeur, sans que personne, sauf au moins quelques uns d’entre nous, je l’espère, voient où nous en sommes de cette chute, de ce naufrage, qu’il est grand temps de redresser en poussant le manche vers l’humilité et, à fond la manette de l’amour, pour rendre la portance à l’humanité dans la Main du Père… la Main du Père de l’univers qui fait tourner des milliers et des milliers de soleils tout à  l’honneur de ses enfants, le monde de notre avenir, un monde infini, de Vie, de lumière, de création permanente.
Je ne vote pour aucun parti fut-il républicain ou religieux, même si je vote pour le moment pour un représentant qui fera les lois les moins contraignante, mais je vote toujours pour le Père, sa Parole si cohérente depuis toujours, si vitale, et pour tous ses enfants, les hommes, frères et libres.
(Un) Bernard de Bretagne-Sud


11nov11  123C7
Dieu dit aussi aux hommes que la science ne vaincra pas le mal.
De récentes découvertes nous ont appris que l'homme néandertalien avait les cheveux et les yeux clairs.
D'autres découvertes récentes nous apprennent qu'il est évident que les deux lignées "cro-magnon" (venu d’Afrique dans une deuxième vague après celle des néandertaliens) ont eu des descendants communs...
Des découvertes plus anciennes ont certifié que cro-magnon avait "supplanté" néandertal pour on ne sait encore quelles raisons précises...
Donc la science pourrait ainsi expliquer le racisme puisque le néandertalien "envahi" par cro-magnon venu d’Afrique aurait ainsi disparu.
Mais puisque des gènes néandertaliens ont été découverts dans le génome des européens, cela veut dire que les deux "races" ne sont pas différentes, si ce n'est par la couleur, que les uns cherchent encore à foncer, et les autres à éclaircir...
Mais que les plus clairs doivent se méfier des envahisseurs du sud sous peine de disparaître !
Comme quoi plus la science évolue, plus l homme apprend sur lui-même mais la prudence est de mise car les raccourcis peuvent permettre de développer des théories qui peuvent s’avérer obscurantistes.
Alors que la science et la Parole bien lues disent que ce ne sont que nos frères.
Éric J. de Provence


Réponse :
Mon entrée ne parlant ni de science, ni de cro-magnon, ni de néandertal, je pense que ce que vous voulez dire, c'est que la religion, la politique, l'économie, ne vaincront pas le mal plus que la science ne le pourra.
Oui, c'est le sens profond de La Révélation d'Arès. C'est la pénitence qui vaincra le mal. C'est par la pénitence, la pratique de l'amour, du pardon, de la paix, de l'intelligence spirituelle compensant l'intelligence intellectuelle ou scientifique que nous voyons que les hommes "ne sont que nos frères" et qu'il n'existe qu'une seule race humaine (Rév d'Arès xii/5).


11nov11  123C8
Note du blogger:

J'ai perdu ce commentaire et jusqu'au nom de son auteur. Je dois avouer le fait.
Par des fausses manœuvres sur mon clavier — mon incompétence de piètre informaticien — j'ai perdu tout à la fois le commentaire initital dans ma boîte de messagerie et sa version HTML dans cette page.
Faut-il être bête !
Mais je pense que la réponse que j'ai faite ci-dessous, qui a échappé au désastre, apporte des informations qui peuvent intéresser certains. Je la laisse donc ici.


Réponse :
Par ce blog je ne cède pas à la mode de l'Internet, à la fascination de placer sur un réseau électronique des signaux qui peuvent être entendus en tous points de la planète. Je crois que l'enseignement verbal et les livres sont les meilleurs moyens d'expression, je crois qu'ils enseignent beaucoup plus et beaucoup mieux, laissent des traces beaucoup plus profondes que ne le font des sites sur l'Internet, mais les livres, pour être édités nombreux et bien faits, exigent des fonds, des moyens de fabrication, de diffusion, du temps, etc. dont notre assemblée en général et moi en particulier ne disposons pas.
De ce constat mon blog est seulement l'aboutissement logique, même s'il n'est qu'un pis-aller, même s'il n'est pas le meilleur moyen d'expression.
De 1974 à 2005 environ je me suis exprimé par des publications écrites: courrier surabondant, magazine "Le Pèlerin d'Arès", des livres, et par la voix. Mais ma voix tombait où elle pouvait, puisque nos frères n'avaient pas senti nécessaire la systématisation par la "Maison des Faucons" d'un enseignement oral organisé, échelonné. Ma voix donc tombait au hasard des visiteurs à Arès, pas forcément ceux qui pouvaient profiter de ce que je disais au moment où je le disais, puisque le Pèlerinage est libre.
Je ne pouvais pas non plus hors d'Arès procéder à un enseignement graduel, organisé, de mission en mission, parce que, seul et débordé de travail, je ne pouvais pas voyager comme je pouvais et partout où j'aurais voulu aller. Je parlait donc par bouffées, par déballages fourre-tout peu rationnels devant des publics faits, de loin en loin, de nouveaux comme d'anciens, des frères et sœurs dans des états de réceptivité très différents, ce qui m'obligeait à tout "aplatir" pour être à peu près entendus par tous, ce qui décevait les mieux préparés et qui passait par-dessus la tête des moins préparés.
Avec le blog, c'est une part de moi-même qui passe, d'une autre façon, vers les autres. Peut-être dans un déballage un peu moins fourre-tout que précédemment, quoique j'aie bien conscience que ceux qui lisent mes entrées et mes réponses aux commentaires ont leurs rythmes de vie qui ne sont pas nécessairement le rythme de mon blog, et que, de ce fait et d'autres faits: manque de temps, stress, fatigue, etc., il y a une inévitable déperdition de mon enseignement. Je compense la déperdition en ne me lassant pas de me répéter chaque fois que l'occasion m'en est donnée. J'ai comme ça l'espoir qu'à force de rabâchage quelque chose restera.
Il demeure que j'ai bien conscience que ce n'est que de l'écriture et que je ne peux pas faire passer ici beauoup de choses qui passent mieux quand on vit ensemble, quand les échange se font par la bouche, l'oreille, l'exemple. J'ai bien conscience que j'écris à la craie sur un sol de ciment où tout s'efface à la première pluie de lassitude, d'étourderie, de distraction, de hâte, de bonheur même, etc., de mes lecteurs. Mais peut-être plus tard tout cela sera-t-il conservé ou retrouvé.
L'essentiel est que je ne pense pas trop à la mort possible des mots que j'écris.


11nov11  123C9
Sans vie spirituelle la vie tout court, y compris la vie politique et économique, est en déséquilibre, perd un contrepoids nécessaire. Une vie sans spiritualité est en manque !
Je pense que vous ne soulignez pas assez ce manque tragique dans votre entrée 123.
Vous dites que les réalités dénoncent "la précarité du matérialisme", mais votre entrée reste matérialiste. Elle manque d'un envol. Dommage.
Le vie ne trouve pas son sens dans la technologie, le rationalisme, l'économie matérialiste. La vie n'a de sens que sous son aspect spirituel.
Vous n'êtes pas un Maître avec grand M, mais un petit maître [allusion à Rév d'Arès 18/3 ?]. C'est peut-être ce qui explique l'échec de votre mission. Étant dnné l'importance de La Révélation d'Arès, à l'authenticité de laquelle je crois, votre mission devrait avoir fait une énorme percée dans le monde !
Oui, dommage !
Annick B.-F.


Réponse :
Vous rêvez.
Vous voyez les choses de loin. Vous vous faites une fausse représentation de l'homme moderne.
Si vous alliez comme nous allons en mission, dans la rue, à la rencontre des hommes qui vous croisent, vous sauriez à leur contact brut, quand ils veulent bien dire quelques mots, qu'il est absolument faux "qu'une vie sans spiritualité est en manque !"
Les gens sans foi ni spiritualité que nous rencontrons, qui sont légions, sont satisfait d'eux-mêmes, tout à fait heureux.
L'expression "en manque" que vous utilisez comme s'il s'agissait de drogués en besoin de leurs drogues, est inadaptée. Ces braves gens matérialistes, rationalistes, n'ont pas du tout besoin de spiritualité.
C'est bien là l'énorme difficulté de notre mission. Nous ne compensons pas un "manque". Nous avons une mission tout autre: Nous devons quasiment ressusciter une vie éteinte, la vie spirituelle. Comme je le disais souvent dans les années 80 et 90: Nous circulons au milieu d'un immense cimetière où gisent d'innombrables morts spirituels et nous guettons les râles, rarissimes, de quelques enterrés vivants que nous essayons alors de déterrer. Ce sont ces déterrés qui formeront le petit reste qui, selon la Promesse du Père, sauveront la masse des non spirituels.
Ceci dit, il y a au fond de chaque homme l'inconsciente image et ressemblance (Genèse 1/26-27) du Père. Le terrain divin est potentiellement là, le semis de la vie spirituelle y est enfoui (Rév d'Arès 5/1), mais, croyez-moi, la masse se passe volontiers, sans le moindre sentiment de "manque", de sa germination et de son développement. Comme il est impossible de savoir par avance si ce développement en épis a eu lieu, il faut ratisser large, le plus large possible, pour avoir quelque chance de moissonner quelqu'un pour l'espérance du monde.
D'Arnaud Desjardins, un homme, qui a toute mon estime, mais dont, d'expérience, je ne partage ni l'angélisme ni certaines impressions qu'il a des hommes, j'ai lu un jour quelque chose comme: "Ceux qui ne souffrent pas d'exclusion et de pauvreté ne sont visiblement pas heureux. Heureux ils semblent par moments, mais au fond ils sont essentiellement inquiets, frustrés, découragés, malheureux." Où Arnaud Desjardins était-il allé prendre ça ? S'il rencontrait comme nous tous les jours l'homme de la rue, il verrait que les sans Dieu ni foi, dans leur immense majorité, ne se sentent pas du tout misérables et anxieux métaphysiquement et que le vie spirituelle ne leur manque pas du tout.
Pas plus que Jésus ne fit "une énorme percée dans le monde", finissant sur la croix dans une mort atroce et  ignominieuse, nous n'en faisons une. Ce n'est pas possible — quatre générations ne suffiront pas (Rév d'Arès 24/2) — de la façon rapide que vous semblez envisager.
Ne rêvez pas et rejoignez-nous ! Nous avons besoin de monde pour chercher les épis rares au milieu de l'immense champ de broussailles et épines du monde.


11nov11  123C10  
Le contrat social que nous subissons est établi depuis de nombreux siécles et son premier argument est pour moi: "Unissons-nous pour que toutes nos volontés particulières fondent une volonté général qui nous rendrait plus forts, [qui rendrait] individuellement chaque homme plus fort qu'il ne l'est naturellement."
Ce que je veux dire par là c'est que cette association — et donc l'interdépendance — a pour but de nous rendre plus forts, mais pas meilleurs.
La dépendance crée un sentiment de sécurité aberrant (confiance mise dans le systeme moderne de distribution par exemple) et affaiblit la force de pénitence, parce qu'elle favorise le développement de l'apparence au détriment de notre être et conséquemment de notre égo, à mon humble avis bien sûr.
Ma question est la suivante : l'individualisme n'est-il pas plus bénéfique à nôtre épanouissement ?
Christophe C.


Réponse :
Tout dépend de ce que vous entendez par "épanouissement".
Si vous entendez épanouissement d'un bonheur égoïste, l'individualisme est non seulement bénéfique à ce genre d'épanouissement égoïste, il lui est indispensable.
Mais si c'est l'épanouissement spirituel, au sens que je donne au mot spirituel: Relatif à l'âme, aux conditions de naissance de l'âme, nécessaire vaisseau du salut (Rév d'Arès Veillée 17), alors non ! L'âme ne peut naître que de la pratique de l'amour. Or, l'individualisme étant égoïste, contraire à l'amour au sens spirituel, évangélique, ne.peut être qu'un obstacle à l'éclosion et au développement de l'âme.
Mais peut-être entendez-vous l'individualisme dans le sens de la conscience de son individualité, que tout homme spirituel doit avoir ? Dans ce cas, oui, la conscience et le développement de l'individualité participent à l'épanouissement spirituel. Pourquoi ? Parce qu'en donnant son image et ressemblance à l'homme le Père lui a donné:
la parole, outil nécessaire de l'intelligence,
l'amour, qu'aucun animal n'a dans le sens d'amour évanglique, d'amour-devoir,

la liberté, qu'aucun animal n'a dans le sens de liberté de destin,
la créativité, qu'aucun animal n'a hors des règles très étroites et très limitées de son espèce,
l'individualité, qu'aucun animal n'a, ne pouvant ni se nommer ni se distinguer des autres par une destinée singulière.


11nov11  123C11  
"En Occident", "Notre humanité occidentale"
Nous vivons sous l'héritage de nos impérialismes, dont le colonialisme fut une expression prédatrice, tyrannique, esclavagiste et criminelle... lequel perdure encore aujourd'hui sous d'autres formes bien moins visibles.
Prenez garde ! L'Europe politique dans sa structure institutionnelle est d'ailleurs une résurgence de ces consortiums oligarchiques impérialistes, car l'exécutif européen contrôle tout (peu de gens en sont conscients).
Pas de quoi être fier de cette histoire politique occidentale !
Tout comme reconnaître le péché, admettre [cette histoire politique occidentale] ne plaît pas à tout le monde. La repentance est difficile. La simple idée [de cette repentance] irrite bien des épidermes, tous bords confondus.
L'hagiographie nous parle d'une Algérie française née en 1832, mais dans la réalité, c'était plutôt la vie algérienne sous l'occupation française. L'abolition du code de l'indigénat, vous avez dû connaitre, c'était en 1946, vous n'étiez plus en culottes courtes. Comme on mérite ce que l'on s'aime, il y a une justice dans le fait que les Français furent virés comme des mal-propres après 132 ans d'occupation. L'Occident a loupé le coche d'un beau mariage existentiel avec d'autres cultures, qui ne lui étaient pas toutes totalement étrangères (monothéismes).
L'idéal de "l'humain", cette espérance, est pourtant encore là,  pas perdu, pas évaporé pour tout le monde,
Soufflé par le divin peut-être (?), ou parce qu'il colle par Genèse à notre nature sans nécessité de plus. Des individus, mais aussi, des mouvements humanistes divers, internationalistes, pacifistes, ... le perpétuent par différents moyens associatifs, en discutent, l'ébauchent dans sa réalisation, bien souvent loin de partis politiques, et souvent à l'abri des officines religieuses.
La foi en Dieu n'est pas nécessaire à la pratique du Bien. L'athéisme (qui a aussi ses détracteurs) aura permis au moins de le démontrer. Les athées, ces rédempteurs (sens biblique = libérateurs) des religions, voilà une autre grande révélation des temps modernes !
Votre entrée 123 présente l'intérêt de mettre en avant le poids d'un grand problème moral de "l'Occident", dont bien des gens sont conscients sans avoir attendu La Révélation d'Arès qui nous invite à écrire "un nouveau contrat social" dans des limites très vastes (Rév d'Arès 5/6). Elle apportera de l'eau au moulin de ces esprits de bonnes volontés plus nombreux qu'on ne le pense, qui ne manquent pas d'idées, et qui ne se font plus depuis longtemps d'illusions nationalistes ou religieuses. L'Europe n'a pas encore de gouverneur, que déjà des foules d'indignés la caillassent (symboliquement), et la rejettent, non sans bonnes raisons.
Sinon, sur certains de vos arguments, je ne vous rejoins pas dans votre analyse. Concernant la surpopulation, elle n'est pas un problème pour moi, la terre est vaste, et si je ne prends que les continents africains et américains, ils sont très très loin d'être surpeuplés. La Chine a une densité de population pas beaucoup supérieure à celle de la France. La Hollande est plus peuplée que l'Inde, en densité bien sûr.  Tous les chiffres que vous donnez sont invérifiables (surtout les plus anciens) et les plus récents peut-être frauduleux. La surpopulation échauffait déjà les esprits au XIX° d'où toutes ces théories eugénistes, devenues pour certaines idéologies politiques. Tout comme "l'an mille", ceux des croyants du moyen-âge. L'argument de la surpopulation est ou bien de la propagande, ou bien un mythe, qui sert la fabrique de la peur...
Ne vous dix-visez [?] pas avec cet épouvantail (Rév d'Arès xxiv/3). Il me paraîtrait plus cohérent de remettre en question nos modes de vie, à moins que vous ne suggériez une politique nataliste comme en Chine ... dont la population s'effondrera bientôt, par effet mécanique dans le temps.
Sur l'analyse économique, je ne vous rejoins pas non plus, le sujet est trop vaste pour être développé ici. L’argent est un moyen, pas une fin en soi. En Occident, la création monétaire est aux mains de banques privées depuis Napoléon, gros hic ! Nos régles de finances en Occident sont loin d'être saines comparées à celles de la finance islamique. On a les outils que l'on se forge, sur les principes que l'on se donne..
Qui dit "pouvoir", dit "servitude". ‘’Qui contrôle la nourriture contrôle les populations, qui contrôle l’énergie contrôle les nations et celui qui contrôle la monnaie contrôle le monde." disait Kissinger. 
Pour imager, en très simple, c'est un peu comme si vous contrôliez l'eau d'un puits, vous irriguez ce que vous voulez (crédits), vous contrôlez le débit (taux), vous arrosez (projets) là où ça vous arrange (éducation, industries, armement, nucléaire ou vous inondez (planche à billets, dévaluation). L'eau, qui, bien que tombant du ciel, est en passe de ne plus être un bien commun, car dans cette logique néo-capitaliste elle n'est rien de plus qu'une marchandise. Le pouvoir de l'argent est certain — qui le nierait? —, mais il n'achètera jamais ni l'amour, ni le Salut !
Njama


Réponse :
Je me souviens d'avoir vu votre nom, Njama, au bas de messages dans des forums auxquels je ne participe plus depuis longtemps, non par mépris pour leurs promoteurs et participants, mais par mon incapacité à participer, parce que forum implique débat et que je ne peux débattre de la Parole que j'ai accepté de transmettre, qui est ce qu'elle est, qui ne se discute pas (Rév d'Arès 15/6). Ma participation était donc sans intérêt pour aucun d'entre vous, débatteurs.
C'est parce que j'ai gardé bon souvenir de vous, Njama, par sympathie pour vous, que je publie ce commentaire, mais il faut bien constater que nous ne sommes d'accord sur rien ou presque.
Même le paragraphe de votre commentaire qui accorde quelque intérêt à mon entrée: "Votre entrée 123 présente l'intérêt de mettre en avant le poids d'un grand problème moral de "l'Occident" ne me paraît pas favorable à ma personne, parce que vous vous trompez: Cette entrée 123 ne parle pas plus de "problème moral" que la Parole: Bible, Révélation d'Arès, etc., n'en parle.
Mon entrée 123 repose uniquement sur le souci de faire renaître la vie spirituelle par la pénitence comme seule solution au mal, laquelle solution peut se développer avec bonheur sur des morales, des conventions et des façons de vivre très différentes (Voyez "Nous Croyons, Nous Ne Croyons Pas"). La morale, qu'est-ce que c'est ? Si vous me connaissiez, vous sauriez que chaque fois qu'on me parle de morale, de "problème moral", je réponds sans rire, avec la plus sérieuse sincérité, par cette question: "La morale? Quelle morale? La morale papoue? la morale chinoise? La morale hottentote, américaine, mexicaine, catholique, protestante, islamique, juive, bouddhique, etc., etc ?
Et  je vais me montrer à vous sous un jour plus moche, ou étranger, ou négatif encore ! Figurez-vous que le Gaulois que je suis est très heureux d'avoir été colonisé par les Romains, qui m'ont donné une langue, le latin, des outils de la réflexions, des techniques, etc., sans lequels ni ma langue gauloise ni sans doute son héritage intellectuel, si elle en avait un, ne m'auraient permis de travailler et de développer ma pensée.
Autrement dit, je ne suis pas sûr du tout que la colonisation française ait été partout aussi négative que vous le pensez. Peut-être l'admettra-t-on, une fois les passions éteintes, remplacées par une pesée équitable des pour et des contre, car il y a évidemment des deux.
Qu'est-ce que l'éducation que nous recevons dans notre enfance sinon la colonisation, le viol, de notre cerveau et de notre cœur, dont nous tirons plus tard d'assez gros bénéfices quand même ? Je ne connais pas grand chose de positif dans cette humanité, telle qu'elle est et pour longtemps encore, qui ne sorte pas d'une violence reçue d'une façon ou d'une autre à un moment ou à un autre. C'est le processus qu'Adam a voulu (Rév d'Arès 2/1-5) et par lequel nous devons encore passer.
Je suis un homme de foi, de pénitence et de prière, mais je ne fonctionne pas comme vous.
Peut-être devrais-je me corriger, mais personne ne m'a prouvé de façon irréfutable que je le devrais. Je me souviens d'un passage de Milan Kundera — grande pensée — où il parle d'un désir brutal de violer une jeune fille qu'il ressentit en présence de celle-ci... Attendez ! Le livre n'est peut-être pas loin de moi... (Ici interruption pour chercher)
Je viens de trouver le livre. C'est "Une Rencontre". Permettez-moi de recopier ce passage, qui est à mes yeux grand dans la littérature des hommes d'aveu, de confession, d'esprit sans dissimulation et qui rend compte du mystère aussi horrible que mystérieusement intéressant du mal sous l'angle ontologique, qu'il soit colonisateur ou violeur — c'est pareil, mais la convoitise primaire n'en est pas nécessairement le moteur, loin de là :
"J'eus [c'est Kundera qui parle] soudain envie de la violer. Je sais ce que je dis: de la violer, pas de lui faire l'amour. Je ne voulais pas sa tendresse. Je voulais poser brutalement ma main sur son visage et, en un instant, la prendre tout entière, avec toutes ses contradictions si intolérablement excitantes,: avec sa robe impeccable comme avec ses boyaux en révolte, avec sa raison comme avec sa peur, avec sa fierté comme avec son malheur. J'avais l'impression que toutes ses contradictions recélaient son esence, ce trésor, cette pépite d'or, ce diamand caché dans les profondeurs... Mais je voyais ses deux yeux qui me fixaient, pleins d'angoisse, deux yeux angoissés dans un visage raisonnable, et plus ces yeux étaient angoissés plus mon désir devenait absurde, stupide, scandaleux, incompréhensible et irréalisable... Et quand je regarde le portrait tryptique de Francis Bacon [le peintre, pas le philosophe], c'est comme si je m'en souvenais. Le regard du peintre se pose sur le visage comme une main brutale, cherchant à s'emparer de son essence, de ce diamant caché dans les profondeurs. Nous ne sommes pas sûrs que les profondeurs recèlent vraiment quelque chose, mais quoi qu'il en soit, en chacun de nous, il y a ce geste brutal, ce mouvement de la main qui froisse le visage de l'autre dans l'espoir de trouver en lui et derrière lui quelque chose qui s'y cache."
Tout homme est confesseur, c'est-à-dire confident de ce mal qui habite l'humanité et qui nous fait voir les choses sous un jour tellement moins simple qu'il n'y paraît, et qui nous conduit à comprendre pourquoi Jésus disait: Tu ne jugeras pas (Matthieu 7/1)... parce qu'il y a des irrésistibilités (l'envie dont parlait Hobbes) dans ce monde malade. Je ne me suis jamais trouvé dans un état comme celui de Milan Kundera au moment qu'il décrit, mais je reçois avec effroi, mais respect, non-jugement et réflexion douloureuse et profonde, cette confidence devant le mystère qu'elle évoque. Ce mystère explique pourquoi l'homme a suivi un plan, le plan du mal, différent de celui que le Père lui avait proposé,
Rien, dans le mal comme dans le bien, n'est jamais aussi faciles que vous semblez le penser et je crois que mon entrée, même inévitablement résumée sur une sujet vaste et angoissant, reflète cette absence de facilité. C'est la seule excuse, peut-être piètre, que je vous présente, pour mon entrée qui semble vous avoir déçu dans son ensemble. J'échoue souvent à convaincre, mais je ne peux que suivre mon inexorable sentier.
Je respecte votre pensée sans la suivre et j'ai peut-être tort. Vous avez peut-être raison. Je suis mon destin. Merci pour votre commentaire. Permettez le conseil plein d'amour et d'humilité d'un vieil homme de Dieu: Méfiez-vous des apparences de profondeur dans votre pensée, parce qu'elles vous donnent des certitudes qui souvent n'en sont que pour vous. Ces apparences nous guettent tous.


11nov11  123C12
Frère Michel, en Septembre 1982 vous écriviez déjà : « Lorsqu'en 1974 nous parvint L'Évangile donné à Arès [1ère partie de La Révlation d'Arès], nous ne comprenions pas toujours très bien son objet. Pourquoi un tel Évènement Surnaturel maintenant, pourquoi pas cent ans plus tôt ou plus tard ? nous demandions‑nous.
Après huit ans [trente-huit ?], entrés dans une crise mondiale qui ne fait que commencer, nous voyons ce que Dieu voyait déjà en 1974. Certes, ces problèmes n'ont pas surgi soudainement, ils se préparaient depuis des décennies. Mais si Dieu choisit ce moment, c'est qu'il est important, soit parce que la crise qui s'avance sera particulièrement violente, soit parce que les circonstances permettent à notre mission de réussir, soit pour ces deux raisons ensemble.
En nous souvenant de tout avertissement de Dieu comme de ses encourage­ments, n'attendons pas les grandes contraintes et les grands coups de la crise économique et morale, qui secoueront le monde, pour nous mettre à la tâche »  ("Le  Pèlerin d’Arès" n°3/82 p.42).
L’appel que vous lancez avec cette nouvelle entrée de blog réactualise ce que vous dite depuis si longtemps :
Devenez des pénitents et des moissonneurs de pénitents vigoureux, préparez vous à affronter une crise de grande ampleur et saisissez l’opportunité qu’elle représente pour changer le monde.
Qu’ai-je fais de cet appel depuis tant d’années ? Si peu… Je la connais si bien cette torpeur du bien-être bourgeois qui nous fait ronronner dans le lit confortables (Révélation d’Arès 1/8) de la vallée grasse (veillée 26)…
Cette période rude dans laquelle nous entrons inexorablement aura au moins le mérite de nous aider à rompre avec la mollesse et la tiédeur.
Merci frère Michel pour votre exhortation.
Thierry M. de Rhône-Alpes


11nov11  123C13  
Se désenchaîner du contrat social <gluant> de notre société de rois-docteurs-rats, résultat complexe de la volonté d'imposer à la conscience le "bien-pensant" au dépens de la liberté de pensée et de la grande confiance que cette liberté requiert.
À vouloir trop contrôler la pensée, l'organisme social devient compliqué et vouloir vivre sa propre existence, c'est-à-dire agir en accomplissant les belles et grandes valeurs universelles est un véritable travail de héros.
Vivre sa propre vie existentielle — avec ces valeurs vérité, d'amour, de pardon, de paix, de bonté, d'intelligence du cœur qui repousse tout malheur pour installer le bonheur vrai et durable — passe par cette libération lente qui demande vigilance, humilité et volonté.
L'évolution vers une vie sociale plus spirituelle, un contrat social nouveau se fera à ce prix et le faire savoir en le clamant avec force est d'un autre effort. Une solide foi fondée par une perpétuelle recherche du beau en soi avec la détermination de faire partager cette recherche avec d'autres aboutira à cet organisme complexe et souple de société créatrice de bonheur.
La liberté d'entreprendre, l'inventivité, la débrouille, voilà des pistes qui peuvent concrètement permettre de vivre plus librement et plus souplement. Trouver des modes de vie moulées à la vitale évolution sociale qui se réfléchit jusqu'à l'échelle mondiale - la surpopulation à maîtriser par la conscience -.
Que ce nouveau contrat social soit l'objectif de notre vie sociale personnelle comme au niveau planétaire est un bel argument solide d'urgence missionnaire pour changer le monde, le sauver !
BonAClamer d'Île de France


12nov11  123C14
dans votre réponse à Edwige  (commentatrice 123C5), vous écrivez:
On peut s'étonner qu'un homme de Dieu s'inquiète de cette situation. Si je m'en inquiète, c'est parce que le souci matérialiste est un frein considérable à l'évolution spirituelle. Or, c'est à l'évolution spirituelle que le Père m'envoie ; il me faut donc dénombrer, évaluer, avec réalisme, tout ce qui freine ma mission.
en matière d'emprunt dette, l'homme commun a considéré, qu'il soit prêteur privé, amical, familial, ou qu'il soit prêteur professionnel (banque, Etat, etc.) que le prêt devait être remboursé sinon avec des intérêts plus ou moins élevés (sans parler des taux usuraires), mais il n'a pas vraiment réalisé, sauf à y être obligé comme par exemple aujourd'hui dans le cas de la Zone euro vis à vis de la dette grecque, que l'emprunt pouvait ne pas être remboursé, tout ou partie.
À ce propos, priant (Rév.d'Arès 35/2-4-6) quotidiennement dans le Sermon sur la montagne de Jésus (évangile de Matthieu 5 à 7) et tout ce qui s'y rapporte, j'ai retrouvé ce verset complémentaire dans l'évangile de Luc (6.34): "Et si vous prêtez à ceux dont vous espérez qu’ils vous rendent, qui vous en sera reconnaissant ? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir l’équivalent."
Oui, je vous comprends très bien quand vous dites "il me faut évaluer tout ce qui freine ma mission", il nous faut aussi évaluer ce qui fait qu'on prête, à qui, pourquoi, et ce qu'on en attend… pour le changement du monde, comme des "hommes (ou femmes) de Dieu" et non comme des gens du monde qui attendons qu'on nous rende "l'équivalent". On prête à des gens que nous connaissons ou que nous ne connaissons pas, mais nous prêtons de façon financière, commerciale, voire amicale, généreuse, mais prêtons-nous de façon spirituelle ? Je vais commencer à mieux me poser la question et chercher à mieux évaluer mes relations de ce type avec ceux avec qui je les engage.
Merci encore de vos conseils généreux selon la générosité du Père,
je prie de toutes mes forces avec vous,
(Un) Bernard de Bretagne-Sud


12nov11  123C15
Dans la mesure où l'homme fait partie de la Manifestation du Non-Manifesté, c'est-à-dire où l'homme fait partie de l'Image de/engendrée par l'Esprit, si l'homme pèche, cela veut dire que Dieu pèche.
Je pense que la démographie galopante, ce fléau de l'humanité, est l'Image de la détresse actuelle de Dieu obligé de surmultiplier Ses représentations humaines (Dieu a fait l'homme à Son Image) tant le niveau de spiritualité a baissé parmi cette humanité. En d'autres mots, c'est comme dans les pays sous-développés: les gens font beaucoup d'enfants car ils prévoient beaucoup de "pertes" dues aux épidémies, à la malnutrition, etc. De même, Dieu se surmutiplie sur la planète entière car il y a beaucoup de "pertes spirituelles" dues au laisser-aller moral, au nivellement des valeurs par le bas, à la complaisance et à la paresse spirituelle qui caractérise ces temps de ténèbres actuels.
À part ça, je ne suis pas d'accord du tout avec le concept de "pénitence" mais bien avec le concept de "discipline" et encore mieux "d'auto-discipline". Car la discipline, en tant que voie du juste milieu, mène à la Sagesse et la Sagesse est l'essence même de l'esprit de Dieu (voir les Proverbes). Dieu ne désire aucunement "faire pénitence" via Ses représentations que nous incarnons mais bien jouir de l'harmonie de l'Unité! Or la pénitence est une "dissonance" car elle suggère un jugement (le Bien et/ou le Mal) donc une dualité. Or en Dieu il n'y a pas de dualité donc pas de jugement, donc pas de pénitence.
Donc quand un homme fait pénitence, il va "contre" Dieu. Mais quand il fait preuve d'auto-discipline, il va dans le sens de Dieu.
Je fais partie de ceux qui ont vécu une NDE [?] et cette lumière d'amour (Shekinah) qui m'entourait avait ceci de particulier qu'Elle m'aimait jusque dans mon pus, dans les recoins les plus obscurs de mon être. Moi je les jugeais et les détestais (dissonance), Elle ne les jugeait pas et les aimait (harmonie). Donc Dieu ne réclame aucune pénitence, Frère Michel. Il demande juste que nous soyons honnêtes et conscients.
La pénitence est une complaisance narcissique d'homme repu.
Marie-Madeleine S.


Réponse :
Je respecte toute opinion, la vôtre compris, mais je m'étonne que vous suiviez ce modeste blog qui est totalement fondé sur La Révélation d'Arès, que j'ai reçue, que je transmets et qui est toute mon espérance, et qui est tout à fait à l'opposé de vos opinions, surtout en ce qui concerne la pénitence.
La pénitence — ou changement de vie, qui en est synonyme — est la recommandation centrale que fait à l'homme La Révélation d'Arès.
À moins, bien sûr, que vous n'ayez pas lu La Révélation d'Arès, tout simplement, et que vous preniez la pénitence au sens que lui a donné la religion. Pourtant, j'ai expliqué en long et en large depuis qu'existe ce blog (2006) le sens que le Père a donné ou redonné à pénitence à Arès..
Vous dites qu'à la pénitence vous préférez la "discipline et encore mieux l'auto-discipline," mais je vous rappelle que la pénitence, la re-création de soi en bien, demande une grande autodiscipline.


12nov11  123C16
Merci de votre réponse [123C4]. Elle éclaire mon faible lumignon, mal dégrossi parfois.
Soyons la preuve vivante de la pénitence que nous prônons.
J'ai cru à tort que les assemblées devaient apporter la preuve de ce contrat social et spirituel. Je mets la charrue avant les bœufs. La preuve de notre pénitence, c'est l'essentiel.
Quant à la question sur la politique, il n'était pas question pour moi de procéder à la mission par la politique seulement de profiter de l'opportunité d'une élection présidentielle pour faire savoir au monde la solution du Père à tous nos maux: La pénitence. Ai-je eu raison de dire qu'une politique est sage ? Elle n'est que la situation d'un moment qui peut vite tourner en tyrannie si la masse des hommes se laissent séduire. J'ai eu tort seulement d'y penser.
La rédaction en français a toujours été ma bête noire, surtout quand il s'agit de faire des développements. Il le faut pourtant pour mieux exprimer le fond de ma pensée. Mais rassurez vous, vous avez bien répondu à mes questionnements.
Votre frère en Dieu,
Pascal de Bretagne-Sud


12nov11  123C17
Ce qui s'effondre en ce moment, c'est le système de profits et d'usure du système financier.
En créant de l'argent virtuel par le jeu de la spéculation, ce système (proche de la folie) entraîne tous les peuples qui veulent le servir de manière aveugle et servile dans le chaos.
C'est pourquoi les solutions alternatives (par exemple développement de monnaie locale ou système de troc) pour mettre fin à cette fuite en avant dans le mur, commencent à se développer dans certains pays.
Mais ceci n'est pas trop médiatisé.
C'est bien l'avidité de pouvoir et de richesses qui a conduit à cette impasse, autant l'avidité des puissants, que l'avidité de certains citoyens, car il ne faut pas montrer du doigt que les puissants, ceci n'est pas si simple.
Il faut savoir aussi que, par rapport à la surpopulation, des études sérieuses ont été faite disant qu'il y a suffisamment de ressources pour nourrir toute la terre, le problème étant essentiellement le partage des dites ressources ainsi que le gaspillage, on n'imagine pas le surplus jeté tous les jours, simplement parce que ce n'est pas rentable de le vendre, on préfère le jeter plutôt que de le donner.
On trouve, bien sûr, plusieurs sons de cloche concernant ces problèmes, à part dans les médias aux ordres des gouvernements et des puissants, qui n'envisagent comme solutions que la guerre et la rigueur.
Ce qui est dangereusement absurde.
Il existe donc beaucoup de solutions envisageables pour palier aux effets de la crise de la dette (crise qui est largement entretenue par les banques et de certains gouvernements travaillant main dans la main), mais ces solutions ne sont pas criées par les principaux médias, du fait, entres autres, qu'elles nécessitent une certaine remise en question de notre mode de vie, et qu'elle permet aux gouvernements et à certains puissants de maintenir une main mise sur la liberté des individus.
Combien de nos concitoyens se sont demandé sur quoi a été construit la période d'oppulence de l'après-guerre ?
Sur la ruine et sur l'asservissement de certains pays, c'est une réalité ! Et celà n'a rien à voir avec les idées de gauche ou de droite !
Veut-on encore une troisième guerre mondiale pour maintenir le niveau de vie des occidentaux et la folie idéologique des puissants ?
Car c'est ce à quoi on va se diriger malheureusement, si l'on n'y prend pas garde.
La question qu'il faut se poser est : Peut-on vivre correctement et dignement encore dans nos pays sans détruire tous les acquis ?
Oui,  mais il faudra inventer un autre système que celui de l'asservissement à l'argent et du profit à tous prix.
Il faudra privilégier l'humain et le partage, c'est bien le Message de La Révélation d'Arès, il me semble !
Mais quand je discute avec des personnes de votre génération, rares sont celles qui émettent l'hypothèse d'une possibilité de vivre autrement, la culture et le bourrage de crâne ont fait d'innombrables degâts (irréversibles ?).
Un exemple réçent : Il faut savoir que le peuple Lybien était, je dis bien était, celui à avoir le niveau de vie le plus élevé d'Afrique, les raisons du renversement et de l'assassinat de Khadafi sont d'ordre du calcul économique et politique, un vol et un viol pur et simple des richesses de ce pays, ainsi que de sa souveraineté.
Ce n'est pas du "gentil colonialisme désintéressé", mais un viol, qui est comme dans l'exemple que vous citez d'une réponse à un commentaire, l'aveu d'une faiblesse et du péché de domination.
C'est justement pour ne pas succomber à ces tentations que Jésus nous a donner la prière et son Message.
Ne pas dénoncer ces tares, c'est ne pas les combattre et c'est aussi perpétuer le mal.
Il faut maintenant de la cohérence, on ne peut d'un côté, clamer haut et fort vouloir changer le monde et ne pas dénoncer les atrocités du pêché d'Adam ainsi que ceux qui les perpétuent avec fierté, orgueil et un sentiment d'impunité .....
Dénoncer n'est pas juger, c'est faire en sorte que ces abominations ne se produisent plus ou du moins, le moins souvent possible.
Olivier G.


12nov11  123C18
J'ai franchement admiré le commentaire de Njama (123C11), et je dois dire que je suis entièrement d'accord avec lui.
Mais à la lecture de votre réponse j'ai franchement souri.
Njama a raison et encore une fois je salue l'analyse pertinente à mes yeux, mais j'ai envie de dire: "Et alors ? Où tout cela va-t-il nous conduire? Sommes-nous impuissants ? Sommes nous effectivement enfermés dans nos certitudes ?"
Ce mondes des certitudes, nous le partageons avec des auteurs comme Alain Soral "Comprendre l'empire",  ou les animateurs des indignés sur toute la planète, ou avec des animateurs de blogs comme jovanovic, qui depuis 2008 nous explique déjà la spoliation de nos banques et indique même comment réagir face aux carnassiers et nouveaux esclavagistes.
Non, vous ne fonctionnez pas comme eux, comme nous et heureusement je dois dire.
Le dernier mot ira à Dieu, à l'homme de Dieu que vous êtes.
Patrick


12nov11  123C19  
Voici enfin une entrée qui, pour moi, a le mérite de montrer une image claire de la situation.
Ayons donc des yeux pour voir et des oreilles pour entendre.
Mais l’homme de la rue, ce “lion empaillé”, qu’en fera-t-il ? Ne risque-t-il pas de chanter, en paraphrasant Jacques Dutronc :

"7 milliards de petits Terriens.
Et moi, et moi, et moi.
Comme un con de citoyen,
J’attends mon chèque de fin de mois.
J’y pense et puis j’oublie,
C’est la vie, c’est la vie.”

Ne voyez aucune animosité dans mes propos, je crois seulement que la route sera longue.
Dominique du Roussillon


17nov11  123C20
Je viens de lire cette page d'entrée et de commentaires, qui m'apprend beaucoup.
Je suis un néophyte hésitant, mais le façon claire que vous avez de relier les réalités terrestres à votre espérance spirituelle placée dans La Révélation d'Arès m'aide à réfléchir l'engagement de conscience qu'un Pèlrin d'Arès doit prendre.
Il y a quand même des mots difficiles pour moi? Qu'est-ce que c'est que le PIB (votre carte à 123C5)?
J'ai toujours entendu ce mot à la radio ou à la télé, mais je ne me suis jamais préoccupé de son sens.
Bertrand


Réponse :
Le P.I.B. signifie Produit Intérieur Brut. C'est en gros la mesure des richesses créées dans un pays pour une année donnée. Il y a trois niveaux complémentaires de calcul du P.I.B., mais c'est très technique et je ne pense pas que cela vous intéresse. Présenté très grossièrement, le P.I.B. est la somme des gains ou bénéfices tirés de l'activité annuelle (commerciale, industrielle, etc.) du pays, autrement dit le P.I.B. donne une indication de la solvabilité du pays en question.
Il n'est, par exemple, pas nécessaire d'être savant en technique financière pour comprendre que la Grèce ayant une dette qui se monte à 165 % (certains disent même 170 %) de ce qu'elle gagne dans une année vit au-dessus de ses moyens et a d'énormes difficultés pour seulement payer les intérêts de sa dette sans même parler de rembourser la dette et se trouvera dans une situation catastrophique (plus aucune banque au monde ne lui prêtera un centime, puisqu'elle dépense plus qu'elle ne gagne), d'insolvabilité totale, si elle ne réduit pas ses dépenses intérieures pendant de très longues années (trente ans, je crois, d'après certains calculs).
Mais n'oubliez pas que ce qui nous préoccupe ici, ce n'est pas la situation financière en soi, pas plus que ce n'est le surpeuplement en soi (problème corrélatif), mais la résonance ou réverbération de la situation financière et/ou du surpeuplement sur la vie spirituelle et son développement.


17nov11  123C21
Votre réponse à l’entrée 123#C11 avec ce passage de l’aveu de Milan Kundera, me plonge dans une profonde réflexion sur mes propres ombres: pulsions, convoitises, colères, boulimies de toutes sortes, peurs, angoisses, lâchetés.
D’une part cela vient flétrir l’image de "bon" Pèlerin d’Arès que je pouvais avoir de moi et en même temps, cela m’éveille à l’humilité et à la pénitence.
Des générations repentantes camperont sur ce désert pour en tamiser le sable, le fouiller comme une mine, pour retrouver la Vie. (Rév. d’Arès 24/4-5). J’ai toujours vu le désert comme étant d’abord le monde extérieur… et je découvre que c’est aussi mon monde intérieur !
Je réalise qu’à l’intérieur de moi, la bête est bien vivante. Que ta descendance se souvienne de Ma Parole : … et la Bête, qui agonisera longtemps derrière l'horizon, mourra.(Rév. d’Arès 22/14)
Et n’est-ce pas seulement par ce sentier rocailleux de travail sur mes propres ombres, de ce chemin de libération intérieure, que je pourrai aller à la rencontre de mon frère de la rue sans jugement ?
Et c’est la rencontre avec les autres qui me permet de débusquer ces parties de moi enfouies dans le sable de mon désert intérieur.
Il me semble que de ce mouvement multiplié par un nombre suffisant d’hommes et de femmes naîtra le nouveau contrat social que nous ne pouvons pas encore imaginer aujourd’hui mais dont nous sommes, si nous en faisons le choix, déjà des bâtisseurs par notre pénitence et notre moisson d’autres pénitents.
Ce que votre entrée souligne, c’est l’urgence de faire ce choix d’aimer l’autre et l’humanité comme le Père les aime.
Par notre silence, nous sommes complices de l’état de délabrement du monde.
Louis-Marie de Belgique


Réponse :
Très belle prise de conscience, Louis-Marie !


17nov11  123C22
Pour information :
NDE pour Near Death Experience = expérience de mort imminente - à propos de l'allusion qu'y fait Marie-Madeleine S.
(123 C 15). C'est le point d'interrogation [?] qui m'a laissé supposer...
Bonne journée cher Webmaster.
(Une) Françoise de Bretagne-Sud


Réponse :
Merci pour cette précision.
J'avais, en lisant le commentaire de Marie-Madeleine (123C15), également pensé à une Near Death Experience = Expérience de Mort Imminente, mais ne voyant pas du tout le rapport que cela pouvait avoir avec le commentaire 123C15 j'ai pensé que la signification de la NDE, dont parlait la commentatrice, était autre. D'où mon point d'interrogation [?] que je ne retire pas jusqu'à confirmation.


17nov11  123C23  
Vous écrivez: "Notre humanité occidentale moderne risque un désastre, qu'elle aura du mal à intégrer à sa vie : la perte de beaucoup de ce qu’elle a eu. Il faudra trouver de nouveaux moyens de vivre et notamment de vivre ensemble."
À propos de "vivre ensemble," vous écrivez dans votre entrée 120 (commentaire 120C55) : " Il y a une impuissance à vivre ensemble" décrivant notre réalité.
Les Pélerins d'Arès devront faire le passage entre cette "impuissance" actuelle, générale et le monde de bien que le Créateur nous propose de créer.
[Cette "impuissance" demeurera] sans la restauration au fond de soi de l'image et ressemblance (Génèse 1/26-27) du Créateur, sans le retour de la sainte simplicité de la vie spirituelle, sans le réveil de la conscience que nous sommes des êtres sacrés à qui le Père aimant à confié une terre sacrée, le monde ne changera pas.
Tout cela vous le dites mieux que moi, vous avez écrit (entrée 120C08) :  "C'est sur la base spirituelle — la création de l'âme par la pénitence aboutissant à une communauté d'âmes puis à une éternité d'âmes heureuses après le Jour — que tout vrai progrès social peut changer le monde".
Les assemblées de pénitents sont le fer de lance du changement du monde, du nouveau "vivre ensemble".
Rejoignez-nous, nous avons besoin d'âmes !
Annie d'Ile de France


Réponse :
Oui, le monde a besoin d'âmes et c'est bien d'encourager les lecteurs de ce blog a se faire une âme. L'âme est une autre façon de définir le Pèlerin d'Arès : Celui ou celle qui s'efforce de se crée une âme par la pénitence en suivant les sentiers du prophète (petit reste).
Mais chaque âme naît et se développe sur une chair et sur un esprit (Rév d'Arès 17/7: L'homme est chair, esprit et âme), autrement dit chaque âme est étroitement localisée et, par suite, "vivre ensemble" en parlant des âmes, c'est vivre ensemble comme des âmes locales vivant localement les unes auprès des autres et c'est justement parce que cela devient de plus en plus difficile que j'en cite et j'en chiffre la cause évidente dès les premières lignes de mon entrée 123: le surpeuplement.
Un des problèmes soulevés par le surpeuplement est celui de la dispersion.
Vous êtes en île de France et vous vivez ce problème dans la seule communauté des Pèlerins d'Arès de l'endroit.
Votre commentaire, je suppose, fait allusion à "l'impuissance à vivre ensemble" de votre communauté de Pèlerins d'Arès d'ïle de France, qui vivent dispersés sur une aire de quelque 100 Km sur 80 Km, noyés au milieu de près de douze millions d'humains, avec un seul point de ralliement, un petit foyer, un local de mission, 32, rue Raymond Losserand, 75014 Paris.
La disproportion entre la dispersion et l'unique point de ralliement cause une inévitable "impuissance (à tout le moins une difficulté) à vivre ensemble."
Ceci étant, ne prenez pas ce que je dis maintenant comme pessimiste, mais comme réaliste, comme un appel à la patience et à la réflexion.
Vous me direz que l'impuissance à vivre ensemble vient d'une insuffisance d'amour fraternel. Je répondrai : Oui, mais c'est, sur un territoire aussi grand, par manque de vision commune d'action apostolique. Quand une conception commune de l'action n'existe pas du fait d'une dispersion sur des terrains et dans des expériences de mission différents, la raison de l'amour fraternel disparaît aussi. Il faut que l'amour fraternel et l'action qu'il sous-tend aillent de pair, coude à coude. Être pendus au téléphone, si vous l'êtes, entre vous ne résoud pas le problème de la vasteté, des distances qui vous séparent. Le téléphone ne fonde pas une mutualité, une symbiose entre de nombreuses personnes, bref, on ne vit pas ensemble par téléphone, ni par l'Internet..
Vous avez beau être pénitents, vous créer, chacun, individuellement une âme, vos chairs et vos esprits sont physiquement dispersés et il y a difficulté à passer les obstacles psychologiques que causent, au plan pratique, les différences de vue et de talents, les incompréhensions, etc., bref, il y a difficulté à vivre ensemble. Vous vous rencontrez trop rarement les yeux dans les yeux, vous vous connaissez mal, et lors de vos rares réunions tous ensemble vous devez tout décider dans l'urgence, hâtivement, incomplètement et vous en sortez insatisfaits. Si vous acceptiez cette imperfection de bonne humeur, en vous en remettant à un arbitre autre que votre égo, vous pourriez avancer, mais en êtes-vous là ?
La solution ?
Il faudrait évidemment, pour faciliter les choses, créer plusieurs foyers en Île de France, répartis en fonction de la dispersion des Pèlerins d'Arès dans cette région.
Voilà ce que j'ai écrit dans le petit opuscule "Ce Que Je Crois, Ce Que J'Affirme" à l'usage des nouveaux venus au Pèlerinage 2011, au n°72 (ou 71 dans certaines éditions non corrigées): "J'affirme que la société de Bien sans chef ni loi, où les forts et les sages aident naturellement les faibles annonce la dissolution des grandes nations (3/3, 4/9, 28/7)... et la formation de petites nations (5/7, 28/20-21) ou sociétés d'unis (xLv/19) libres (10/10) et autogérées." Cela s'applique aussi à notre assemblées de Pèlerin d'Arès.
J'espère la possibilité matérielle, un jour, de créer des foyers d'unis franciliens (de petites nations arésiennes) dispersés sur la trop grande surface de l'Île de France. Dans chacun de ces foyers le vivre ensemble deviendra possible. Dans cette attente, on peut développer les familles d'affinités, qui s'acceptent les uns les autres telles qu'elles sont et aussi différentes qu'elles sont, au sein d'une seule assemblée trop vaste, mais j'ai déjà parlé de ce pis-aller tant et tant de fois. J'abrège ici.
Dès qu'on entre dans le mise en pratique du vivre ensemble dans une communauté sans chef ni loi comme le Père la préconise, on entre dans un lacis de diffcultés et de contradictions.
Augustin d'Hippone (le saint-Augustin de l'église) disait: "Le temps est parfaitement familier à chacun, mais aucun ne nous ne peut l'expliquer aux autres." Je dirais de même: La vraie foi telle que La Révélation d'Arès nous l'inspire, est dans ses grandes lignes familière à tous les Pèlerins d'Arès, mais dès qu'il faut l'appliquer dans la vie fraternelle et la mission les Pèlerins d'Arès sont incapables de se l'expliquer et de se l'appliquer les uns aux autres de façon unie et cohérente. Cette foi devient alors un gros flou, un nuage au cœurs duquel beaucoup de personnalités ne se rencontrent pas, parce qu'elles n'ont pas le temps de se connaître et de s'aimer en vivant ensemble, en étant proches les unes des autres.
Nous ne pouvons pas nous idéaliser comme on idéalise les anges (peut-être à tort d'ailleurs). Nous constituons un énorme ensemble d'individualités qui, en dépit de nos efforts, ne peuvent rompre tous les écueils de l'individualité à moins de former une seule chair (Genèse 2/24), donc une chair proche, d'où la souhaitable multiplication des proximités. Un foyer d'unis, c'est une sorte de mariage à plusieurs, le sexe en moins évidemment. Dans des groupes trop rarement réunis les hommes ne se reconnaissent plus et cela vient ranimer la mauvaise humeur millénaire, l'impossibilite de briser, faute de temps et de mieux se connaître, tout ce qui sépare le clair de l'obscur.
Je parle évidemment ici de l'immédiat, de la façon dont les choses doivent commencer afin d'atteindre d'autres possibilités ou puissances plus tard, au-delà, bien au delà de quatre générations.
Patience et optimisme !


17nov11  123C24  
Vous parlez de "nouveaux moyens de vivre et notamment de vivre ensemble," et cela, je pense, s'applique en premier à nous Pèlerins d'Arès d'Îlede France.
Il y a à la mission de la rue Raymond Lossrrand un petit groupe de gestionnaires qui tiennent le local impeccable, mais qui ne font rien de plus, rien pour créer une véritable assemblée où nous puissions tous vivre ensemble.
Je ne suis pas de ceux qui sont indignés (il y en a) par cette manière de faire. Je suis plutôt parmi les résignés. Il y a quand même dans la région arisienne un potentiel spirituel non négligeable, mais inutilisé.
Chacun fait sa mission dans son coin, sans stratégie d'ensemble. La perte d'énergie est colossale sans parler de la perte d'amour qu'on pourrait se donner les les autres et donner au monde de l'extérieur.
Signature oubliée


Réponse :
Vous avez oublié de signer votre commentaire, mais vous parlez de la mission de Paris, donc de cet unique foyer de ralliement et point missionnaire d'Île de France pour un trop grand nombre de pénitents et vous reprenez le sujet abordé par Annie (123C23): la difficulté de "vivre ensemble".
Je vous invite d'abord à lire la réponse que je fais à Annie (123C23).

Vous me parlez de la mission rue Raymond Losserand à Paris, mais le problème de mes frères franciliens dépasse de très loin celui de ce "petit groupe gestionnaire". Le problème de mes frères franciliens est le miroir en l'Île de France du problème général de tous mes frères en France, celui d'une assemblée comptant beaucoup d'isolés.
Ce problème de la dispersion me tracasse, mais étant moi-même très isolé, un "dispersé  parmi tant d'autres, et sans cesse dérangé par des urgences qui me trustent littéralement, j'ai des difficultés à réfléchir en paix aux moyens de "vivre ensemble". Beaucoup de mes frères et sœurs s'isolant eux-mêmes dans leurs quant-à-soi professionnel, sociaux, familiaux, philosophiques, etc., je ne peux en fait, au plan pratique actuellement, construire l'assemblée qu'avec ceux qui ont accepté et qui peuvent me suivre dans le couloir par nature étroit du petit reste. Sur ce plan, depuis quelques temps, les choses avancent heureusement.
Je réfléchis néanmoins au problème général dont vous parlez en Île de France. Plus exactement, je réfléchis aux pis-aller qui permettraient de relâcher autant qu'il serait possible les freins et les entraves inévitablement générés par la trop grande dispersion de l'assemblée francilienne, la méconnaissance que vous avez les uns des autres, les mésestimes et les raideurs qui en résultent, parce que vous n'êtes que des homms et des femmes, pas des surhommes et des anges moins encore, et que cette situation ne changera que peu à peu dans les générations qui viennent.
Lorsque je rencontre le comité de gestion du local rue Raymond Losserand à Paris, je rencontre un groupe de frères et sœurs pleins de foi et de dévouement, qui ont un réel souci de cette situation, mais qui, n'étant ni des supermen ni des extralucides, sont dans l'impossibilité de se représenter l'état de foi, de pensée, d'ardeur, etc., de ceux et celles trop lointains avec lesquels ils ne sont pas habitués à bavarder et échanger dans une atmospère d'intimité mutuelle. Aux yeux de ces lointains ils ne forment qu'une sorte de bureau avec tous les a priori exécrables qu'ont les bureaucrates aux yeux de ceux du dehors. Bureaucrates, ils ne le sont pas. Ils sont malheureux d'être mésestimés, de donner l'impression qu'ils sont des chefs attachés à leur petite cour, alors qu'ils ne sont que ce que n'importe qui serait à leur place : des braves gens de service, constants et sérieux, non des charismatiques ou des homonculus chargés de créer une fédération d'amour fraternel, parce que l'amour ne vient pas d'un bureau de gestion, mais se partage et que ce partage ne peut se faire sans échanges étroits du centre vers la périphérie de l'assemblée autant, que de la périphérie de l'assemblée vers le centre.
La vasteté, la distance, l'insuffisance ou la rareté des contacts — qui intensifient les écarts de culture de base, les différences d'âge et de caractère, l'individualisme propre à nos temps modernes — sont les causes évidentes de cette difficulté de vivre ensemble et l'on ne peut le reprocher à personne. On ne peut que regretter qu'un certain nombre de frères et sœurs franciliens, qui comme vous critiquent le "petit groupe de gestionnaires" de Paris, ne voient pas les inévitables freins psychologiques que sont ces vasteté, distance et rareté de contact, bref, cette dispersion.
La polone (Rév d'Arès xxxix/12/13) ou âme collective n'est pas développée ; une insuffisance qui n'est pas propre à l'Île de France. Sachant qu'une âme individuelles se crée et se développe lentement, par la pénitence, sur la chair et l'esprit (Rév d'Arès 17/7) de l'individu, on comprend que la polone se forme moins prestement encore sur le corps collectif d'une fraternité. Le sens du sacré, du dépassement, nécessaire à un collectif spirituel ne s'y développe qu'avec difficultés et irrégularité à cause de la dispersion.
Il est inévitable que la conscience collective caille (Rév d'Arès xxxix/8-10) très lentement et je souffre de voir que l'impatience et les reproches remplacent l'intelligence spirituelle qui, dans cette situation, prévue par La Révélation d'Arès elle-même, devrait inspirer la patience, l'indulgence et la recherche sereine de solutions — J'y réfléchis beaucoup de mon côté.
Notons que ce problème est curieusement plus perceptible du dehors que de l'intérieur.
Quand il m'arrive de parler des Pèlerins d'Arès avec des hauts responsables publics, médiatiques, sociaux, etc., je constate que beaucoup d'entre eux ont entendu parler des Pèlerins d'Arès, mais tellement vaguement qu'ils ne cessent de s'interroger sur ce que "ces gens-là" sont, croient et entreprennent. C'est en partie pour cela que les Pèlerins d'Arès se trouvent dans une sorte de disgrâce ou non-existence publique, comme gens "inutilisables, ininvitables", dans des engagements comme dans des colloques officiels, publics ou associatifs, parce que la masse et ses édiles ne les voient même pas.
Si les Pèlerins d'Arès avaient au moins atteint un certain niveau de sacré et de dépassement collectivement parlant — même si les termes de leur foi ne sont pas facilement reconnaissables, parce que cette reconnaissance implique de connaître La Révélation d'Arès largement ignorée du public —, ils se seraient au moins fait remarquer pour leur rayonnement spirituel, sacré. Or, celui rayonnement n'est pas encore discernable. Indiscernabilité qu'une décennie de "mission sociale", intrinsèquement désacralisante, déspiritualisante, n'a fait qu'épaissir et rendre imperméable. Mais, à l'heure de notre auto-critique, disons que cette absence de relief spirituel, sacré, extérieur n'est que le miroir du manque de relief spirituel, sacré, intérieur, cause de la difficulté de "vivre ensemble". Les frères attendent trop les uns des autres au lieu de s'inspirer les uns aux autres et dans la paix le spirituel et le sacré.
Cependant, les choses s'améliorent actuellement et ne cesseront de s'améliorer, je n'en doute pas.
Patience et espérance !


20nov11  123C25
Que le bureau de gestion pensé et voulu par le prophète — et donc agréé par le Créateur Lui-même (Rév d'Arès i/12) — ne plaise pas à tout le monde, c'est est une chose. Il faut de toute façon une bonne expérience spirituelle pour en comprendre la nécessité.
Ce qui me semble beaucoup plus triste — quoi que pas nouveau — c'est qu'un commentaire comme celui de "Signature oubliée", dont beaucoup partagent l'opinion, ne critique pas véritablement "le comité des bureaucrates" mais surtout le prophète, sa sagesse et ses conseils.
C'est une remise en cause sibylline de la voie qu'il montre et qu'on ne peut suivre que librement ou pas du tout.
Je crois donc qu'en plus de "la vasteté, la distance ou la rareté des contacts", la réticence à accepter de s'engager dans la voie du petit reste demeure un obstacle d'importance.
Il est un fait que nombreux sont ceux qui pensent encore tout bas que si le prophète est seul et isolé, c'est qu'il l'a bien voulu; ils choisissent ainsi, malheureusement, de rester aveugles à leurs propres réticences et surdités.
(Un) Patrick d'Île de France


Réponse :
Vous dites: "Nombreux sont ceux qui pensent encore tout bas que si le prophète est seul et isolé, c'est qu'il l'a bien voulu."
Ils se trompent. Je le regrette, mais je ne peux leur en vouloir, parce qu'ils ne voient pas, faute d'expérience personnelle, que, quand on n'est le chef de personne (Rév d'Arès 16/1), les limites de l'insistance de l'aîné tolérée par les cadets sont vite atteintes et son magistère spirituel passe vite pour autorité de chef. Je suis donc continuellement contraint à une certaine réserve. Le résultat est que cette réserve, sous-jacente à mon obligation de n'être le chef de personne (16/1), passe aux yeux de beaucoup pour un désir d'isolement.
S'ils savaient combien j'en ai souffert.
S'ils savaient aussi combien de fois j'ai été rembarré poliment, parfois moins poliment, par des frères et des sœurs qui très fréquemment estimaient que j'outrepassais ma nécessaire réserve ou qu'ils n'avaient pas besoin de moi, estimant sincèrement qu'ils avaient très bien compris La Révélation d'Arès et savaient quoi faire ! Ils comprendraient mieux pourquoi j'ai patienté.
Je suis aussi, nécessité de la pénitence, astreint à l'humilité, parce que j'ai besoin de lumière. L'humilité est lumière, mais lumière qui ne vient jamais tout de suite, d'où la bizarrerie de l'humilité dans ce monde pressé et aveugle parce qu'il est pressé. Bizarrerie qui, faute pour beaucoup d'être libres (10/10) de tous préjugés, donc faute de réflexion sur des bases neutres, a souvent passé, me concernant, pour un désir d'isolement. Or, oui, j'ai grand besoin d'humilité. Sauf sur le Fond, où La Révélation d'Arès me donne le charisme de Vérité, l'humilité m'oblige sur mille sujets pratiques à ne jamais écarter l'hypothèse que mes frères peuvent avoir raison et moi tort.
Par exemple, après que la "mission sociale" fut lancée dans les années 90 par quelques missionnaires, vite suivie par l'ensemble des missions, sauf rares exceptions, je n'approuvais pas ce type de mission qui nous déspiritualisait et je le disais clairement, mais posément, ici et là sans être écouté, mais je m'interdis d'intervenir impérieusement pendant dix ans en me disant: "Mon bonhomme, tu penses que ce type de mission est une erreur, mais les frères pourraient bien te prouver qu'elle est apostoliquement la plus productive." Or, on sait qu'au bout de l'expérience ce fut tout le contraire: Résultats nuls et défiguration de notre foi et de ses objectifs. J'avais eu raison de désapprouver la "mission sociale", mais, s'agissant d'une question pratique, ai-je eu tort d'attendre qu'elle se prouve stérile et déformante. Ai-je eu tort, autrement dit n'ai-je pas été conforma à La Révélation d'Arès en m'isolant de la majorité le temps de l'expérience ? N'aurait-on pas pensé avec raison que j'agissais en chef (16/1) ou en commandant (36/19), si j'avais, avant la preuve de l'erreur, tapé du poing sur la table et crié "Non !" autoritairement ?
Mon isolement vient aussi et surtout, comme je l'explique à Annie (123C23) et à Signature Oubliée (123C24), de la vasteté autour de moi, de la distance géographique entre moi et mes frères, de l'insuffisance des contacts entre eux et moi. De tout cela j'ai déjà beaucoup parlé, j'ai même consacré une entrée de blog à ce sujet, rappelant pourquoi — par afférence, entrée 120 — notre communauté de foi est dispersée. Autrement dit, nous ne vivons pas ensemble, mais nous trouverons des solutions palliatives à ce problème.
C'est la même chose pour vous dans la très vaste zone francilienne. Nous y travaillons ensemble. Les choses avancent lentement parce qu'étant non seulement isolé, mais écartelé, je ne peux aller plus vite et je le regrette. 


20nov11  123C26
Il est temps que Je libère les nations (Rév d'Arès 28/20), que le monde change (28/7) en Bien !
Simplement, devenons pénitent (28/25) !
Le nouveau contrat social naturel et spirituel, c'est la pénitence évidemment.
Ça coule de source d'Eau Vive (30/3).
D'Eau Vive, donc en Action !
En Action, donc bien tous !
(Un) Alain d'Île de France


20nov11  123C27
Que la paix soit en vous, frère Mikal !
Surfant sur les commentaires de nos sœurs et frères Pèlerins d’Ares, aux incrédules, aux incroyants, aux sceptiques, etc., je veux dire dans la Paix et l’Amour, que même s’il est difficile d’escalader la Montagne des Hauteurs, qu’ils aient confiance au message du Père Aimant, qu’ils le fassent avec mesure, patience, intelligence spirituelle a se changer et à changer le monde devenu dégénérescent à cause du mensonge perpétré depuis Adam déchu.
Moi-même je combats ma citadelle du péché grâce a La Révélation d'Arès, ce rappel a ma créature déchue.
Il m’arrive parfois d’être lâche envers mon âme, mais la crainte du Créateur me rappelle ma promesse.
Que le frère Mikal me pardonne ma lâcheté, mais je veux le remercier fraternellement d’avoir accepté cette Révélation et de l’avoir donnée à toute l’humanité.
À nous de l’accepter avec amour et de diffuser ce Message, et s'il y a des refus, peut importe, comme est dit dans L'Évangile Donnée à Arès et Le Livre, ce qui est important c’est de proclamer la Parole, car même si nos interlocuteur se bouchent les oreilles, ils ne pourraient empêcher la Parole d'entrer par les pores de leur peau, car rien ne peut arrêter le Souffle du Très-Haut .
Ne voulant pas trop saouler mes frère et sœurs par trop de mots, je vous souhaite à tous un belle escalade des Hauteurs Saintes dans la joie et l’amour.
Existe-t-il une version italienne de La Révélation d’Arès ?
Daniele A. du Canton de Genève (parfois d'Italie)


Réponse :
Mon frère Daniele, non, il n'existe pas de version italienne éditée de La Révélation d'Arès. Deux traduction ont été faites en italien au cours des trente dernières années, mais faute de pouvoir vérifier leur fidélité à la Parole originale française, et aussi faute de pouvoir en satisfaire les retombées (je ne parle pas italien), je me suis dispensé de les éditer.


20nov11  123C28  
Le prophète agent d'unité !
D'un côté, le prophète submergé de tâches, de paperasserie et de questions qui se répètent.
De l'autre côté, son rôle indispensable — cf.  commentaire à Bernizaccharie entrée (120C58).
Certains frères n'ont pas su faire appel au prophète quand il était encore temps.
Danièle du Nord-Pas de Calais


23nov11  123C29
En lisant Patrick d’Ile de France [123C25], je ne peux m’empêcher de lui répondre et de répondre par la même occasion aux critiques diverses qui fusent.
Que la fonction soit voulue par le prophète est une chose, ce que nous en faisons en est bien souvent une autre, et c’est bien pour cela qu’il [le prophète ou Patrick?] patiente.
Que je sois imparfait, comme les frères de ce bureau [de gestion de la mission, rue Raymond Losserand à Paris] sont imparfaits, est une autre réalité.
Nous devons changer.
Par contre, quand nous nous critiquons les uns les autres, là nous vivons le contraire du Plan du Créateur !
Nous devons nous aussi faire preuve de patience les uns envers les autres.
Pour ma part, je ne vous ai jamais critiqués et même, aussi souvent qu’il m’a été possible je vous ai défendus [les membres du bureau de gestion]. Non parce que vous seriez parfaits mais parce qu’il faut que les choses avancent, et le premier point est d’avoir confiance les uns envers les autres. Oui, j’ai toujours défendu le bureau et les autres fonctions mises en place par le prophète.
Oui je vous ai défendus, comme j’ai défendu le prophète et la pensée du prophète, parfois même face à certains frères du bureau [de gestionnaires], et je continuerai à vous défendre comme je continuerai à défendre le prophète et sa pensée, j’espère jusqu’à mon dernier souffle.
Le "Aimez-vous les uns les autres !" [de Jésus, Jean 13/34] ne commence-t-il pas par là ?
Notre époque est une époque de critique, de jugement, de méfiance, et nous n’y échappons pas.
Nous devons changer. Nous devrons montrer la voie de la pénitence à ce monde. Je travaille sur cette critique en moi depuis de nombreuses années, et pourtant je ne suis pas parfait.
Mon frère Patrick, malgré le fait que le prophète ait souvent parlé de mon intelligence, tant spirituelle qu’intellectuelle, vous-même n’avez-vous pas des réticences à travailler avec moi, à m’inviter au bureau afin d’œuvrer ensemble à cette grande Cause ? Rencontrons-nous ! Montrons à nos frères que notre amour peut déplacer des montagnes !
Ne vous souvenez-vous pas que dans les années 95, alors que votre engagement n’était encore qu’un demi-engagement, j’étais déjà à vos côtés, pour vous soutenir contre des critiques faites à votre encontre pour des histoires de logement ? Souvenez-vous que je vous avais accompagné pour faire face à vos détracteurs !
Je n’ai pas changé, je suis toujours au côté de mes frères, mais cela ne veut pas dire non plus que je ne peux pas avoir une pensée différente de la leur.
Bernard L. d’Île de France


23nov11  123C30
Le problème politico économique est en effet très vaste, trop pour être développé ici, mais il peut se résumer en un terme : Narcissisme à tendance perverse !
Voilà ce que sont devenus nos états, au détriment des populations qui n'ont d'autre choix que celui de subir puisque l'on n'écoute plus le peuple.
La dette de la France ne date pas d'hier, c'est vrai, mais il ne faut pas oublier que les sommets atteints depuis 2007 sont nés de trafics divers et variés des banques et des investisseurs.
Aujourd'hui, les Banques Centrales sont managées par des ex-cadres de Goldman Sachs, l'entreprise responsable de la crise en 2008 ! On voit très bien que les financiers se placent lentement mais sûrement sur l'échiquier et que nos marionnettes politiciennes n'ont d'autre choix que celui de s'exécuter aux désirs des "marchés".   
Que se passera t-il lorsque des milliers de gens auront tout perdu ? Des gens drogués à l'hyperconsommation, qui ne lisent plus, qui ne pensent plus, élevés dans une société de bisounours [?] dé-spiritualisée ?
Le monde doit vraiment changer.
B. et J.-L. du Sud Est


Réponse :
Je crois que vous confondez crise et crise.
Je ne crois pas que la crise de la dette ait pour cause les "trafics divers et variés des banques et des investisseurs." Elle a pour cause les dépenses excessives des gouvernements, la folie des grandeurs, la compétition électorale, etc.
La crise de la dette n'est pas tellement ancienne. Quand De Gaulle quitta la présidence de la République la dette de la France était de zéro centime et la France vivait très bien. Quand Giscard d'Estaing quitta la présidence, la dette de la France n'était que de 10% du P.I.B.
C'est avec François Mitterrand que la dette commença à augmenter de façon inquiétante. Il a fallu financer des progrès sociaux considérables, dont nous avons tous bénéficié, mais qui ne pouvaient pas être financés par les seuls revenus ficaux. J'ai été, je l'avoue, de ceux qui les ont approuvé ces progrès, mais je pense que les politiques auraient dû avertir la population de la nature de leur financement: l'endettement. Ils ne l'ont pas fait pour des raisons électorales.
Les politiques n'aiment pas dire que certains progrès qu'ils promettent ne peuvent pas être financés par l'impôt. Autrement dit, nous vivons au-dessus de nos moyens. Le monde doit changer (Rév d'Arès 28/7), nul doute, mais la lucidité, notamment réaliser que tout n'est pas possible par l'argent, est un point de changement qu'il faut regarder en face.
Seul le changement par la pénitence rendra possible la vie heureuse, quand la générosité et le dévouement remplaceront l'impôt, la bonté et la solidarité remplaceront les lois de redistribution, etc. Quatre générations ne suffiront pas pour installer le bien naturel et spirituel dans le monde en remplacement des seuls biens matériels, mais nous voyons que c'est la seule solution raisonnable... et gratuite.
C'est dans des moments comme celui que nous traversons que nous sommes saisis d'admiration devant l'extraordinaire réalisme de La Révélation d'Arès.


23nov11  123C31
Vous dites à la fin du texte d'entrée : "Les hommes sont des Dieux virtuels (Rév d’Arès 2/13), mais aussi des animaux virtuels. La Révélation d’Arès sonne pour eux l’heure du choix."
Dans votre réponse 123C24 vous dites que beaucoup d'entre nous (Pèlerins d'Arès) s'isolent dans leur quant-à-soi professionnel, social, familiale:
Faire le choix entre une vie d'assemblée d'hommes-dieux en marche ou s'isoler pour au final ne rien vivre ?
Je vois bien les deux directions. Je me vois vivre comme un animal et mon âme me fait "toc-toc" pour me rappeler qu'elle à envie de vivre vraiment [sa vie spirituelle] avant l'heure fatidique où il faudra quitter ma seule vie terrestre. Je trouve cette réalité tragique, c'est triste que notre vie psychique-biologique-adamique fonctionne comme ça.
Je me suis longtemps demandé comment il fallait vivre cette vie terrestre en tant que Pélerin d'Ares.
Au début de mon engagement, rien d'autre n'avait d'importance pour moi que ma rencontre avec mes frères et sœurs [de foi], les moments de moisson que nous vivions ensemble et les repas fraternels qui clôturaient nos journées. Nous étions pleins de manquements, mais nous nous aimions bien. Cela n'a pas empêché que notre local [de Rennes] ferme pour des tas de raisons, y compris matérielles et pratiques, mais je crois me souvenir, frère Michel, que vous aviez dit à l'un d'entre nous que c'était par manque de foi que notre local disparaissait.
A l'époque, ma foi n'était pas pratique et réaliste, elle était mystique et sûrement individualiste. Je ne pouvais pas comprendre l'importance d'avoir ce lieu comme ancrage terrestre de la moisson. La vie me fait [maintenant] changer, sinon je ne pourrais pas poursuivre mon engagement chez les Pélerins d'Arès. 
Je suis venue m'installer sur Paris où j'ai difficilement réussi à revivre la facilité de rencontre que nous avions à Rennes. Mais j'idéalise peut-être ! Et je pense que c'est moi aussi qui me suis enfermée dans la sinistrose [?] parisienne.
J'ai longtemps cru que former l'assemblée devait passer par des rencontres fraternelles.
Mais que mettre dans ces rencontres ? Comment se rencontrer ? Faut-il se contenter de ne se voir que pour la moisson ? 
Il n' y a pas encore si longtemps on se rencontrait encore pour divers groupes de réflexion, mais je crois comprendre que ces rencontres étaient encore trop intellectuelles [?]
Alors, oui, je m'isole dans mon quant-a-moi professionnel, social, familial, mais ce n'est pas par plaisir, c'est parce que j'ai l'impression que je n'ai rien d'autre à quoi me rattacher. Je prends des rendez vous missionnaires pour maintenir une dynamique d'apostolat. Mais je sais que c'est bien en dessous de ce que je devrais vivre.
Est-ce sur ce petit rythme que nous pouvons faire passer quelque chose de la vérité ? Je n'en sais plus trop rien.
Je me dis au final: Contente-toi de vivre ce que tu peux de pénitence et de moisson avec ou sans les frères et de faire avec ce que tu as. Mais je n'y crois pas trop à cet argument intérieur qui est peut-être se résigner à la médiocrité.
Je n'ai pas non plus de génie particulier pour aller vers le monde toute seule sans l'aide de frères et sœurs.
Qu'est ce que notre génération pourrait donner, montrer de mieux socialement qu'une moisson de rue ? 
Vous dites aussi ailleurs que notre action sur le monde ne sera pas "phénoménale" [?]. Donc ce sera une lente influence dans le monde de génération en génération. Donc, je me dis que c'est stimuler ensemble nos pénitences qu'il faut[; il faut] vivre ensemble aujourd'hui pour réveiller nos âmes, resserrer les rangs pour être une force contre la médiocrité générale, le laisser-aller qui bouffe le peu de temps que l'on a à vivre. Je ressent l'urgence de VIVRE.
Dans votre réponse 123C25 vous faites le lien entre être libres (Rév d'Arès 10/10) "de tous préjugés"  et "réfléchir sur des bases neutres." Pendant quelques années, à Paris, j'ai participé à un travail collectif sur ce thème. Ce travail s'appelait "Pénitence et Déculturation." On échangeait sur nos peurs et nos préjugés pour les dépasser ensemble. Ensuite nous avons essayé de poursuivre avec un travail de réflexion: "En marche vers la Polone". Quand je lis vos entrées, vos réponses aux commentaires, je me dis que quand même nous étions sur une bonne voie pour nous rencontrer fraternellement. Il y avait tout du moins une vie, des rencontres, un enrichissement qui faisait que pour ma part je ne m'enfermais pas autant dans mon quant-à-moi. Ces rencontres ce sont arrêtées, car il semble qu'elles n'avaient pas leur place dans notre local.
Nous aurions pu les poursuivre ailleurs. Mais je crois que nous avons peut-être peur aujourd'hui de faire des expériences, peur de nous tromper, peur de chercher des nouvelles façon de vivre ensemble, peur de nous éloigner de la voie droite en osant sortir de ce qui ne nous parait pas conforme à "l'Arésien correct" que nous nous sommes peut-être fabriqué.
Et si je me trompe, et bien tant mieux ! Cela veut dire que nous pouvons reprendre nos expériences de réflexions qui peuvent nous amener à la Vie. Heureux les réfléchis, ils hériterons de la terre (Matthieu 5)
Vous n'arrêtez pas de nous rappeler que vous réfléchissez, alors je me dis que ma réflexion et celle de Pierre, Paul, Jacques à aussi son importance, que nous devons faire des expériences de vies. Quelques uns essayent un moment et "flop" la vie retombe rattraper par le monde, on abandonne l'expérience commencée.
Si mon commentaire est trop long ou pas approprié ne le publié pas ou coupez-le si vous le souhaitez.
Stéphanie (ile de France)


Réponse :
Je comprends ô combien ! que la vie d'amitié et de réflexion en commun vous manque. Les Pèlerins d'Arès sont des êtres sociaux. La foi arésienne n'a ni solution intellectuelle, ni solution de solitude, et je souffre beaucoup trop moi-même de solitude et de réflexion en vase clos, à cause de mon isolement, pour ne pas vous comprendre.
Je l'avais tellement bien compris pour vous parisiens que j'avais encouragé votre groupe parisien, à l'époque où il disposait déjà d'un local rue de Picardie, à ouvrir un second local près de la Place de la République, consacré aux réunions de familles d'affinités et de groupes de travail et de réflexion sur tous les thèmes qui pouvaient les intéresser. J'ai moi-même financé la location de ce local et, je le dis sans me plaindre, je me suis personnellement privé de beaucoup de choses dont ma  mission avait besoin et ma famille et moi, nous avons mangé de nouilles, comme on dit, pour faire des économies, afin que vous disposiez de cet espace à Paris. Mais après quelques années ce local était toujours désespérément inemployé ! Je demandai alors à votre comité de gestion de me libérer de ce fardeau financier inutile. Ce qu'il fit. Je suis donc un peu étonné en apprenant que vous participiez à des "travaux collectifs" sur divers thèmes, que vous regrettez. Où donc organisiez-vous ces réunions ?
Concernant le local de la rue Raymond Losserand, il est beaucoup moins grand qu'il ne semble du dehors et j'ai conseillé à nos frères de Paris de le consacrer essntiellement, c.-à-d. le plus possible, à l'accueil du monde. Il est trop petit pour tout faire: Activité intérieure et activité publique.
Mais vous pouvez organiser vos activités intérieures et fraternelles ailleurs. Pourquoi ne le faites-vous pas ?
Il y a peut-être une raison à cela. C'est que certains de sont rendu compte que ces réunions entre vous refermait sur vous un cocon et qu'elles n'étaient pas assez orientées sur le partage de vos expériences de pénitents avec le monde qui doit devenir pénitent à son tour. C'est peut-être ce repliement sur vous-mêmes qui vous a fait craindre de devenir un club fermé, une sorte de club de l'amitié alors que la vocation des Pèlerins d'Arès reste largement apostolique, à savoir que nul ne résout ses propres problèmes spirituels sans penser à aider d'autres hommes à résoudre les leurs.
Mais rien, dans les perspectives arésiennes, n'empêche les réunions privées. À vrai dire je ne sais rien des activités dont vous parlez. Je n'émets ici que des hypothèses.


23nov11  123C32  
Pourquoi datez-vous le milliard d'habitants sur terre du couroinnement de Napoléon? Qu'est-ce que le couronnement de Napoléon a à voir avec le problème du "nouveau contrat social"?
Hermès


Réponse :
Il y a une raison à tout.
J'aurais pu écrire "1800: 1 milliard" au lieu de "1804 (couronnement de Napoléon): 1 milliard."
Mais je tiens compte d'un nombre non négligeable de lecteurs de ce blog au Moyen Orient et ailleurs dans le monde, dont les cultures, d'une part, et les rapports aux dates, d'autre part, ne sont pas les nôtres.
Côté culture, je mets le plus de soin possible à la rédaction et à la correction des textes pour qu'ils soient grammaticalement aussi corrects et standards que possible, linguistiquement parlant, parce que beaucoup lisent mon blog à partir de connaissances scolaires et lexicographiques. Il faut donc que tout soit (vocabulaire et syntaxe) aussi clair que possible.
Côté datation, un Musulman du Yémen ou du Mozambique, qui sont des pays sans Histoire au sens que nous donnons à cette science, voit mal comment il se situe par rapport à une année comme 1800, mais à peu près tout le monde connaît Napoléon, même grosso modo, et conçoit mieux l'écart de temps entre aujourd'hui et ce personnage historique qu'entre 2011 et 1800.


24nov11  123C33
Dans les média en Australie et en Nouvelle Zélande, on ne parle plus de réchauffement climatique, mais tous les jours on nous bassine avec le changement climatique et aussi, bien sûr, l'accroissement de la population mondiale.
Parce qu'en fait le climat ne se réchauffe pas du tout et, comme nous le dit le Père, le soleil devient froid (Rév d'Arès xxvi/8). Depuis quelques années, vous avez du remarquer que le temps est vraiment devenu bizarre et on continue à nous dire que c'est à cause du dioxyde de carbone issu de l'activité humaine.
Est-ce que vous y croyez, vous ?
Je sais que vous ne croyez pas ce que disent les média, car comme le tentateur, ils ne se lassent pas de mentir.
La grande majorité des média sont dans les mains des marchands d'armes et de la haute finance, les enfants du roi noir. Les armées ne sont pas là pour servir les nations mais pour servir le commerce. Le problème, c'est que le peuple n'a aucun contrôle sur les armées et que nous laissons les militaires détruire la vie et jouer à "Dieu le Père".
Oui, le climat est devenu fou et c'est probablement à cause des expériences atomiques et des formidables quantités d'énergie électromagnétiques envoyés dans notre ionosphère. Et comme vous dites, la vérité est éblouissante et on ne la voit pas, ou bien on ne veut pas la voir. 
Mais vous avez du remarquer ces nouveaux types de nuages dans nos cieux occidentaux.
Je veux parler de ces voiles nuageux qui s'étirent très haut dans le ciel.
"Notre héritage" par Rosie Lazslo



"Notre héritage"

peinture par Rosie Lazslo

(cette peinture montre,
des chemtrails
dans le ciel d'Australie)





D'après nos observations, ces nuages sont générés par des sprays (chemtrails) déchargés par des avions volant à plus haute altitude que la normale et qui sillonnent les cieux en toutes directions. En quelques heures, suivant le nombre de passages et les conditions hygrométriques ces nuages peuvent couvrir le ciel entièrement. Buée de plomb ! L'homme dit: "Où est le Bleu ?" (Rév d'Arès xviii/12). Nos recherches nous ont fait comprendre que ces avions sont tout spécialement équipés de réservoirs chargés de grandes quantités de nanoparticules d'oxyde d'aluminium, de bérium et autres matériaux toxiques et génétiquement modifiés [?].
Certains jours, quand je lève les yeux au ciel, j'ai vraiment envie de pleurer car je vois ces chemtrails: S'agit-il des caillots qui tombent (comme) les pierres du ciel : afar (xxxii/10) ? ou alors est-ce le safre qui entre (par) la narine, (qui) sale le sang ; le nerf (dé)périt debout (XXV/8) ?
Tous ceux qui demandent des explications aux autorités à propos de ce phénomène sont ridiculisés, ou bien on leur répond que l'affaire est "top secret", ou bien on nous ment sous couvert de réchauffement planétaire.
En fait, nous sommes entrés depuis quelques temps dans la guerre météorologique (souvenez-vous de l'opération "Tempête du désert" si bien orchestrée par les média) et aussi dans la guerre des étoiles. Les militaires font des expériences (le trou dans la couche d'ozone serait dû à des explosions atomiques dans le ciel), se battent et dépensent des quantités incroyables d'énergie pour avoir le total contrôle de l'espace et du temps.
Après des années d'observation et de recherches, Peter et moi sommes persuadés que les tremblements de terre en Nouvelle Zélande, à Haiti, au Japon (tsunami), dont les retombées vont être catastrophiques, ne sont pas d'origine naturelle. Les militaires répondent maintenant aux idéologies eugénistes de dépeuplement et il nous faudra vite et beaucoup de pénitents pour répondre aux programmes de dépopulation. Car le Père nous dit bien que la pénitence à réponse à tout.
Mais quand vous sonnez l'alarme à la surpopulation, nous pensons que la peur de la surpopulation est bien pire et conduit encore plus vite au péché des péchés (Rév d'Arès 38/2).
Ce que j'écris aujourd'hui, je le prépare depuis plusieurs jours, pour trouver les mots justes, car très souvent on ne croit pas ce que je raconte.
Alors, avec votre nouvelle entrée 123, j'ai compris une chose, c'est qu'il vaux mieux aborder les gens selon les croyances du commun des mortels subjugué par les écrans de télévision, les journaux et la radio. Et je vous remercie ainsi que Le Père très aimant de nous rappeler que seule la pénitence à réponse à tout et qu'il vaut mieux comme vous l'avez souligné, chercher à faire le bien plustot que de rechercher la vérité.
Car la Vérité c'est que le monde doit changer (Rév d'Arès 28/7).
Quoi qu'il en soit, un homme averti en vaut deux et pour moi la menace annoncée dans La Révélation d'Arès est réelle et si nous voulons survivre assez longtemps à la guerre contre l'homme et [nous rallier] au Plan du Créateur, il nous faut une pénitence vraiment puissante et musclée.
Et pourquoi pas des suppléments alimentaires (du fer, des enzymes et des vitamines) ?
La bonne nouvelle c'est que le Père met encore Sa confiance dans les hommes et Il sait qu'ils peuvent arrêter toute la misère du monde et avec Son aide, recréer le Jardin d'Éden. (Parce que) le femier, (c'est de lui que) sort le jardin (Rév d'Arès xxii/9).
Rosie en Australie


Réponse :
Je ne saurais dire si vos observations sont scientifiquement exactes ou seulement inspirées par la peur que la folie des hommes détruisent la planète que le Créateur a voulue pour l'homme en aggravant, par la technique aux mains des politiques et de leurs armées, le mal qu'Adam et sa descendance ont installé et continuent de répandre sur elle.
Mais je peux dire que votre peur de la folie des hommes est raisonnable.
Ce qui n'était pas vraiment clair en 1974, quand Jésus m'apparut et dicta L'Évangile donné à Arès (Première Partie de La Révélation d'Arès) et quand le Créateur se manifesta à son tour en 1977 et dicta Le Livre  (Deuxième Partie de La Révélation d'Arès), est maintenant clair :
Il y a urgence.
À nous de faire comprendre aux hommes qu'il n'y a pas de solution matérialiste aux dangers qui les menacent. Ces dangers ne feront qu'empirer jusqu'à ce que le safre (Rév d'Arès xxv/7-8) et le bec de fer (xii/8), quels que soient les sens exacts de ces mots, exercent leurs ravages, mais que la seule solution est spirituelle: installer le bien dans les cœur, installation que La Révélation d'Arès appelle pénitence.
L'homme détruit peu à peu sa planète, parce que le matérialisme et le scientisme s'étendent en raison de l'accroissement exponentiel de sa population, qui l'oblige à tirer du sol et de l'air, dont il vit, des ressources sans cesse plus abondantes, qui les épuisent, mais qui en même temps — c'est là le plus grand malheur — épuisent la vie spirituelle.
S'il est une situation qui recèle une unité difficile à définir ou formuler en comparant entre elles toutes les raisons de s'inquiéter pour l'avenir — raisons trop diverses et trop diversement exploitées par le grand show des media —, c'est bien celle qui occupe tout le contexte de votre commentaire: La menace sur la planète et ses habitants.
Les causes de ces menaces, pas seulement matérialistes, mais aussi intellectuelles, ne peuvent se réduire à un dogmatisme ou à un dialogue dualiste comme, par exemple, celui des écologistes politiques: "C'est nous au pouvoir ou l'apocalypse pour le monde."
Tous les gens honnêtes et raisonnables qui observent la marche rétrograde ou catagenèse (évolution régressive) actuelle de l'humanité y trouvent une grande variété d'idées antagonistes et de dissonances qui ne peuvent se réduire à un système simple de destruction. Le problème soulevé est très complexe.
C'est pourquoi la Parole du Père ne s'étend pas sur les causes, sauf à grands traits ou en quelques mots symboliques, mais s'étend sur la solution qui, elle, est unique: Il faut changer (Rév d'Arès 30/11, 28/7), il faut entrer en pénitence (8/6, 31/2, 33/13). L'intelligence spirituelle (32/5) doit contrebalancer l'intelligence intello-scientifique qui devient folle.
Je sais que ce mot: pénitence, gêne beaucoup. Je sais que le mot pénitence gêne même certains de nos missionnaires qui l'évitent et cherchent (je l'ai vu sur des tracts récents) des tournures rationalisantes sans voir qu'en rationalisant ils entrent malgré eux dans le jeu matérialiste du monde qui s'autodétruit. À des menaces très fortes sur l'homme qui se déspiritualise d'une façon de plus en plus dangeuse pour sa survie — l'homme ne survivra pas plus à lui-même sans vie spirituelle qu'il ne survivra sans métabolisme équilibré — il fallait un mot fort et ce mot fort Dieu l'a trouvé, c'est pénitence !


24nov11  123C34  
Vous avez raison: Il faut relever la primauté de la personne humaine et ça ne peut pas se faire sans réfléchir à un nouveau contrat social, qui ne s'exprime pas par écrit, mais qui s'exprime par l'âme et par le cœur.
Ce contrat social ne peut être fondé que sur l'amour, la bonté, la paix, la miséricorde, l'équilibre entre spirituel et matériel.
Quand on lit votre blog depuis ses origines on s'aperçoit assez vite que c'est là la thématique, la constante, de votre prédication, car votre blog n'est au fond qu'une vaste prédication depuis la chaire prophétique.
Cette prédication esr dominée par la foi, mais pas par le sentiment. Vous n'êtes pas un sentimental, mais un homme avec les pieds bien plantés dans la terre, comme dit La Révélation d'Arès (xL/1-5).
Je parle de sentiment, pas de ressenti, car vous parlez de temps en temps de ressenti.
Votre foi s'exerce dans un contract très direct avec les réalités. Pas d'émotivité ! J'aime ça et le public devrait finir par aimer ça. Vous ne retranchez jamais le monde extérieur de votre monde intime.
Mais pour cette raison aussi vos ennemis vont comprendre le danger que vous représentez et vont vous attaquer en vous réduisant à un sale rat exploiteur de la crédulité publique, comme ils font toujours. Ils se garderont bien de contester vos thèses, parce que ce serait donner à celle-ci une publicité. Ils ne parleront jamais de votre foi. Vous allez être crucifié, cloué sur le papier et l'écran des media, comme Jésus l'a été pour tout autre chose que pour ce que vous prêchez.
Ça a d'ailleurs déjà été fait, je pense.
Je me dis qu'on est bien lâche quand on vous laisse tout seul vous débrouiller avec le monde. Je me tâte. Vais-je pousser la porte de votre mission parisienne, dont parlent quelques commentaires ici, et dire: Vous avez besoin de troupes, me voilà ! Ou vais-je continuer à me planquer ?
Vous êtes la réponse immédiate de Dieu face au monde. Je vous admire.
Avant de terminer, j'évoque votre réponse récente 123C32 [Hermès]. Je découvre dans cette réponse que vous seriez lu jusqu'au Moyen Orient et dans d'autres partie du monde. J'ignorais que votre blog avait une telle portée. Combien de lecteurs a votre blog ? Vous n'êtes pas obligé de me répondre.
André L. d'Île de France


Réponse :
Il y a un grand moment que je n'ai pas consulté le compteur de mon serveur.
Je n'ai jamais poursuivi une stratégie du nombre, mais une stratégie de la qualité. Je crois même me souvenir vaguement d'un éditorial que j'avais écrit sur ce thème dans "Le Pèlerin d'Arès" alors trimestriel des années 80.
Il faudra bien que j'aille jeter un coup d'œil un de ces jours sur le compteur de mon fournisseur d'accès.
Il y a quelques mois la moyenne des visiteurs de ce blog variait selon les entrées et les périodes entre 700 et 1800 par jour.
D'autres compteurs donnent d'autres chiffres. Il paraît que c'est un nombre de visiteurs tout à fait respectable. C'est peut-être moins ou peut-être plus maintenant, mais le chiffre ne m'intéresse pas et, d'ailleurs, je pense qu'il y a aussi beaucoup de ceux que vous appelez mes "ennemis" qui consultent mon blog. Il doit aussi y avoir des curieux. Le chiffre n'est donc pas vraiment significatif de sympathie et d'intérêt généraux.
Par contre, ce qui m'intéresse beaucoup, ce sont les contacts fraternels que prennent avec moi des visiteurs de mon blog lointains, notamment de pays musulmans du Moyen Orient ou d'Afrique Orientale. Je suis malheureusement contraint de maintenir des relations assez relâchées avec les correspondants de ces pays, parce que je suis dans l'impossibilité (je suis seul, toujours débordé et peut-être pas très compétent) d'exercer une pédagogie prophétique systématique et appropriée bien réfléchie envers ces frères humains lointains qui me parlent sur des bases culturelles et mentales bien différentes des miennes.

Je reviens sur le corps de votre commentaire pour vous dire: N'hésitez pas ! Poussez la porte de notre local parisien !


27nov11  123C35
Ces mots d’abord pour vous demander pardon de ne pas avoir répondu à votre invitation parisienne du printemps dernier.
Je ne peux pas en exposer simplement les raisons, mais je pense qu’elles s’expliqueront d’elles-mêmes à la lumière de ce qui suit :
Je tenais surtout à vous faire part d’un ressenti particulier qui est mien depuis un certain temps, et que je vais tâcher d’évoquer sans vous prendre trop de temps. Nous avons tous des "antennes". Par elles notre intériorité se relie avec la vie extérieure. Le monde et les autres qui ne sont pas vraiment "autres". Cela, je pense que vous le savez mille fois mieux et plus profondément que moi, et je ne suis pas venu en faire état.
J'ai donc des "antennes" comme tout un chacun, même si beaucoup l’ignorent. Elles m’ont fait sentir, à la lecture de votre blog comme la présence d’un voile ou d’une "opacité". Sensation qui, chez moi, s’enracine dans le cœur et est véhiculée par la respiration comme si un prolongement de celle-ci cherchait à "respirer" dans les choses ou dans les êtres.
Cela ne m’a pas d’abord inquiété, sachant bien que la vie n’est jamais linéaire — et encore moins la Vie (Rév d'Arès 24/5) —, mais ce qui m’a étonné ce fut de constater que cela perdurait et, récemment, une photo de vous entouré de vos proches [image de l'entrée 121] véhiculait ce même ressenti.
J’ai, bien entendu, supposé que cette perception pouvait venir de moi, d’une appréhension déformée que j’aurai pu développer sans savoir, mais force m’a été de constater que la "saveur" des saints Livres, tout comme celle de vos écrits antérieurs (sur le blog et ailleurs) restait pour moi intacte…
J’ai alors eu l’idée de chercher sur freesoulblog si un changement s’était opéré à une certaine période, pensant parvenir à cerner un temps de transition. Quelle ne fût pas ma surprise de constater que ce changement s’était opéré d’un seul coup et d’un seul, à une date précise et suite à un échange que vous aviez eu avec un commentateur assez particulier : il s’agît d’un certain Jean-Baptiste B., en date du 07/12/2010 (113C16).
Je dis "particulier", car la lecture de sa prose s’accompagne chez moi d’une quasi-sensation d’étouffement qui m’en rend la lecture très pénible, et ce qui est étonnant c’est que votre réponse est pour moi — partiellement — imprégnée d’un ressenti analogue (ressenti qui commence à poindre dès 113C10, ce qui peut s’expliquer par la chronologie.
Le plus étonnant à mes yeux étant que, depuis lors, ce qui émane de vous est resté "imprégné" (dans une mesure variable) par cette fermeture.
Je n’en tire bien sûr aucune conclusion même si diverses hypothèses peuvent être avancées.
Mais n’ayant aucune compétence dans l’interprétation de ces choses je ne m’y aventurerai pas.
Mon intime conviction est que votre essence n’a pas été affectée par cette "rencontre", mais qu’un événement est survenu qui a dû affecter certaines modalités externes, sans que vous en ayez conscience. Il se pourrait aussi que ce vecteur ait été employé par les forces d’En-Haut (et/ou leurs reflets inférieurs) à des fins qui nous échappent présentement.
À moins que vous ayez recours à ce type d’influence dans le cadre de votre mission et ceci en toute connaissance de cause ? Si tel est le cas je vous prie d’excuser cette intrusion sans doute malvenue. Sinon j’espère que cet écho vous aura été, d’une manière ou d’une autre, utile à défaut d’être agréable.
Quoiqu’il en soit, sachez que je ne vous oublie pas, et que chaque jour je tâche de me mettre davantage au service du Père et de sa Volonté, à l’écoute du Souffle, au service de la Vie.
Même lointains nous sommes toujours proches.
Frank N. d'Île de France


Réponse :
Je viens de relire le commentaire 113C16 et ma réponse à ce commentaire, que vous citez, mais je persiste à ne pas vraiment comprendre ce que vous voulez dire.
Il faut dire que je ne suis pas fute-fute, comme dit notre sœur Nicole P. qui a beaucoup d'humour, et le "ressenti" dont je parle parfois est simplement la part inexprimable de la connaissance venue de l'expérience. Ce ressenti n'est pas du même ordre que celui que vous évoquez, qui me paraît plus proche de l'extra-lucidité ou voyance, laquelle n'est pas de l'ordre de la connaissance.
Mais, comme je viens de le dire, je ne suis pas fute-fute.
Si je publie votre commentaire, mon frère Frank, c'est pour exprimer ma joie de voir resurgir un frère qui a voulu se faire oublier de moi depuis, je crois, 2007, mais que je connaissais depuis novembre 1991.

Comme vous voyez, je ne vous oublie pas. Notre mission parisienne a besoin de vous. Rejoignez-la !


27nov11 123C36
Je ne suis pas Pélerins d’Arès, mais je vous connais de l'intérieur et en lisant votre entrée de discussion, je pense au papa (c'est vers les hommes que s'incline naturellement mes pensées), qui dans sa pénitence a inclu le projet d'éveiller à la vie spirituelle les générations en offrant au monde ses enfants.
Vous êtes très radical quand vous lui rappelez sa participation à la déspiritualisation de l’humanité en générant de la surpopulation.
Ayant dérogé à ce rôle de père et de mari, je me suis au moins enlevé ce poids.
Dans mon contexte de non-alternativité, j' ai une vision négative sur la paternité.
Je ne remet pas en cause le choix  de mon pére décédé.
Ce qui me heurte le plus profondément, c'est la confiscation par ce système du rôle paternel.
Soyez des parents libres et vous serez les Khadafi de demain, bons pour être immolés en place publique !
Allez dans le sens des valeurs sociétales et vous n'aurez pas que [le] seul privilège de ne pas vous être fait distinguer [?].
Si le Père dans la Parole se nomme Père et qu'il s'oppose au système qui a usurpé la paternité humaine, cela ne me semble pas indu. Si la paternité n'existe pas, quid de la fraternité, dans cette marée humaine ? Les bains de foule me donnent la nausée, le vivant s'est concentré dans les pensées des humains, et tout ce que je perçois de ces pensées, c'est énormément de rudesse et de barbarie.
Nous baignons dans la sauce "droit de l'hommiste" comme dans la béchamel et la prédation devient indistincte.
Elle diffuse son mal dans l'amalgame et la confusion des sens.
Le minuscule père de cette société, à l'autorisation expresse du Superviseur sociétal, de transmettre à sa progéniture les rudiments pour faire son trou au milieu des autres, chacun pour soi et bouffe la chair de ton prochain !
Bravo, pour encourager à la mise en place d'un nouveau contrat social, que l'homme retrouve ses attributs initiaux, ceux du citoyens politiques, de parents qui s'autodéterminent, d'individu souverain libre de s'épanouir dans les familles de son choix, libre de prendre les position qu'il entend au sein d'une démocratie naturelle, lavée de ses miasmes qui sont la loi et ses institutions.
Post Scriptum : Je suis sûr et certain que vous n'êtes pas un Gaulois [réponse à Njama 123C11] , mais un enfant de la deuxième guerre mondiale. La guerre des Gaules a été une guerre de rapine. Les Romains ont fait main basse sur l'énorme réserve agricole et sur la réserve de main d'œuvre que représentait la Gaule.
Jules César a prétexté d'une guerre préventive, comme si les Gaulois les menaçaient d'une nouvelle mise à sac de Rome.
Il les a dénigré assez fortement pour que l'on oublie aujourd'hui que cette société était un civilisation digne de ce nom.
C'est toujours ainsi qu'opère les colonisateurs, c'est toujours eux qui prétendent apporter la civilisation. Ils prennent bien soin de faire table rase du passé et de réécrire l'histoire à leur sauce. Nous sommes, grâce à vous les aînés, libérés de la domination nazi.
Cette colonisation allemande  pensez-vous que ce fut un bienfait ?
Frédéric H. d'Île de France


Réponse :
Comme Frank N; de 123C35 vous êtes une soudaine réapparition. J'ai été sans nouvelles de vous, mon frère Frédéric, pendant de longues années. Je me souviens de vous, quand vous assistiez à mon enseignement à "L'Espace des Peupliers" à Paris. Je vous vois encore lever le doigt quand je parlai des Hopis. "Je connais," avez-vous dit et en effet vous connaissiez ces Indiens d'Amérique. Vous m'avez montré un livre sur le sujet et je n'avais jamais vu un livre aussi ramolli, éculé, usé par la lecture.
Vous vous trompez ; je suis un Gaulois. D'origine bretonne, je suis un Celte et je me sens bien tel. Comme Gaulois, je suis reconnaissant à mes ancêtres d'avoir compris tout l'intérêt pour eux d'adopter la civilisation de leurs colonisateus, les Romains.
Rome et le général Jules César qu'elle envoya en Gaule eurent des intentions de conquête, nul doute, mais les Romains avaient aussi gardé une crainte légitime de cette force armée que n'avait jamais cessé de présenter la Gaule, dont un chef, Brennus, avait attaqué Rome 250 ans auparavant, en effet. Histoire fameuse des oies du Capitole cacardant pour alerter les défenseurs romains et du lourd glaive jeté par le chef gaulois Brennus sur le plateau de la balance au moment du pesage de l'or de la rançon en criant "Vae victis!" (Malheur aux vaincus!)..
La latinisation de la Gaule fut, à mes yeux du moins, un bienfait. Notamment, la colonisation par les Romains installa cette fameuse "Paix Romaine" que la Gaule, où les guerres tribales étaient endémiques, n'avait jamais connu. Cette "Pax Romana" permit un développement intellectuel et économique impossible auparavant. Les Gaulois, rappelez-vous, n'avaient même pas d'écriture !
Mais je respecte sur ce point les opinions de chacun.
Par contre, concernant les Nazis,je m'inscris en faux contre votre opinion. Il n'y a pas eu colonisation de la France et des autres pays européens par les Nazis, mais occupation, envahissement, pillage et martyre. La France n'a pas dans ses colonies — que j'ai connues en Afrique, à Madagascar, en Asie, puisque je fis mon temps militaire dans la Marine — martyrisé la population. La France gouvernait souverainement les pays colonisés, mais elle ne construisait pas des camps d'extermination pour y tuer par millions les gens qui la gênaient comme les Nazis le firent des Juifs, des Polonais, des Tziganes, des Communistes, etc. L'occupation nazie n'a rien à voir avec une colonisation.
Je ne prétends pas que la colonisation française en Afrique et ailleurs fut basée sur un humanisme, mais elle a eu aussi ses effets heureux, notamment de pacification, sur des populations parfois très arriérées et belliqueuses qu'il ne faut pas idéaliser.
J'ai dit il y a du contre, mais il y a aussi du pour. Je crois que tous les hommes doivent partout quelque chose à ceux qui les ont éduqués. Les familles, les écoles, les universités ne sont-elles pas quelque peu les colonisatrices de leurs jeunes ?


27nov11  123C37
Merci de nous livrer vos réflexions sur ce contrat social et spirituel.
Vous écrivez: "J'ai conscience que j'écris à la craie sur un sol de ciment." Depuis l'âge de la pierre jusqu'à celui de la puce électronique bien des hommes ont voulu marquer l'histoire par la musique, la peinture, leurs récits ou leurs écrits; mais les plus belles traces qu'un homme puisse laisser sur terre, c'est de se faire une vie pour Dieu, un renom de bonté, de pénitence et de piété (Rèv d'Arès 36/19).
Ainsi, bien plus qu'une trace de craie, votre nom deviendra aussi grand que celui de Moïse ou d'Élie. Que ce soit avec de la craie,  à travers une lettre, un mail ou un blog, l'essentiel, c'est que vous savez faire passer la Vie et que vous contribuez à changer ma vie ainsi que celles de beaucoup d'autres.
En ce sens vous incarnez l'espoir de voir l'homme et le monde changer.
Au regard de la crise financière et humaine actuelle, il est intéressant de se rappeler ce qu'écrivait déjà en 1802 Thomas Jefferson: "I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties that standing armies. If the American people ever allow private banks to control the issue of their currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around the banks will deprive the people of all property until the children wake-up homeless on the continent their fathers conquered." Traduction: Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, par l'inflation, puis par la déflation, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront sans sans toit sur la terre que leurs parents ont conquis ». (Extrait du livre de Robert J. Firth "The ennemy within - How progressives and socialists destroyed America".
Quant à cette autre pensée du 19ème siècle: "America is great because she is good. If America ceases to be good, America will cease to be great." (Alexis de Toqueville) [Traduction: L'Amérique est grande parce qu'elle est bonne. Si elle cesse d'être bonne, elle cesse d'être grande]. Il me plait de l'extrapoler à l'humanité entière, puisque la grandeur et le bien-être général du monde dépendent de la volonté de l'individu à faire le bien, à être bon.
Ces pensées d'hommes politiques, philosophes du passé auxquelles se réfèrent parfois vos entrées sont étonnantes par leur clairvoyance, mais elles ne vont de toute façon pas aussi loin dans l'analyse des causes véritables des problèmes du monde ni dans leur espérance que l'Appel de notre Créateur relancé le 15 Janvier.1974 [La Révélation d'Arès].
Le constat du manque d'élévation des débats politiques que vous faites et vos développements sur les différentes tournures de la crise humaine (écologie, économie, politique, religion...) montrent d'un côté les limites des plans d'urgence appliqués aux problèmes de l'humanité (catastrophes naturelles, conflits armés, paupérisation, surpopulation...), rappellent d'un autre côté les perspectives infiniment plus vastes que le Créateur a imaginées pour nous, en insistant sur la vocation spirituelle quotidienne (démonstration par le vécu, la pénitence).
Cependant, le problème de la communication ne se situe peut-être pas aux niveau des moyens (rationnels-économiques ou spirituels-pénitence), mais plutôt au niveau de la compréhension du but à atteindre, problème qu'illustre bien la parabole de l'Aigle et de la taupe (Rév d'Arès 23/2). Dieu (l'Aigle) a conçu un Plan édénique de bonheur, d'éternité, de bonheur absolu, difficile à rendre crédible et enviable à l'homme [devenu pécheur] (la taupe) juste soucieux de son bien-être et de celui de ses proches, soucieux de l'état de ses tunnels (écologie), de sa survie (surpopulation, maladies), mais tellement loin de l'univers en perpétuelle genèse, que vous, frère Michel, avez expérimenté.
Pour nous dans la rue il faut arriver à rendre crédible et enviable un monde que l'on ne connait pas et convaincre de ce que nous n'avons pas expérimenté. Si le but à atteindre était au moins visible, les Pèlerins d'Arès s'engageraient avec plus de Feu, de passion ?
Le Coran faisait rêver les nomades du désert avec des images de jardins irrigués, de dattes fraîches. De quoi rêve la taupe du XXIe siècle, qui puisse la faire sortir de son tunnel et lui montrer un autre monde ? Éden, le Ciel, mots devenus pour le monde actuel aussi utopiques que l'amour du couple pour un célibataire au long cours.
Néanmoins, même l'homme de raison continue au fond de son cœur de rêver d'amour, prêt à y croire avant de le vivre ; l'amour redonne la foi et opère la première mutation de la taupe (carnassier, solitaire, non social) en campagnol des champs (omnivore, social et capable d’élévation puisqu'il peut grimper aux arbres).
L'amour du couple ne témoigne-t-il pas de la nature divine de ce contrat social naturel et spirituel, base du monde changé, rappel de l’Alliance d'amour entre Dieu et l'homme ?
Et l'arc sera dans la nuée, et je le verrai pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tout être vivant de toute chair qui est sur la terre (Genèse 9/16).
Marc V. de Suisse


27nov11  123C38  
Ce commentaire est peut-être maladroit, qu'on me le pardonne si c'est le cas, mais je tenais à y partager ce que j'y partage.
La pénitence forme "la condition d'indépendance personnelle et du bonheur d'être ensemble" (voir article "Laïcité et Europe", Frère de l’aube N°68). Il me semble que, dans nos missions, on n’a pas assez insisté sur cet aspect "d’indépendance personnelle" que donne la pénitence qui pourtant répond à mon avis à un inconscient collectif en ce moment.
Les gens ne veulent plus être embrigadé dans des groupes. Hier j’ai abordé les gens en disant la phrase; "Tout en préservant l’indépendance personnelle totale  il est possible de changer ce monde" et j’enchaînais sur la reconquête personnelle et spirituelle de moyens de communion humaine de chaque homme, par la pénitence. J’ai eux d’excellent contacts où on a pu approfondir en peu de temps l’essentiel de la pénitence et où j’ai quand même pu les inviter mes interlocuteurs à nous rejoindre.
Il y a aussi un aspect  qu’on n’a pas creusé, c’est comment faire le passage du côté joyeux luron et festif d’une partie de la population (le jeunesse surtout)  qui est une sorte de contrat social naturel à sa manière à l’aspect joie et fête de la pénitence (Rév d'Arès 30/11).
Stéphanie dans un commentaire précédent relate la fermeture du local de Rennes à une certaine époque. Étant au cœur de tout ce qui se passa à l’époque dans ce local, je tiens à relater ici un mauvais choix que nous avons fait, à mon avis, à l’époque, environ 3 ans avant sa fermeture — Au total nous avons conservé le local à peu près 8 ans —. On piétinait dans une certaine routine, mais on ne peut pas dire qu’il n’y avait pas de vie. Les amis des frères et sœurs venaient partager des gâteaux qu’ils avaient faits, on organisait des repas auxquels participaient des humanistes, de la famille, etc.
Notre local avait un coté vivant et joyeux à défaut de vraiment pieux, mais on ne faisait pas peur.
En revenant du pèlerinage et des ateliers auxquels on assistait à Arès, on est revenu avec des idées de rigueur. Il fallait des permanences rigoureuses, il y  avait comme une tendance générale à "aseptiser." Alors on a suivi. On a demandé à tout ce joyeux monde de quitter le local le samedi après midi pour qu’on puisse faire nos permanences mais tout en faisant cela il y a avait quelque chose en moi qui n’était pas d’accord . Je me rendais compte qu’on ne partait pas de notre réalité à nous (qui étions globalement jeunes) et que ce qu’on auraient dût faire, c’était essayer de spiritualiser tout ce joyeux monde, réfléchir à la bonne façon de passer de cette fête pas méchante à la fête de la pénitence.
C’est vrai, dans notre arrière-salle le samedi certains fumaient, ça rigolait etc. mais les frères et sœurs partaient missionner aussi. Petit à petit j’ai vu ce local s’assécher et toute vie, même normale en disparaître. aussi cela ne m’a pas surpris quand on a manqué de moyens humains (départ de trois jeunes pour rejoindre leurs conjoints) et de motivation  pour passer un cap difficile.
Moi j’avais retenu que vous pensiez que c’était par manque de mission que ce local avait capoté... Stéphanie dit "manque de foi"... mais c'est lié de toute façon. C'est peut-être les deux ?
Je reste persuadé aujourd’hui que nous avons fait le mauvais choix de la rigueur à l’époque et qu’il y a une vraie réflexion à faire pour passer d’une fête à l’autre fête si nous voulions remplir nos rang de jeunesse.
J’ai relaté cette expérience parce que je pense qu'elle peut servir à tous pour réfléchir.
Bernard de Ploërmel (Bretagne)


Réponse :
Votre commentaire me raconte quelque chose que j'ignorais. Les Bretons de Rennes m'ont très peu parlé des causes de la fermeture du local de mission rennais. Le seul qui s'étendît un peu sur le sujet, et qui était, je le devine, du côté de la rigueur par nature, fut feu notre frère Michel R. Vous, vous me dressez un tableau beaucoup plus humain et sans nul doute plus réel de la situation.
Vous avez manqué de la mesure que le Père nous recommande dans La Révélation d'Arès. Vous êtes passés d'un relâchement, peut-être même d'un débridement, qui ne faisait pas très sérieux à une rigueur sévère, qui faisait trop sérieuse, et les deux extrêmes pouvaient pareillement faire fuir. Un juste milieu vous aurait certainement permis de donner à votre mission rennaise la prospérité spirituelle.
Je le vois bien dans une ville du Sud, où je poursuis chaque mois mon aide à cette assemblée pour rénover sa spiritualité et sa fraternité en qualité comme en nombre, Il faut sans cesse veiller à ce que la jovialité, l'entrain, l'amitié nécessaires n'oblitèrent pas la spiritualité profonde, tout aussi nécessaire. Cette mesure dans le comportement est une des conditions de la réussite missionnaire. C'est toute une rééducation de chacun que la pénitence peut faire.
Merci de nous donner cette leçon, bonne à prendre.


28nov11  123C39
Je ne suis pas Pèlerin d'Arès, mais je lis régulièrement votre blog,
parce que vous êtes déjà, n'en déplaise à ceux qui vous détestent ou qui se demandent si vous êtes un saint ou un filou (je me suis longtemps posé la question moi-même), un personnage historique.
Je crois que voilà la raison du grand silence médiatique autour de vous. Les grands politiques, religieux et intellectuels du monde et leurs media se disent que, quelle que soit la suite que La Révélation d'Arès aura dans l'Histoire, vous êtes, Michel Potay, comme déjà inscrit dans les grandes encyclopédies: Le témoin et le propagateur d'un Appel spirituel de dimension universelle, le plus grand depuis les grands Livres révéls de l'Orient et le premier qui soit occidental.

Autrement dit, vous êtes ce que j'appelle un biogène spirituel. Il n'y en a pas eu beaucoup au cours de l'Histoire.
Vous considérant comme homme historique, valant une bio, j'épluche vos entrées et vos réponses, qui sont une mine.
Sans discussion vous êtes un esprit ouvert, un cœur sans dissimpulation, et cela plaide en faveur de votre honnêteté. Je pense que c'est ce que beaucoup d'historiens retiendront sauf ceux qui voudront se rendre intéressants en vous salissant ou qui seront payés pour vous nuire. On ne peut quand même pas traiter facilement d'escroc ou de fou un homme maintenant âgé de 82 ans, qui vit sans se dissimuler à l'étranger ou derrière des gardes du corps, qu'on peut croiser comme toput un chacun dans les rues de Bordeaux, de Paris ou d'autres villes, qui n'a jamais, de toute sa vie, fait l'objet d'une plainte, ni examiné, poursuivi et moins encore condamné par la Justice d'une part, et qui n'a jamais été examiné par la neuro-psychiatrie. Vous avez fait l'objet de deux inspections fiscales appofondies en 1987 et 2008, qui a conclu a votre intégrité fiscale et à l'absence de toute fortune personnelle faite sur le dos de vos fidèles. Vous êtes sans discussion un honnête citoyen français en bonne santé mentale.
J'apporte ces précisions pour faire comprendre pourquoi j'épluche vos textes à la virgule près, si je peux dire, parce qu'ils sont la seule chose qui permette de mieux connaître l'homme que vous êtes : indistinguable, à peine notable par un rayonnement de sa personne indéfinissable mais réel, même dans le rue (je vous ai vu), l'homme d'autant plus énigmatique.
Je remarque, entre autres choses, à l'aide d'un logiciel de reconnaissance de texte, que vous faites de plus en plus de fautes (je pense que vous tapez vous-mêmes vos textes directement sur le blog), mais que vous les corrigez ensuite et que donc vous vous relisez de temps en temps (point psychologiquement intéressant), à moins que quelqu'un vous signale les fautes. Je remarque actuellement des lettres manquantes, parfois des mots manquants, des coquilles, plus fréquentes et pas toujours corrigées.
Pouvez-vous m'expliquer cet accès d'erreurs de frappe dans vos textes actuellement.
Jean-Michel D.


Réponse :
J'ai d'abord hésité à publier votre commentaire, reçu il y a quelques jours déjà, parce que je ne vois pas très bien en quoi un "accès d'erreurs de frappe dans mes textes actuellement" peut vous donner des indications pour une "bio" (biographie, j'imagine?).
En réfléchissant, je me suis dit que votre commentaire pouvait donner quelques arguments à ceux de mes sympathisants, de mes frères ou de mes sœurs en butte à des entourages (conjoint, famille, amis, collègues) qui leur reprochent de s'affilier à une "secte" et à un "escroc."
Je crois que j'ai toujours fait des fautes de frappe, voire même des faires d'orthographe ou de grammaire, selon que j'écris dans la hâte ou dans le calme et que je suis dispos ou fatigué, et que cela n'a rien d'extraordinaire. Je ne travaille plus que treize à quinze heures par jour au lieu de dix-sept à dix-huit heures il n'y a pas si longtemps, mais je suis devenu plus fatigable.
Les fautes sont probablement plus remarquées dans mon blog, parce que je n'ai personne pour me relire. J'écris directement dans mon blog, en effet. S'il y a des fautes de frappe, il y a peut-être aussi l'avantage de la spontanéité.
Certains types de fautes, comme les omissions de lettres ou de mot, sont actuellement plus fréquents, parce que mes yeux ne sont plus ce qu'ils étaient. Je souffre d'un cataracte qui se développe actuellement dans mon œil droit. J'ai aussi les yeux qui pleurent comme cela arrive à beaucoup de vieilles personnes comme moi (82 ans), surtout en fin de journée. J'ai aussi dû changer mes verres de vision à triple foyer, d'un type dont la fabrication a cessé, pour des verres progressifs que je supporte assez mal.
Concernant les errata, ils me sont souvent signalés par des lecteurs ici et là, en effet.
Voilà ! Je ne vois pas très bien ce vous allez conclure de tout cela, mais si ça peut vous être de quelque utilité...


28nov11  123C40  
Le "nouveau contrat social". En lisant l'en-tête de votre article, j'ai immédiatement pensé à Rousseau, l'auteur du "Contrat Social" (écrit au 18ème siècle), un ouvrage et une pensée qui ont eu un retentissement majeur dans notre civilisation, puisque d'une certaine manière le système politique dans lequel nous vivons s'en est inspiré (à commencer par les droits de l'homme). De mes lectures d'étudiant j'ai gardé le souvenir d'un Rousseau qui a fait émerger les concepts d"homme "naturellement bon", de liberté et d'égalité ("l'homme est né libre et partout il est dans les fers") mais qui a subordonné celles-ci à un "pacte" politique et juridique qui dans les faits (l'histoire nous l'a montré), les aliènent. Pour cette raison, je n'ai jamais été "rousseauiste," mais ma pensée lui doit beaucoup.
Plus tard, j'ai compris de La Révélation d'Arès qu'elle nous invitait à retrouver les conditions d'exercice d'un "droit naturel" entre les hommes et que ce retour à une vie naturelle et libre passerait par la pénitence, le retour à l'image et ressemblance de Dieu inscrite en l'homme.
Depuis, je n'ai pas relu Rousseau mais votre article me pousse à y revenir.
Vous avez écrit quelque part sur ce blog (mais dans quel article ?), que vous évitiez de citer Rousseau, parce que (je vous cite de mémoire) les parentés de sa pensée avec La Révélation d'Arès pouvaient engendrer des confusions. Est ce que vous pouvez développer ce point ici ? Merci
Éric D. d'Île de France


Réponse :
Développer est un mot fort, que je ne peux malheureusement pas faire mien dans ce blog.
Développer les raisons qui séparent la pensée rousseauiste de la Pensée de La Révélation d'Arès demanderait beaucoup de place, parce que — selon moi du moins — considérer seulement Rousseau, une voie humaine parmi d'autres qui lui sont apparentées, comparée à Dieu, voix ultime et sans apparentement, demanderait un travail dont je ne vois pas l'utilité pour notre mission. Le salut selon La Révélation d'Arès n'a pas de résolution intellectuelle et/ou isolée, alors que Rousseau est de tempérament intellectuel et solitaire ( "Les Rêveries..." ).
J'en dirais simplement, puisque vous me le demandez, quelques mots.
Pour moi Rousseau est l'ami superintelligent, très sensible, mais non indiscutable, qu'on aime écouter le soir au coin du feu ou par une belle journée de mai en flânant au bord d'un lac. Je serais heureux d'avoir Rousseau pour ami, mais je pleurerais sûrement sur son incapacité à devenir un Pèlerin d'Arès et sur les admonestations qu'il m'adresserait tout aussi sûrement pour quitter cette Voie à laquelle il ne croirait pas.
Rien de tel avec le Père qui nous parle à Arès, car ce que le Père exprime n'est pas une superintelligence touchante et plausible débattant du problème de l'homme, mais la Vérité concernant l'homme dans sa liberté absolue, qui n'est pas celle envisagée par Rousseau, qui avait de la liberté une notion différente.
Par ailleurs, je ne vois pas Rousseau déboucher sur la solution de la pénitence, le choix absolu, donc difficile et raisonné, d'un destin de bien, qu'ils plaise ou non, impliquant la nécessité de bouleverser le destin humain au sens absolu, c'est-à-dire de refaire, par raison et non par désir, la Création sur terre. Le foi du Pèlerin d'Arès est une foi d'effort et de raison, de travail sur soi, partant d'une volonté absolue de changer. Je ne vois pas cela chez Rousseau. Dans un passage fameux de son "Discours sur l'inégalité" il avouait ne pas concevoir pourquoi un homme prendrait la peine de croire et de raisonner s'il n'avait pas le désir de posséder ou la peur de rencontrer l'objet du raisonnement en question. Nous sommes, Pèlerins d'Arès, dans la position contraire, à moins bien sûr que notre foi coïncide avec un désir que nous avions déjà avant de lire la Parole d'Arès. Ce n'était pas du tout mon cas en tout cas.
Je sais que Goethe disait qu'avec Voltaire un monde ancien finissait et qu'avec Rousseau un monde nouveau naissait, mais je ne suis de cet avis que pour ce qui concerne les traces de Rousseau qu'on retrouve dans la pensée politique moderne et ce n'est pas ce qu'il y a, selon moi, de plus louable chez notre promeneur solitaire. J'aime Rousseau pour ce qu'en disait Madame de Staël: "Il n'a rien découvert, il tout tout enflammé," je crois, et en effet on ne peut qu'être touché par la profonde humanité de l'homme, sa parole enflammée, prenante, d'ailleurs plus dans ses faiblesses que dans ses constructions philosophiques plutôt fumeuses.
Rousseau n'était pas religieux et en cela aussi il nous est sympathique. On se souvient qu'il dut fuir en Angleterre, à l'invitation du philosophe David Hume, pour échapper au jugement du Consistoire. Il n'était pas athée, puisqu'il commença ses "Confessions" en en appelant au jugement du Ciel: Quel homme, disait-il en gros, oserait-il dire à Dieu: Je fus meilleur que celui-là ? On retrouve certes là le "Qui sait qui est sauvé et qui n'est pas sauvé ?" de La Révélation d'Arès (191/3), mais rien dans l'œuvre de Rousseau n'a le souffle spirituel et sacré que La Révélation d'Arès nous invite à trouver au fond de nous.
Et même moralement, Rousseau a probablement eu une influence funeste, comme l'ont pensé beaucoup, dont Voltaire,  Flaubert et d'autres dans des critiques bien connues, que j'estime assez méchantes.
Non vraiment, il ne faut pas confondre le sympathique (du moins à mes yeux, indiscutablement sympathique) Jean-Jacques Rousseau et la Pensée profonde de La Révélation d'Arès.
Il y a un point quand même à retenir, outre la sympathie personnelle que j'éprouve pour cet homme, c'est le problème de la sincérité, qu'il aborda avant qu'il ne fût ré-abordé 150 ans plus tard par Gide. Quelle relation entre la sincérité et la vérité ? L'une ne va-t-elle pas sans l'autre ? Rousseau n'a pas vraiment répondu à cela, mais il a soulevé le problème par sa remarquable spontanéité dans l'aveu, la pensée mise à nu. Cela n'en fait pas un spirituel, mais mérite d'être évoqué, à mes yeux, parce que nous sommes tous, pénitents, confronté à cette question de-ci de-là.
Rousseau, lui, n'était pas du tout pénitent. C'est peut-être sur ce point que nous pleurons sur ce qui a manqué à cet homme pour être pour nous une source d'inspiration.
Tout ceci n'est que mon point de vue, écrit à la va-vite. Je ne prétends pas être un spécialiste de la pensée rousseauiste.


29nov11  123C41  
En lisant cette page de commentaires 123 j'ai constaté qu'assez nombreux sont ceux qui déclarent qu'ils ne sont pas Pèlerins d'Arès. Je me range parmi eux.
Je ne suis pas non plus Pèlerin d'Arès, mais j'ai lu, à la fin d'octobre, "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" en addendum à la grosse édition bilingue de La Révélation d'Arès.
J'ai été saisi par l'extraordinaire souffle d'intelligence spirituelle [Rév d'Arès 32/5] qui traverse ce chef d'œuvre.
Car c'est un chef d'œuvre.
J'ai commencé à lire ces pages par ennui dans le gros livre [l'édition 1995] qui sert de "missel" à ma femme, qui est de vos sympathisants ou de vos adeptes (je ne sais pas très bien).
Après deux pages... même pas... après quelques paragraphes j'ai été étonné, puis captivé par le style et l'inspiration du texte. Je n'avais pas terminé la lecture quand j'ai dit... non... j'ai crié, à ma femme: "Mais pourquoi tu ne m'as jamais parlé comme ça ?! Au lieu de m'assommer avec ton Frère Michel par-ci, Frère Michel par-là, tu aurais dû me parler comme il parle dans Nous Croyons, Nous Ne Croyons Pas !"
Elle n'a pas su quoi répondre, clouée sur place. Elle m'a regardé, stupéfaite, comme si ce que je venais de lui dire l'avait anéantie.
Ceux qui vous dénigrent ou ridiculisent se gardent bien de citer "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" comme preuve de votre malhonnêteté dans leurs méchants factums. Certains de ces factums, d'ailleurs, se décrédibilisent par leur évidente malignité bête et gratuite, mais ils séduisent les petits esprits qui n'ont pas besoin de preuves. Pourquoi votre très beau et convaincant témoignage de foi ne fait-il pas hésiter leurs auteurs ? L'ont-ils seulement lu ? Je crois que non. L'Histoire est pleine de dénigreurs qui non seulement n'ont rien lu de leurs victimes, mais s'en sont soigneusement gardés.
J'ai relu "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" dimanche 27 novembre.
Je l'ai trouvé plus convaincant encore.
Vous êtes l'auteur d'une des rares déclarations fondamentales de notre époque. Cette déclaration force à réfléchir sur la question de la foi. Je suis sûr que les gens d'église l'ont lu et que sa qualité comme la boulevresante conviction dont elle témoigne sont une cause de ce silence qui vous accable, qu'évoquent des commentateurs de temps en temps. C'est aussi sans doute une des raisons pour lesquelles les gens d'église, gens de qualité en général, ne vous rabaissent ou noircissent pas directement. Ils laissent faire les sots, les aigris et les méchants invétérés, qui ne manquent jamais. On ne peut pas rabaisser et noircir l'auteur de "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas".
Pourquoi n'existe-t-il pas un tiré à part, sous une spéciale, belle et honorable présentation, de cette déclaration "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" ? On ne peut la trouver qu'en addendum à La Révélation d'Arès, édition lilingue 1995, ou, d'après ce que m'a dit ma femme, parmi les articles de "Et Ce Que Tu Auras Écrit - Le Pèlerin d'Arès 1991-1992". Pourquoi vous privez-vous de l'appui considérables que pourrait vous apporter ce manifeste ?
Pierre H.


Réponse :
Je me suis entraîné, pendant plus de trois décennies, à ne me laisser émouvoir ni par les calomnies ni par les compliments. Neutraliser les émotions fait partie de la pénitence, de la mienne tout du moins. L'amour, le pardon, la paix, la liberté spirituelle accomplis avec conviction, mais sans émotion, sont plus forts
Mais là je vous dis: Merci !
Je ne vous dis pas merci par émotion.
Je vous dis merci de m'ouvrir les yeux sur l'importance que pourrait avoir, au plan pratique — pour moi le plan pratique est le plan missionnaire —, "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas", que vous appelez une "déclaration" ou un "manifeste."
Je n'en ai jamais vraiment réalisé l'importance,

parce que, d'une part, je ne l'ai pas écrit pour le monde, mais simplement comme une lettre d'adieu à mes frères les Pèlerins d'Arès, pour leur laisser ce qui pouvait être mes dernière paroles dans des moments où ma santé forçait ma raison à envisager la possibilité d'une fin proche,

parce que, d'autre part, "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" n'a pas, à ma connaissance du moins, provoqué chez mes frères et sœurs, les Pèlerins d'Arès, un enthousiasme qui pût à aucun moment me faire penser que ce texte avait de l'importance. Très peu parmi mes frères m'en ont parlé et aucun ne m'en a parlé sous l'angle d'un "manifeste" qui conférerait à ce texte une valeur déclarative d'importance publique. A fortiori, on ne m'a pas demandé d'en faire une édition publique "sous une spéciale, belle et honorable présentation."
Un frère, m'a-t-on dit, a fait dans les années 90 un petit tiré à part de "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" sous forme de photocopie, que je n'ai d'ailleurs jamais vu et dont j'ignore le destin.
Je suis un homme laissé seul dans son petit coin, parce que je ne suis le chef de personne (Rév d'Arès 16/1) et que les assemblée sont souveraines d'elles-mêmes (8/1). Mes contacts avec mes frères et sœurs, très dispersés, ont toujours été rares, espacés, à l'époque de "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas" comme aujourd'hui.
Il m'est très difficile d'avoir une notion précise consensuelle de l'importance qu'accordent mes frères et sœurs à une chose ou à un fait de valeur spirituelle ou apostolique, s'ils ne m'en parlent pas dans leurs courriers ou lors de nos rencontres, et, en général, je ne prends pas d'initiative sans que me soit sensible une vision consensuelle. Il n'y a pas très longtemps que, devant faire face à des problèmes qu'ils avaient pensé pouvoir résoudre eux-mêmes, des frères ont commencé à faire délibérement appel à moi, à mon avis, à mes suggestions, voire à mon aide et/ou à mon action directe.
De toute façon, cela n'a encore jamais été pour me demander un édition missionnaire percutante de "Nous Croyons, Nous ne Croyons Pas".
Mais il n'est peut-être pas trop tard pour tirer parti de ce "manifeste" dans notre mission.
Je réfléchirai, si j'en trouve le temps — le temps me manque tellement — à une présentation moins dense, moins tassée, plus lisible pour un public profane, non averti, de ce texte où j'ai mis l'essentiel de ma foi.
Au profane que vous êtes, un non-Pèlerin d'Arès, je dis encore merci.


29nov11  123C42  
Il ne faut y aller par quatre chemins. Toutes ces tergiversations ne sont que découpages de cheveux en quatre.
Oui, il faut que l'humanité accepte un nouveau contrat social et tout me paraît simple.
Je ne dis pas que ce n'est pas difficile, mais c'est simple.
La mission arésienne ne réussit pas parce qu'elle n'est pas assez énergique. Je vais lui apporter mon énergie.
J'ai décidé de fonder une mission en Bourgogne où il n'en existe pas. Un héritage de mes parents va me permettre de déménager à Dijon. Je vais y acheter un belle boutique pour en faire le siège de ma mission et je vais en faire une vitrine selon les règles de la publicité, non celles de l'amateurisme mégoteur qui laisse sous-exploitées vos mission de Paris, Toulouse, Nice et quelques autres que je suis passé voir discrètement pour me faire un idée de ce qu'il ne faut pas faire, la mollesse qui est la cause première de votre développement lamentablement lent.
La Révélation d'Arès une une formidable base. Vous n'avez pas su la présenter dynamiquement.
Les choses ne bougent pas dans le monde, parce que vous n'y avez pas mis assez d'énergie.
On va changer ça. Il suffit de faire connaître l'Appel de Dieu lancé à Arès en 1974 et 1977 de la façon adéquate, que vous et vos mission actuelles n'avez pas su mettre au point. 
Le monde attend cette Révélation. Il l'attend avec impatience. Il l'attend comme le Messie, mais il faut la lui faire connaître avec une énergie et une espérance communicatives que je ne trouve nulle part dans les missions existantes.
Tout cela est trop mou. Mettons la vigueur en place.
Puis-je vous demander, frère Michel, si vous pourrez apporter votre collaboration à mes débuts ? Nous démarrerons à deux. Ma compagne est d'accord pour affronter le public.
Je vous soumettrai sous peu les maquettes de mes tracts. De la dynamite !
Je me rends compte que rien de ce qu'il faut pour une mission triomphante n'a été suffisamment travaillé.
Guillaume V. de Bourgogne


Réponse :
Découvrir tout à coup que pendant plus de trente-cinq ans de mission nos actions n'ont été qu'inadéquates, mégoteuses et molles et que leur "développement lamentablement lent" n'attendait qu'un peu d'énergie, ça vous fout un coup, c'est sûr !
J'ai eu envie de me cacher sous ma table comme un chien grondé en vous lisant.
Mais vous avez la bonté de me demander ma "collaboration" pour vos débuts. Elle vous est évidemment accordée, mais sera-t-elle nécessaire avec toutes ces "énergie et espérances communicatives" que vous allez répandre à Dijon ? Au fait, assurez-vous que "la boutique" soit assez grande pour accueillir tout la ville de Dijon, sans compter les villages des environs.
Je ne vous situe pas, mon frère Guillaume, mais je ne connais pas tout le monde. Vous en êtes la preuve vivante.
Votre enthousiasme me laisse toutefois penser que La Révélation d'Arès et la pratique apostolique de nos assemblée n'ont plus aucun secret pour vous.
Me permettez-vous néanmoins de modérer un peu votre élan ?
Un homme aussi entreprenant que vous ne peut pas refuser quelques conseils d'une vieille expérience, même molle et mégoteuse.

Parlons sérieusement ! Réfléchissez à ce que vous voulez faire dans la paix, en m'écoutant.
Votre commentaire part d’un bel enthousiasme, mais celui-ci repose sur trois illusions qui, poursuivies, provoquent au mieux le scepticisme. Le scepticisme, c’est vrai, est parfois le point de départ de la foi, mais il arme plus souvent des convictions négatives, notamment celle qui dit que l’homme et le monde ne peuvent pas changer. Vous êtes impatient de vous jeter dans le torrent de la mission avec la pieuse gente et, bien sûr, je ne saurais vous en décourager, mais je vous demande de ne jamais enfourcher trois idées trompeuses que je trouve dans votre commentaire.

Premières idée trompeuse :
Vous dites: "Le monde attend cette Révélation comme le Messie." C'est faux, mon frère.
L'idée selon laquelle il existerait un consensus public en réponse à l’Appel de La Révélation d’Arès est un rêve ou un malentendu. Faire comprendre, donc moissonner, les humains qui comprennent, que le changement de vie ou pénitence (Rév d’Arès 30/11) d’individus est nécessaires pour faire son salut et changer l’ensemble des individus ou monde est une affaire d’autant plus complexe qu’il vaudrait mieux parler de pénitences au pluriel que de pénitence type ou idéale. Dans la pénitence se livrent des combats intérieurs tellement divers ! Le petit reste (Rév d’Arès 24/1) s’efforce d’être un exemple de pénitence « accomplissable », mais ce n’est qu’un modèle moyen dont nous ne sommes pas encore sûrs qu’il soit un exemple valable parmi d’autres. Qui dira quel est le bon modèle ? Les résultats seuls le diront. D’enthousiasme ou d’effort, la plupart d’entre nous accepteront d’être des pénitents toujours meilleurs, mais si nous savons ce qu’est la pénitence, savons-nous de façon certaine si nous aimons, pardonnons, faisons la paix, cultivons l’intelligence spirituelle et nous rendons libres de tous préjugés de la meilleure façon ? Pas encore. Il nous faut poursuivre nos efforts personnels de pénitence.

Deuxième idée trompeuse :
Un beau jour, en 1974 et 1977 le Père de l’Univers a décidé de descendre sur terre, à Arès, prouver son existence et appeler l’homme à recréer l’humanité par la pénitence. Il a d’abord envoyé son Messager, Jésus, pour prouver que celui-ci n’est qu’un homme sauvé, transfiguré et nous inviter à devenir comme lui des christs. Il s’est ensuite manifesté en personne comme il l’avait fait à Moïse sur le Mont Sinaï. J’ai pu constater que cette nouvelle laissait partout où je suis allé, les gens froids ou indifférents dans leur immense majorité, les gens contre et les gens pour étant curieusement très minoritaires. L’immense majorité indifférente m’a démontré la mort spirituelle du monde. La minuscule minorité des contre et des pour m’a montré, du côté des contre une émotivité négative animée par le vent souterrain glacé du rationalisme, de la religion ou simplement de la maladie de la méchanceté, et du côté des pour — sauf rares exceptions riches en promesse dès l’abord— le peu qui reste de souffle de vie spirituelle, généralement pauvre et guère plus qu’intuitif, à rééduquer. Le terrain humain sur lequel s’exerce notre mission est un quasi désert (Rév d’Arès 24/4).

Troisième idée trompeuse :
C’est parce qu’on ne propage pas assez énergiquement La Révélation d’Arès que « les choses ne bougent pas » dans ce monde. Il suffirait de déployer une mission énergique et les chose se développeraient d’elles-mêmes. Faux. Même chez ceux qui bénéficient de situations de monopole idéologique, de moyens de publicité énorme, etc., répandre les meilleures idées et obtenir qu’elles soient accomplies dans des délais satisfaisants, soulever les cœurs et les esprits et faire naître des âmes est aujourd'hui une entreprise quasi impossible par le levier intellectuel. Parce que dans ce domaine ce n’est plus l’offre qui décide, mais la demande et il n’y a plus de demande. Il n’y a pas de solution par la persuasion intellectuelle et par les moyens de la publicité. La seule solution est dans une dynamique de la foi à ressusciter d’abord en nous. C’est une foi de Feu, une pénitence méritoire qu'il faut. C’est en nous montrant des hommes changés que nous pouvons réveiller le désir de changer, quand celui-ci n’est pas mort. Le désir de changer qui n’est pas mort, c’est l’épi mûr, à moissonner, rare au milieu de la forêt de broussailles et d’épines.

J'espère avoir ramené votre enthousiasme à des proportions justes, fondées sur l'expérience de plus de trente-six ans de mission en ce qui me concerne personnellement. Ne me croyez pas imperméable aux suggestions. Je ne demande qu'à voir surgir des méthodes apostoliques nouvelles et efficaces, bien conscient — et tous nos missionnaires sont aussi bien conscients — que nous aurions pu faire mieux et que, quelque part, un beau jour, quelqu'un — peut-être vous, peut-être un autre — nous donnera des leçons. Mais, par pitié, mon frère Guillaume, réfléchissez sur les bases que je vous donne ici. Ne démarrez pas comme un fou sur la base d'illusions.
Éteignez votre "dynamite" et mettez-la dans une tiroir avant de la reprendre et de l'utiliser après et seulement après y avoir bien réfléchi.
Je vous encourage à vous faire mieux connaître de moi. Peut-être utilisez-vous un pseudonyme pour cacher quelqu'un que je connais déjà ? Cela arrive chez les commentateurs.


30nov11  123C43
Le commentaire de Guillauma V, [123C42] dans son enthousiasme: J' ai éclaté de rire.
Il est arrivé comme un boulet de canon.
L' expression de cette naïveté est belle, mais c'est devant la Parole qu'elle doit être exprimée et non devant les hommes.
Mais cet élan est beau. Apprivoisé, il peut devenir le flux d'un réseau de soutient mutuel.
On y croit, on va parler et changer le monde !
Comme vous l'éclairez à sa suite, voici aussi un bon exemple illustrant la frontière entre la sincérité qui n' exclut pourtant pas l'illusion et la vérité des faits de notre réalité relative et évolutive qui n' est pas encore la Vérité.de L'Intelligence spirituelle de la Vie que le Père souffle depuis Arès dans les poitrines des pénitents pour retrouver Son Pas (Rév d'Arès 2/12), transfigurer le monde de génération en génération dans la douceur et la mesure pour activer son Jour dans le Royaume des Cieux quand il sera au milieu de nous.
J' ai quand même bien ri, et j'en ri encore.
C'est bon de rire après une journée de labeur !
Merci à ce frère que j'irai peut être voir un jour.[...]
Guy de l'Hérault


30nov11  123C44
Il faut faire prendre conscience aux hommes qu'ils devront tôt ou tard adopter un nouveau contrat social. Autant que ce soit celui que Dieu propose dans sa Révélation d'Arès que celui que leur proposera la politique.
Mais attention au ridicule !
Vous avez répliqué à Guillaume V. [123C42] en vous moquant un peu de lui au début de votre réponse, mais seulement en vous moquant un peu. Ce n'est pas assez. Vous êtes trop bon. Ce genre de frère exalté, qui va nous faire passer pour des fanatiques, doit être vigoureusement remis à sa place.
Je lui dis ce que vous ne lui dites pas:
Stop, Guillaume ! Stop ! Tu parles en illuminé dangereux. Tu as perdu le sens de la mesure... mais tu ne l'as peut-être jamais eu. La presse va faire une bouchée de nous si tu descends dans la rue avec ta "dynamite" ! Stop !
Le Plomb dans la tempe


Réponse :
La mesure consiste aussi à tenir la balance égale entre l'exaltation missionnaire d'un frère Guillaume et l'inactivité missionnaire d'autres frères.
Comment pourrais-je me gausser de ou me fâcher contre quelqu'un dont l'enthousiasme apostolique est assez rare pour ne pas être découragé ?
Je m'efforce seulement de le ramener à la juste mesure en lui faisant part de ce que je sais de la mission publique, mais je ne peux pas me désintéresser d'un "fou de Dieu", parce que je ne peux pas oublier que l'apostolat antique a été accompli par des "fous de Dieu" dans un monde barbare.
Qui ne sait que des Paul de Tarse en Grèce, des Pierre en Italie, des Barthélemy (ou Nathanaël) et des Jude en Arménie, des André en Russie et en Scythie, des Nina en Géorgie et tant d'autres ailleurs furent des "fous de Dieu" qui prêchèrent le salut par le Sermon sur la Montagne avant que l'église, séduite par les sirènes de l'empereur Constantin, ne vint au IVe siècle dogmatiser, politiser, enchaîner les premiers Chétiens ?
Relisez le chapitre xLv, versets 12 à 26, de La Révélation d'Arès, la partie de cette Révélation sortie de la Bouche même de Dieu en 1977. Vous verrez à quelle mission vigoureuse et enthousiaste le Père invite ses apôtres, c'est-à-dire tous les grands croyants qu'il appelle la pieuse gente, à choir comme l'orage (xLv/15) sur le monde pour y prêcher la Parole.
Seulement, il faut que ces vigueur et enthousiasme se déploient avec mesure (Rév d'Arès 7/6, 25/9, etc.), intelligence (32/5) spirituelle ranimée et connaissance du terrain humain où l'apostolat doit s'exercer, dans sa généralité que décrit ma réponse à Guillaume et dans sa nature locale comme tout missionnaire le sait, car on ne règle pas sa mission à Dijon comme à Nice ou à Lorient.


30nov11  123C45  
Je n'avais plus envie d'écrire dans votre blog,
d'une part pour m'effacer un peu,
d'autres part, je me disais qu'écrire de "beaux commentaires" à quoi bon si je ne change pas ? Si je n'applique pas ou ne reflète pas ce que j'écris ou dis ?
On en revient toujours à l'éternel principe selon lequel comprendre n'est pas faire, de même que croire n'est pas faire non plus. Combien de gens s'arrêtent à la compréhension ou à la croyance d'un livre ?
"Si on ne vit pas ce qui est écrit dans La Révélation d'Arès, alors ce bouquin n'a plus qu'à finir à la corbeille !" 
Bref, cela commençait sérieusement à me lasser d'écrire de "beaux commentaires."
Et puis, surtout, il ne faut pas que j'oublie de préciser qu'écrire confortablement dans ma chambre, bien au chaud à l'abri du monde, ça me prend du temps et de la réflexion... Ma cervelle (de moineau, à défaut de faucon) est, chaque fois, mise à rude épreuve (petit sourire... espiègle).
Mais voilà ! J'ai bien aimé votre histoire des Romains et des Gaulois dans la réponse que vous faites au commentaire (123C36).
Pour ma part, si je faisais une partie d'un résumé de l'Histoire des Hommes, je dirais ceci:
Il y a un mois, les Romains ont envahit les Gaulois (et Gauloises).
Hier, Jésus et Dieu ont envahit Frère Michel, sa famille et tous ses amis.
Aujourd'hui, moi, je demande à Dieu, tous les jours de ma vie: "Seigneur, envahis ma tête !"
Tout ça pour vous dire, Frère Michel, que j'adhère inconditionnellement à votre "nouveau contrat social."
Debout sur mes pieds en mouvement, lentement mais sûrement, je vous suis, je suis à vos côtés.
Dans la fidélité, je vous embrasse de tout mon coeur fraternel !
David Patati et patata du Limousin.


30nov11  123C46  
Oui, il faut commencer à parler au monde d'un "nouveau contrat social."
C'est un excellent argument. S'il ne nous est pas chapardé avant que nous l'utilisions.
Mais comment faire ? Je ne vois pas d'autres méthodes que les propagandes qu'on observe partout.
De toute façon, allons-y !
J'ai plutôt peu missionné, allant par les rues en binome avec un autre frère ou une autre sœur, comme font les témoins de Jéhovah,  les distributeurs de tracts des campagnes électorales ou les quêteurs de la Croix Rouge, mais je me rends compte que de cette façon on ne se détache pas du commun de la propagande ou de la [sollicitation ?] de rue.
De plus, parler de "nouveau contrat social"... Déjà que les gens n'ont aucune idée de ce que ça représente — sauf les quelques uns qui ont étudié Rousseau — , je vois cela très difficilement.
Avez-vous déjà fait de la propagande spirituelle sur le thème du "nouveau contrat social" ?
Paul A.


Réponse :
Non, je n'ai pas encore basé ma mission sur le "nouveau contrat social".
La présente entrée 123, du reste, n'a pas été spécialement conçue pour lancer tout de suite ce thème de mission. Il a été conçu pour inviter mes frères et sœurs à réfléchir sur un argument concret simple: "nouveau contrat social", qu'ils puissent mentionner sur leurs tracts ou dans leurs propos.
J'ai pensé que "nouveau contrait social" renvoyait un écho moins utopique pour le quidam de rencontre que changement du monde, encore que les sens en soient quelque peu différents.
"Nouveau contrat social" est un terme qui n'est pas utilisé par la politique, mais qui reste compréhensible pour l'homme de la rue. Il faut quand même bien réfléchir auparavant aux réponses à donner aux questions qui fuseront inévitablement sur le sujet.
Un blog n'est pas le lieu pour entrer dans les détails pratiques.
Vous allez y réfléchir de votre côté, mais, puisque vous n'êtes pas un missionnaire chevronné, je me permets de vous donner ou de vous rappeler quelques conseils:
À chaque époque on a imité les méthodes de propagation pratiquées sur le moment et, selon moi, ce n'est pas le meilleur qu'on puisse donner dans la mission.
À notre époque le premier réflexe du missionnaire est d'imiter ce que font la propagation politique (ce fut le cas de la "mission sociale" imitant le verbe socialiste ou syndicaliste), la propagation religieuse (par exemple les méthodes des Témoins de Jéhovah), la propagation médiatique (les méthodes de la presse, le parler présentateur de télé, etc.), les procédés publicitaires, etc.
L'expérience montre que cette façon de propager La Révélation d'Arès en imitant les autres, supposés réussir, sans chercher une manière spécifique de procéder n'est pas nécessairement bonne.
Il faut bien réfléchir, car ce peut être une régression ou même plus: une dénaturation, apostolique, pour l'évidente raison que La Révélation d'Arès ouvre à un univers de concepts peut-être pas nouveau à l'échelle millénaire de l'Histoire de la foi, mais tout à fait nouveau à notre époque moderne.
Nous sommes, par beaucoup de côtés, tout le contraire de ce qui va dans le sens des idées actuelles, politiques, morales, religieuses.
Partant, je pense qu'il ne faut jamais imiter de trop près les méthodes actuelles, politiques, morales, religieuses, commerciales, parce que le public fait tout de suite des associations d'idées d'après les apparences. Traitez d'un sujet pictural que n'a jamais traité Picasso, mais en imitant de très près le cubisme de Picasso et le public dira de votre œuvre: "C'est du Picasso," sans même chercher si le sujet traité est tout autre chose. Il faut se méfier de ce que j'appellerais des repeints, des redits, des rerêvés.
Quoi faire alors ? allez-vous me demander. Eh bien! cherchez. Creusez-vous un peu la cervelle.
Il y a toutefois une première chose que vous pouvez toujours être ou faire avant tout: C'est être vous-même, c'est-à-dire être un Pèlerin d'Arès, faire de vous un "nouveau contrat social" vivant, en lui donnant tout de suite une tonalité spirituelle. Vous êtes l'homme de foi particulière et superbe qui renaît de La Révélation d'Arès, l'homme qui ne prie pas comme les fidèles des religions prient, l'homme qui ne voit pas le salut au bout de quelques dogmes, prières et lois, mais qui le voit au bout de la pénitence, un homme qui ne conçoit pas son salut personnel détaché du salut du monde, etc. Par votre pénitence vous passez un "nouveau contrat social" avec le monde. Réalisez bien que cela vous singularise déjà ! Si vous pensez que votre identité arésienne n'est pas sensible à la première rencontre, c'est que vos comportement et verbe sont encore trop ceux du monde. Observez-vous !
Je pense que tout cela est tombé sous le sens chez tous nos frères et sœurs Pèlerins d'Arès.
Oui, vous êtes vous-même le "nouveau contrat social" vivant. Surtout ne politisez pas le terme ; spiritualisez-le !


02déc11  123C47
Vous parlez de nouveau contrat social (ce qui se résume à une nouvelle société: utopie), du problème de la surpopulation, mais vous n'insistez pas assez sur la dette des états qui est le premier souci aujourd'hui. Ça, c'est dur dur!
Pourquoi ne pas voir les choses sous l'angle de l'argent ? Que peut-on faire: Santé, chômage, allocations, subventions, fonction publique, routes, ports, écoles, etc. sans argent ?
Bernard M. du Centre


Réponse :
J'ai parlé de la dette de la France alors que la question n'était pas à l'ordre du jour, il y a cinq ans et demi, en avril 2006.
Lisez mon entrée 0016 du 4 avril 2006. Il y eut très peu de commentaires. Preuve que le sujet n'intéressait pas beaucoup de monde alors, mais non seulement il m'intéressait, mais il m'inquiétait déjà.

Ceci dit, l'argent est bien sûr nécessaire. Le troc est impossible en raison de la surpopulation et de la survariété des produits technologiques qui font aujourd'hui partie du nécessaire, si l'on ne veut pas fermer l'industrie du superflu et mettre au chômage les trois quarts de la population mondiale. L'argent est bien sûr le medium le plus commode de la redistribution, des services, du salariat, etc. Je n'ai jamais dit qu'une nouvelle société spiritualisée pourra se passer de l'argent, mais l'argent n'y sera plus le roi noir, la valeur Une qui a changé en machines à sous des humains créés autant pour la vie spirituelle que pour la vie animale pensante et jouissante.
Si vous pensez que La Révélation d'Arès est une utopie, pourquoi croyez-vous en elle ? Votre réponse à cette simple question m'intéresserait beaucoup. Merci de l'adresser, quand vous aurez un moment.


02déc11  123C48
Je suis assez d’accord avec Paul A (123C46) pour dire en plus nuancé que "les gens n'ont aucune idée de ce que représente" le contrat social "sauf les quelques-uns qui ont étudié Rousseau".
Ces trois dernières semaines j’ai été amené à converser sur ce sujet avec quelques frères et sœurs et avec des stagiaires, et, à ma grande surprise (j’ai une culture classique), j’ai constaté qu’un certain nombre de personnes, particulièrement les jeunes, ne connaissaient pas le contrat social.
Comme Éric D. d'Île de France (123C40) "en lisant l'en-tête de votre article 'le nouveau contrat social', j'ai immédiatement pensé à Rousseau", mais surtout à ce que représente aujourd’hui cette théorie sociopolitique qui n’est d’ailleurs pas le seul fait de Rousseau, mais aussi de Thomas Hobbes et de John Locke, deux philosophes anglais du XVIIème siècle qui l’influencèrent considérablement. Nous avons retenu la version du contrat social de Rousseau parce qu’elle est probablement la plus aboutie, la plus "démocratique", et peut-être tout bêtement parce qu’elle est française.
J’ai donc repris le chemin de l’école pour revisiter "l’ancien contrat social" afin de mieux comprendre ce qui me sépare du "nouveau contrat social," et j’ai compris ceci : Les théories du contrat social semblent avoir vu le jour pour justifier ou expliquer la nécessité de passer de l’absolutisme royal à un gouvernement limité par une constitution ou des règles qui respectent la liberté des individus et leur égalité devant la loi et la justice, bref pour installer la démocratie en occident.
Le "contrat social" est en fait toujours adossé à un "contrat de gouvernement" qui considère que le souverain dispose du pouvoir de gouverner parce que la société des hommes en a besoin. Elle a besoin d’un souverain, parce qu’elle ne sait pas trouver la paix ou s’organiser par elle-même, à cause de la nature de l’homme. C’est le concept de "l’état de nature" qui définit l’homme de diverses manières : Par l’exercice de droits naturels mais égoïstes chez Locke (propriété privée, liberté individuelle), par la "guerre de tous contre tous", chez Hobbes. La grande justification du contrat social se trouve donc dans la conscience publique des limites et des contradictions qui existent dans la constitution même de la société. Le règlement de ces limites et contradictions que les hommes ne peuvent résoudre ensemble est ainsi confié au souverain qui pacifie et organise la société. Le prix de cette "solution", c’est l’abandon raisonnable, volontaire et équilibré (en théorie) de la liberté de chacun entre les mains du prince qui décide pour tous.
Ainsi, dans ce pacte social, chacun renonce à sa liberté naturelle pour gagner une liberté civile. C’est le cœur du contrat social auquel Rousseau ajoute deux concepts pleins de contradictions (ce que vous appelez peut-être "ses constructions philosophiques plutôt fumeuses") :
D’une part, outre qu’il est libre, l’homme est bon par nature, c’est la société qui le corrompt (mais la dissolution du contrat social entraîne un retour à "l’état de nature", primitif, présocial, "tyrannique et vain" parce qu’il engendre l’inégalité.
D’autre part, le souverain, c’est le peuple ! Le contrat social rousseauiste ne confie pas à un monarque la sauvegarde de la vie ou de la liberté et de la propriété de chacun, mais charge les citoyens eux-mêmes de cette sauvegarde par le principe de la volonté générale. Il est un pacte d’essence démocratique qui a pour but de donner au peuple la souveraineté, et de l’engager à abandonner son intérêt personnel pour suivre l’intérêt général — On peut se demander alors comment une société qui corrompt l’homme peut produire par le simple fait d’une abstraction un gouvernement juste et intelligent, les représentants du peuple, le nouveau prince, étant des hommes comme les autres.
Finalement, comme les religieux, les démocrates désespèrent de l’homme, le déclarant incapable de dépasser le mal et d’assumer sa vocation à devenir ou à rester bon.
Voilà très synthétisée (mais j’espère digeste) la théorie du contrat social dont il ne reste dans l’esprit du citoyen lambda que l’idée selon laquelle l’état de droit, même contraignant, est préférable aux rapports de forces bruts et insécurisants.
Au bout de ma réflexion, moi qui fus un fervent défenseur du contrat social, je me rends compte que cette construction intellectuelle est une illusion qui adoucit (notre) détresse (et dont) les plus rusés tirent profit (Rév d’Arès 23/3), une idole de l’esprit (Rév d’Arès 23/8), une de ces voix douces qui cachent le tonnerre des tyrans (Rév d’Arès 22/13), et finalement nous sommes en passe de devenir tous le tyran de notre prochain.
Ce qui put passer pour un progrès au regard des relations dramatiques, voire tragiques, entre gouvernants et gouvernés s’avère être le piège d'homme (dans lequel se prend) la Lumière (Rév d’Arès iX/8) parce qu’il laisse croire au citoyen qu’il peut faire l’économie de la pénitence en chargeant un tiers, le prince, d’assurer pour lui la bonne marche de la société. L’amour, le pardon, la paix, la liberté à l’égard des peurs et des préjugés, l’intelligence du cœur ne sont plus de la responsabilité de chacun, mais sont confiés à la volonté générale en vue de l’intérêt général, ces deux abstractions elles-mêmes remises aux mains de princes d’un genre nouveau, les représentants du peuple. D’ailleurs, paradoxe, il n’y a jamais eu autant de princes que depuis que la démocratie qui était sensée les faire disparaître devient le régime politique le plus répandu sur la planète !
Je comprends mieux pourquoi il est urgent d’instaurer le "nouveau contrat social", le contrat social spirituel, celui qui s’appuie sur un autre "état de nature", la nature divine de l’homme, l’Image et Ressemblance du Père en nous, et sur un autre consentement, non pas celui de l’abandon de sa liberté à un système, mais celui de l’exercice de cette liberté dans la pénitence, l’accomplissement existentiel du bien et la moisson, le partage de la volonté de construire une nouvelle société, une société sans pouvoir, une société de l’amour et de la responsabilité. Là nous serions vraiment dans ce que Rousseau espérait: "une forme d'association" par laquelle chacun, s'unissant à tous, n'obéisse pourtant qu'à lui-même, et reste aussi libre qu'auparavant", le salut en plus.
Ce "nouveau contrat social" est une brillante idée, mais une idée difficile à faire passer à l’homme de la rue. C’est sûr que pour trouver les passerelles sémantiques qui lui parlent, il va falloir nous creuser la tête, mieux, "bécher notre être", selon une expression de votre avant-propos du Pèlerin d’Arès de 1990.
Je suis totalement d’accord avec vous : Surtout ne pas "politiser" le terme, mai le "spiritualiser."
Toutefois, devant l’ampleur de la tâche, j’avoue que je ne me sens pas capable de le faire seul pour moi-même. Il faudra que, frères et sœurs, nous travaillions ensemble d’arrache-pied.
Desiderius Faber


Réponse :
Merci pour ce commentaire et surtout pour sa conclusion. Vous donnez de quoi méditer à nos lecteurs.
En ce qui me concerne, comme je l'ai dit ou laissé entendre dans mes réponses à quelques commentaires de cette page, je n'avais pas spécialement Rousseau en tête quand j'ai rédigé l'entrée 123.
J'avais en tête un "contrat social" vu plus largement, le fouillis d'observations, idées et pensées que les hommes ont écrites, depuis l'antiquité, sur le contrat social — Contractualisme, comme disent les intellectuels d'aujourd'huiL
On peut plus ou moins appeler contrat social la politique, parce que, tout bien considéré, le contrat social est le sujet essentiel de la politique de "La République"de Platon à "Das Kapital" de Marx (où le "souverain" est le "kapital", ach !), à "Mein Kampf" d'Adolf Hitler — Je reviens sur ce zozo-là plus loin à propos des "constructions philosophiques plutôt fumeuses" de Rousseau.
Les puristes hauseront les épaules et diront : Quel ignorant, ce frère Michel ! Mais je maintiens.
D'ailleurs, si je me souviens bien de Rousseau, son "Contrat Social" n'est jamais qu'une récusation d'un ouvrage plus ancien d'Arminius De Groot ou Grotius, dont j'ai oublié le titre latin, un Hollandais qui avait vécu en France sous Louis XIII et qu'on appela "le père du droit des gens." Grotius, qui avait probablement pris ses idées à des auteurs plus anciens et dont se moqua Rousseau, n'avait pas écrit que des bêtises. Sur ce sujet l'opinion personnelle guide évidemment tout auteur. Rousseau n'était pas un penseur froid et dépassionné et si Louis XIV, autre froid et passionné sur les rapports entre gouvernement et peuple, avait écrit un "contrat social", c'eut été plein d'idées intéressantes, mais fort différentes, evidemment, de celles de Rousseau.
Vous citez Thomas Hobbes, bien sûr, et aussi Locke, mais d'autres penseurs (même ches les hippies il y eut des théories de "contrat social") et sociologues ont abordé le sujet.
Je ne pense pas que le grain à moudre pour nous Pèlerins d'Arès soit celui de ces écrivains et philosophes du "contrat social". C'est pourquoi mon entrée 123 ne s'attarde pas sur le "contrat social" tel qu'on le voit à Sciences Po (encore que nos frères de Sciences Po pourraient bien me sauter dessus et me crier: Tout faux!), mais elle passe tout de suite au "nouveau contrat social" pour montrer qu'on n'a pas grand chose à tirer de la littérature des siècles.
Histoire de m'attarderquand même, un instant, sur la littérature, puisque c'est le fond de votre commentaire, je dirai que dans son "Contrat Social" Rousseau (il faudrait que je le relise, mais je ne crois pas m'égarer) avait trop peu, vraiment trop peu, insisté sur les résurgences continuelles du "droit de nature" dans la pratique du "droit civil" ou sur ce que j'appelerais la mixture perpétuelle des deux.
Là, Rousseau rêvait, mais c'était sa nature et c'est en cela qu'il nous est sympathique à défaut d'être un grand maître à penser.
Adolf Hitler et sa clique Nationale Socialiste = Nazi, furent élus et envoyés à la chancellerie et au Bundestag du Reich en 1933 selon les règles les plus strictes du "droit civil" et une fois qu'ils ont été là, ils ont montré qu'ils pouvaient être tout à la fois des hommes de grand progrès et des monstres de bêtise, de haine et de cruauté, des hommes s'abandonnant à leurs "droit de nature." Rêver de ne garder en Allemagne que les purs Aryens... N'est-ce pas un pur et fou "droit de nature" ?!
Autrement dit, le Père a raison de balayer d'un geste large la politique sous toutes ses formes, parce que la substituion du "droit de nature" par le "droit civil" n'est que théorique ou idéale, n'existe jamais vraiment, parce que les hommes ont leurs caractères et leurs natures, et que le va-et-vient entre l'un et l'autre varie selon les moments et les humeurs des pouvoirs et des peuples — On peut dire la même chose de la religion ; le passage des Sources généreuses et grandioses à la tyrannie sur les âmes se fait continuellement, de même, dans les deux sens.
Les deux "droits" sont constamment jumeaux.
Je suis, pour ma part, convaincu qu'un Attila qui donnait à ses victimes l'apparence d'un barbare n'obéissant qu'à son "droit (ses impulsions) de nature" était pour les Huns, ses sujets, un souverain excellent, intelligent, voire démocratique, parce qu'il savait partager avec les siens le burin en bon père de famille. Du reste, Rousseau ne disait-il pas à diverses reprises que le contrat social cessait dès qu'on se trouvait ailleurs, à l'étranger ?
Donc, je persiste à dire qu'il y a illusion dans le "contrat social" vu politiquement, sous quelle forme que ce soit — Ne pas confondre avec la gestion de la cité ou de la société, qui est métier, travail, tout autre chose... Passons!.
Un contrat social recèle tous les dangers. Rousseau en a vu quelques uns, mais il a trop idéalisé. Ce sont des "construction philosophiques fumeuses" selon moi, qui suis un Pèlerin d'Arès existentialiste, c'est-à-dire un qui ne philosophe pas, mais qui reconstruis son destin non sur des bases idéologiques et contractuelles, mais sur la bases des réalités de l'existence:
Le Mal existe dans tous les domaines, même les plus idéaux (les affreuses guerres de 1914-1948 et de 1939-1945 ont opposé des états démocratiques à la Rousseau, sauf le Japon peut-être), et dans tous les domaines je ne peux que lui opposer le Bien dont je suis capable en moi-même, par la pénitence, en ne comptant que sur moi-même pour être sûr que ce Bien se reconstruise et en moissonnant des hommes qui ne comptent que sur eux-mêmes pour reconstruire par la pénitence le Bien et ainsi de suite. C'est le génie de La Révélation d'Arès !

Pour conclure en laissant quand même à Rousseau quelque chose, car je l'aime bien, ce bonhomme, laissez-moi retrouver un passage des débuts du "Contrat Social" là où il place quelques observations basales pertinentes (c'est par la suite dans les développement qu'il déraille... mais bon! que suis-je, moi pauvre intellectuel à la mie de pain, pour juger Rousseau?!):
J'ai retrouvé le bouquin. Je ne trouve pas le passage que je cherche, faute de temps, mais j'en trouve un autre, analogique (je le dactylographie):

Trouver une forme d'association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens (suffisants) de chaque associé et par laquelle chacun s'unissant à tous n'obéisse cependant qu'à lui-même et reste aussi libre qu'auparavant, tel est le problème fondamental dont le contrat social donne la solution.

Je paraphrase ce passage ainsi (grosso modo, le temps me manque et ceci n'est qu'un blog):

Trouver une forme de vie commune qui protège de toute la force commune la personne physique et spirituelle et les biens physiques et spirituels de chacun et par laquelle chacun se déclarant fidèle à tous les unis (xLv/19) n'obéisse cependant qu'à lui même et reste aussi libre (10/10) qu'auparavant, tel est le problème fondamental dont la pénitence, donc l'amour, le pardon, la paix, l'intelligence et la liberté spirituelles, donne la solution.

J'ajoute qu'au bout de cette solution viendra le Jour du bonheur définitif.
Après tout, il n'y a peut-être pas besoin de chercher plus loin comment définir le "nouveau contrat social"


02déc11  123C49
"Le temps est venu de nous remuer, de ne pas seulement aller par les rues aimablement chercher et moissonner les braves cœurs  prêts pour la pénitence, pour changer leur vie (Rév d’Arès 30/11, trouver le salut. Nous devons aussi aller par les rues faire prendre conscience que changer sa vie personnelle, c’est contribuer à une urgence : changer le monde (Rév d’Arès28/7), le sauver."
Cet extrait de votre entrée 123 m'incite à faire partager une petite expérience de rue que nous avons vécu lors du G20 qui a eu lieu cette année en France, sur la Côte d'Azur. Petite expérience mais riche en enseignements.
Un samedi après midi, en mission dans les rues de Nice, un jeune après nous avoir écoutés et nous avoir dit qu'il partageait complètement notre vision de l'homme et de la société nous interpelle en nous demandant: "Serez-vous de la manif mardi après-midi ?". Il s'agit de la manif anti-G20 qui doit avoir lieu dans les rues de Nice sur un parcours bien délimité.
Nous commençons par répondre que "Nous ne luttons pas contre… mais pour… [Nous ne sommes] pas contre une politique mais pour que l'individu prenne conscience de la nécessité de se changer."
Le jeune homme comprend ce que nous voulons dire mais il ne semble pas convaincu. Pour lui, il faut aussi se faire entendre plus fortement et notamment pendant les grandes manifestations publiques. Nous concluons que ce genre de manif reste très politisé et qu'il faudrait y apporter une note spirituelle.
Le soir nous réfléchissons à la hâte sur la possibilité de participer, parce que les dernières manifs anti-G20, au Canada et en Angleterre, ont dégénéré en violence. Serons-nous les bienvenus parmi les manifestants ? Au regard des journalistes n'allons-nous pas passer pour une secte qui s'incruste dans la manif ? De plus, il est un peu tard pour prendre conseil auprès du prophète. Autant d'incertitudes qui nous amènent à opter pour la prudence. Nous décidons d'aller, dans un premier temps, sentir le terrain, de rester neutre et ne représenter que nous-mêmes. Nous nous mettons d'accord sur une phrase qui  va à l'essentiel. Frère D, un bon bricoleur, construit la banderole avec des matériaux de récupération et moi j'imprime quelques tracts pour la circonstance.
G20-Manif2010Le mardi après-midi, les rues aux abords de la place sont littéralement bouclées par des escadrons de CRS. À notre arrivée sur la place, point de départ de la manif, nous voyons tout de suite que nous ne passons pas inaperçu. Nul doute que notre banderole dénote par rapport aux slogans "anti-capitalistes". Mais nous découvrons très vite que les manifestants ne nous sont pas du tout hostiles. Les manifestants viennent de toute la France, mais aussi de l’étranger. Certains sont en groupe, d’autres sont venus seuls et l'accueil positif qu'ils nous accordent va bien au-delà de nos espérances. Avant le départ et pendant le défilé, nombreux sont ceux qui nous félicitent et prennent des photos. Certains viennent spontanément discuter avec nous, et un manifestant défilera même à nos côtés, nous relayant dans la tenue de la banderole. Il me confiera: "c'est la première fois que je brandis un panneau et je me sens bien, surtout avec ce texte."
Nous aurons droit à quatre interviews par deux télévisions étrangères, une radio locale et un journal local. Ce n'est pas si mal pour seulement deux manifestants parmi les 7 à 10.000 participants.
Mais hormis la jeune journaliste de la radio locale qui prend à cœur son métier, je ressens chez les autres un manque d'enthousiasme bien que le fait que nous ne représentions que nous-mêmes les déconcerte un peu, car ils ont une certaine habitude de ce genre de rencontre. Le reporter du journal local me demande s'il peut m'interviewer, mais, précise t-il d'entrée, "Je ne veux pas que vous me parliez de votre mouvement, seulement de vous en tant qu'individu". Ça tombe bien, c'est ce que nous avons décidé !
Au fil de la conversation, je me dis que son questionnaire serait posé par un policier déguisé en journaliste, je ne verrais pas de différence. Est-ce vraiment un journaliste ? Vers la fin de l'interview, il lâche : "Vous êtes le ver dans le fruit". Je lui demande alors ce qui lui faire dire cela. Il me répond : "Tous les groupes, ici présents, combattent la politique existante mais propose une solution politique, tandis que vous… Je peux savoir à quel mouvement vous appartenez ? " Je regarde et désigne notre banderole et lui répond : "Il est là notre mouvement !"
Le journal [quel journal?] titrera le lendemain à la une "une manif sans débordement."  Il consacrera quatre pleines pages à la manif mais ne parlera pas de nous. Je me dis que si notre banderole a pu contribuer à pacifier cette manifestation, nous avons eu raison d'être présents, mais je crois que ce jour-là nous avons fait passer un peu plus, nous avons éveillé quelques esprits pour une autre voie.
Cette petite expérience nous a appris que la population est prête à entendre un message qui réveille le fond spirituel de l'homme. Les consciences semblent évoluer et c'est encourageant. Je me dis que nous pouvons et même, devrions être présents dans ces manifestations chaque fois que cela est possible, avec un langage adapté aux circonstances.
Si je dois témoigner de ma foi et de mon espérance en utilisant le "je", je dois aussi ne plus avoir peur de témoigner de ma foi dans La Révélation d'Arès. Vraisemblablement, je serais ainsi moins bien accepté, mais n'est-ce pas notre mission que de faire connaître cette belle Parole, l'espérance que le Père a réveillé en nous ? Je pense, du moins pour l’instant, qu’il est préférable de défiler dans un petit groupe, quelques uns des nôtres, pas plus, répartis dans le cortège et j’espère voir un jour des centaines de petits groupes spirituels dans un cortège ou sur les places publiques, tous unis pour un même objectif : réveiller le bien dans le cœur de l'homme à la lumière de La Révélation d'Arès.
Philippe C de la Région Paca


Réponse :
Toute mission est locale et affaire de terrain, terrain circonstantiel, terrain humain, etc. Vous avez débattu entre vous de l'opportunité de participer et vous avez décidé de le faire. Vous étiez sur le terrain, vous étiez en mesure d'apprécier l'atmosphère, de peser le pour et le contre. Tout s'est bien passé, vous êtes satisfaits de l'expérience, j'en suis très heureux pour vous, pour nous. Que puis-je vous dire pour ou contre ça ? Je n'y étais pas.

Je ne peux que vous parler avec la gratuité facile du conseiller bien à l'abri de l'action :
Au jeune homme rencontré l'après-midi au cours de votre mission je n'aurais pas personnellement répondu la même chose que vous. J'aurais répondu, pas pour me défiler, mais pour dire le fond de ma pensée: "Non, je n'irai pas à la manif. Les manifs ne servent à rien dans un contexte économique aussi vaste et complexe que le G20. Aucun des membre du G20, qui parlent au nom de trois milliards d'humains et des industries qui les font vivre, ne sera influencé par les cris de dix mille dans la rue. La disproportion est colossale, l'échec de la manif sera tout autant colossal. C'est une pichenette sur la peau d'un rhinocéros. Rappelez-vous la recommandation de Karl Marx: Tout n'est que rapports de forces ! Je préfère garder ma salive pour rappeler à l'homme qu'il ne se sortira des grands dangers du mal qui court qu'en devenant bon. Ça paraît faible comme argument, mais c'est là, en fait, que la Force est de mon côté. C'est cent mille fois plus fort que vos protestations."
Puisque vous avez manifesté en gardant vos foi, espérance et personnalité arésiennes, avec une banderole qui n'insultait personne, vous n'avez fait, au fond, que transporter votre mission spirituelle du trottoir où circulaient les passants à la chaussée sur laquelle circulaient des manifestants. C'était un terrain de mission comme un autre; vous avez simplement adapté. Et puis c'était sympa... Moi aussi j'aime les bons moment sympas avec des frères humains qui poussent quelques protestations... Ce n'était quand même pas la prise de la Bastille !

P.S.: Aujourd'hui 3 décembre j'ai pu publier la photo que vous venez de m'adresser en format .png (hier en format .jpg.elle refusait de s'afficher. Photoshop consulté disait que "le profil de cette photo était incorrect et ne s'affichera pas"). J'y vois Frère D. tenant la banderole dans la manif. Il porte une casquette et justement je viens de m'offrir une casquette pour l'hiver... À tous les deux on ferait très "Front Popu". Il ne nous manquerait que le poing levé.


02déc11  123C50
Terminale ES. La crise est là. Pas seulement dans le monde, mais aussi dans ma classe.
Nous la faisons vivre. À moitié pour nous rentrer dans le crâne que nous n'aurons pas la vie de nos parents, que les temps seront durs, mais aussi un peu pour nous faire peur.
Comme des enfants, nous ouvrons de grands yeux en parlant de la Chine, la lecture d'un livre, "L'Arrogance Chinoise", nous a un peu aidés. Livre à ne pas lire tout seul sous la couette ! Mais dans le fond, nous sentons que le monde n'est plus ce qu'il était.
Nos professeurs sont plus ou moins honnêtes. Mon professeur d'histoire-géo (homme exceptionnel à qui je pense donner La Révélation d'Arès à la fin de l'année) nous donne toujours une brève vision de l'actualité de la crise au début de ses cours. Mon professeur d'histoire-géo en anglais nous a confié qu'il ne croyait pas que l'Euro serait encore là d'ici 2012.
Les nouvelles économiques de radio classique qui me réveillent tous les matins me confirment tout cela.
Et pourtant, je continue à prier tous les matins, à faire mes exercices de souplesse, à aller en cours, comme si de rien n'était. Mais, au lycée, il faut s'y faire : nous avons peur. Les professeurs comme les élèves. Quand la peur se transformera-t-elle en panique ? Nous n'en savons rien.
Je déjeunai avec mon père aujourd'hui. Il sort cette entrée, plus quelques commentaires. Intéressée, je lui demande de me la passer. Je la lis dans le métro en rentrant chez moi. Et une chose me sidère :
Qu'est-ce que toutes ces critiques adressée au prophète ? J'ai bientôt 17 ans, la jeunesse et le fait d'avoir grandi avec La Révélation d'Arès m'aide sans doute, mais voyons ! C'est écrit noir sur blanc: Parole de Mikal, Ma Parole (Rév d'Arès i/12). Le frère Michel n'étant pas schizophrène, il n'y a qu'un seul Mikal : le prophète.
Mes frères aînés de tous bords, Pèlerins d'Arès ou non, respectons la Parole de notre prophète ! Ecoutons-le. Soyons comme de petits enfants (pour une fois).
Frère Michel vient de montrer une fois de plus que l'heure est grave, alors ne passons pas notre temps à tergiverser.
La Vérité c'est que le monde doit changer (Rév d'Arès 28/7). Okay. Dieu nous envoie un prophète. C'est pPour qu'il soit écouté.
Frère Michel ne m'a pas donné beaucoup de conseils, mais je les ai suivis, et à chaque fois que je les ai suivis, je ne me suis pas trompée.
En lisant "Conscience collective et Prophète", je n'en ai pas cru mes yeux. Comment peut-on ne pas donner à la mission, et ne pas écouter l'homme de Dieu ? Je n'ai que très peu d'expérience missionnaire, je suis très jeune, mais mes frères, nous ne pouvons pas traiter le prophète de Dieu ainsi. Nous devons l'écouter, suivre ses conseils qui découlent de La Révélation d'Arès et de son prophétisme.
J'espère que la vivacité de mes propos ne gênera personne, mais dans un monde d'enterrés comme celui-là, on ne peut se permettre de condamner la vie.
Sacha P. d'Île de France


Réponse :
Je me sens tout ému.
La relève est là !
Nous n'avons que des raisons d'espérer.


02déc11  123C51
Le monde changera (29/1).
Des générations repentantes (24/4-5) pratiqueront la Vie pénitente (25/6) juive, chrétienne, musulmane, bouddhiste ou autre, et agnostique chercheur ou athée scandalisé (28/3), mais d'espérance, de Bonté, d'absolue Liberté, de Miséricorde, d'extrême générosité etc.
Aimant (Spirituel athée donc!), ou de croyant Libre sans dogme ni hiérarchie comme les Pèlerins d'Arès d'origine juive, chrétienne, musulmane qui resterons d’origine juive, chrétienne, musulmane ou autre évidemment.
PÉNITENCE = SALUT
Je crois que la première fois ou vous avez écris cela, c'était dans la réponse que vous fîtes à Madeleine (que je salue) 109C41.
C'est bien le Salut auquel nous aspirons tous et pour tous, c'est bien par la pénitence (31/4), le nouveau contrat social naturel et spirituel que nous Le Vivrons."
Merlain d’ile de France.


02déc11  123C52  
Lorsque j'ai tenté de travailler la composition [musicale] et les paroles [de chansons] avec mon frère jumeau, nous avons abouti à un échec que j'impute à l'incompatibilité de nos égos : Beaucoup de temps perdu à ne rien produire.
Je me rappelle cependant que mon frère jumeau voulait dénoncer le mensonge et l'illusion d'un contrat social que nous aurions signé dès notre naissance, si les nouveaux-nés savaient tenir un stylo !
Maintenant, je sais que la plainte et la dénonciation ne suffisent pas à la création, sauf pour rester dans l'air du temps.
À moins d'ajouter à l'expression de la désillusion le complément d'une expression de forte espérance, joviale et mesurée (un grand merci au passage pour le commentaire de Bernard DLF sur les raisons de la fermeture du local à Rennes, c'est si bien dit ! (après tout, ne sommes nous-pas des pro-fêtes potentiels ?).
De plus, entre la gravité et la légèreté que nous demande Dieu, nous avons comme projet une sublime mesure, un "trus" (comme disait De Gaulle de l'Otan) de "malade" (là je cite abdel Malik), et c'est du "lourd".
Cette nouvelle disposition d'esprit et de cœur n'a pas fini de se faire entendre, c'est moi qui vous le dis !!!
Laurent L. d'Île de France


03déc11  123C53
La crise est là. Vous l'avez annoncée il y a longtemps. Je me souviens d'allocations que vous faisiez à la Maison de la Sainte Parole où vous y faisiez allusion, bien avant 2008, en 2004 ou 2005, en encourageant à ne pas se désoler de perdre matériellement, parce que c'est la perte de l'âme qui est grave, pas la perte des avoirs. Vous citiez les Évangiles Palestiniens, mais je ne me souviens plus de la citation. Ceux qui vous écoutaient interprétaient ça comme une parabole, s'imaginaient je ne sais pas quoi d'abstrait ou de valeur spirituelle éternelles dans les rapports entre Mamon et le Salut, alors que vous parliez concrètement de circonstances éprouvantes qui nous attendaient.
Nous entrons maintenant dans une crise de l'Euro et, très franchement, je suis inquiet pour mes économies. Je ne suis pas riche. C'est pourquoi je ne voudraiis pas perdre la moitié de ce que j'ai modestement mis de côté. À propos de l'Euro, je me souviens d'une brève conversation entre frères où vous disiez que cette monnaie avait été mise en place trop vite, trop légèrement entre des pays européens trop nombreux dont les richesses étaient trop inégales, et que l'Euro resterait fragile longtemps à cause de ça.
Votre entrée 123 me semble, en arrière plan, nous préparer à des difficultés économiques très éprouvantes.
Bien sûr, vous voyez surtout les conséquences spirituelles de la situation, mais puis-je vous demander ce que vous en pensez concrètement ?
Jean-Bertand M.


Réponse :
Oui, je me souviens que je disais, avant que j'aie mon problème cardiaque en 2005, qu'a mon avis de graves imprudences avaient été commises lors de la création de l'Euro, mais je ne suis pas financier, vous savez. Je disais cela, parce que cela me paraissait (et me paraît toujours) d'ordre logique et mathématique et que cela allait démontrer, une fois de plus, que la politique, après nous avoir offert deux guerres et des remous monétaires épouvantables au XXe siècle, allait nous offrir le produit de ses incompétence et imprudence financières au XXIe siècle. C'était pour confirmer les reproches que Dieu fait à la politique.
Les imprudences et précipitations des politiques sont responsables de la crise de la dette et, en conséquence, de la crise de l'Euro que Mme Merkel et M. Sarkozy essaient de maîtriser.
L'Euro a été installé trop tôt dans un nombre de pays européens trop grand au départ sans tenir compte des faiblesses financières de certains pays (Grèce, Portugal, Irlande et d'autres), qui causaient dès le départ un déséquilibre évident. Les politiciens trop pressés de s'auréoler de la gloire historique d'avoir institué l'Euro (qui s'appela d'abord l'Écu) se voilèrent les yeux et ne voulurent pas attendre de régler un certain nombre de problèmes sérieux avant le change des monnais nationales en Euro.
L'Euro va-t-il disparaître? Certaines monnaies nationales vont-elles réapparaître, gardant l'Euro comme monnaie de compte? Possible. Je n'en suis pas sûr, parce que je pense qu'il y a des parades qui feront mal mais qui sont possibles. Si l'Euro s'effondre d'un coup, tout le monde va perdre gros. On va passer d'un déséquilibre à un autre. Le dollar et la livre anglaise, monnaies de réserve, vont remonter en flèche sans mériter une pareille valorisation. L'or, le franc suisse et d'autres valeurs (marché obligataire, etc.) vont dégringoler, et, même sans rien posséder de ces valeurs-là, nous allons tous perdre au change. Aussi je pense — du moins j'espère — que les politiciens pour une fois vont faire ce qu'il faut pour sauver l'Euro ou réduire les dommages de sa disparition, peut-être seulement partielle.

Tout cela à prendre avec réserve. Je ne suis ni financier ni fakir extra-lucide. Je ne suis qu'un homme de Dieu.
De toute façon, qu'y pouvons-nous, vous et moi, qui n'avons pas de fortune? Rien. Nous n'approuvons pas la politique, mais nous sommes forcés de la subir. Nous aurons bien toujours de quoi manger.
Tout cela est pour nous un indicateur de l'urgence qu'il y a d'être les missionnaires d'autres valeurs, les valeurs du Bien.


03déc11  123C54  
La crise plane au-dessus et surtout de plus en plus dans les esprits.
Votre entrée est bien en phase avec l’actualité et apporte le bon regard sur l’homme et le monde.
L’autre jour, en moisson sur un marché de Bretagne, je discutais avec un camelot et, partant, des difficultés de plus en plus perceptibles qu’il éprouvait à vendre sa marchandise, nous avons parlé de la crise. Il était bien conscient des limites de ce monde matérialiste et nous avons évoqué le fait de revoir les choses sous un angle plus spirituel en considérant l’homme non comme un consommateur qu’il faut gaver mais un être spirituel qui doit s’épanouir.
Nous avons convenu, que même si un certain bien être matériel est nécessaire, la seule quête de la possession matérielle est limitée et mène à une impasse.
J’ai fait lire cet article à mes enfants, car je trouve qu’il pose bien la question fondamentale de nos choix de vie.
[Mon fils] N. m’ a répondu : "C'est vraiment intéressant et tellement bien écrit."
Soit nous devenons esclave de cette société consommatrice et matérialiste, soit nous lui substituons d’autres valeurs plus profondes, la vie spirituelle par la pénitence.
Ce dernier mot n’est pas facile à employer car il a une connotation négative dans l’esprit des gens, il faut bien le reconnaître, mais il est aussi irremplaçable par sa force et par le fait qu’il renvoie chacun à lui-même.
Alors que la religion a donné à ce mot  le sens de remord ou punition, dans La Révélation d’Arès, il a un sens complètement différent, puisqu’il signifie agir avec amour, paix, pardon, mesure, sans préjugés, avec intelligence spirituelle ou intelligence du cœur et le tout dans la joie [Rév d'Arès 30/11].
Par rapport à la crise actuelle, la solution que nous proposons est sur le long terme, puisqu’il faudra plusieurs générations avant que les hommes retrouvent leurs capacités spirituelles qui leur permettront de vivre en harmonie entre eux et avec la nature sans pour cela qu’ils aient besoin de pouvoirs et de lois.
En attendant, nous avons aussi sûrement un message sur le court terme.
Notamment, les crises entraînent parfois dans leur sillage des mouvements extrêmes inquiétants, pour garder leurs acquis les gens sont parfois prêts au pire. Nous devons dire aux gens qu’il faudra s’armer de sagesse, de mesure et de patience, pour résoudre cette crise et éviter d’avoir recours à des solutions radicales et extrêmes qui, de toute façon, nuisent à la vie spirituelle de la race.
Nous nous sommes mis dans une situation économique inquiétante mais nous pouvons nous en sortir, à condition de faire preuve d’intelligence, de bon sens, de mesure, de s’armer, de patience pour résoudre les problèmes sur le long terme.
Sans doute, les efforts partagés par tous en proportion de leurs richesses seraient bienvenus au lieu de dresser les gens les uns contre les autres, les riches contre les pauvres, ou les fonctionnaires contre les libéraux.
Souvent les politiques cherchent des coupables et opposent des catégories de population au lieu de reconnaître que nous avons tous une part de responsabilité dans la crise. Qui n’a pas été content de trouver une banque qui lui prête de l’argent pour acheter une voiture ou payer sa maison ?
Le jour où chacun se dira prêt à faire un effort dans un esprit d’entraide fraternelle, je pense que la solidarité deviendra contagieuse. Pourquoi vouloir toujours chercher des boucs émissaires ?
Nous avons un petit stand de mission et nous avons retenu quelques idées de cette entrée pour les écrire sur les panneaux qui entourent le stand :

"Change ta vie ! Change le monde !
"La loi ne vainc pas le mal, le mal est vaincu dans le coeur de l’homme.
"Le déclin de la civilisation matérialiste et légaliste a commencé. Il est temps de construire une civilisation spirituelle.
"Pour contrer le mal qui s’étend, retrouvons nos racines divines par l’amour, le pardon, la paix et l’intelligence du cœur... la pénitence quoi !"

Denis K. de Bretagne sud


04déc11  123C55  
Je suis le jeune... Me comprendez-vous? Vous me paraissez si vieux. Dans votre façon de vous exprimer notamment. Étudiant an Lettres, je ne devrais pas être dépaysé par votre style, cependant.
Je suis en même temps attiré et repoussé par vos entrées. Les idées me plaisent, mais votre style est comme un rideau épais entre vous et moi. Je vous entends, mais étouffé.
"Nouveau contrat social", la dernière entrée "speaks volumes", comme on dit en anglais, en dit long sur tout ce qu'il nous faut changer dans nos mentalités pour suivre sur les sentiers de La Révélation d'Arès. Il y a d'ailleurs beaucoup d'anglicismes dans vos entrées et vos réponses aux commentaires. Cela montre que vous tirez beaucoup de vos lectures en anglais et d'autres lectures. Vous paraissez devoir beaucoup plus aux autres qu'à vous-même.
Vous n'êtes pas le produit brut de la Parole de Dieu et cela me gêne un peu. Cela vous donne un tour intellectuel et me fait tiquer. Un théologien ? Un pédant ? En étudiant un peu vos entrée et vos réponses on se laisse penser que vous n'êtes ni l'un ni l'autre et que cette mauvaise impression ressort seulement de votre expression écrite surannée, et pourtant...
Je suis assez d'accord (cf. réponse 123C48) sur ce que vous pensez de Rousseau.
Un "nouveau contrat social" ne peut reposer que sur l'amour du prochain et votre entrée parle trop d'amour. En parle-t-elle seulement ? Comme on dit, vous en dites trop ou pas assez. Développez ! Merci d'un hésitant missionnaire en herbe.
Signature oubliée


Réponse :
Un "pédant" ? Bigre ! Je ne suis pas susceptible, mais dois-je pour autant laisser derrière moi d'aussi "mauvaises impressions", si j'ai l'occasion de les effacer... au moins de tenter de les effacer ?
Je repars en mission dans le Sud dans quelques jours et, pour ne pas cumuler les retards, je m’acharne à mettre à jour mon courrier ce dimanche matin (je n’ai pas de dimanches, de toute façon), m’étant promis de ne plus m’occuper de commentaires pendant quelques jours. Mais, c’est plus fort que moi, j’ai envie de répondre à votre commentaire, une envie à tous crins — Ce que je peux être "suranné"… Qui dit encore « à tous crins » ? Plus personne (soupir). Allez-vous me comprendre, vous "le jeune" ?
Quel homme peut-il penser et écrire à partir de rien ? Aucun.
Les outils de la pensée qui nous permettent de méditer, de dire, d’enseigner, de montrer des voies nouvelles, sont toujours tirés d’une boîte à outils reçue de ce qui nous a précédés, reçu des hommes et aussi, en ce qui me concerne, du Père Éternel. Côté hommes, je m’inspire de livres anglais comme de toutes lectures que j’ai pu faire et tous propos que j’ai pu entendre dans ma vie. Du moins des souvenirs qu’ils m’ont laissés (J’ai sûrement beaucoup oublié aussi). Rien d’extraordinaire si l’on trouve dans mes entrées de blog et dans mes réponses aux commentaires des anglicismes. Mais y en-t-il autant que vous semblez le dire ? Je ne crois pas.

Passons à l'amour du prochain !
Le nouveau contrat social s’entend, vous avez raison, sur la base de l’amour du prochain.
Comment passer à une société de Bien sans ressentir pour l’humain tout à la fois une chaude tendresse et cet intérêt vif qu’on a pour ceux de sa famille, pour ses enfants ? Il faut un désir — aujourd’hui vu comme complètement dingue — de participer au bonheur d’autrui et, pour cela, de savoir comprendre les peines et les joies, même si ce ne sont pas les peines et les joies dont on est soi-même coutumier.
S’attacher à aimer empêche de s’aimer trop soi-même et cela, c’est une très bonne condition du " nouveau contrat social. " Soyons les spectateurs émus, mais pas les spectateurs sociologiques froids, des autres. Autrement dit, n’aimons pas tant l’humanité que l’homme, pas tant le public que le passant dans la rue. C’est pourquoi, dans le Sud, nos missionnaires essaient — dans la mesure du possible, évidemment — de personnaliser les contacts de rue. Nous ne sommes pas des propagandistes et des réformateurs zigzaguant parmi les foule sur le vélo des idées, d’une doctrine, mais des amis des hommes essayant de leur parler les yeux dans les yeux. Nous ne suivons pas ce que j’appelle le principe d’intimidation ou d’impressivité des modes de communication modernes, mais celui de l’amitié.
Je me dis, quant à moi, que le fait d’aimer un homme ou une femme de rencontre, de passage, doit me bouleverser (sans exhibitionnisme déplacé) dans mon âme, parce que mon âme ne peut naître et prospérer que de l’amour. La simplicité de l’amour du prochain doit aussi quelque chose à la complicité. De là, mon conseil de toujours écouter autant qu’on parle.
Dans la rue et les rencontres de mission on oscille sans cesse entre la gentillesse ou même la sympathie des uns et la rudesse, voire l’hostilité des autres. mais on ne doit jamais oublier qu’on ne choisit pas ceux qu’on peut intéresser. Ce sont eux qui nous choisissent.
Comme base de ce principe je rappelle simplement ceci : Le Père décide de parler aux hommes qu’il aime tous. Pour cela il décide de s’adresser à l’un d’entre eux, dont il tire le nom d’un chapeau où il a mis tous les noms des hommes de la terre — Je ne crois pas que j’avais plus de mérites qu’un autre pour être le témoin de La Révélation qui fut redonnée à Arès, comme elle aurait pu l’être à Istanbul, au cœur de la Sibérie ou dans un hacienda d’Argentine à un autre quidam pas plus malin ni plus saint que moi —. Là, à Arès, il parle à Michel Potay, pauvre type désigné au hasard. Mais qui, pour finir, choisit de mettre en œuvre la mission proposée ? Le Père de l’Univers ? Non. Père a seulement parlé, proposé. C’est Michel Potay qui choisit de le suivre tout comme Adam choisit de ne pas le suivre des millénaires auparavant (Rév d’Arès 2/1-5).
Voilà pourquoi le Père parle de moisson de pénitents — on n’est pénitent que par choix — mais non de mission de conversion. Mon acceptation est un acte d’amour, d’amour envers le Père et envers les hommes, non un acte d’obéissance au sens étroit.
Celui ou celle qui choisit de me suivre répond par son amour du prochain à mon amour du prochain.
Ce que découvre en vous l’homme ou la femme de rencontre, ce ne sont pas des idées, mais un autre homme ou une autre femme. Plus nous aimons autrui plus nous avons de chances de le bien comprendre et de le bien aider dans la Voie de la pénitence (30/11), du salut et de la grandiose mission du changement du monde (28/7).
Autrement dit, vous êtes deux livres à la fois. Outre La Révélation d’Arès, la Parole du Père, que vous faites connaître pour détecter ceux qui s’y reconnaissent et qui y réagissent positivement, vous êtes vous-même un livre. Le livre qui contient l’explication profonde, humanisée, accomplie du précédent. Et cet accomplissement est acte d’amour envers le Père et envers les hommes indistinctement.
Je vais mourir, puisque je suis le vieux, et vous allez vivre, puisque vous êtes "le jeune". J’aurai aimé l’humanité et, de toute ma force, pardonné, fait la paix, cherché l’intelligence(32/5) spirituelle et rendu mon esprit aussi libre (10/10) de préjugés et de peurs qu’il aura été possible à ma faible personne. Mais vous, "hésitant missionnaire en herbe" (n'hésitez pas trop longtemps !), vous ferez mieux que moi, je l’espère. Vous ferez vraiment changer la façon de sentir la vie et les choses pour que les hommes sentent la possibilité d’un autre monde s’ils en aiment l’éventualité (qu'ils, sauf exception, n'aimeront pas s'ils ne vous aiment pas) et pour qu’ils se mettent par amour à devenir pénitents à leur tour.
Alors, vous mourrez à votre tour " inépuisablement recréé par la reconnaissance des hommes, " comme disait je ne sais plus qui (vous allez me le dire, puisque vous êtes un étudiant en Lettres), et d’autres pénitent-moissonneurs après vous mourront de même, accomplis.
Seul l’amour du prochain peut conduire à cela. Aucune loi religieuse, politique ou scientifique ne le peut.


04déc11  123C56
"Le nouveau contrat social s’entend, vous avez raison, sur la base de l’amour du prochain." dites-vous [123C55}.
Pourtant, nous qui vous lisons, moi et ma femme, nous avons souvent vu écrit dans votre blog le mépris que vous avez pour les gens.
Même si vous vous voulez poli vous les insultez malgré tout, en refusant de voir que le monde change sans vous et ne veut plus d'un chef (n'est-ce pas ce que Dieu demande d'ailleurs ?!) et encore moins appartenir à quelque religion ou association que ce soit.
Cela fait des années que cela est ainsi, mais votre aveuglement sur les gens et votre mépris d'eux vous le cachaient. Lorsqu'ils passent votre chemin sans s'intéresser à ce que vous dites, vous vous permettez de les traiter de tous les noms (dinosaures et j'en passe), lorsqu'ils manifestent (braillards et j'en passe), et ensuite vous vous vantez de faire une mortification pour Khadafi...
Vous rendez-vous compte que tout cela montre un mépris profond, ou bien un intellectualisme stupide parce qu'aveugle ? Pour la mortification feriez-vous la même chose pour les victimes de Khadafi ou pour toute autre victime dans le monde ? Hommes et femmes qui ont souffert sous son régime.
Parmi le monde des vivants, pour DSK [Dominique Strauss-Khan, ex-directeur du Fond Monétaire International] vous déplorez que tout soit filmé, public, mais tout homme public se doit d'être droit, de plus, plus un homme veut être haut plus la chute est grande. Mais avez-vous pensé une seule fois à Nafissiatou Diallo [la victime de Didier Lévy-Strauss à New York} ? Que nenni ! Pas un mot de gentillesse pour elle. Mais quoi ? Une femme... et noire par dessus le marché, et femme de ménage en plus. C'est un comble pour vous. Tout contre elle, bref pas intéressant, mais un pauvre type menotté (haut placé dans la hiérarchie et argenté) devant le monde entier, vous pleurez pour lui bien sûr — Un petit voyou de banlieue ne vous aurait pas interpellé du tout.
Car vous le dites vous-même, vous n'aimez que le dessus du panier [?]
De plus, vous le dévoilez lorsque vous écrivez que vous êtes un étage au-dessus des gens [?].
Si ce n'est pas de l'orgueil, ça ! Si ce n'est pas du mépris, de la discrimination, de la différence de classe entretenue, que je me fasse curé sur le champ !
Et vous osez encore dire que vous parlez aux gens "les yeux dans les yeux". Alors toute conversion que vous espérez tant des gens que vous missionnez [=rencontrez dans votre mission], vous pensez que ce n'est pas prêt d'arriver. Car vous le dites ici clairement (dans le blog) qu'après invitation il vous faut en faire des "Pelerins d'Arès". N'oubliez pas les gens vous lisent !
Et pour couronner le tout, maintenant vous écrivez que ces gens que vous rencontrez sont je cite "sans foi ni Dieu". Evidemment, ce sont eux les rustres, les stupides, les non-croyants. Vous avez une sacré dent contre eux.
Bref, ce sont eux, non plus la lie de la société, mais la lie des Pèlerins d'arès
Hier le monde était sans foi ni loi, aujourd'hui il est "sans foi ni Dieu".
Vous en oubliez Dieu qui vous demande l'amour (c'est intellectuel encore chez vous et non pas dans le cœur) envers les non-croyants, donc cherchez à comprendre, et l'amour envers les scandalisés...
Mais vous n'avez que mépris et vous en faites des boucs-émissaires, des gens à mépriser.
Aucun humain ne peut être sans foi; C'est  impossible. Et la foi c'est être avec Dieu même pour un incroyant.
Il n'y a pas de robots, de lobotomisés dans le monde ou alors nous n'avons pas les mêmes lunettes, pas les mêmes valeurs. Votre mépris (je sens dans les quelques réponses que vous faites que vous essaiyez de montrer un plus joli visage de vous) votre mépris fait éloigner les gens qui eux, sont loin d'être stupides et incroyants. Vous les faites s'éloigner et ne vous en rendez plus compte. Ces personnes que vous critiquez sont avec des personnes qui ont la même sensiblilité qu'eux, car ils préfèrent être avec des personnes qui ne les mépriseront pas, ne les jugeront pas, mais au contraire allant dans le même sens et s'unir pour créer une force constructrice.
C'est à vous d'être vraiment dans le monde, voir toutes les choses qui s'y font et tout le changement que les gens apportent pour le bien de tous. Mais vous vous coupez du monde que vous jugez inférieur à vous.
Mais être dans le monde ne peut se faire sans l'amour, le bonheur, la joie d'apporter aux autres.
N'est-ce pas cela la foi ? Le monde n'aurait jamais évolué sans foi.
Mais vous ne supportez pas que tout cela se fasse sans vous, vous qui essayez de faire croire que seuls les Pèlerins d'Arès font bouger les choses. Quel mépris ici aussi ! La foi en tout homme est plus importante que la foi en Dieu qui est toujours, elle, récupérée. Même vous, vous récupérez ce que Dieu vous demande et voulez imposer plus votre personnalité que ce que Dieu demande.
Vous classifiez, vous chosifiez, vous entretenez les différences pour non pas en faire des atouts mais pour vous croire le plus grand. Cela le monde n'en veut plus (les catholiques ont régné avant vous et personne ne veut que vous les remplaciez). Ils ne veulent pas non plus d'un dieu à votre image car vous êtes déifié [?] et vous aimé [?]; parce que vous rêvez d'une reconnaissance personnelle et mondiale (ce qui ne vous déplairait pas).
Que les gens lisent le livre de Dieu sans que vous soyez [là pour le] leur faire comprendre ce que vous voulez, vous !
Qu'ils comprennent ! Dieu le reproche à tout religieux d'ailleurs.
Ne méprisez plus les gens ! Aimez vraiment les gens, ceux que vous méprisez en premier ! Sinon vous n'évoluerez pas et Arès n'ira pas très loin !
Didier N.M. et son épouse


Réponse :
Me voilà rudement réprimandé.
Vous me prêtez une nature et des intentions qui ne sont pas les miennes.
Après m'être d'abord apparu comme une blague, ce commentaire me semble, après relecture, tout à fait sincère et je ne peux que me dire: "Mon pauvre Michel, même si tu ne les situes pas, ce Didier N.M. et son épouse ne t'apprécient guère et c'est leur droit. Il y en a beaucoup comme eux."
Je n'ai probablement qu'à m'en prendre à moi-même de ne pas savoir m'exprimer tout court ou de ne pas savoir m'exprimer pour tout le monde.
Dans votre commentaire je trouve quand même un sujet de joie: À l'évidence vous avez foi dans La Révélation d'Arès comme Parole de Dieu et vous semblez être des personnes d'amour et qui éveillent une sympathie bien dans l'air du temps, contrairement à moi. J'en déduis que vous êtes de meilleurs apôtres que moi et que vous portez un témoignage fécond dans le monde.
Merci au Nom du Père s'il en est ainsi, car, pour ma part, je ne suis qu'un pécheur et je n'ai jamais rien prétendu d'autre.
J'aimerais recevoir de vous quelques leçons complémentaires. Pouvez-vous vous identifier, prendre contact avec moi ?
Pourquoi, bigre, le Père est-il venu appeler un bonhomme comme moi, méprisant, orgueilleux, pas encore passé du stade intellectuel au stade spirituel, etc ? Pourquoi n'a-t-il pas appelé un homme comme vous, Didier, qui ne vous êtes pas "coupé du monde", qui ne jugez pas le monde "inférieur" à vous, bref, qui semblez avoir le nerf bien mieux installé dans l'oreille que je ne l'ai ? (Rév d'Arès xviii/6)
Je ne plaisante pas. Je me pose sincèrement toutes ces questions depuis trente-huit ans bientôt, car vous êtes loin d'être le seul — vous êtes des milliers, des millions — à déplorer mon comportement et à m'estimer indigne de ma mission.
À tout le moins, puisque je n'use que d'attitudes et de paroles méprisantes qui me font tort, admettez que, bien qu'étant un bon à rien, probablement sot, je suis un homme sincère.


04déc11  123C57  
Bonjour Michel, frère, père, vieux roublard ou prophète Mikal aux étincelles divines,
J'essaie, en vain pour l'instant, d'être informé des lieux et dates auxquels vous parlez aux pèlerins, et donnez quelques paroles ou allocutions.
Si je peux m'y rendre je le ferai. J'en ressens le besoin et Dieu vous a demandé de ne pas vous lasser de parler et transmettre au mieux ce que vous pouvez.
Lire La Révélation d'Arès c'est bien — je l'ai même enregistrée sur cassette en 2h30 environ pour l'écouter en roulant —, mais après tant d'années ce texte reste si complexe et obscur (ce que m'ont confirmé des amis sincères qui l'ont lu), quand on veut l'approfondir, en approfondir chaque phrase et en trouver le sens, en vivre la réalité pour comprendre ou au moins intuiter [?] et sentir de quoi il s'agit et une direction à suivre, quoi faire de son temps de vie.
De parler un peu sérieusement avec les pèlerins, on voit tout de suite qu'ils ne savent pratiquement rien ou alors juste répéter quelques phrases pour boucher les lacunes vivantes. Pour moi, seul l'expérience permet de comprendre les Écritures, sinon cela reste de la conception mentale, toujours erronée. 
Lorsque vous parlez, très souvent quelque chose "passe" au-delà des mots, et ça c'est vivant et réel.
J'ai encore de l'amour pour Dieu, une Grâce incroyable prend soin de mes besoins et pourtant une très grande tristesse et déprime presque permanentes sont en moi [à force] de me sentir seul, séparé, orphelin de l'âme ou dans l'âme.
Aucun être humain ne pourra combler cela ou alors seule une personne en contact, reliée à Dieu et laissant transparaitre Ses qualités .
Beaucoup de blabla ! 
Bon ! En bref, j'aimerais si possible être informé de vos rencontres avec les pèlerins pour motiver, transmettre et enseigner ce que vous pouvez ou savez..
J'espère que vous vous portez bien en ces temps très difficiles pour une grande majorité d'être humain sur la planète.
Rénato d'Aquitaine


Réponse :
"Vieux roublard..."
En lisant ces deux mots, à la première ligne de votre commentaire, je me suis dit: "Après le commentaire-remontrance de Didier N.M. et son épouse (123C56), c'est vraiment pas ta fête aujourd'hui, mon pauvre Michel !"
Mais la suite de votre commentaire m'a fait retrouver le pieux frère Rénato que je vois chaque été, depuis si longtemps, au Pèlerinage d'Arès, presque quotidiennement.
Rénato, mon vieux compagnon de prière, comme vous le voyez depuis 2006, je me conforme aux recommandations des cardiologues, je ne parle plus en public. De là vient que je ne donne plus d'allocutions au Pèlerinage depuis cinq ans, c'est vrai. Même en dehors du Pèlerinage je ne fais plus d'allocutions, je ne prêche plus. Je ne peux donc pas vous donner d'adresse où vous puissiez m'entendre. La seule exception que je fais à cette prescription médicale, c'est dans l'urgence, particulièrement dans l'urgence missionnaire et seulement vers des hommes et des femmes qui ne connaissent pas La Révélation d'Arès.
Ce n'est pas votre cas.
Vous connaissez bien La Révélation d'Arès et je m'étonne que vous la trouviez toujours "complexe et obscure". De toute façon, que disais-je dans mes allocutions, quand j'en faisais en public, qui fût différent des notes, commentaires et autres textes de ma main qui accompagnent la Parole dans les différentes éditions ? Pas grand chose.
Ma voix n'est plus entendue, c'est vrai, et d'apprendre qu'elle vous manque me touche beaucoup, mais même seul — vous savez, je connais aussi les difficultés de la solitude... avec un gros travail, mais seul — l'homme pieux que vous êtes trouve comme moi dans la pénitence et dans la prière une grande force spirituelle déjà.
Ma voix n'est plus entendue, mais, à 82 ans et avec une santé cardiaque pas très brillante, ma voix se taira complètement un jour ou l'autre et il faudra bien que La Révélation d'Arès continue de vivre, de s'accomplir dans les âmes et dans le monde par la mission. Vous avez déjà, dans votre propre solitude, commencé ces vie et accomplissement de votre côté.
Je serais heureux de vous parler, mais je ne peux pas. Acceptez cette situation et vous m'aiderez par cette acceptation. Merci, Rénato.
Je vous embrasse de toute mon affection fraternelle.


05déc11  123C58
Étudiant, j'étais en admiration devant ma grand-tante, simple ouvrière qui avait cependant bien plus de connaissances générales et d'expérience de la vie que moi et avait su conserver une grande humilité. J'avais pour elle autant d'affection que d'admiration. Elle me dit un jour: "Tout ce que je sais je pourrais l'écrire dans un livre, mais ce que j'ignore remplirait des bibliothèques."
Je vous apporte un complément d'informations à la question que vous posez au rédacteur du commentaire 123C55 sans signature, mais je pense que vous connaissez l'auteur et son récit, et qu'il ne s'agit que d'une façon courtoise d'enseigner l'humilité.
Quant au commentaire de Jean-Michel 123C39 qui s'arrête aux problèmes de fautes de frappe ou d'orthographe, lesquels sont actuellement devenus monnaie courante sur l'Internet, même chez certains "Étudiant an Lettres", je doute qu'ils aient conscience de s'adresser à un prophète de Dieu, tout comme le furent Zoroastre, Bouddha, Moïse, Jésus et Mouhamad.
Thésée, est le dernier livre de Gide publié de son vivant en 1946 après 20 ans de travail. "Donc ne t’attarde pas au labyrinthe, ni dans les bras d’Ariane, après l’affreux combat dont tu sortiras vainqueur. Passe outre. Considère comme trahison la paresse. Sache ne chercher de repos que, ton destin parfait, dans la mort. C’est seulement ainsi que, par-delà la mort apparente, tu vivras inépuisablement recréé par la reconnaissance des hommes. Passe outre, va de l’avant, poursuis ta route, vaillant rassembleur de cités."
Ce n'est peut-être pas la reconnaissance des hommes qu'il faille rechercher, mais
Tout homme goûtera la mort. Vous serez ensuite ramenés vers nous. Quant à ceux qui auront cru et qui auront accompli des œuvres bonnes, nous les ferons demeurer, pour toujours, dans le Jardin au milieu de salles sous lesquelles coulent les ruisseaux. Comme est bonne la récompense de ceux qui font le bien, qui étaient constants et qui se confiaient en leur Seigneur  /.../ La vie de ce monde n'est que divertissement et jeu. La demeure dernière est vraiment la vie. S'ils savaient ! (Coran, Sourete "Al Ankabut" 29/58-64).
Marc de Suisse


Réponse :
Merci, Marc, pour ce commentaire.
Non, je ne fais pas semblant, par courtoisie, de ne pas connaître l'auteur du commentaire 123C55. Je n'ai même pas la moindre intuition de qui il peut s'agir. De même pour l'auteur du commentaire suivant 123C56.
Si je vois, à travers certains passages et mots de commentaires, qu'il s'agit de personne qui, malgré leurs désaccords, suivent ou ont suivi mon enseignement ou une assemblée, je considère leurs reproches comme sincèrement ressentis par leurs auteurs.
Ainsi, par exemple, Daniel N.M. emploie le terme "missionner" dans le sens (contraire à celui des dictionnaires) que seuls les Pèlerins d'Arès lui donnent: "aller en mission, évangéliser, annoncer la bonne nouvell, etc." et je sais par là qu'il est une personne qui approche ou qui a approché de très près notre mouvement arésien. Sa réprimande a donc pour moi une certaine valeur fraternelle, que je ne peux ignorer et qui me porte à réfléchir à un moyen — qui n'existe probablement pas, mais qui sait ? —  de relier des points de vue contraires autour d'un cause partagée. Je peux dire la même chose, quoique par d'autres côtés, de Signature oubliée (123V55).


05déc11  123C59
Non, mon frère Michel, vous n'êtes ni "un sot", ni "un bon à rien" [réponse au commentaire 123C565].
Je ne vous passe pas de la pommade dans le dos, ce n'est pas ma nature.
Vous êtes un Prophète et un homme pécheur en même temps — Que ça nous plaise ou non !
Dieu vous a choisi, car Il sait où on en est dans notre imbécillité : Si on ne change pas, on va droit dans le mur ! Voyez comment le monde tourne. Si vous n'étiez pas là, où en serions-nous ? Nous avancerions comment et dans quel sens ?
Dieu vous a choisi, vous et pas un autre — Rév d'Arès i/4: Ouvre ta gorge, dis la Parole, Elle est.
Vous avez eu le courage de Lui dire oui. De-là votre mérite.
Notre mérite à nous qu'en est il ? Quand j'ai lu le texte de Didier N.M. et son épouse, des larmes ont rempli mon cœur. Qui sommes-nous pour vous insulter de la sorte ? Qu'avons-nous fait de nos vies pour que Dieu se montre à Arès ? Rien !
La lourde charge qui vous incombe : Rév d'Arès 7/7 : Emprunte le sentier du milieu et tu conduiras Mon Peuple sur la Montagne Sainte... nous prouve à tous — y compris à mes frères humains — que si on avait choisi la bonne Voie, Dieu n'aurait pas choisit un homme parmi nous pour nous remonter les bretelles et nous emmener sur le droit chemin.
Nous avons tout pour nous taire et ouvrir nos oreilles pour accomplir ce que qui sort de la bouche du prophète: Rév d'Arès i/12 parole de Mikal Ma Parole. 
Nous rencontrons ce genre de comportement dans la rue et ça m'attriste beaucoup. En même temps, dans la rue, nous sommes réalisateurs et acteurs. La rue est un immense cinéma avec un toit ouvert sur le Ciel et les couloirs — les rues — nous donnent la possibilité de faire des va-et-vient [travellings] dans une grande maison. En plus on peut parler souvent, à toute occasion, et on ne nous dit pas: "Chut, taisez-vous !"
Vous êtes notre frère aîné (Rév d'Arès 16/1), bon sang ! On vous doit tout. On ne peut que vous respecter.
Tous mes frères et sœurs seront d'accord avec moi pour vous défendre sur tous les fronts.
Ah ! On a pas fini d'en verser des larmes à cause de personnes qui, par manque d'humilité, se permettent de vous donner certaines leçons (si leçons à donner il y a ). 
Danielle de Bretagne Nord


Réponse :
Merci, ma sœur Danielle, pour le respect que vous me montrez. Je ne sais pas si je le mérite, mais en tous cas je m'efforce de la mériter et je n'ignore pas que je ne peux pas plaire à tout le monde.
Beaucoup comme vous me respectent et acceptent ma manière d'être et de dire. D'autres se sont éloignés de moi et de nos missions parce qu'ils n'acceptent pas ma manière d'être et de dire et/ou la manières d'être et de dire des missions. Cette division autour et à propos de ma personne et de nos missions n'est pas nouvelle ; elle a commencé dès 1974. Elle est inévitable, vu la grande diversité des natures et réactivités psychologiques dans notre monde complexe. C'est la rançon des imperfections et influences et contre-influences conjugées née d'une longue Histoire humaine qui n'est qu'une histoire d'oppositions de caractères, de points de vue, de relativités, de droits et de sens moraux, de classes sociales, d'intérêts, etc. qui s'opposent.
J'ai souvent médité sur cette question, ne serait-ce que pour me demander pourquoi la tâche prophétique d'annoncer et de faire accomplir La Révélation redonnée à Arès est tombée sur moi plutôt que sur un autre, par exemple sur Didier N.M. qui semble très sincèrement savoir comment se comporter avec "amour du prochain" et qui m'accuse de manquer complètement de cet "amour" parce que je serais aveuglé par mon "orgueil", mon "rêve d'une reconnaissance personnelle et mondiale."
Il est vrai que je rêve que La Révélation d'Arès puisse un jour jouir d'une "reconnaissance mondiale", mais étant donné le lien indissoluble entre cette Parole de Dieu et moi, qui ai accepté et donc d'une certaine façon choisi d'en être le prophète, l'association d'idées se fait facilement et je ne peux pas ne pas comprendre que Didier N.M. me reproche d'en faire aussi un "rêve de reconnaissance personnelle" ? Il se trompe seulement sur l'intention que j'y mets, mais je pense que beaucoup de monde se trompe ainsi et que peut-être ma façon de dire les choses n'est pas toujours la bonne.
Vous-même, Danielle, rappelez-vous: Il y a un certain nombre d'années vous me reprochiez expressément, dans une lettre, de parler des femmes en disant "bonnes femmes." Vous considériez ce mot comme méprisant. Je vous ai répondu en vous expliquant que dans la banlieue usinière de mon enfance, quand le dimanche soir les voisins avinés et violents criaent "Femme!" tout court à leurs épouses en leur tapant dessus, ils concentraient dans ce mot le mépris et l'insulte. Jamais, par contre, ils ne disaient "bonne femme", mots réservés au journées de sobriété, dans un mauvais sens. Cela m'est resté.
De même, Daniel N.M. et son épouse considèrent comme méprisants les termes de "dinosaures" et de "braillards" que j'ai employés à propos (je crois, je n'ai pas vérifié) de politiciens pour le premier et de manifestants pour le second (entrée 112, je crois). Chacun n'a pas forcément intégré dans l'idée qu'il se fait de moi le fait que je suis né dans une banlieue usinière, titi parisien élevé dans un milieu de titis parisiens, dans un milieu rouge, qui ne voyaient ni méchanceté ni mépris dans leur façon de parler et de plaisanter. Chacun n'a pas forcément intégré dans l'idée qu'il se fait de moi le fait que tout simplement je suis ce que je suis.
Je ne peux pas, néanmoins, ne pas réfléchir à ma façon de parler, même si je ne vois pas très bien, à moins de devenir quelqu'un de complètement artificiel ou fabriqué, comment je peux encore la modifier, car j'ai déjà fait beaucoup dans ce sens. Pour des personnes comme Didier N.M. et son épouse, dont les susceptibilités reposent sur d'autres habitudes relationnelles avec le monde, ma façon de parler est choquante, reflète un orgueil coupable et un grand mépris pour les humains, et je le regrette, parce que je ne suis ni orguelleux ni méprisant au fond de moi, mais qu'y faire ?
Vous, Danielle, vous répondez en substance ceci: "Vous êtes l'homme à qui Dieu a parlé. Nous n'avons qu'à accepter ce fait et à faire taire nos susceptibilités." Vous dites en somme: "Dans ce monde de pécheurs Dieu s'est adressé au pécheur que vous êtes en considérant que vos péchés et imperfections étaient les moins préjudiciables à l'accomplissement de son Message. Il n'y a qu'à suivre." Merci pour cela, Danielle, mais tout le monde ne ressent pas les choses comme vous, et nous devons aussi aimer ceux qui ne les ressentent pas comme vous et qui tombent, parfois sans s'en rendre compte, dans des excès de language contradicotires et polémiques, ce à quoi je ne veux absolument pas m'arrêter.


05déc11  123C60  
Nous suivons avec constance tout ce que vous écrivez et nous lisons votre blog tous les jours. Nous nous en inspirons pour accomplir ce que nous demande le Père.
Nous ne savons pas bien nous exprimer par écrit, nous n’avons pas fait non plus de grandes études, mais il est difficile de se taire face aux commentaires négatifs concernant votre personne.
Vous êtes un homme bon.
Nous voulons en porter témoignage, nous qui avons eu la chance de pouvoir vous approcher depuis plus de 25 ans, nous qui vous avons écouté lorsque vous faisiez encore des allocutions, qui vous avons vu  vous exprimer dans maintes situations et occasions et que nous avons vu évoluer
Ce qui vous est reproché est injuste.
Nous ne connaissons aucune personne capable de vivre la bonté comme vous la vivez.
Vous aimez tous les hommes,  ceux du haut comme ceux du bas et quelques soient leur couleur. Nous pouvons l’attester pour en avoir été les témoins.
Nous serons jusqu'à notre dernier souffle les témoins de l’homme honnête, d’amour sans conditions que vous représentez.
C’est un mauvais procès que l’on vous fait !
Vous vous êtes débarrassé de tout préjugé et vous avez souvent une vision très déconcertante, surtout si on a  oublié que Jésus déjà recommandait, il y a deux milles ans, d’aimer son prochain comme soi-même et jusqu’à aimer son ennemi. Pas sentimentalement, bien sûr, mais d’aimer au point de comprendre l’autre, de s’identifier à lui, comme un frère et Le Livre ne parle-t-il pas de baiser la lèvre de celui qui a le pus à la lèvre et l’hameçon ?
Le frère baise Ma Lèvre (quand il) baise la lèvre de l’homme, la lèvre (d’où) sort le pus (ou) le ver (comme) la lèvre (qui) cache l’hameçon ; le frère (les) baise (Rév d'Arès xxii/8)
Celui qui ne veut pas vous suivre et qui veut honnêtement suivre La Révélation d’Arès devra  à un moment ou un autre — s’il est honnête — être capable de baiser la lèvre de celui qui est potentiellement l’homme avec le pus,  comme Kadhafi par exemple et bien d’autres.
Mais pour ceux qui lisent  votre blog sans connaitre tout le contexte de votre histoire et celui de La Révélation d’Arès, c’ est probablement  une difficulté, votre enseignement est sans effet pour fertiliser leur intelligence.
Et pire que ça, ils le comprennent  à l’envers !
Vote blog est utile à ceux qui ont commencé à faire le passage vers la libération de tout préjugé, à ceux qui ont compris puis commencé de vivre une foi évolutive. À ceux encore enfermés dans leurs certitudes ce blog est-il utile ?
On reconnaitra l’arbre à ses fruits. Lorsque vous aurez quittés cette terre, nous serons les fruits, les témoins vivants par leur accomplissement de votre enseignement de paix, d’amour, de dépassement, de libération de tout préjugé.
Sans vous nous en serions restés au stade de l’émerveillement devant les mots de La Révélation d’Arès, nous en serions restés au stade de la poésie, de la rêverie et d’un certain romantisme de la foi.
Mais nous avions soif de cette libération, vous nous avez donc apporté un exemple à suivre sans jamais vous substituer à notre propre liberté de penser ni de vivre notre foi.
Certains commentateurs rappellent  souvent le verset  Tu ne seras le chef de personne (Rév d'Arès 16/1).
Ils oublient de citer la suite :
Beaucoup t’aimeront ; d’autres ne t’aimeront pas ; cela ne leur sera pas imputé à péché s’ils obéissent à Ma Parole.
(16/3)
Certains ne vous aiment pas ? Alors qu’ils se mettent au boulot ! Car Si l’homme vit dans l’amour, la joie et le pardon, donc devient un pénitent et cherche à en convaincre d’autres  …alors, le monde  changera en Bien. C’est le message  de l’Évangile de Jésus, qui reste toujours à accomplir : Et la pénitence, c’est chercher l’intelligence (Rév d'Arès 32/5) du cœur.
Nous témoignons que vous être l’homme qui nous a inspiré de devenir meilleur autant par ses actes, son comportement  et par son enseignement que par ses seuls  écrits. Certains commentateurs ici ne savent pas de quoi ils parlent en critiquant le prophète sur la probité de sa personne Ils prennent un gros risque. Ils se surestiment. Ils prendront alors de mauvaises décisions.
Mais gardons espoir ! À l’approche de Noel  n’est-ce pas  une merveilleuse occasion de mettre en application ce que vous nous avez toujours enseigné ? Gardons l’espoir d’une humanité  qui aime, qui pardonne, fait la paix, se libère des préjugés
Bref un Noël d’espoir mais également de dépassement.
Céline et Philippe de Bordeaux


05déc11  123C61
De mon côté, je trouve qu' il y a plus de sympathie, d'amour et d'humanité dans des termes comme "braillard" ou "dinosaure" que dans la médiocrité de la respectabilité.
Guy de l'Hérault


Réponse :
Tout le monde ne voit pas le côté débonnaire et pittoresque, voire rigolo, de certaines métaphores.
On ne peut pas reprocher à une personne de ressentit du mépris où un auteur n'en a pas mis, puisqu'elle en souffre.
Toute souffrance mérite considération. Ce qui ne veut pas dire qu'on trouve toujours des solutions.
Si j'étais sûr que tout s'arrangerait si je supprimais désormais complètement toute métaphore ou expression, même anodine, pouvant soulever la susceptibilité...
Si j'étais sûr que tout s'arrangerais si je veillais à ne jamais omettre de citer les victimes — comme les victimes de Kadhafi, la victime de Strauss-Kahn (voir commentaire 123C56) — que je ne cite pas pour épargner la place dans le blog et l'ennui chez le lecteur, parce que dire qu'on aime les victime ne sert à rien, cet amour-là va sans dire, c'est un truisme. Quand Jésus disais: "Aimez vos ennemis," il n'ajoutait pas "et aimez leurs victimes", parce que ça tombait sous le sens...
Si j'étais sûr que de veiller soigneusement à épurer mes textes de tout ce qui, même au prix de la platitude, pourrait blesser quelqu'un, oh oui ! je le ferais.
Mais ceux que j'agace, que j'insupporte, ne trouveraient-ils pas autre chose à me reprocher alors?
Les solutions ne sont pas faciles.


05déc11  123C62  
Je m'unis à ceux et celles qui vous soutiennent, moi aussi, femme qui a vu la dureté, qui en a souffert, mais qui apprend, grâce à vous, à la transcender, à pardonner du fond de l'âme.
Lorsque je me regarde sans complaisance — parce que je me sens tout aussi pécheresse — le: "Pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font"-du  prophète Jésus est, dans ces moments de difficulté, où lorsque l'on fait mal au plus petit — c.-à-d. au plus humble, je suis comme notre sœur Danielle (123C59), les larmes coulent.
Faire du mal à chacun de mes frères ou sentir celui qui souffre, me fait souffrir, mais au prophète, à l'Envoyé du Père, à celui qu'Il a oint, un homme sans prétention, qui parle avec patience dans le choix de chacun de ses mots pour  féconder de son amour, sans un mot plus haut que l'autre, se donnant entièrement à Son Œuvre...
J'ai honte, car je voudrais être un rempart, me sentir être à la hauteur de ses bienfaits.
Et c'est lorsque je remplis difficilement mon ouvrage, que je considère le mieux quelle est votre peine, le courage devant la tâche demandée au prophète, tout en ne m'imaginant même pas ce courage, même en y réfléchissant beaucoup.
Mais ce que je sais, c'est que le Père est là continuellement, bien plus près que nous ne pouvons l'imaginer, grâce à vos efforts permanents, auxquels nous unissons les nôtres, chacun à sa mesure, parce que nous sommes là chacun pour tous sans aucune exception.
Vous allez vous déplacer bientôt, mais une chose est certaine et cela me rassure complètement: "La Moisson donne la Vie," même par le froid , parce que cette Moisson /Amour qui nous donne la Vie, réchauffe la joie de l'âme .
Danièle du Nord


06déc11  123C63
Votre réponse à Danielle [123C59] et à Guy [123C61] sont très belles et tellement justes.
Que d’amour, d’humilité et de grandeur vous nous montrez là !
Cela m’aide à me dépasser sans cesse car aimer son ennemi ou son contradicteur n’est pas toujours chose facile, se débarrasser de sa susceptibilité non plus.
Bonne pensée (Rév d'Arès xxxvii/9 et xxxviii/2), vous nous montrez la bonne Voie depuis bientôt 38 ans. 
À 82 ans, vous allez de nouveau dans quelques jours, comme tous les mois depuis un an et demi, je crois, être dans une ville du Sud pour relever une mission qui allait disparaître. Votre action là bas réveille la Vie, ranime les cœurs d’après les témoignages que l’on entend. Si ce n’est pas un acte d’amour, ça ! Sans parler de tout ce que vous faites plus de12 à 15 heures par jour pour accomplir la très haute mission que le Père vous a confiée.
Bon voyage et bonne mission !
Marie-Odile de Midi-Pyrénées


06déc11  123C64
J'ai une confiance sans faille dans votre pénitence, votre vigilance intérieure qui vous fait détecter le moindre de vos préjugés, de vos défauts, de vos manies (si vous en avez encore).
Vous êtes mon frère ainé (Rév d'Arès 16/1) qui me guide dans ma volonté d'être parfaite (autant qu'il m'est graduellement possible) comme le Père l'est (Matthieu 5/48).
Si quelque chose venant de vous me blesse, je sais alors que je dois lucidement m'examiner pour dépasser des peurs, des préjugés, des habitudes. Lors d'un atelier (je ne sais plus lequel) à Arès, vous avez dit: "Je suis le vinaigre de la sauce à salade". Vous "piquez" ? Mais c'est pour donner du goût à la sauce. Vous réveillez !
Certains sont blessés par vos positions, vos propos. Vous êtes attentifs à leur souffrance, parce que vous êtes sans condition la chair de l'autre. Vous vivez ce que l'autre vit et vous ne pouvez ignorer la souffrance qu'il ressent. Vous souffrez à votre tour en cherchant une solution. Vous êtes l'uni  (Rév d'Arès xxxvi/12) par excellence parce que vous portez en vous toute l'humanité, vos détracteurs aussi bien que vos frères.
Je veux être ce que vous êtes, non pas du point de vue de la forme (nous sommes très différents !) mais du Fond.
Le Fond qui nous relie tous, ceux qui vous aiment comme ceux qui ne vous aiment pas.
Parce que vous êtes accroché au Fond, au Bien, à la Lumière, comme la véprelle (Tév d'Arès xxii/16), vous vivez d'abord ce que ressent l'autre avant d'accorder la moindre attention aux émotions que pourraient vous procurer les critiques (si elles vous en procurent).
C'est pour moi un grand exemple que je veux absolument suivre. Merci.
Annie d'Ile de France


Réponse :
Je profite de ma réponse à votre commentaires et aux commentaires de ceux qui précèdent: Danièle, Marc, Marie-Odile, Guy, Céline et Philippe, Danielle (123C58 à 63), pour remercier d'autres commentaires, trop nombreux pour que je ne puisse les afficher tous, qui m'apportent des paroles de réconfort et des témoignages de soutien à la suite du commentaire de Didier N.M. et son épouse (123C55).
Devant cette affichage de bonnes paroles, mes critiques et détracteurs diraient (s'ils ne le disent pas déjà, de toute façon) : "Voilà la brigade des bravos, les grenouilles du bénitier arésien ! Les pauvres victimes inconscientes du grand ambitieux ou du grand incapable d'Arès viennent à sa rescousse. Ce mal nommés Frère Michel fait semblant d'aimer les humains, mais il aime surtout recevoir les adulations, les compliments, les marques de dévouement."
Rassurez-vous, frères et sœurs qui me témoignez tant de confiance et d'affection, je n'ai pas souffert des reproches que me font Didier N.M. et son épouse.
Je me suis seulement posé des questions une fois de plus, comme je l'ai toujours fait quand des reproches me viennent de personnes qui vraisemblablement sont ou ont été proches de moi et/ou des Pèlerins d'Arès.
Sinon, concernant la brigade des blâmes, je rappelle qu'elle est depuis trente-sept ans considérablemnt plus fournie que celle des bravos. J'ai vécu sous la cascade des critiques, reproches, accusations et autres moqueries bien plus que sous la douce pluie des amitiés et des témoiganges de foi.
Autrement dit, si je cherchais à "imposer plus ma personnalité que ce que Dieu demande" et à être "déifié, aimé; parce que je rêve d'une reconnaissance personnelle et mondiale," je m'y prendrais de la façon qu'ont Daniel N.M. et son épouse de considérer les hommes, leur façon qu'ils me recommandent expressément à la fin de leur commentaire, plutôt qu'à la façon qui est la mienne et dont ils me font reproche. Ils n'ont peut-être pas été conscients de ce hiatus, de cette solution de continuité, de cette contradiction qu'ils introduisaient dans leurs propos, mais pourquoi ? Telle est la question que je continue de me poser depuis si longtemps, sans me lasser.
Dans ce monde moderne dit de communication, il y a une énorme problème de communication, un énorme dialogue de sourds. Je veux dire qu'il n'y a pas que des hommes qui ne s'aiment pas, il y a des hommes qui ne communiquent pas tout en s'écrivant ou en se parlant.


06déc11  123C65
Je me demande toujours pourquoi vous perdez votre temps à réfléchir à des commentaires négatifs comme le 123C55.
C'est une situation irréductible. Dieu ne vous tient pas rigueur d'être solution pour elle.

Vous êtes sublime, en état de dépassement. Ils ont simplement raisonnable au sens des idées générales.
Il s'agit, cela semble psychologiquement clair, d'un couple bien installé dans le "politiquement et moralement correct", dont les valeurs sont leurs valeurs. Ces personnes ne peuvent pas réagir positivement à vos très inhabituelles largeur et élévation de vue.
Ils voient et réfléchissent dans leurs limites, celles de l'opinion commune. Leur vue ne leur permet pas de balayer l'espace au-delà de leurs limites jusqu'à vos limites à vous, poussées si loin.
Ils prennent cette différence de distance de vision pour une faute de mesure entre eux et vous. Ils remplissent l'espace spirituel entre eux et vous des seules explications dont ils sont capables. L'ambition personnelle, la soif de vedettariat, l'aveuglement devant des souffrances qu'ils vous croient incapable d'identifier, le manque de cœur et d'amour, leur semblent la seule explication de cette différence entre vous.
Ils souhaitent que vous vous rameniez à leur cadre de valeurs.
Ils sont incapables de comprendre ce que vous entendez par "nouveau contrat social". Le contexte de leur commentaire montre que, pour eux, l'actuel contrat social est le bon. Non seulement ils ne voient pas où vous voulez en venir, mais ils déplorent que vous tentiez de vous distinguer de la sorte, sinon pour vous faire une gloire, comme dit La Révélation d'Arès.
De votre vivant vous ne dépasserez pas ces barrages psychologiques. Aucun prophète, Jésus compris, n'a pu les paser de son vivant.
Poursuivez votre difficile et admirable route sans voua arrêter à ces réquisitoires que crie la foule des procureurs du monde qui vous regardent passer. Vous êtes déjà dans un autre monde. Ils ne peuvent pas comprendre.
Régis G.


08déc11  123C66
J'ai bien compris en lisant votre réponse 123C64 à Annie que vous ne vouliez pas faire un médianoche, comme on dit chez moi, sur la petite méchanceté de Didier N.M. et son épouse [123C55], parce que c'est une petite méchanceté, même si vous ne voyez pas leur commentaire comme ça.
Dans leur commentaire, à côté des reproches qu'on peut interpréter comme fondés ou légitimes, comme vous le faites, il y a des vacherie qui crèvent les yeux sitôt qu'on enlève les lunettes roses que vous gardez sur le nez, parce que vous êtes un homme bon, comme disent Céline et Philippe [123C60].
Ce frère-là et cette sœur-là croient dans La Révélation d'Arès mais n'encadrent pas le Frère Michel.
Pour ça il peut y avoir beaucoup des raisons,personnelles ou générales.
Je ne connais pas les raisons personnelles, mais je devine que votre manière d'objecter à la "mission sociale" en serait bien une. On sent bien qu'ils s'estiment soucieux des malheurs sociaux et estiment que que vous, vous les méprisez en faisant mortification pour un tyran, Kadhafi, sans un mot gentil pour son peuple martyre (où il y a peut-être eu pire que lui). Pareillement, vous refusez de juger DSK, parce que personne ne peut savoir (Rév d'Arès 11/3) quel niveau de responsablité a DSK, qui n'a tué personne et qui n'est sans doute qu'un satyre, un malade. Régis [123C65] a raison de dire que Didier N.M. et son épouse s'abritent le "politiquement et moralement correct" et vous enfoncent le clou méchamment.
Je crois deviner les raisons générales, parce que je les ai déjà entendues dans ma famille. J'ai une cousine qui me dit: "Ton Frère Michel n'a rien vu ni entendu. Il interprète et un témoin d'apparitions n'interprète pas. Un témoin dit ce qu'il a entendu et laisse l'église conclure." Ma cousine ne lit pas la Bible et ne voit pas que les grands prophètes ont tous roulé dans leurs têtes les problèmes généraux, religieux mais aussi sociaux (politiques) et moraux, de leurs époques. et souvent dans le sens contraire de l'opinion générale. Beaucoup de grands prophètes (Élie, Isaïe, Jérémie) ont tous été copieusement ignorés ou détestés et chichement ou pas du tout aimés sur le moment.
Vous non plus, vous ne caressez pas le monde dans le sens du poil.
Vous appliquez la Parole: "Qui sait qui est sauvé, qui n'est pas sauvé |Rév d'Arès 11/3]" à Khadafi et DSK comme à n'importe qui. En quoi voulez-vous dire par là que les Libyens et la femme de chambre de New York ne sont pas à plaindre? En rien. Pour penser que vous "méprisez" les malheureux et les victimes il faut manifstement être de mauvaise foi.
Vous refusez de juger (Rév d'Arès 36/16) et si Didier N.M. et son épouse refusent de le voir, comment pouvez-vous seulement considérer leurs reproches comme recevables.
Vous refusez de les juger eux aussi. Bon! Mais est-ce que notre pauvre cerveau humain est fait pour s'écraser comme ça devant des courants contraires sans en tirer le pour et le contre ?
On a quand même besoin de peser le pour et le contre pour avancer dans le sens d'un "nouveau contrat social", non ?
Dudule de la Vallée du Rhône aussi anonyme que Didier N.M. de nulle part


Réponse :
Ce n'est pas "s'écraser" que d'être pénitent. Le cerveau du pénitent s'efforce de penser plus encore que le cerveau de celui qui se laisse aller à ses sentiments qu'il croit justes parce qu'ils sont sincères.
Le pénitent est confronté tous les jours à la question que vous posez. Il doit lutter contre la tentation continuelle de juger, contre laquelle la Parole nous met en garde (Matthieu 7/1, Rév d'Arès 36/16), tentation toujours difficile à combattre, parce qu'elle est réflexe dans un monde qui n'arrête pas de juger tant dans les journaux et les conversations que dans le tribunaux et qui perpétue ainsi cette vengeance sans fin (27/9) sur laquelle pleure la Parole d'Arès, parce qu'elle empêche, entre autres maux, le monde de changer en bien (28/7).
Quand la Parole dit que nous sommes libres (10/10), elle dit que nous pouvons être, si nous le voulons, libres de préjugés ou de préconçus et, dans le même registre, libres de susceptibilité, parce que l'homme qui écoute sa susceptibilité ne peut se libérer de vexation, de peur et de tentation de jugement, et ne peut être sereinement objectif.
Cela ne signifie pas que le pénitent devient un benêt qui renonce à ses convictions et à toute opinion. Il se refuse de juger, ce qui n'est pas du tout la même chose.
Si je renonçais à mes convictions et à mon opinion, je serais incapable de choisir entre le pour et le contre, le bien et le  mal. Je "m'écraserais", comme vous dites, devant les reproches de Didier N.M. et de son épouse aujourd'hui et, demain, je m'écraserais devant l'inverse: des dithyrambes, et je serais ainsi de jour en jour un pauve type ballotté par le vent capricieux des sentiments contradictoires des autres. Je serais incohérent.
Je ne m'écrase pas. J'essaie de comprendre.
Pour comprendre je pense. J'ai donc une pensée, une opinion, qui repose seulement sur mon besoin continu d'y voir plus clair et de m'améliorer, besoin que m'impose ma mission.
Mon opinion est que Didier N.M. et son épouse n'ont peut-être pas encore poussé leur foi assez près des Hauteurs (Rév d'Arès 7/1, 25/4, 26/1-->40/5) vers lesquelles nous pousse La Révélation d'Arès et que je ne saurais sans risques me plier à leur façon de voir, mais que je ne saurais pas davantage ignorer celle-ci.
Si j'ai parcouru une plus grande part du Sentier, c'est simplement parce que je suis parti avant eux. De ce fait je suis tenu de comprendre par où ils passent puisque j'y suis plus ou moins passé moi-même. Le petit côté malicieux — que vous appelez méchant — de leur commentaire ne m'a pas échappé, mais pourquoi m'y arrêterais-je ? Ils ont succombé, et ce n'est pas bien grave, à une tentation commune en ce monde dont la malice pèse sur nous chaque jour et obscurcit la Lumière devant nous tellement que nous ne voyons pas les hommes, les choses, les situations comme le Père voudrait que nous voyions.
Mais il y a aussi des côtés pratiques que je ne maîtrise pas et pour lesquels je ne dois pas cesser de me former. C'est le cas de la communication et je pense qu'il y a peut-être ce problème entre Didier N.M. et moi.
Moi aussi je suis en quête du "nouveau contrat social" et j'ai conscience que je ne peux le trouver sans paix. C'est aussi la paix que je veux entre Didier N.M. et moi. Sans paix on ne peut voir clair. La paix, avec l'amour, le pardon, l'intelligence et la liberté spirituelles, est une des conditions incontournables de la pénitence qui nous nourrit sur les sentiers vers les Hauteurs.


08déc11  123C67
Le nouveau contrat social demande des efforts, mais il est magnifique à vivre:  "C’est s’aimer et aimer tous les autres, se pardonner et pardonner aux autres toutes les offenses, respecter la liberté de l’autre, se recréer spirituellement par l’effort de pénitence, et trouver les autres qui voudront nous rejoindre pour créer ce nouveau contrat social, l’homme du temps qui vient dans la joie et la fête (30/11 Rév. D’Arès)."
La vie spirituelle embellit la vie, dont l’humour fait partie.
Le Créateur nous dit: "Parole de Mikal Ma Parole (Rév d'Arès i/12)," n’en déplaise aux détracteurs de ce blog, tous ceux qui jugent, critiquent. "Bigots, braillards et dinosaures" ne sont que des animaux pensants, et je trouve que notre prophète est respectueux et plein d’humour dans sa manière de dire la vérité imagée.
Frère Michel nous transmet la Lumière divine.
Ouvrons nos yeux et nos oreilles et vivons cette Parole merveilleuse !
Même le Créateur nous dit ce que nous sommes devenue: L’homme est la nèpe sous Mon Pied (Rév d’Arès xii/1). Il pourrait nous anéantir tous comme au temps de Noé, mais Il nous aime, et Il nous appelle encore une fois. Allons-nous encore tergiverser, mégoter avec des broutilles de langage, des enfantillages ?
Est-ce que le Message du Christ et du Créateur n’est pas plus important et l’enseignement de notre prophète également ?
La susceptibilité, entre autres péchés, est un pas en arrière. Sous son influence nous rejetons Dieu de nous et nous nous précipitons dans les ténèbres ici et après la mort.
Simone et J.P. duLoiret


Réponse :
J'ai eu la joie de vous revoir à Tours voilà quelques jours au milieu de l'assemblée réunie là et c'est pour vous confirmer ma joie que je publie votre commentaire, qui se joint aux très nombreux commentaires fraternels que je reçois en ce moment.
Une remarque: La susceptibilité n'est pas un péché, mais une faiblesses de caractère.
Il est vrai qu'elle peut conduire à des péchés, notamment à celui de jugement.


09déc11  123C68  
Vous dItes : "Sinon, concernant la brigade des blâmes, je rappelle qu'elle est depuis trente-sept ans considérablemnt plus fournie que celle des bravos. J'ai vécu sous la cascade des critiques, reproches, accusations et autres moqueries bien plus que sous la douce pluie des amitiés et des témoignages de foi.[...] Je veux dire qu'il n'y a pas que des homme qui ne s'aiment pas, il y a des hommes qui ne communiquent pas tout en s'écrivant ou en se parlant."
N'est-on pas là devant un mal strictement franco-français ? Dont la reconnaissance, hormis posthume, ne semble pas être la plus grande des vertus ? Mais sont-ce les seuls franco-français qui véhiculent ce genre de mal ? Ou bien est-ce un mal humain, c'est-à-dire beaucoup plus répandu ? Comment un français est-il perçu par un allemand, par un chinois ?
Pour quelqu'un qui a un peu voyagé, on sait que chaque pays, chaque peuple possède une forme de liberté spécifique, que d'autres, ceux qui les critiquent parce qu'ils ne les connaissent pas, ne se gênent pas d'avoir à leur encontre.
À ce sujet, n'est-ce pas Jésus qui disait: "Nul n'est prophète en son pays" ? Il parlait de son village natal de Nazareth; mais ceux de Jérusalem ne l'ont pas beaucoup mieux perçu.
C'était ma façon de clamer, l'autre fois, exaspéré: "Avec des relations de merde, comment tu veux construire un monde ?!".
C'est dans ce sens que je trouve dans l'esprit du commentaire de Didier N.M. une réelle adaptation aux hommes de notre temps. Il doit être quelqu'un globalement bien perçu (et donc entendu) par les gens de notre époque. Il y a donc eu un certain travail de sa part, dans sa communication avec autrui, mais au plan de la forme, s'entend.
A contrario, est-on à l'abri d'être un homme de Dieu aux paroles parfois un peu sèche, un peu rèche ? ou dans une période difficile ? Vous seriez-vous donné pour objectif de vous offrir aux autres jusqu'à la dernière parcelle des pores de votre peau ?
Pour ma part, je me dis que quand on est trop en butte dans notre communication avec autrui, peut-être alors faudrait-il entreprendre de faire des voyages, d'aller s'oxygéner avec d'autres peuples de la terre. Ou s'enfermer chez soi à double tour. L'individualisme n'a pas que des désavantages. Comment décrire par exemple cet aspect unique, merveilleux et exaltant de la
vie quand un oiseau de mer de l'arctique tombe nez à nez avec un humain ! Comme le décrit si bien l'explorateur Jean-Louis Étienne au Spitzberg ou encore la rencontre de cet autre personnage, ancien navigateur plaisancier  qui donne de la confiture à la petite cuillère à un ours blanc placé dans l'encadrement de sa fenêtre. La force de l'Amour peut et doit être universelle. Et là, en l'occurence, avec un seul petit truc anti-crise comme on offre un simple carambar à un enfant : la lecture d'un livre de poche papier à 4,20 Euros.
L'autre fois, j'ai rencontré une jeune fille qui discutait avec une copine, en bas du Boulevard Sébastopol à Paris. J'attendais quelqu'un depuis une heure à la porte d'un immeuble. Au bout d'un moment, n'y tenant plus, je lui avais sorti une banalité: "Y'a de la neige à Paris ?", parce qu'elle était habillée comme si elle était sur les pistes de Courchevel. Mais j'étais mal placé pour la critiquer car personnellement, je ressemblais plutôt à un bûcheron qui sort tout droit de sa forêt. Et ce jour-là, j'ai ressenti que j'aurais voulu pouvoir la revoir, au quotidien et pour la vie. Comme si c'était ma propre fille ... D'où ma volonté nouvelle de vouloir adopter des jeunes adultes majeurs, comme on ramène des animaux errants dans un zoo. Depuis cette anecdote, mon tract maintenant, c'est une simple carte de visite. Je porte ce que je dis et ce que je vis. Rien de plus.
La pénitence, n'est-ce pas un choix personnel et individuel de se construire ? Avons-nous réfléchi, pèlerins d'Arès, scientifiques, chercheurs, afficionados lambda, à ce qu'est l'individualité chez l'humain ? D'où la nécessité de liberté. Je ne vois pas comment ce monde pourrait changer sans entreprendre (et encourager à) un réel travail de recherche à ce sujet.
Ce que décrit votre article est un vaste projet de libération spirituelle de l'humain. Récemment, je le disais ainsi, à quelques personnes réunies à siroter du beaujolais nouveau et quelques cochonailles au cul d'un camion en fin de marché: "Ce dont ce monde a le plus besoin, c'est de vrais gens." J'ai d'ailleurs nommé ce jour-là Première Journée mondiale des vrais gens. Un
patelin perdu de la France profonde dont personne ne pourrait penser qu'il puisse en sortir un jour le bons sens (le "Common Sense" qui fût fondateur des États-Unis; voir "Tom Paine et moi", entrée 50 de freesoulblog), c'est-à-dire le Bien et la Vie.
(un) Guy de Picardie


Réponse :
C'est un frère si sympathique, ce Guy ! On ne peut pas ne pas aimer son anticonformisme tout en regrettant de tout devoir faire sans lui en Île de France à cause de cet individualisme dont il chante ici les louanges.
Je respecte... je n'ai rien contre... je me demande seulement ce que je peux faire avec.
Ce commentaire est votre miroir.
Ah, que j'aimerais faire quelque chose avec vous ! Mais comment ? Vous êtes réfractaire à tout cadre missionnaire un tant soit peu défini, objectivé, concerté, organisé, bref, associatif..
Vous êtes un primesautier sentimental, Guy, à la mode de Jean-Jacques Rousseau qui avait une théorie de "contrat social", mais qu'il aurait fuie aussi vite qu'elle se serai appliquée à lui.

Tout ici se place sous le signe de l'émotion, de l'empathie, "L'individualisme n'a pas que des désavantages," oui, mais c'est selon qu'on se place du point de vue de l'individualiste ou du point de plus des autre, de l'altruiste ou de l'associatif. Par ailleurs, je ne vois pas de rapport entre les avantages qu'a l'individualisme et la surprise de "l'oiseau de mer de l'Arctique tombant nez à nez avec un humain," mais ça, c'est votre côté empathie, votre côté ultra sympa avec la superbe inutilité de la poésie, votre côté oiseau de mer de l'Arctique auquel vous vous identifiez.
Vous êtes ce courant d'air, ce claquement d'aile qui rafraîchit et qu'on aime quand il passe.

Admettez quand même, vieux frère, qui passez de-ci de-là, que nous ne ferions pas grand chose pour le Père et sa Révélation redonnée à Arès si chacun de nous se laissait comme vous aller à son petit quant-à-soi. Dommage que nous ne soyons pas qu'une cercle de bohême, de bons copains, une sorte d'underground de la foi... Nous devons aussi nous accepter et travaiiler au grand jour tous ensemble.
Mais peut-être faites-vous plus pour la Parole d'Arès par votre individualisme que nous tous réunis. Je veux dire que c'est peut-être en cela que "l'individualisme n'a pas que des désavantages." Je ne sais pas. Je n'ai pas de préjugés, comme vous voyez. Je vous souhaite un bon Noël sur le chaland à bord duquel vous organisez, à ce que j'entend dire, une petit fête.


15déc11  123C69
Ce "nouveau contrat social" n’adviendra pas un jour précis et plus ou moins lointain comme un renversement de régime politique, révolution, élection, grandes réformes, peut advenir. Matin du grand soir ! Non il monte dans la patience [Rév d'Arès xxxiii/3].
Ce qui le sépare du contrat social politique, c’est sa vie.
En fait, mes frères, il est déjà là, présent, tout entier inscrit dans nos cœurs de pénitents comme l’arbre immense est déjà dans la graine. Pour exister il ne procède d’autre "décret" que de notre résolution reconduite chaque jour, à vouloir recouvrer positivement notre image et ressemblance divine [Genèse 1/26], à reconquérir notre nature spirituelle en plénitude.
Ces décrets invisibles qui se promulguent au hasard, fruits d’un labeur acharné, souterrain et ignoré, du Ciel, ont produit quelques rares épis dans les replis improbables de l’espace-temps humain.
Étonnée d’en être au milieu du désert, une jambe, ma jambe, a suivi le prophète [Rév d'Arès i/18], mais d’ici à ce qu’elle mûrisse en tête froide, qu’elle ait le fil à plomb dans la tempe [xx/10], sans ignorer la pelle, l’arc et la faux, il lui faut accomplir son temps [Rév d'Arès 24/2].
Parce que sans bruit et donc aussi sans gloire apparente, ces "décrets" reconduits chaque jour restent invisibles aux yeux de la multitude, ils sont pourtant, pour tous, sous les brumes inquiètes du temps, bien au-delà des rumeurs d’apocalypse, la grande espérance de demain.
Cette espérance extraordinaire est pour le moment d'autant plus ingrate qu'elle passe inaperçue alors qu'elle est la solution du monde !
Mais c'est sans doute parce qu’elle ne s’est pas encore reconnue elle-même en projet collectif, projetée en société de demain, en assemblée donc.
La multitude et par là même sans doute quelques épis mûrs aussi nous ignorent d’autant plus que nous continuons plus ou moins à nous ignorer nous-mêmes.
La petite zone libérée au fond du cœur devra tôt ou tard se traduire en zone libérée dans le monde des hommes.
Sans autorisation, sans revendication, sans violence, sans cris ni vociférations, sans manifestation, sans panneau, sans slogan, mais avec une froide détermination, quotidienne, qui suppose douceur, persévérance, courage et prudence, au Nom du Père, par la seule légitimité qu’Il nous octroie et notre parenté avec Lui recouvrée, nous devons tisser notre petit bout de monde nouveau, une nouvelle Vie [Rév d'Arès 24/8].
En apparence ce n’est pas glorieux, mais c’est glorieux aux Yeux du Père, raison pour laquelle Il appelle les héros, parce que ce n’est pas autre chose que commencer à refaire le tissu de la société humaine par petites greffes d’une nouvelle race faisant souche ici ou là.
En bref, ce nouveau contrat social, on pourrait dire qu’il n’attend plus que nous, pénitents et moissonneurs, pour se déployer de façon plus visible sur le monde…
C.R. M. d'Île de France


15déc11  123C70
En ce moment, le monde s'apitoie sur son sort, anticipe la crise économique et cultive la peur des lendemains.
Je ressens tout autre chose.
L'humanité n'a jamais vraiment suivi la bonne direction. Ce système est inspiré  d'un paganisme qui a fait durer ce monde jusqu'à lui faire oublier ses racines spirituelles.
Dans le Coran il y a le mot "insan" qui signifie à la fois l'homme et en même temps provient du mot oublieux. Oui, l'homme est capable de mettre une burka sur son coeur.
Du pain et des jeux... Jouir facilement et cela sans faire l'effort d'aimer !
Ce n'est pas une crise de la monnaie et de la fin des banques, mais bien une crise sur le plan spirituel.
Dieu a été patient et magnanime comme une mère face à ses enfants tapageurs et arrogants.
Tout ce qui est mauvais vient de notre absence de conscience et tout ce qui est bon provient de notre effort à nous remémorer ce que Dieu a dit à travers ses témoins.
J'ai vécu un échange récemment avec des personnes de confession musulmane; qui me disaient : "Si ça va mal, c'est à cause de Sarko[zy] et de sa politique".
J'ai répondu à ces braves gens : "Avez-vous oublié le prophète Noé qui annonçait le Déluge [qui allait tomber]sur les incroyants ? Vous rappelez-vous de Moîse lorsqu'il insuffla à son peuple le courage de
quitter l'esclavage pour aboutir à la liberté spirituelle ? Non, le mal a bien commencé avant tous ces hommes et ces femmes qui occupent l'espace public, parce que la lumière du Créateur à été étouffée à cause de notre manque de foi. Regardez ces pays musulmans où l'on récite le Nom d'Allah à chaque détour de phrase, mais qui malgré tout persistent à faire perdurer ce que Mouhammad dénonçait de son vivant l'iniquité sociale et l'idolâtrie : L'état saoudien en est presque à 73 condamnations à mort depuis Janvier 2011. La crise économique, c'est peut-être l'occasion de chercher autre chose, de penser autrement."
Ce monde fondé sur la marchandisation est à l'agonie, parce qu'il est dépourvu de cellule vivante et d'épine dorsale pour pouvoir se redresser à la manière des prophètes qui rappellent le fondement du contrat social voulu par Dieu.
Hakima d'Alsace


15déc11  123C71
Vous associez la question de la surpopulation à celle de la crise économique, mais, au fait, cette surpopulation, quelle en sera la solution ?
Les hommes devront-ils pratiquer un strict contrôle des naissances, comme l’a fait la Chine ?
Mais ce contrôle ne pourrait être qu’un auto-contrôle individuel d’hommes et de nations libres (Révélation d’Arès 28/21) et non le contrôle autoritaire des gouvernements et des chefs (Révélation d’Arès 16/1)  rejetés par le Créateur.
Ou alors faut-il espérer que le Jour de Dieu (Rév d’Arès 31/8) survienne avant que la pression démographique étouffe toute vie, la vie de la planète comme la vie spirituelle ?
Dans les deux cas, l’ébauche de toute solution réside dans les pénitents qui se multiplient.
Mais vous, quel est votre avis : que devront faire les hommes selon vous ?
Laurent de la Côte Vermeille


Réponse :
Vous posez la question et y répondez dans le même commentaire..
Par la revivification de l'intelligence spirituelle presque éteinte (faible lumignon, Rév d'Arès 32/5), une des actions combinées qui font la pénitence, l'homme maîtrisera ce problème avant qu'il ait atteint le fourmillement irréversible et insoluble qui accompagnez le péché des péchés : la mort spirituelle totale, irréversible, de l'homme, son retour incurable à l'ombre dont le Père l'avait fait sortir (Rév d'Arès vii/2).
Il n'y aura pas de seconde création de l'homme spirituel. L'homme retourne déjà lentement à l'animalité, mais avec encore une chance de salut. S'il continue trop longtemps dans la voie du mal il retombera un jour complètement, sans retour, dans cette animalité,
La surpopulation est un des signes de ce retour lent à la vie de rat — loi des rats (xix/24) — mais en recouvrant l'intelligence spirituelle, la maîtrise de son destin, il peut trouver les solutions, qui, sous l'angle pratique, sont multiples.
Vous avez vu juste: La pénitence est la seule voie de salut.


15déc11  123C72  
Je suis tout à fait d'accord pour un "nouveau contrat social", mais vous n'insistez pas assez sur la nature spirituelle, non politique, non financière, de la société que nous devons littéralement inventer, parce que depuis Adam une pareille société n'a jamais existé sauf sous la forme de "petites unités humaines" (tout petits pays ou tribus ?), comme dit votre petit livret "Ce que je crois, Ce que j'affirme", que vous avez donné aux nouveaux pèlerins à Arès l'été dernier.
Je dirais même que le "nouveau contrat social" est urgent, parce que nous sentons tous les difficultés économiques s'aggraver. Ces difficultés vont empirer, on le voit tous les jours: La vie devient horriblement chère.
Quel échec pour ces gens des pouvoirs, les politiciens, les gens d'argent, qui avaient tous promis monts et merveilles !
La CGT crie qu'elle refuse le plan d'austérité qui s'annonce à l'horizon, mais comment l'éviter ? Quand il n'y a plus d'argent, il n'y a plus d'agent et il y en a d'autant moins que c'était de l'argent emprunté: 1800 milliards d'Euros rien que pour la France.
Comme vous dites; nous avons cru le grand progrès arrivé, mais ce qui est arrivé, c'est la grande dette.
La pénitence doit être prêchée partout comme Jean-Baptiste la prêchait déjà de son temps, mais ça ne peut donner des résultats qu'à très long terme. Pour le moment il y a aussi notre vie matérielle.
Je n'ai pas du tout confiance dans ce plan de sauvetage de l'Euro de M. Sarkozy et Mme Merkel.
Partagez-vous mon inquiétude ?
Antoine de Normandie


Réponse :
Je comprends vos inquiétudes. Personnellement je n'ai pas de grands biens à gérer, mais je dois quand même suivre et comprendre la situatiin économique, parce que j'ai avec les frères et sœurs qui gèrent nos associations le souci des biens matériels qu'il nous faut assumer. Il nous faut notamment assumer la diffusion de La Révélation d'Arès et le Pèlerinage que nous ouvrons gratuitement à tous les croyants du monde qui viennent à Arès prier ou méditer dans la paix et l'espérance, car le Créateur qui s'est manifesté là en 1977 est le Créateur de tous les hommes.
L'endettement des états européens est, pour certains de ces états, quasi catastrophique. Notre monnaie est menacée. Le plan de sauvetage de l'Euro présenté la semaine dernière par Mme Merkel et M. Sarkozy est déjà remis en question, parce que plusieurs états européens regimbent et risquent de joindre leur refus au refus que la Grande Bretagne a déjà exprimé.
On peut se demander si l'Euro sera consolidé et survivra pour finir.
Si l'Euro disparaît, c'est pour la France seulement un million d'emplois menacés d'après certains calculs. L'idée de M. Sarkozy d'étendre l'intégration européenne à un domaine jusqu'ici tabou: les impôts, indisposent certains états européens qui veulent — et on les comprend — garder leur souveraineté budgétaire. Aujourd'hui jeudi se réunissent les juristes qui doivent rédiger le nouveau traité, mais ils semblent déjà fort divisés. Abrégeons ! Tout cela a aussi des conséquences sur le front politique européen qui craque de tous côtés. Bref, l'idée de l'Union Européenne est magnifique mais elle ne devrait pas être confiée à des politiciens et des idéologues. Il faudrait la confier à des gens redevenus intelligents (32/5) et qui se sont rendus libres (10/10) de préconçus, de clientélisme, bref, d'arrière-pensées politiques.
De tous côtés on voit la justesse de la Parole du Père qui met en doute la capacité des princes du culte — du culte politique, du culte juridique et du culte financier outre la culte religieux.
Aux yeux des investisseurs — or, investisseurs nous le sommes tous, même pauvres, que nous le voulions ou le sachions ou non, parce que nous sommes tous contraints d'avoir des comptes bancaires et que nos banques investissent — la survie de l'Euro passe par une autre urgence: les ressources mobilisées sur les marchés par trois institutions, le FESF, le FMI et la BCE. Pour les deux premières, les promesses du sommet tardent à se concrétiser. La dernière, considérée comme le prêteur en dernier ressort, déçoit les marchés faute d'engagement concret depuis lundi.
Mettre en place un nouveau pacte budgétaire ne va peut-être pas sauver l'Euro. Les politiciens, qui tous pratiquent le clientélisme, ont été incapables de gérer correctement les budgets publics, ont terriblement endetté leurs peuples, bref, ils ont vendu du vent, le vent des discours électoraux, et la situation est sans aucun doute très sérieuse. Je comprends vos inquiétudes.
Même si les Pèlerins d'Arès font en sorte que ce soit, à terme, un mal pour un Bien, il y a l'immédiat et ses problèmes, je vous comprends.


XXxxxXX  123C73
Texte
Signature


Réponse :
Texte