Freesoulblog - Commentaires Français
retour au blog

18 mars 2008 (0079)
la passion d'ingrid bétancourt

En ce jour de 2008 où l'église commence à méditer la passion du Christ, je ne compare pas Ingrid Bétancourt à Jésus. Si je les cite ensemble, c'est parce que nous savons maintenant que si Mme Bétancourt retrouvait sa liberté et sa place dans la politique, elle se vouerait au soulagement des crucifiés de la terre, dont elle côtoie depuis six ans un échantillon, les FARC qui la gardent prisonnière et otage.

Ingrid B. en captivitéDepuis des années j'affirme que plus on réclame haut et fort, dans des manifestations impressionnantes, la liberté d'Ingrid Bétancourt plus on donne de prix à l'otage qu'elle est et moins les guérilleros colombiens n'accepteront de se séparer du bouclier qu'elle constitue contre l'armée qui les traque.
Mais il y a autre chose:
Luis Eladio Perez, ancien parlementaire récemment libéré par les FARC, révèle qu'il a beaucoup parlé avec Ingrid Bétancourt. Elle a énormément médité et changé, dit-il. Notamment, elle a réalisé et admis que la révolte et la violence des FARC ne résultaient pas de l'ambition politique de quelques meneurs d'hommes, mais de causes humaines infiniment plus profondes et largement partagées. Du fond de sa jungle-prison, Ingrid Bétancourt, bien que subissant privations et humiliations, prévient qu'il n'y aura pas d'issue militaire à cette rebellion et qu'il faut négocier avec elle sur des bases d'humanité.
M. Perez affirme qu'Ingrid Bétancourt depuis son enlèvement consigne ses pensées par écrit et que les FARC lui laissent ses notes. Elle admet qu'il y a deux Colombie: une Colombie urbaine et riche et une Colombie de la misère (schéma retrouvé dans un nombre considérable de nations de la terre) et que rien de ce qui les oppose ne sera résolu par les projets politiques traditionnels.
Ingrid Bétancourt aurait élaboré un programme de paix plus proche de l'amour et de la sagesse que des lois. Aurait-elle compris ce que La Révélation d'Arès nous dit du commencement à la fin, que la politique comme sa génitrice, la religion, en dépit de bonnes intentions, fait plus de mal que de bien, parce qu'elle repose sur un système qui ne tient que par la loi et la répression des indociles?
Peut-être la passion douloureuse que subit Ingrid Bétancourt aboutira-t-elle à une solution heureuse du problème que posent les FARC au pouvoir central de Colombie et, par extension, à des mesures heureuses à l'égard des crucifiés de la terre, notamment dans d'autres parties de l'Amérique Latine.
Nicolas Sarkozy, informé par Luis Eladio Perez des espérances d'Ingrid Bétancourt, aurait proposé que la France accueille les guérilleros de la jungle colombienne, si leur pays craignait de les réintégrer après qu'ils aient déposé leurs armes.


Copyright2007

Ajouter un commentaire

Commentaires:

18Mar08 79C01
Jésus avait compris que la Parole de Vérité était celle prononcée pour ceux qui n'y avaient pas ou plus droit.
Merci, monsieur, de le mettre en pratique pour elle qui le met elle-même en pratique avec ceux qui l'ont prise en otage.
Nicolas. 


18Mar08 79C02
Il était inévitable qu'une femme intelligente évolue au milieu de la dissidence qu'elle se préparait à combattre avant qu'elle soit sa prisonnière et otage, comme vous dites. Je suis un peu intrigué, parce que vous n'écrivez pas "prisonnière ou otage", mais "prisonnière et otage", vous avez sûrement une raison pour cela ou des informations qui permettent de penser qu'elle pourrait un jour être otage sans être prisonnière ou l'inverse.
C'est vous qui avez mis à la mode ce mot: médiocre, médiocrité, comme un des péchés que Dieu attribuerait à la société et je le trouve très juste. Il est peu ou pas du tout utilisé par ailleurs et c'est la preuve de l'aveuglement des médiocres sans nombre de la société. On oublie que Mme Bétancourt n'était pas une lionne politique. On peut se présenter aux élections pour une situation politique importante et n'être qu'un obscur médiocre.La candidature ne crée pas l'importance. Je suis heureux que vous ayez souligné que le prix de l'otage a augmenté avec le bruit (La Révélation d'Arès, Le Livre) et les cris que sa famille a fait pousser à la foule et à la presse. Je ne connais pas Mme Bétancourt personnellement, mais je connais des personnes qui la connaissent et qui me disent que le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas un génie politique [...]
Mais, comme vous le dites, elle a pu évoluer au cours de sa captivité et trouver un peu d'intelligence qui lui a fait comprendre que les FARC ne s'imposaient pas la vie misérable qu'ils s'imposent dans la jungle, parce qu'ils sont des criminels ou des barbares arriérés assoiffés de sang, mais parce qu'ils veulent constituer un contre-pouvoir au pouvoir officiel qui amène celui-ci à devenir plus social et à négocier avec la misère. De toute façon, il ne fallait pas sortir de science-po pour comprendre ça.
La dissidence, on connaît ça depuis toujours. Bien sûr, il y a tout un tas de dissidences dans le monde (Il y en a une très importante aux Philippines dont on ne parle quasiment jamais; il faudrait qu'ils s'offrent quelques otages réclamés à cor et à cri pour qu'on fasse attention à eux), et on oublie que toute dissidence pense ferme, ce n'est pas seulement un ramassis de brigands. Les FARC ont parmi eux des penseurs solides, alors que les politiques officiels en face ne pensent qu'à leur pouvoir sur le monde et au pognon. Ces penseurs [des FARC] ont dû discuter avec Mme Bétancourt et lui faire comprendre (ou admettre) leurs raisons de combattres: "des causes humaines infiniment plus profondes et largement partagées," comme vous dites. Si elle n'avait pas compris ça avant, c'est qu'elle n'était pas très maline et qu'elle les méprisait comme font tous les pas très malins quand ils sont du bord du pouvoir et du pognon.
Pour ma part, je souhaite que cette femme dans la souffrance — une passion, comme vous dites — soit libérée pour des raisons humanitaires, mais comment souhaiter que quelqu'un qui a eu besoin d'être mise le nez dans le caca du monde pour comprendre que des hommes vivent dans la caca puisse devenir a politicienne géniale qui trouve la solution de la misère en Colombie ou ailleurs comme Newton trouve la loi de l'attraction terrestre. Ce que je crains, c'est que les FARC soient en train de fabriquer à Mme Bétancourt son futur fonds de commerce politique, rien de plus. C'est peut-être pourquoi ils ne sont pas pressés de la libérer.
James G.


Réponse :
Beaucoup de gens ont en pensée le tracé moral, en plus ou moins flou, que vous faites de la prisonnière de la jungle. Je tends pour ma part à partager, depuis longtemps, votre modération concernant l'importance intrinsèque probablement infondée que certaine presse donne à Mme Bétancourt. L'important, c'est la cruauté de son épreuve et l'évidence qu'il ne faut pas la prolonger afin de ne pas faire d'une otage une martyre — Vous voyez ici pourquoi j'ai écrit "prisonnière et otage", parce qu'elle pourrait devenir "prisonnière et martyre" ou Dieu sait quoi d'autre, à l'inverse, comme "prisonnière et complice" etc. Mais je me refuse à présumer de l'avenir. Je sais simplement que tout est toujours possible chez un être humain.
Donc, mon analyse personnelle, quoique plus courtoise envers cette femme malmenée, rejoint la vôtre, bien que je n'aie pas, comme vous semblez les avoir vous-même, des informations précises sur l'Ingrid Bétancourt d'avant ces événements.
Sans nul doute, Mme Bétancourt n'est pas Mère Térésa prisonnière d'une bande de brigands d'honneur dans la jungle indienne, mais... et ici j'oppose un mais fort... je regrette un peu la suffisance, peut-être même la point de mépris, de votre commentaire qui me rappelle les propos des progressistes vigoureux, qui tendent à réduire les capacités d'intelligence et les possibilités actives de ceux qui ne sont pas progressistes comme eux ou qui le deviennent sur le tard, ce qui laisse souvent une impression d'opportunisme.
Je suis pour ma part né dans une famille et une banlieue où, dans les années 30, tout gamin et toute gamine savait dès qu'il pouvait traîner ses galoches et voir un peu du monde que "des hommes vivent dans le caca", mais je ne crois pas réducteur le fait que d'autres aient besoin pour comprendre ça d'avoir "leur nez mis dans le caca". De grandes vocations humaines sont nées d'épreuves (guerre, maladie grave, rencontres imprévisibles, etc.) qui leur ont fait voir ce qu'ils avaient ignoré auparavant. L'évidence n'est pas une perception instantanée, car les choses sont toujours moins évidentes et plus compliquées: Il y a des gens méprisables et gens admirables chez les miséreux comme chez les bourgeois et il n'est pas toujours clair que l'autre bord est digne d'intérêt.
Le Créateur, certes, appelle par sa Révélation d'Arès une humanité semée (Rév d'Arès 6/2, 14/1), c'est-à-dire qui a la connaissance infuse de la Voie droite qu'il faut prendre, celle de l'amour, du pardon, de la paix, de la liberté et de l'intelligence spirituelle. Mais cette connaissance ne peut être qu'une prédisposition, qu'une intuition, lesquelles mûriront au contact du "caca" que nous montre la Parole avec d'autres mots, évidemment. C'est pourquoi nous ne cherchons pas à convertir, mais nous attachons simplement — ce qui n'est pas forcément simple — à une mission ou apostolat, pour moissonner ces hommes et femmes semés, dont la graine n'est la plupart du temps que l'intuition de la bonne direction. Cela ne réduit nullement leurs mérites et leurs possibilités dans la pénitence et la moisson, une fois qu'ils ont ouvert la bonne porte, la fameuse porte étroite.
Jésus puis le Père ne durent-ils pas me "mettre le nez" dans mon propre "caca" pour que j'y voie vraiment clair et que je me mette en marche vers les Hauteurs? Je souhaite à Ingrid Bétancourt que sa passion lui redonne cette intelligence (Rév d'Arès 32/5) et cette force qu'elle non plus n'avait probablement pas avant l'épreuve.


19Mar08 79C03
À peine levée ce matin j'ouvre votre blog en espérant y lire une nouvelle pensée prophétique et là... je tombe des nues (c'est le cas de le dire). Je tombe de mon nuage de certitudes bien établies, aussi grosses que des cumulo nimbus. Dans ma pensée parfois un peu simpliste, je pensais que les FARC étaient des bandits, des "méchants" sans rien qui justifie leurs actions, sinon la volonté de prendre le pouvoir colombien, avec le prétexte quand même d'établir une société aux valeurs communistes, de partage autoritaire etc.
Je souhaîtais de tout cœur qu'on arrive à extraire Ingrid Bétancourt des mains de ces hommes sanguinaires, sans plus me poser de question, sinon comment y arriver sans effusion de sang? Mais après avoir lu votre réflexion, je réalise quelque chose que je préssentais au fond de moi depuis quelques temps — déjà pendant les évènements de Villiers-le-Bel —, j'avais ressenti l'étange envie de réagir de manière répressive, un peu manichéenne, le bien d'un coté: l'ordre de l'autre, des comportements inadmissibles qu'il faut sanctionner, ne serait ce que pour mettre une limite aux débordements.
Est-ce l'effet d'avancer en âge qui fait qu'on a tendance à devenir un peu réac au fur et à mesure qu'on se ramollit soi-même. Après réflexion, bien sûr je me ressaisis toujours en me disant que je suis loin de certaines réalités, que les solutions radicales sont toujours les pires, car inhumaines et inéficaces de surcroit (la prison et toutes les violences en témoignent). Ceci dit, cette tendance à la simplification est en moi et je vais être plus vigilante encore pour ne pas avoir des jugements arrétés sur ce genre de sujets.
Ce que vous nous apprenez du nouvel état d'esprit d'Ingrid Bétancourt est en effet quelque chose qui soulève beaucoup d'espoir, car si elle-même, qui est victime de la violence des FARC, depuis six longues années, comprend ses propres "bourreaux" dans le sens ou elle réalise que notre monde est constitué d'une majorité de miséreux, celà peut faire réfléchir bon nombre d'hommes et de femmes sur cette terre à la nécessité de repenser ce monde, de discuter avec ses ennemis et de redistribuer entre tous l'héritage du Père.
Encore faut-il que nous relayons sa pensée. La réaction du président m'a aussi beaucoup étonné, mais j'avoue ne pas savoir quoi en penser.
Françoise L.


20Mar08 79C04
En 2001 j’ai lu le livre"La Rage Au Cœur" d’Ingrid Bétancourt. Elle savait la menace qui pesait sur elle et sa famille. À deux reprises "la mafia" avait tenté de la tuer: "Je suis  consciente du danger, mais il ne me fera pas reculer," écrivait-elle. J’ai été marquée par son témoignage à l’époque, cette femme m’intriguait par son courage. Face à la situation de conflit (30 000 morts par an, précisait-elle) dans laquelle était plongé la Colombie, dans des conditions tellement invivables pour la population, de violence et de menaces au quotidien, impensables pour un pays comme le nôtre, je ne voyais pas comment un petit bout de femme comme elle avec la meilleure volonté du monde pouvait, grâce à un programme politique basé sur  "l’éthique" réussir à sortir son pays de la corruption et de la violence ambiantes, présentes dans l’état colombien comme chez les narcotrafiquants.
Peu de temps après, bravant le danger, telle une pasionaria, elle partit dans le territoire des FARC et fut faite prisonnière, elle voulait sincèrement permettre à son pays de vivre en paix. Elle pensait par son engagement politique parvenir au moins à installer la démocratie qui lui tenait tant à cœur. Cette démocratie, qui représentait pour elle le modèle presque parfait: la France qui l’avait bercée, était sa référence. Ce qui me frappa à l’époque c’est qu’elle semblait persuadée qu’en atteignant la fonction la plus haute de l’état, grâce au pouvoir donc, elle pourrait changer les choses, presque à elle toute seule. Sa culture et/ou peut-être un certain orgueil qui nous guette tous... l’aveuglaient. 
C’était sans compter avec le péché des hommes et la Sagesse qui nous rappelle que des générations repentantes camperont sur ce désert pour en tamiser le sable, le fouiller comme une mine pour retrouver la Vie (Rév d’Arès 24/5).
L’assassinat par les forces militaires colombiennes, le 1er mars dernier, de Raul Reyes, chef de la diplomatie et de la communication, n°2 des FARC, pourrait compromettre gravement la poursuite de pourparlers, de nouvelles libérations d’otages, dont Ingrid, et l’apparition d’un dénouement plein d’espoir pour le pays. Je me suis dit que cela arrangerait peut-être bien le gouvernement colombien entre autre, qu’Ingrid meure en martyre. 
La souffrance qu’elle endure et la grande foi dont elle témoigne dans la lettre adressée à sa mère il y a quelques mois m’ont beaucoup touchée. Elle y encourage sa fille à faire de hautes études et parle d’arriver au sommet, de s’enrichir d’expérience et de savoir, de grandir pour servir. Cela demeure important pour elle.
J’ai retenu ces mots qui illustrent sa quête idéaliste toujours là, malgré l’inacceptable qu’elle évoque sans donner de détails: "J’aspire à ce qu’un jour nous ayons la soif de grandeur qui fait surgir les peuples du néant pour atteindre le soleil. Quand nous serons sans concession quand il s’agit de la vie et de la liberté des nôtres, c'est-à-dire quand nous serons moins individualistes et plus solidaires, moins indifférents et plus engagés, moins intolérants et plus compatissants... alors, ce jour-là, nous serons la grande nation à laquelle nous voulons tous appartenir."
Combien j’aimerais qu’elle  découvre La Révélation d’Arès qui l’éclairerait dans la nuit de cette jungle et sur cette humanité comme elle, si douloureuse!
Fafa Rendol


Réponse :
Merci de souligner l'idéalisme d'Ingrid Bétancourt. Je n'évoque pas ici le contenu de son idéalisme personnel, mêms s'il semble bien avoir viré vers des espérances et un comportement spirituels, proches de La Révélation d’Arès comme vous le soulignez, confirmant mes propres informations. J'évoque l'idéalisme en soi, ce feu ou tison qui s'éteint dans notre monde qui devient hypermatérialiste, qui préfère le feu triste des néons colorés au grand Feu que l'homme vient chercher à la Source du Bien.


20Mar08 79C05
Comme Mr Michel Potay le répète inlassablement, la violence n'est pas combattue par la violence, le mal n'est pas combattu par le mal, mais par la pratique journalière du bien que tout être humain possède en lui. Et merci de le rappeler encore.
Même le plus mécréant des mécréants peut, s'il le veut, se sauver de ses propres ténèbres qu'il a lui-même engendrées par ses fautes.
C'est aussi pour cette raison que l'on peut espérer que Mme Bétancourt puisse retrouver la liberté le plus tôt possible,
avant que son état physique ne devienne trop critique et que ceux qui trouvent un quelconque intérêt à son maintien en captivité éprouvent ne serait-ce qu'un peu de compassion!
Mais malheureusement, les projets du gouvernement Colombien pour les FARC (et donc, par ricochet, pour les otages) n'ont pas l'air d'abonder en ce sens.
Car, apparemment, le dialogue et les négociations, qui étaient assez avancés et en passe d'aboutir pour la libération de Mme Bétancourt, entre les FARC d'une part, et les gouvernements Venézuélien et Français de l'autre part (Mr Chavez et Mr Sarkhozy se sont personnellement fortement impliqués pour essayer d'aboutir à la libération des otages) [semblent être brusquement arrêtés].
Le grand (faux) "frère" Américain en décida autrement et enleva toute chance de libération rapide en aidant le gouvernement Colombien à éliminer le numéro deux des Farc, ainsi que d'autres combattants, par une attaque de nuit sur un camp des guérilleros.
Sans rentrer dans un débat politique, il semblerait que le chaos dans cette partie du monde, ainsi que dans d'autres, arrange donc encore les "affaires" de l'oncle Sam.
Ce qui expliquerait aussi une partie des énormes difficultés à trouver des solutions pacifiques dans ce genre de conflits, et ceux qui s'y essaient n'ont pas la partie facile...
C'est sûr, les "méchants" ne sont pas toujours seulement ceux que l'on croient à première vue....
Olivier G


Réponse :
La mort de Raul Reyes, n°2 dans la hiérarchie des FARC, déjà évoquée par le commentaire 79C04, pourrait ne pas arranger la situation, en effet. Je parle au conditionnel; je reviens sur ce sujet plus loin.
J'ignorais que les États Unis avaient apporté une contribution spéciale dans l'attaque du camp FARC en Équateur où Raul Reyes se trouvait. Je savais seulement que des accords militaires permanents liaient Colombie et USA depuis très longtemps. Tout le monde sait aussi que les Américains, d'une part, ont une aversion viscérale du communisme sous toutes ses formes, qu'il soit castriste ou celui des FARC, et d'autre part s'attaquent à toutes les sources de drogue, notamment à la cocaïne colombienne, la plaie n°1 de la jeunesse US.
Cependant, d'après les informations que j'ai, que je ne prétends pas meilleures que les vôtres ou que celles de Fafa Rendol, parce que ces événements sont très lointains pour nous — faux bruits autant que vérités nous arrivent — il semblerait que Raul Reyes fût le principal responsable de la séquestration et de du maintien comme otage d''Ingrid Bétancourt et donc, à ce titre, plus nocif que profitable à la prisonnière de la jungle. Ce n'est pas invraisemblable. Reyes était chef de la diplomatie FARC et pouvait considérer, dans les discussions, Mme Bétancourt comme un atout de valeur, un élément de pression ou une monnaie d'échange. Ceci dit, chez les FARC comme ailleurs, un Raul Reyes disparu, un autre, parfois pire, le remplace aussitôt.
Depuis toujours depuis Spartacus ou Robin des Bois, les rebellions armées qui tiennent les campagnes lointaines et les forêts sont traversées par un courant romantique qui leur permet de tenir dans leurs terribles inconfort et dénuement. Ce romantisme, qui d'un côté maintient les moteurs du combat: l'idéologie et le moral, empêche d'un autre côté une organisation et une discipline rigoureuses. Toute rebellion d'envergure est toujours un peu pagailleuse, dominée par des personnages pittoresques, et imprévisible quand elle est autocéphale, ce qui est le cas des FARC qui ne disposent plus de la logistique lointaine mais solide du bloc communiste d'avant le rideau de fer. Il faut vraiment que ces guérilleros préfèrent être ce qu'ils sont plutôt que des pacifiques miséreux... ils ne font que troquer une misère paysanne ou ouvrière pour une autre: la jungle où la lutte ajoute au moins l'enthousiasme à leur misère.
C'est ce que semble avoir compris Ingrid Bétancourt, ces gens n'ont fait que troquer une misère pour l'autre. Il demeure, à mon sens, que les FARC sont inévitablement imprévisibles idéalement parlant, et que de toute façon les tractations auxquelles vous faites allusions devaient tout bonnement se résumer à des évaluations bassement matérielles: Mme Bétancourt contre combien d'argent, combien de vivres, combien d'armes, etc? Ces besoins demeurent avec ou sans Raul Reyes et donc les chances d'une libération pour Mme Bétancourt restent les mêmes: Arrivera-t-on à un accord sur l'échange? On devine que l'essentiel obstacle est du côté du gouvernement colombien qui n'entend pas échanger Mme Bétancourt contre un renforcement de la trésorerie et de l'armement des FARC. Mme Bétancourt, si mon analyse est bonne, a bien compris que le problème de la rebellion ne sera jamais réglé de cette façon.
On est en plein dans ce que Faulkner appelait une "dynamique immobilité". Tout cela tourne en rond. C'est terrible. Il faut que les choses passent par le cœur.


22Mar08 79C06
Merci pour votre entrée [#0079] car en silence je souhaitais que vous vous exprimiez sur la situation en Colombie.
Je lis très régulièrement les "Nouvelles Internationales" avec l’espérance brûlante de lire un jour: "Le président Uribe et les FARC se sont réconciliés. Ils ont libéré leurs otages, parmi eux Ingrid Bétancourt. Ils se sont demandé pardon et comprennent que la seule chose qui puisse faire avancer l’humanité, c’est la volonté de faire  la paix en toute circonstance."
Je ne crois pas, comme l’écrit James G. dans son message 79c02, qu’Ingrid s’apprêtait à combattre les FARC. À la demande des FARC Ingrid est allée leur présenter son projet politique deux semaines avant sont enlèvement et elle disait être plus proche d’eux (les FARC) que du parti politique en place. Elle leur a rappelé que ce n’est pas les prises d’otages qui arrangeraient les choses tout comme elle rappelle que ce n’est pas par conflit militaire que l’on arrange les choses mais par le dialogue.
Puisque la pensée traverse l’univers et est créatrice de Bien, Ingrid Betancourt fait partie de mon "hôpital" intérieur. Elle fait partie de ceux auxquels je pense chaque jour, elle et les autres otages, qu’ils soient aux mains des FARC ou [qu'ils soient] des guérilleros aux mains du gouvernement Uribe.
Puissent mes pensées, ma détermination à me changer en Bien chaque jour,aider Ingrid et tous les otages à trouver cette force qui soulève les montagnes.
En suivant cette actualité j’ai trouvé ce lien intéressant:
http://www.agirpouringrid.com/base/article.php3?id_article=245

Mara


Réponse :
Merci, ma sœur, pour votre commentaire. Je le trouve d'autant plus précieux que le sujet d'Ingrid Bétancourt, contrairement aux sujets précédents, ne semble pas inspirer beaucoup de commentateurs. Je crois, cependant, qu'on a plus d'informations sur Ingrid Bétancourt, son sort et ses perspectives, qu'on n'en a sur Nicolas Sarkozy dont le rôle politique est autrement plus complexe! Mais M. Sarkozy, puisqu'il n'est pas à plaindre, déchaîne des passions contre ou pour, tandis que Mme Bétancourt ne fait que vivre une passion douloureuse et qu'on a quelque pudeur a être contre ou pour.
Cependant, l'un comme l'autre est otage. L'une est otage des FARC. L'autre est otage du programme sur lequel il a été élu. L'un et l'autre sont en butte à une minorité agressive, mais "agressive pour la bonne cause," en butte aux caprices des hommes qui un jour sont pour ceci et un autre jour contre ceci et un autre jour contre cela et un jour pour cela. Le monde est-il bipolaire de type pile ou face? Je n'en suis pas sûr, mais ce dont je suis sûr, c'est que la bipolarité permet à tout un chacun de changer d'avis comme de chemise en faisant semblant d'avoir été trompé quand il était pour et de se réserver de changer d'avis après s'être déclaré contre...
Le drame de ce monde, et c'est bien pourqoi tôt ou tard quelque chose de grave va se passer, c'est la frivolité: d'être à gauche, voire même très rouge, quand on vit confortablement plus à la manière de droite que de gauche, tout comme les coquettes se couchent facilement mais font de la pudeur dès qu'on leur manque de galanterie, etc. L'énorme privilège d'Ingrid Bétancourt, si on peut appeler ça comme ça, c'est de ne plus pouvoir pour un temps vivre dans cette frivolité-là. À son façon, M. Sarkozy ne peut pas non plus.


22Mar08 79C07
Si j'envoie ce commentaire sur un sujet dont je me fous complètement: Mme Bétancourt, parce qu'il y a des sorts humaines autrement plus dramatiques que le sien (on la fait entrer dans ce que vous appeliez un jour le "star system"), c'est parce que j'ai tout lieu d'imaginer que vous n'avez pas ammené ce sujet sans raison.
Pas mal, l'idée du blog. Un blog permet de parler ensemble dans un calme ignoré des forums de sujet comme celui de la "prisonnière de la jungle" qui fera un très beau titre de film, sur lequel Mme Bétancourt demandera évidemment des droits. Pour autant, ça ne signifie pas que ça a une signification. Pour moi l'histoire de Mme Bétancourt, même si je ne souhaite pas de mal à cette femme, c'est du pipi de chat. L'histoire de cette pauvre Mme Sébir, otage d'une terrible maladie, incurable, qui la défigurait, me paraît d'autant plus importante que cette histoire-là peut se répéter, tandis que l'histoire de Mme Bétancourt, c'est comme celle de Robin des Bois, dont vous parliez récemment. C'est rare, plutôt du genre unique. Je pense que les hommes auraient pu se démener pour trouver une solution à la souffrance de Mme Sébir et notamment lui accorder la solution qu'elle souhaitait. D'autres en profiteraient dans l'avenir. Tandis que je me demande qui profitera de l'histoire Bétancourt.
Oscar


Réponse :
Je ne crois pas que le cas de Mme Bétancourt et le cas de Mme Sébir soient similaires.
Dans un cas, nous avons affaire à la politique et à ses risques quand on à l'imprudence d'entrer dans la cage des loups en croyant qu'on les domptera par desmots. La Révélation d'Arès implicite partout que les mots ne servent pas à grand chose en eux-mêmes, ce qu'il faut, c'est décider les méchants à faire pénitence comme décider les loups (aussi bien les FARC que la politique opposée) à devenir des bons chiens, c'est déclencher un processus de survie spirituelle autrement plus profond, de portée universelle. Point n'est le cas de Mme Sébir. Ceci dit, Mme Bétancourt a été un peu négligente ou naïve: La cage s'est refermée derrière elle, la clé est tombée, s'est perdue et il faut attendre longtemps un serrurier, bien heureux si les loups ne la mangent pas entre temps. Mais on cherche le serrurier, il est virtuellement existant. Même si on ne l'a pas encore trouvé, l'espérance de le trouver reste raisonnable.
Dans l'autre cas, Mme Sébir est atteinte d'une maladie incurable qui la défigure et la démoralise au point qu'elle souhaite en finir, et nous avons affaire à une situation de désespérance, de tentation de suicide par désespérance. Là, aucun serrurier n'existe! La médecine l'a cherché et a dit: Ce serrurier n'existe pas, mais pour autant pouvons-nous nous considérer comme bourreaux autorisés? Autorisés à exécuter sur le seul motif que cette personne souffre? Aucun médecin au monde ne peut répondre oui à cette question sans remettre en question le fond spirituel même de sa profession — oui, il y a de la spiritualité dans le serment d'Hippocrate —. Alors, refusant à Mme Sébir de se substituer officiellement à sa conscience, car c'est ce qu'elle aurait voulu, un médecin a, j'imagine, tout bonnement "oublié" sur sa table de nuit quelques pilules... Elle pouvait les avaler ou ne pas les avaler. On l'a laissée décider en conscience, on lui a laissé le libre exercice de son humanité. Ce n'est pas le cas de Mme Bétancourt.
Les questions de conscience, la portée universelle de la question, dans les deux cas sont totalement différentes.


22Mar08 79C08
Les Farc représentent tout ceux qui sont déniés, non écoutés, non compris, méprisés jusque dans leur individualité, et à cause de cela en arrivent à des attitudes extrêmes croyant ainsi mieux se faire entendre.
Avec les Tchéchènes il y eu cela mais dans un moment précis non continu: Lorsque certains se firent exploser dans un théâtre.
Les jeunes tibétains qui crient leur ras le bol aujourd'hui en sont un autre exemple.
Lorsqu'on pousse les gens jusque dans leur dernier retranchement cela peut dégénérer surtout s'il y a toujours une volonté de soumettre en niant tout dans l'autre jusque son individualité, et le désignant responsable de tout, tout du moins faisant croire que tout le mal arrive à cause de son attitude, alors il y a rébellion. Les rebelles ne supportent plus du tout les injustices des oppresseurs, des dominateurs et en arrive à agir violemment, durement.
Tout ce qui est vécu par Ingrid Bétancourt ne se vit-il pas au sein des familles, des groupes de vie que les gens organisent, dans différentes enceintes de la vie, de manière moins violente évidemment? Certes, la forme n'est peut-être pas la même, ni les circonstances, ni les façons d'agir, mais on se rend compte que le fond est le même: dominer, s'approprier au détriment de l'humain, au détriment de l'individualité humaine, faire souffrir et provoquer la violence. La nature humaine est partout la même.
Je ne prône pas la violence. Je suis contre la violence, même si paradoxalement tous les humains sur cette terre (moi y compris) sommes violents à divers degrés. Mais il faut comprendre en profondeur tout ce qui amène un humain à en arriver là. Ingrid Bétancourt certainement l'a compris puisqu'elle le vit et inconsciemment l'avait senti au fond de son coeur puisqu'elle elle voulait rencontrer les FARC lors de sa campagne [électorale].
La violence ne règle rien, bien sûr, mais provoquer la violence, faire amener l'autre à la violence, à ce qu'il commette des actes violents, n'est-ce pas une faute très grave?
La souffrance peut fait prendre conscience de belles choses parfois, rend réfléchi et lucide, même si paradoxalement cela doit passer par des violences auparavant.
Tout dans ce monde se règlera par le coeur. L'attitude des dominants est un scandale pour les faibles et la violence qu'elle leur inspire aide momentanément les révoltés, mais ces deux attitudes des dominants et des révoltés ne règlent jamais hélas le problème de fond qui est partout le même car la nature humaine est partout la même: Changer son cœur, se créer bBon pour changer ce monde.
Maryse


23Mar08 79C09
Ce jour de Pâques, en union de prière avec nos frères catholiques[, orthodoxes et protestants] — pour les pèlerins d'Arès, Pâques c'est chaque jour de leur pénitence —, le piège dans lequel s'est enfermée Ingrid Bétancur nous rappelle l'erreur commise par Jésus dans sa tragique décision de rentrer dans Jérusalem, erreur qui lui a été fatale. Il n'en reste pas moins un grand prophète, le prophète de l'amour par excellence.
Pour sauver son Message et ne pas décourager ses disciples, Dieu le ressuscite.
Espérons que les media se fassent plus discrets dans cette douloureuse épreuve. Que le sort de Mme Bétancourt soit sa libération et la prise en compte de ses écrits par des hommes apaisés (voir les Béatitudes)!
Chantal C.


23Mar08 79C10
Ingrid Bétancourt, loin de la vie politique, a sans doute beaucoup réfléchi et médité. Elle comprend mieux la vie difficile que mènent les Colombiens dans leur majorité et pourquoi ses frères entrés en résistance sont devenus des guérilleros.
J'ai le sentiment qu'elle connaissait tout cela. Elle en a simplement aujourd'hui une autre approche, elle porte un autre regard sur la situation, parce qu'elle n'est plus la même femme
Elle me fait penser aux prisonniers américains qui luttent dans les couloirs de la mort. Elle et eux, privés de la liberté de se mouvoir, font  appel à la Liberté — celle que nous a donnée le Créateur — pour "s'évader" en changeant leur vie.
On parle d'une libération prochaine de quatre prisonniers, dont Mme Bétancourt .Réjouissons-nous!
N.C.-M.


26Mar08 79C11
Comment ne pas compatir à la souffrance d'Ingrid et de ses proches et ne pas espérer un dénouement sans violence et une pacification au moins partielle de la Colombie?
Mais au delà de ce drame humain se pose l'éternelle question du jugement, notre réflexe culturel étant de chercher qui est le mauvais: méchants FARC contre bon Uribe ou l'inverse suivant la perspective prise et les informations disponibles.
On ne peut connaître, surtout de loin, les intentions réelles des parties en présence, mais on peut observer attentivement leurs paroles et actions et surtout réfléchir au contexte dans lequel ce conflit se place.
En Colombie comme au Tibet, le pouvoir politique a choisi la répression violente, mais la situation au Tibet est relativement facile à appréhender avec quelques connaissances historiques sur la culture chinoise, son homogénéité, ses relations avec ses minorités et les pays voisins, l'épisode d'indépendance du Tibet et les enjeux géostratégiques associés à la région. La situation en Colombie comme au Soudan est beaucoup plus complexe.
Plus encore que le Mexique, l'histoire de la nation Colombienne est de réduction territoriale, la grande Colombie ayant été coupée du Vénézuela qui a fait sécession pour garder les richesses issues de la culture du coton et du café, puis celles du pétrole, coupée aussi de Panama par manœuvre américaine pour contrôler le canal projeté. Comme les autres nations latino-américaines, mais davantage encore, la Colombie a une histoire de violences: les trois années de troubles de 1898 auraient coûté la vie à 100 000 personnes. Le bilan de la "Violencia" de 1948 à 1953, serait de plus de 300 000. Cet historique spécifique de violence s'ajoute au contexte de l'Amérique Latine: guerres précoloniales entre tribus et peuples indiens, massacres coloniaux des indiens, lutte entre "blancs" pour la libération de la tutelle espagnole, puis sécessions et conflits récurrents pour le pouvoir national et enfin conflits sociaux et guérillas communistes liés aux inégalités.
Ce climat de violence se place dans une société multi-ethnique: les Indiens ont conservé dans certaines zones côtières, forestières ou montagneuses, leur terres et modes de vie, le clivage reste fort entre métis et européens (la richesse est souvent associée de fait à la couleur de la peau), sans parler des noirs issus de l'esclavage. Grande est l'inégalité de richesse et surtout de répartition des terres cultivables (3% de la population en possède 70%), inégalité qui contrairement au Brésil s'est amplifiée dans les années récentes.
Mais surtout le problème le plus difficile est celui de la drogue (relire pour ceux qui l'ont "Le Pèlerin d'Arès" de septembre 88 et son article drogue). La Colombie est placée au mauvais endroit, entre les plantations de coca traditionnelles des Andes d'Équateur et du Pérou et le gigantesque marché de la drogue pour les consommateurs américains. Le trafic de feuilles de coca a généré l'enrichissement du grand banditisme, accentué la corruption politique endémique, et la transformation en drogue s'est développée localement et élargie en passant de la cocaïne aux drogues chimiques.
Les FARC ont commencé à apparaître vers le milieu des années 60, très localement, à partir de groupes de sensibilité communiste se situant dans la logique de reconquête du pouvoir au profit des populations exploitées.
J'étais en Colombie dans les années 80-81, on n'y entendait peu parler de ces guérillas, pas plus que dans les pays voisins, mais j'ai été frappé par l'évidence du contexte de violence en Colombie, les cafés enchaînaient leurs tabourets pour éviter qu'on les emporte, l'accès aux hotels de routards étaient souvent protégés par de grandes grilles en fer forgé, esthétiques mais fonctionnelles, et les nombreux récits de vols avec violence. Le contraste était choquant entre la bourgeoisie élégante et raffinée, parlant souvent français, les métis de la classe laborieuse et le personnel de maison souvent indien.
Depuis, les FARC se sont développés en nombre et en implantation géographique. Une autre guérilla "de gauche", l'ELN, est apparue, mais surtout des groupes "d'extrême droite", les AUC, très violents, financés par les grands propriétaires et les trafiquants, se sont développés avant d'être récemment amnistiés et désarmés en théorie car beaucoup se sont concentrés sur le trafic de drogue qui bénéficie aussi en partie aux FARC.
Que faire pour apporter la paix dans cette situation complexe, mouvante, de luttes pour le pouvoir et de vengeances sans fin (Rév d'Arès 27/9)? On peut toujours reprocher à Ingrid Bétancourt d'avoir manqué de prudence ou de sagesse, mais elle n'a pas manqué de courage et je ne suis pas sûr que les possibilités pour agir étaient si nombreuses.
Espérons que nous aurons accès à l'évolution de sa pensée et aux idées issues de son expérience qu'elle pourra proposer pour contribuer à la paix du Saint (le Père) dans cette région, quand le bruit médiatique se sera calmé, pour le meilleur par sa libération ou pour le pire par sa mort par la violence ou la maladie.
Comme beaucoup, je suis de tout cœur avec elle en espérant le meilleur.
Milang Gompeng


26Mar08 79C12
Voici la couverture du livre écrit par Ingrid Betancourt "La Rage au Cœur" publié en en février 2001.

"Je m'appelle Ingrid Betancourt j'ai 40 ans, je suis mère de deux enfants. Je suis aussi sénateur dans mon pays, la Colombie. Je dois beaucoup à la France. J'y ai fait mes études. Ce livre, écrit en français est pour moi une façon de maintenir ce lien. Je voulais raconter mon combat au pays qui m'a appris la démocratie et la liberté.
Vous savez combien les cartels de la drogue, cette drogue qui ronge nos enfants, sont puissants chez nous. Vous entendez parfois parler des tueries et des scandales politiques qu'ils provoquent. Mais derrière ces organisations mafieuses, il y a mon peuple, un peuple courageux et fier qui veut sortir de cet engrenage infernal. Depuis maintenant dix ans, je me bats pour lui.
C'est dangereux. Mes enfants ont été menacés, j'ai dû me séparer d'eux pendant trois ans, et je risque de les voir partir à nouveau loin de moi. À deux reprises, la mafia a tenté de me tuer. Je suis consciente du danger, mais il ne me fera pas reculer. L'espoir est là."

Tous ceux qui se lèvent pour combattre le mal sont méchamment menacés et c'est bien pourquoi, il vaut mieux choisir l'île (Rév d'Arès xvii/8-15, xLii/2-9) pour combattre plutôt que de s'exposer. Le courage doit se soumettre à la lucidité pour mesurer l'arme des opposants dangereux.
Ingrid, vous avez eu ce rare courage au cœur, pour combattre les griffes et les dents de fer acérées des adversaires, mais vous ne saviez pas qu'il ne fallait pas faire la colombe (Rév d'Arès x/12). Quelle belle leçon pour moi qui manque tant de courage! Et quand même quels mérites pour vous.
A.J.


26Mar08 79C12
Le problème avec les armes, c'est bien connu, c'est qu'après qu'on les eut prises on ne peut plus les reposer.
    Dans un pays comme la France où il n'y a rien de pire que l'auto-défense, sauf peut être les excès de vitesse, on connaît bien le problème que pose la liberté.
    La liberté c'est pourtant notre slogan national, un peu comme si c'était nous qui avions inventé le concept.
    Priver quelqu'un de sa liberté est inhumain, c'est pourtant les grandes institutions qui montrent l'exemple dans le monde avec les peines d'emprisonnement et même de mort.
    À partir de quel moment cela devient il légitime ?
    À partir de quand un pouvoir est reconnu?
    Existe-t-il un pouvoir qui n'ait pas été créé et entretenu par la force et diverses manipulations?
    Je pense qu'une de nos illusion, à nous Français, c'est que la politique peut tout arranger, ou tout casser, et que les riches sont des exploiteurs un peu esclavagistes. Il y a même une sorte de haine et de peur qui est entretenue .
    Le problème est identique, mais à une autre échelle, dans le monde. Que pensent de nous les populations pour qui éviter les mines antipersonnel made in pays riches, manger et se soigner est un problème, posséder une voiture ou un compte en banque est une utopie? Pour ces populations nous sommes sûrement les méchants riches capitaliste.
    Tout ces problèmes sont insolubles, sauf peut-être à reconsidérer le problème de la condition humaine dans le monde sous un autre aspect, celui de la parole du Père qui se manifeste à nouveau? Tiens, cela n'a encore jamais été fait!
    Il ne faut pas en rigoler, ce genre de manifestation arrive en général dans des moments périlleux où ne pas changer équivaut a s'exposer au pire.
Aminadab.


Réponse :
Vous dites: "...reconsidérer le problème de la condition humaine dans le monde sous un autre aspect, celui de la parole du Père qui se manifeste à nouveau? Tiens, cela n'a encore jamais été fait!"
Si, cela a été fait! En termes d'espérance, je n'ai jamais cessé de "reconsidérer le problème de la condition humaine" dans mes écrits, mes allocutions, mes causeries depuis plus de trente ans. Mais, c'est vrai, je ne l'ai fait qu'en parole (prophétique), en mots.
Nous n'en sommes, c'est vrai, qu'au stade où nous faisons connaître la Parole du Père et où nous moissonnons des pénitents, mais où nous faisons fort peu pour mettre cette Parole en action. La raison en est à la fois très simple et très problématique: Nous cherchons le joint entre notre foi et l'action qui se fera sans que nous tombions dans la politique que La Révélation d'Arès considère aussi négative que la religion: Roi blanc et roi noir même cuisse! C'est une recherche très difficile avec nos cerveaux et réflexes structurées par la culture et, même quand de bonnes idées arrivent, il faut trouver à la activer dans un monde plus encore que nous structuré par la culture. Je crois que tout le monde y réfléchit au sein de l'assemblée. Je crois qu'en continuant de nous déculturer nous avançons, mais lentement.
Justement, puisqu'il s'agit de recherche, toutes les idées sont accueillies et examinées. Avez-vous une idée dans le sens d'une action qui nous évite des compromissions avec la politique? Faites m'en part par un E-mail ou un courrier privé. Je vous en remercie d'avance.


26Mar08 79C14
Ingrid Bétancourt paye de sa vie l’impôt révolutionnaire. Cependant, beaucoup de paysans, riches propriétaires terriens comme des plus pauvres subissent également la pression des guérilleros: vol de bétail, incitations pressantes à la culture de la coca, etc., et encore des otages dont on ne parle jamais. Les FARC ne sont pas non plus des Robin-des-Bois.
Les rejetés créent eux aussi leurs injustices. Ainsi en va-t-il depuis l’aube des temps sur cette planète des hommes où le sang appelle le sang.
Le pronostic vital de Mme Bétancourt semble engagé.
Vous, FARC, si vous restez insensibles à la raison humanitaire, alors quels bénéfices tireriez-vous de sa dépouille?
Les rebelles [qui ont] de [la] grandeur d’âme obtiennent au final infiniment plus que ce que vous espérez gagner de cet affrontement avec le pouvoir colombien. Ils emportent le respect, la reconnaissance, la légitimité et l’exemplarité. Souvenez-vous d’un Gandhi ou d’un Mandela !
Le problème de l’humanité est qu’elle se voit petit, se sente petit, enfante petit, et qu’elle n’imagine pas ou plus toute la Grandeur à laquelle elle est destinée.
Nelson Mandela, lors de son discours d’investiture à la présidence de l’Afrique du Sud dit ceci :
"...Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus, elle est en chacun de nous, et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres…"
Vous le répétez souvent, Mikal, seule la pénitence peut infléchir le cours de l’Histoire, car le mal ne se chasse pas de lui-même, dit Dieu dans La Révélation d’Arès. C’est un exercice sur soi volontaire, réfléchi qui mènera à la paix.
Mieux vaut que cette compréhension s’installe en l’homme de cette manière avant qu’elle ne s’impose à lui comme une impérieuse nécessité et après d’âpres souffrances.
Francis N.


28Mar08 79C15
Ce sujet pendant un temps ne semblait pas intéresser les lecteurs ou peut-être étiez-vous trop pris par vos tâches et vos soucis pour vous occuper des commentaires qui arrivaient.
Je sais que vous êtes pratiquement seul pour vous occuper de tout votre travail de bureau, de comptabilité.
Je pense à vos soucis fiscaux. Le fisc vous réclamait en décembre 2007 (votre entrée sur Bénazir Bhutto) une somme pharamineuse à valoir sur les dons que vous aviez reçus et rétrocédés à des associations, un montant qui vous mettrait sur la paille. Cela me soucie, bien que je sois un frère tardif et isolé, peu au courant de tout ce qui s'est passé entre vous et l'assemblée avec pour résultat de vous laisser tout seul vous débrouiller. Mais comme vous dites: C'est comme ça, on n'y peut plus rien.
Rémy M.


Réponse :
Merci, mon frère, de vous soucier de moi. Concernant les commentaires de cette entrée 0079, il n'y en a pas eu beaucoup, en effet, et je les ai tous mis en ligne. Aujourd'hui il m'en arrive tout à coup un certain nombre, dont le vôtre. Mes lecteurs n'avaient peut-être pas lu tout de suite mon article sur Ingrid Bétancourt.
Concernant les soucis fiscaux, l'affaire vient de s'arranger. J'ai depuis peu la lettre de l'administration fiscale qui m'annonce qu'après "examen approfondi" l'administration reconnaît que je bénéficie en effet d'une autorisation en bone et due forme de la Direction Générale des Impôts en date de novembre 1989 qui m'autorise à procéder comptablement de la façon dont je procède depuis l'origine de notre mouvement et que les "propositions de rectification concernant la taxation de ces sommes d'argent sont abandonnées."
Depuis le contrôle fiscal subi en novembre 2007, j'ai vécu quatre mois de gros soucis, de discussions... et de nuits blanches qui m'ont énormément fatigué. Voilà donc une fin heureuse, mais j'ai l'impression d'avoir vieilli de dix ans.
En fait, on a fini par m'avouer verbalement que mon dossier fiscal avait été visité dans les archives de l'administration, à une date indéterminée, et que des pièces importantes, comme le statut qu'avait établi pour moi de la Direction Générale des Impôts de Paris en novembre 1989, avaient été subtilisées. Avaient d'ailleurs disparu la plupart des papiers les plus importants afférents au contrôle fiscal de 1987-89. Qui a volé ces documents? Des marchands de documents? Des affidés des organismes anti-secte? Des journalistes? Des "biographes" du frère Michel ou des "historiens" du mouvement arésien? Des gens cherchant à me nuire? Le saura-t-on jamais? Heureusement que j'avais moi-même conservé tous ces papiers dont j'ai remis des copies au fisc qui a ainsi pu reconstituer mon dossier administratif. Il n'empêche que quand je montrai à l'inspecteur des impôts le document de 1989 de sa Direction Générale de Paris m'autorisant à procéder comptablement comme je procède, il n'en tint sur le moment aucun compte (comme si j'avais falsifié l'en-tête de la Direction Générales de Impôts de Paris!). Il aurait quand même pu s'inquiéter avant de m'adresser en décembre un redressement pharamineux qui me plongea dans de terribles tourments. Il est pardonné, de toute façon.
Cela m'a donné aussi l'occasion, que j'aurais préféré ne pas avoir, d'apprendre que des "frères" avaient adressé aux Impôts des lettres peu bienveillantes à mon égard ou à l'égard de notre mouvement. Voilà ces "frères" rassurés sur le sort des dons qu'ils ont faits ou qu'ils font encore. J'ai comme tout le monde bien des défauts, mais je suis un homme de Dieu d'une probité scrupuleuse. Toutes nos associations sont de même absolument honnêtes. De ce côté-là, ce contrôle fiscal est peut-être aussi un mal pour un bien, comme on dit. L'honnêteté étant prouvée par les enquêteurs les plus vétilleux qui soient, ceux du fisc. Mais, franchement, je me serais bien passé de ce tracas, qu'une fois de plus j'ai été seul à porter
Ceci étant, j'ai eu ainsi l'occasion de vérifier une fois de plus que l'ignorance de l'administration nous concernant est totale et se borne à des rumeurs ou à des informations malveillantes, certaines archi fausses, venues notamment des antisecte. Pour cette raison, je travaille actuellement d'arrache-pied sur un site généraliste qui nous manque terriblement. Il y a bien le site généraliste de notre frère P.L. de Bordeaux, que j'apprécie beaucoup, mais qui ne semble pas toujours suffire. J'ai pensé pendant longtemps que des frères feraient un site généraliste très complet, bien meilleur que ce que je pouvais faire, moi qui ne suis ni informaticien ni doué pour des documents destinés au grand public, mais rien n'est venu. J'essaie maintenant de combler cette absence. Ce que je fais sera peut-être décevant. J'aurai au moins mis ma conscience en paix en faisant ce que je peux.


28Mar08 79C16
Je me suis toujours posé la question d’une aile blanche (Rév d'Arès xvii/11, xxv/4-6) pour le conflit en Colombie notamment. J’ai réfléchi à cet exemple d’invitation à la réconciliation que nous pourrions envoyé au président Colombien M. Uribé, au chef des FARC Monsieur Marulanda, qu’en pensez-vous? Je sais qu’ils ne sont pas les seuls impliqués dans ce conflit.
Je me suis inspiré de la lettre que vous avez envoyée au président de la république Égyptienne Anouar el Sadate et M. Menahem Beghin le Président de l’état d’Israël en 1978 pour répondre à ce que Dieu vous a demandé au verset XXV/4-6 de La Révélation d’Arès. Je suis bien consciente que le contexte, 30 ans plus tard, entre la Colombie et les FARC est différent de ce qu'il était entre l’État d’Israël et l’Égypte. Les choses ne sont pas simple et nous sommes encore bien faibles, nous Pèlerins d’Arès, en tant que peuple qui se lève collectivement pour la paix et pour vous porter à travers le monde. Mais ne pouvons nous pas quand même tenter quelque chose ?
Voici ma proposition :

"Monsieur .........,
Nous sommes un mouvement que l’on appelle en France "Les Pèlerins d’Arès", dont le fondateur naturel est Michel Potay que Dieu a soumis en 1974 et 1977 à sa présence surnaturelle et Qui lui a parlé. Michel Potay est le prophète que Dieu a choisi pour livrer son message au monde occidental et qui de France n’a de cesse que de transmettre inlassablement ce que Dieu lui commande de dire au monde. Cet évènement historique et prophétique est contenu dans un livre intitulé La Révélation d’Arès. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler par les autorités chrétiennes de votre pays? Ce message étonne par sa simplicité, son bon sens, sa force dynamique et créatrice. En effet c’est un message d’amour, de paix, de justice, de liberté, de pardon, que Dieu lance pour qu’enfin l’homme qui décide librement de se changer en Bien, choisisse la Voie de la sagesse, de la réconciliation et ainsi change le monde, car "la vérité c’est que le monde doit changer," dit Dieu.
Monsieur ......... ne voyez dans cette lettre qu’un encouragement à faire la paix au-delà des intérêts politique, économique, religieux, et idéologique.Vous pouvez Monsieur ……… être le porteur d’une paix durable en Colombie pour qu’enfin des hommes et des femmes privés de liberté la retrouve.
Bien respectueusement votre"

Mara


28Mar08  79C17
Lorsque j’ai vu pour la première fois cette photo d’Ingrid Betancourt, je me suis dit dans une émotion douloureuse: "La vie de cette femme ne tient qu’à un fil." Elle m’a fait penser à ces piétà transpercées par la souffrance et comme vidées de leur existence. Pourtant, à mieux y regarder et après m’être informé j’ai pensé que ce  fil" valait le fil de soie des araignées, trois fois plus résistant qu’un fil d’acier de même diamètre et capable, dit-on, de supporter 4000 fois le poids de l’araignée qui le secrète.
Derrière cette apparence d’abandon et de grande faiblesse, Ingrid Betancourt demeure cette "combattante" généreuse et très courageuse qu’elle fut en tant que député et sénatrice. Mais vous avez fait, vous, une lecture spirituelle des informations (je suppose que nous avons des sources similaires) et vous avez relevé le changement d’Ingrid Betancourt comme un signe fort d’intelligence spirituelle retrouvée et une opportunité de solution pour cette région du monde. Je vous remercie de votre lecture, car je n’aurais pas su me laisser spontanément touché par ces signes spirituels cachés dans les évènements que l’œil du dehors des reporters a toujours tendance à édulcorer et à dévitaliser en les intellectualisant. J’en tire pour moi-même une leçon de lecture et de regard avecl’œil du dedans face à l’œil du dehors (Rév d’Arès ii/10) avec lequel écrivent les journalistes.
Qu’est-ce qui a bien pu pousser cette femme responsable et intelligente à prendre à ce point le risque de se livrer aux mains des FARC? Un excès de confiance en elle, une stratégie de la main tendue prématurée et irréaliste, une sorte d’illuminisme associé à sa volonté de faire et de proposer le bien jusque devant la gueule de ceux qui en Colombie passent pour des loups ou des "monstres", ou tout simplement un piège tendu à l’issue de négociations incertaines?
Peut-être Ingrid Betancourt avait-elle la conscience intuitive que pour aller au bout de ses intentions politiques et d’elle-même, il fallait qu’elle engage un dialogue face à face avec ceux dont elle savait, qu’avant de devenir des terroristes des kidnappers et des narcotrafiquants, ils étaient des paysans bafoués, exploités, spoliés par les grands propriétaires terriens et parfois enlevés, torturés exécutés par les milices de tous bords et les maffias. Même si cette position naïve, pour le moins impréparée est peu compréhensible à cause des risques qu’elle comportait, j’y trouve une sorte de cohérence avec ce qu’elle a tiré de sa captivité et des épreuves qu’elle s’est elle-même en quelque sorte infligées. Ses lettres montrent à quel point elle reste tournée vers ses enfants, sa famille, son pays, sans aucune idée de revanche et avec beaucoup d’espérance.
Dans cette espérance quelle porte avec dignité et résolution, et qu’elle a traduite dans ce qui pourrait devenir un programme présidentiel, beaucoup de Colombiens se reconnaissent, puisqu’elle est désormais à travers les sondages réguliers effectué en Colombie la personnalité politique préférée des Colombiens. Même les articles des journalistes et des chercheurs (peu coutumiers du fait) relaient cette espérance en reprenant les termes de la "vision" humaniste d’Ingrid Betancourt, considérant qu’elle "s'est enrichie d'une sensibilité sociale unique", que "son programme serait très différent des postulats politiques traditionnels... un programme de paix : un projet politique qui met en avant la réalité de la Colombie oubliée et maltraitée par la violence". Les rédacteurs voient dans ces réflexions et propositions d’Ingrid Betancourt plus de "romantisme" que de spiritualité, mais c’est déjà beaucoup qu’ils n’y ajoutent pas de commentaires désabusés ou cyniques. Cela m’a surpris !
Reste à savoir ce que les Colombiens feront de cette opportunité. Et les enjeux pour ce peuple me semblent considérables, analogues à ceux qui ressortaient de la situation du Pakistan. Dans ce sens, Ingrid Betancourt pourrait être la Benazir Bhutto (les accusations de corruption en moins) de la Colombie.
Si elle sort vivante de sa captivité (le fil qui la tient en vie s'amincit chaque jour), elle pourra, si elle le veut, se présenter aux prochaines élections présidentielles de 2010 "avec des chances plus que raisonnables" d’être élue ou d'agir d’une autre manière dans le sens de son changement.
Si les FARC ne comprennent pas l’opportunité qui s’offrent à eux et la laissent mourir, elle deviendra une martyr qui bien involontairement risquerait d’attiser encore les oppositions et la vengeance sans fin (Rév d’Arès 27/10) dans ce pays. Le président Alvaro Uribe Velez et tous ceux qui le soutiennent (y compris les narcotrafiquants et les ex-AUC (autodéfenses unies de Colombie) plus ou moins encore actifs), prônant un programme à l’opposé des convictions actuelles d’Ingrid Betancourt, pensent peut-être qu’ils ont des intérêts politiques et financiers à laisser se produire cette catastrophe en retardant le plus possible la réalisation de circonstances favorables à sa libération. Puisse Dieu leurs inspirer d’autres pensées!
D. Faber


28Mar08 79C18
Je prends cinq minutes pour faire un commentaire à votre article mais qui est peut être hors sujet alors si c'est le cas veuillez d'avance m'en excuser et ne pas le publier. C'est plutôt un mot qui part vers vous comme un soutien à votre personne dans ces moments que je vous sais difficile, ma manière de vous aider je l'espère:
Cela n’a probablement pas directement à voir avec la crucifixion psychologique que subit Ingrid Betancourt ou d’autres sur la planète qui luttent pour un avenir au-delà du système mais je réfléchis à tout cela. Oui il y a au cœur du différend idéologique profond entre les FARC et le gouvernement colombien me semble t-il, un problème culturel, une énorme difficulté de représentation des valeurs comme il subsiste dans l’inconscient collectif de tous, des abimes.
J’ai eu récemment un bref échange de mail avec un journaliste essayiste d’un journal français catholique. Ce qui m’avait motivé à lui écrire fut le ton quelque peu méprisant qu’il prit dans un de ses articles à crier au scandale contre les récentes rémunérations que se versent certains patrons en France. L’exagération qu’il mettait à vilipender le patronat était du même ressort que celui que les gauchistes adressent régulièrement par tous leurs portes voix en vociférant contre les riches, cela valait bien l’exagération qu’il dénonçait. Je lui fis remarquer qu’un homme de foi ne devrait à mon sens pas regarder les choses par le petit bout de la lorgnette. Abraham, Salomon, Job était probablement plus de 400 fois plus riches que leurs bergers et serviteurs. Sa réponse fut que les plus éminents penseurs et  conseiller pour certains issus de l’entourage de Bill Clinton et donc pas réputé comme étant des gauchistes, Lester Thurow ou à Robert Reich, accréditaient ce qu’il décrivit être : un "dérapage symbolique", un "déclic" annonciateur d'une crise morale gravissime du libéralisme.
Je lui disais ou plutôt j’essayais de lui expliquer que l’équité a rapport à la conscience des choses et à la responsabilité de son être, à une auto-évaluation qui n’est pas d’ordre arithmétique même si pour parvenir à bien estimer les choses il faut parfois sérier, classer, peser mais au final il y a le coté « coup de cœur », ou plutôt quelque chose de l’intuition ravivée par l’exercice même de l’effort de penser le monde, l’homme, la situation et tout ce qui constitue le contexte à se représenter le tout et donc à se représenter soi même par rapport à cet ensemble mouvant, évolutif. Être riche ou pauvre de quoi? Posséder quoi pour aller où? Il m’arrive aussi d’être scandalisé par certaines disproportions mais c’est avant tout  face à une responsabilité prise qui n’est pas tenue, sorte de fausse promesse (31/4) que font certains en voulant paraitre ce qu’ils ne peuvent pas réaliser ou porter. Ou, scandale moindre, quand celui qui touche une rémunération importante ne fait pas preuve d’efficacité, ne se montre pas à la hauteur, ne fait pas les efforts qu’on est en droit d’attendre de lui. Mais cela ne ressort dans ma conscience que par comparaison avec d’autres qui mouillent leur chemise, et par lente et longue approche et pesée. Mais il y a tellement d’éléments à prendre en compte que je crains toujours de me leurrer moi même. Peur de juger en avançant sur la corde raide des appréciations subjectives. Peut-on évaluer le poids du souci et peut-on fixer le prix des choses dans cet ordre de données? Et comme il faut bien être raisonnable et trouver des consensus en attendant d’y voir bien clair…
Ces questions me paraissent être des questions éminemment plus intéressante que ramener les choses à la seule épaisseur du portefeuille et au poids en euros ou dollar qui même énorme peuvent s’engloutir aussi surement et rapidement qu’un fantastique Titanic. Au fond, on démystifie bien plus radicalement tout ce qui trouble enfume ou accapare l’esprit et rend l’homme esclave, par la pensée et la volonté d’y voir clair, plutôt que par la trique d’une loi, d’un dogme ou d’un système qu’est aussi le produit d'une culture ou d'un slogan répété, enrichi de quelques refrains, mais qui ne sont jamais qu’animation mécanique comme le coucou qui sonne toutes les heures en sortant de la pendule. Le folklore politico religio médiatique nous joue continuellement sa berceuse. Remettre en question tout le système ou, comme dit La Révélation d'Arès, le javeau (Rév d'Arès XLVII/7), amas de sable et de choses sans valeurs, cela tout en aimant les hommes comme le Créateur les aime, c'est un travail ingrat qui forcément n’attire pas les foules à l’atelier de la recréation de soi même. Il faut avoir envie de revenir à la vie totale et absolue et comme chacun ne peut y avancer qu’à  sa mesure et que tout est interactif, on ne peut efficacement que commencer par soi et sans cesse à s’encourager dans cette démarche de pénitence, c’est aussi une façon d’échapper à quelque chose de la mort qui est toujours une forme de crucifixion. Bonne continuation.
Jean-Claude


Réponse :
Vous avez sûrement pris plus de cinq minutes pour écrire ce commentaire un peu verbeux, mais est-il vraiment sans rapport avec la situation d'Ingrid Bétancourt? Je ne sais pas. Vous parlez quand même de crucifixion.


28Mar080 79C19
Selon les dernières nouvelles, le président Alvaro Uribe vient de signer un décret proposant aux FARC de libérer sans délai plusieurs centaines de guérilleros en échange de la libération d'Ingrid Bétancourt.
Son état de santé est très inquiétant pour ne pas dire alarmant. Elle souffrirait de malnutrition avancée, d'une hépatite B et d'infections cutanées causées par des insectes (leishmaniose).
Je crois que la situation est en effet très urgente et que le gouvernement colombien est confronté à une telle pression politique internationale qu'il se devait de faire un pas en faveur des FARC, surtout après la mort de Raul Reyes [un des hauts responsables de la guerilla FARC, récemment tué lord d'un raid de l'armée colombienne].
D'un autre côté, si Ingrid Bétancourt venait à mourir, les FARC perdraient non seulement le seul otage digne de faire avancer leur combat, mais aussi, maintenant qu'Ingrid est si fortement médiatisée, ils perdraient peut-être le soutien potentiel, larvé mais grandissant de l'opinion publique internationale.
J'espère de tout mon coeur, de toute mon âme, de toute mes forces, que la conclusion à cette terrible épreuve que traverse Ingrid s'achèvera par un heureux dénouement.
Fabrice M.


28Mar08 79C20
Il y aura peut un être un dénouement acceptable puisque le président de la Colombie, Mr Bogota [?... n'e'st pas Alvaro Uribe?] à dit "Basta..." [Il a dit] en gros qu'il acceptait de négocier avec les FARC pour un échange, je dit cela comme si j'étais le seul à avoir regardé la télévision!
J'ai de grande difficultés à m'exprimer en fait. Je ne suis pas contre la politique ou la culture, ni même contre la religion, quand ces dernières ne s' imposent pas de manière discutable et inique, mais contre tous les systèmes élitistes qui créent en quelque sorte un second plan, celui de la masse négligée, à qui on vole même leurs organes.
Bien sûr, il y a eu des mouvements humanistes bienveillants comme vous. Vous êtes même une grande espérance, mais on est loin d'un monde où il y aurait une vraie grandeur reconnue [au fait] que les forts puissent aider les plus faibles, aux partages et aux dons. Actuellement j'ai l'impression que même les dons sont détournés en majorité pour une minorité.
Est ce que La Révélation d'Ares peut faire aller une grande partie du monde dans ce sens?
Je le pense, si chacun prend conscience qu'il est seul face à Dieu et à ses responsabilités, il sait qu'on est tous dans le même cas, et qu'il y à plus à gagner à donner qu'à prendre.
Il y a en cela quelque chose de révolutionnaire dans La Révélation d'Arès, c'est que chacun doit prendre conscience de son importance et de celle des autres, [parce] que chaque geste compte, et prendre son destin en main dans un système sans chef, à grande échelle c'est inédit à ma connaissance.
Je n'invente rien et vous rejoint dans ce que vous dite, quand à l'action. Parler est une façon d'agir, le problème serait plus d'être écouté.
Comme tout mes messages, vous pouvez choisir de le mettre ou pas sur votre blog, je vous remercie de l'attention que vous me portez et suis bien sur désolé si je vous ai blessé ou qui que se soit d'autre.
Aminadab.     


28Mar08 79C21
Je n'ai pas lu La Révélation d'Arès depuis 1995, mais j'avais été intrigué par l'importance donnée au "champ de mission" défini dans la veillée 5, je crois.
Cela signifie-t-il que les recommandations de La Révélation ne s'appliquent pas au-delà de cet espace et donc ne concernent ni la Colombie, ni le Darfour, ni le Tibet. En conséquence, les pèlerins d'Arès ne doivent-ils pas être très réservés dans leurs commentaires car ils ne connaissent pas les intentions de Dieu pour ces autres terres de mission.
Pour étayer mon propos, je citerai Marie qui, parait-il, est apparue simultanément en Yougoslavie et au Rwanda.
En Yougoslavie, Marie prêchait la Paix, au Rwanda elle faisait l'apologie de la souffrance rédemptrice. Que penser de tout celà?
Admettre qu'on est dépassé et faire confiance.
Jacques P.


Réponse :
C'est bien dans la Veillée 5 que La Révélation d'Arès définit l'aire de notre mission, mais à l'Ouest l'Amérique du Nord ou du Sud est bien comprise dans cette aire qui se prolonge jusqu'aux îles de corail, c.-à-d. le Pacifique.
En outre, si vous relisez attentivement cette Veillée 5, vous verrez qu'elle définit une aire spirituelle bien plus qu'une aire géographique. Elle définit en gros l'aire des religions abramiques jusqu'où se dresse l'étendard de Muhammad (Rév d'Arès 5/6), c'est-à-dire la chrétienté, le judaïsme et l'islam. Le Darfour étant musulman me semble bien compris dans l'aire de sensibilité de la mission, tout comme l'Indonésie qui est musulmane, bien qu'asiatique. Par contre, le Tibet est manifestement hors de notre champs, comme l'Inde, la Chine, etc.


28Mar08 79C22
C'est avec toute sa bonne volonté qu'Ingrid Bétancourt est allée humainement à la rencontre des F.A.R.C., pour nouer le dialogue, les écouter, sachant bien sûr qu'elle prenait les risques inhérents à cette démarche, mais sans mesurer vraiment sans doute la difficulté des épreuves auxquelles elle serait confrontée.
Cet élan du coeur qui l'a poussée à vouloir comprendre et négocier la réconciliation d'une organisation de rebelles scandalisés avec le pouvoir fascisant en place, supposait aussi beaucoup d'humilité, de fraternité, et de pardon de la part des deux parties en présence, donc d'abandon d'orgueil et d'autoritarisme, que ni l'un ni l'autre des belligérants n'était sans doute prêts et disposés à en courir le risque.
Souhaitant au contraire faire la démonstration de sa puissance et de sa fermeté, de son exigence de soumission, (pour continuer à inspirer à la fois peur, crainte et respect au peuple, afin qu'il continue de penser qu'il lui est indispensable d'avoir et de vénérer des chefs implacables et dominateurs), le gouvernement, se drapant dans sa "légalité", a refusé tout compromis.
De leur côté les F.A.R.C. ont  préféré retenir prisonnière Ingrid Bétancourt, craignant qu'elle  ne transmette au camp adverse des informations qu'elle aurait pu recueillir et qui les auraient rendus vulnérables, s'en servant aussi comme caisse de résonnance médiatique, et puis comme monnaie d'échange pour essayer d'obtenir la libération des leurs emprisonnés. 
Les évènements récents (liés à l'offre de médiation du Président vénezuélien) ont confirmé l'intransigeance du pouvoir colombien, qui a tout tenté pour faire échouer la libération d'otages, et qui a même fait bombarder la zone de négociation, tuant l'un des principaux responsables des F.A.R.C. en charge du processus de médiation. Intransigeance encore confortée par l'information selon laquelle Ingrid Bétancourt aurait pris fait et cause pour les rebelles et deviendrait, libérée et vivante, un grand témoin propagateur encore plus gênant.
Je veux saluer le courage et la bonté de cette femme qui, elle, n'a pas hésité a prendre le risque de sacrifier sa liberté pour tenter de réanimer la fraternité.
Les Pélerins d'Arès doivent pardonner et aimer tous les hommes (fussent-ils en fonction de chef d'état autocrate), car tous sont nés fils du Père. Cependant, sans porter de jugement sur l'homme, ceci ne doit pas nous exonérer de dénoncer le mal dont les effets sont toujours destructeurs de fraternité. Car dans ces temps troubles de médiatisation délirante pour abêtir les esprits, et rendre indiscernable la frontière entre le bien actif et le malfaisant, c'est un devoir missionnaire essentiel de rétablissement de la Parole et de la Vérité... Et comment opérer la mutation mentale vers le bien sans savoir identifier son contraire?
Il nous faut clamer sans cesse que le pouvoir trahit et corrompt et que les structures hiérarchiques pyramidales (salariales comme de pouvoir) sont une des ossatures de perpétuation du malheur de l'humanité.
Ce thème sur le destin d'Ingrid Bétancourt était particulièrement évocateur. Je souhaite ardemment que son calvaire prenne fin le plus vite possible en retrouvant les siens, et tous ceux qui vivent son espèrance.
Dominique C.


29Mar08 79C23
Je me permets de dériver sur votre réponse à 79c15. Je me réjouis de la bonne fin apportée à cette erreur des Impôts de Gironde, qui ne m'étonne pas. Je déplore seulement le "tourment" que cela vous causé, à votre âge, pendant quatre mois. Beaucoup ont mesuré combien est cruelle la solitude dans laquelle vous exercez votre mission.
Dans mon commentaire 74c24 de votre entrée de Bénazir je vous disais combien j'étais étonné que l'administration des Impôts locale ou départementale passe outre une décision administrative écrite et signée de la Direction Générale des Impôts de Paris vous autorisant à procéder au transfert de fonds de votre compte personnel à des comptes d'associations de Pèlerins d'Arès sans taxation.
Dans la mesure où les circonstances de votre vie "religieuse" (pour eux vous êtes un "religieux") n'avaient pas changé depuis 1989 — et elles n'ont pas changé — les fonctionnaires auxquels vous avez eu affaire n'étaient pas autorisés à revenir sur ce point, surtout après qu'il ait été un état de fait pendant les 34 ans au cours desquels vous avez régulièrement adressé de façon toujours identique vos déclarations annuelles à l'administration fiscale, à laquelle vous déclarez les versement que vous faites à des associations (Je l'ai vérifié. Pardonnez mon indiscrétion ou ma méfiance)! Vous avez eu affaire à une jeune génération d'inspecteurs des impôts qui se disaient qu'ils "allaient changer tout ça." Pourquoi?
Ils sont surtout sans expérience, ces jeunes inspecteurs des impôts. Le statut dont vous bénéficiez n'est pas unique à vous. Quantité de hauts responsables administratifs, politiques, scientifiques, religieux, universitaires, syndicalistes, etc., sont autorisés à recevoir à leur nom des sommes d'argent en fait destinées à leurs administrations, partis, églises, laboratoires, syndicats, etc. Il était normal que la Direction Générale des Impôts mesurant la place unique et prépondérante, place de fondateur en plus, comprenne que vous recevriez à votre nom, jusqu'à votre dernier souffle, des dons qu'en fait vous ne garderiez pas, mais affecteriez au bon fonctionnement de votre mouvement spirituel. Quand M. Sarkozy reçoit une lettre accompagnée d'une chèque à son nom, lui disant: "M. le Président, Je serais très honoré si vous faisiez suivre ce don à la Fondation de France ou au Musée du Louvre..." histoire que le Président remercie personnellement le donateur qui en tire grande satisfaction, il ne vient à l'idée d'aucun inspecteur des impôts que le Président a reçu un don manuel personnel sur lequel il doit acquitter l'impôts sur le revenu avant d'en faire don à la Fondation de France ou au Musée du Louvre. Vous êtes en sommes le président à vie des Pèlerins d'Arès. Vous ne pouvez pas être traité autrement.
Oui, j'ai un peu douté de vous, parce qu'il me semblait absolument impossible qu'une doctrine administrative vous concernant ait été survolée avec autant de désinvolture par l'inspecteur qui vous contrôlait. Mais, pas de doute, elle l'a été, alors qu'un homme du grade de votre vérificateur savait sûrement qu'on ne revient pas sur une décision de la haute hiérarchie. C'est pourquoi j'ajoute que je ne crois pas beaucoup à cette histoire de "documents volés dans votre dossier". Des fonctionnaires ont commis une grosse boulette à vos dépens et ne sachant pas comment s'en sortir sans subir de sanctions ont inventé cette histoire, qu'il vous est évidemment impossible de vérifier. Je m'avance peut-être... Après tout, nous vivons une époque où toutes ces choses peuvent arriver. On voit bien régulièrement publiés dans le "Carnard Enchaîné" des documents administratifs ou notariés ou bancaires afin la seule intention de nuire aux personnes que concernent ces docs.
Saura-t-on jamais quelles boulettes de l'administration colombienne ont amené Mme Bétancourt à rencontrer les FARC en se croyant bien protégée alors qu'elle ne l'était pas, et à se faire alpaguer par eux?
Je ne suis pas de l'administration des impôts, mais de la police financière. D'où des conaissances communes entre eux et moi. Vous ne me connaissez pas, mais je suis devenu pénitent à la suite de plusieurs lectures de La Révélation d'Arès...et d'un divorce qui a fait mordre la poussière à mon petit orgueil et m'a appris beaucoup de choses. 
Je tiens à vous dire encore merci, frère Michel, pour l'exemple de mesure, de bonté, de pardon et de travail acharné, que vous êtes. Merci de m'avoir tant appris sur le chapitre de la sagesse.
R.R.


29Mar08 79C24
Je lis freesoulblog tous les jours, j'en envoie des articles à ma mère, par exemple, et...
Je suis heureux parce que les messages suite à l’article sur l’imprudence et le courage de Ingrid Betancourt, se succèdent les commentaires sur la sagesse, l’amour, l’espérance, dont votre sortie du labyrinthe des impôts et, comme le commentateur 79C23, je tiens à vous dire MERCI.
Je suis heureux parce que tous autant que nous sommes otages du péché, cette propension à voir  le mal ailleurs et à vouloir le réduire ailleurs et à en mourir comme à faire mourir le monde, alors qu’il faut le changer en nous en bien, se libérer de ce regard extérieur, de cette propension, entrer en soi, entrer en pénitence, devenir absolument libre de soi-même, d’être soi-même… AVEC la parole du Père, en soi, comme phare puissant, comme nourriture puissante, comme rouage puissant de nos organes: la chair et l’esprit pour faire l’âme, pour gagner la Vie, je peux vous dire ici MERCI, et rendre gloire au Créateur qui nous a tous doués de parole, de liberté, de créativité, d’amour, d’individualité.
Avec vous et avec tous ces sœurs et frères d’espérance qui se mettront en marche, libres de tous harnais, pour redonner de la lumière et de la bonté au milieu des hommes.
Bernard L.


29Mar08 79C25
Une bonne couche de pommade vous passe R.R. [79c23]! Un officier de police financière. Rien moins que ça. Vous fréquentez du beau monde. Je vais vous dire ce que je pense: Personne, pas même l'inspecteur des impôts qui vous a vérifié, n'a douté de votre totale honnêteté. Je crois que la question n'est pas là.
Il y a beaucoup de Français à qui il faut donner de l'argent: les SDF, les sans-toit dont vous parlez dans votre blog avec une image du Canal st-Martin, qui sont incapables de gagner leur vie pour la plupart et il faut bien que des producteurs de monnaie comme vous paient pour les faire vivre! Il faut de l'argent pour ceux qui n'en n'ont pas et ce n'est pas à vous que j'apprendrai qu'on ne peut le trouver qu'en le prenant à ceux qui en ont. Les impôts se sont dit: De l'argent pour une mission de La Révélation d'Arès, ce n'est sûrement pas utile.
Pour moi, c'est la seule raison qui leur a fait tenter le coup. Ils se sont dit: On va peut-être l'impressionner, il va puiser dans ses réserves cachées pour nous donner ce qu'on veut.
Les FARC pensent la même chose d'Ingrid Bétancourt: À quoi sert-elle en politique, cette femme? À rien, mais beaucoup de monde a l'air de tenir à elle, on va donc la monnayer et de toute façon son absence dans les élections ne privera personne.
[non signé]


Réponse :
Vous ne signez pas, mais je reconnais votre style qui me rappelle des commentaires passés.
Votre façon de voir n'est pas rare. Ce réalisme cynique est de toujours. Je répondrai seulement que l'argent destiné à nos missions ou à notre Pèlerinage vaut bien l'argent, dont parle R.R. (79c23) destiné à la Fondation de France ou au Musée du Louvre. L'homme ne se nourrira pas que de pain, disait Jésus. Et le Père me dit:Ta pante (ton estomac) coûte plus que les musées (y compris le Musée du Louvre, j'imagine) (Rév d'Arès xxxvi/23).
Les Impôts ne m'ont pas impressionné, ils m'ont tourmenté, ce qui est très différent. De toute façon, je n'ai pas de réserve cachée, mais enfin, c'est vrai, ils pouvaient imaginer que j'en eusse...


30Mar08 79C26
J'avais commencé à préparer un commentaire il y a plusieurs jours et je l’ai mis de côté car il n’apportait pas grand-chose de plus à tout ce qui s’était dit concernant cette dernière entrée de votre blog.
Je le reprends aujourd'hui.
Comme Fafarendol (commentaire 79c04) j’avais lu le livre d’Ingrid Bétancourt il y a quelques années et je trouvais cette femme, mère de deux enfants, courageuse malgré sa naïveté de croire qu’elle pouvait faire reculer les mafias seulement par la politique. Il me semblait qu’elle n’ était pas très entourée et que sa réflexion manquait de dimension spirituelle.
Mais quand je vois la grande difficulté que l’on a à mettre la Parole en action, comme vous le dites dans votre réponse au commentaire 79c12, je me dis qu’elle a fait ce qu’elle a pu avec sa culture et sa compréhension de l’humain. De plus, je trouve heureux que cette femme ait pu changer son regard. Avec le temps et l’ expérience on comprend que les choses sont beaucoup plus complexes qu’il n’ y parait.
Ce que vous nous rapportez de son évolution est encourageant et plein d’ espérance. J’espère de tout cœur qu’elle sera très vite libérée (en espérant qu’elle sorte vivante de cette captivité) et qu’elle pourra, forte de sa réflexion, de son expérience, de tout ce qu’ elle aura appris durant cette épreuve, faire avancer notre humanité dans le bon sens, celui de l’intelligence spirituelle, de l’intelligence du cœur, qu’apporte La Révélation d'Arès.
Mais je reprends mon commentaire surtout pour vous dire ma joie de savoir que les soucis fiscaux causés par les impôts sont terminés, malgré le peu de fierté qu’on peut tirer de vous savoir seul à porter ce qui devrait être fait par l’Assemblée.
Merci pour cette bonne nouvelle.
MO


30Mar08 79C27
Alleluia! Le fisc vous laisse tranquille. À ceux qui demandent un signe, s'ils ne le voient pas là, c'est qu'ils sont soit aveugles, soit de mauvaise foi. Qu'importe! L'Éternel ne nous envoie pas vers des bien-voyants, des justes, des sages, mais, vers les [mal-voyants,] les pécheurs. C'est main dans la main en nous unissants et en acceptant [l'idée] que nous sommes tous des pécheurs, tous parents, tous différents et pourtant sœurs et frères, potentiellement des christs, que nous provoquerons un changement par nos exemples [et notre mode de vie] existentialiste, nous avons un rôle extrêmement important de transmission de La Parole que ce soit via le Judaïsme, le Christianisme,l'Islam, La Révélation d'Arès, et toutes sortes de vecteurs de transmission. Je suis [ennuyé] d'apprendre que des frères ont envoyé des courriers [malveillants] aux impôts. Cela montre à quel point nous ne sommes pas déculturés, des hommes de peu de foi.
Comme, vous dîtes: "Un mal pour un bien." Pour ma part, je vous suis fidèle et j'affirme que vous êtes le prophète envoyé par Dieu au XXe et XXIe siècle
Votre entrée Ingrid Bétancourt est fort enrichissante. Incontestablement, vous nous donnez des lumières. Comme beaucoup je ne voyais pas de la même façon que vous. Si je ne me retenais pas et surtout si je ne réfléchissais pas, j'irais bien [moi aussi] en Colombie rencontrer les FARC, mais
1.- Dieu nous appelle à la prudence,
2.- Y aller seul sans préparations, sans soutiens fraternels, serait suicidaire. Dommage qu'il n'y ai pas encore chez nous un collectif prêt a agir pour envoyer des sœurs et frères sur des actions sociales, médiatiques, télévisées, radiophoniques, etc., vers le monde.
Je pense aussi que ce que vit Ingrid Bétancourt provoque en elle des changements des réflexions. Il y a aussi parfois de profonde crises, maladie, accidents, parfois de toutes petites chose, qui peuvent aussi déclencher des prise de conscience. J'ai reçu, il y a quelques semaines, un dessin à mon intention réalisée par la fille (8 ans) d'un couple de sœur et frère. Lorsque j'ai ouvert la lettre et vu le dessin, j'ai fondu littéralement en larmes abondantes, mon corps bouillait de chaleur, une sensasion agréable, et ces larmes incontrôlables... Il s'est passé quelque chose en moi, cela a pris quelques secondes.
Vous donnez ainsi que des commentaires des informations sur les FARC enrichissantes. Mais quand cesseront donc les hommes de voir le mal chez les autres et refuser de le voir en eux!  Il va nous falloir avec patience, changer, encore et encore, transmette la Parole de l'Éternel, nous créer une âme de plus en plus forte de ses expériences et nous unir du vivant de Mikal.
Didier Br.


02Avr08 79C28
D'une lecture trop rapide j'en avais compris que des "frères" avaient écrit aux offices des impôts pour signifier leur désapprobation des tracas et soucis que ces derniers vous faisaient subir. Bien mal m'en à pris quand, lors d'un échange en assemblée, je me suis aperçu que j'avais trés mal lu.
J'ai toujours eu de la peine à comprendre l'attitude de Judas qui côtoyait Jésus et ne pouvait ne pas savoir qu'il était humble, honnête, amour et intègre, cela restera un mystère pour moi, il aurait pu simplement partir sans le dénoncer, s'il n'était pas d'accord avec lui. Et là vous nous informez que des *frères* versant des dons, donc qui vous connaissent mettent en doute votre intégrité et votre honneteté, les bras m'en tombent.
Pardonnés ils le sont déjà, mais je les appelle à réfléchir. Je me réconforte aussi parce que derrière cet ogre (les impôts) il y a des personnes intègres, soucieuses de bien faire leur travail et capables d'accepter leur erreur, une belle espérance.
Mais ce dont je me réjoui le plus, c'est que dorénavant les détracteurs, les anti-sectes ne pourront plus prendre pour argument, "L'argent, les vêtements Chanel, les hotels de luxes..." et j'en passe. Peut-être auront-'ils l'honnêteté de rectifier leurs argumentations et leurs sites. Merci frère Michel.
Bernard C.


02Avr08 79C29
Je suis soulagée d'apprendre que la DGI a reconnu son erreur et retiré sa demande de redressement fiscal.
Mais j'ai toujours beaucoup de mal à comprendre l'entêtement de ce fonctionnaire local qui n'a eu aucun scrupule à  éprouver un homme de votre âge en mettant en doute sa probité.
Comme vous l'écrivez, vous sortez de ces quatre mois fatigué et vieilli, et pour moi cette image est insupportable. Je me console en me disant que vous n'avez pas vieilli prophétiquement et que vous trouvez l'élan et la force de vous atteler à un travail difficile que vous sentez indispensable, un site adapté à notre monde superficiel, conditionné et pressé,  dans lequel vous direz "comment vous voyez et ressentez la vie de pèlerin d'Arès en tant que témoin de la révélation et frère aîné de l'assemblée". Je suis sûre que vous avez raison de vous atteler à cette tâche; nous en avons besoin et les générations suivantes seront heureuses de trouver ce travail.
Vous avez beaucoup écrit comme la Parole vous le demande: Quand du temple tu auras fait le lieu de l'Assemblée, tu ouvriras à nouveau ses portes devant Mon Peuple ; il sera ta tour escarpée, d'où ta voix comme l'écho du tonnerre, et
ce que tu auras écrit, parviendront à ceux qui doivent se repentir (Rév d'Arès 33/10),
mais plus vous écrivez, plus c'est profond et simple.
Pour nous, en tout cas pour moi, apôtre convaincue par cette Parole venue du Père, il me faudra encore beaucoup de temps pour assimiler jusqu'à ce que mon corps trouve l'élan naturel et que fusent les mots justes comme vous le faites.
Émilie Clar


Réponse :
Je ne comprends pas très bien. La DGI n'a pas commis d'erreur me concernant. Au contraire. C'est la DGI (Direction Générale des Impôts) qui m'avait délivré en 1989 l'autorisation de poursuivre ma comptabilité comme je la tenais depuis l'origine de notre mouvement. C'est l'inspecteur des impôts local qui, fin 2007, a commis une très malencontreuse erreur, emporté par son zêle, croyant découvrir une anomalie me concernant et m'a adressé une avis de redressement. C'est vrai qu'on peut toujours dire concernant cet inspecteur local: "Je ne comprend pas l'entêtement de ce fonctionnaire...", mais, après tout, ces vérificateurs font une besogne de bas étage, ils "vont au charbon" tous les jours, on ne peut pas leur demander d'avoir le recul de grands experts ou de grands fiscalistes. Il leur faut du temps pour s'apercevoir de leurs erreurs. De plus, ils sont soupçonneux par profession. Je me dis qu'ils doivent visiter tellement de fraudeurs... Alors, vous pensez, le "chef d'une secte", ça ne pouvait être a priori qu'un hyperfraudeur. Avec de tels a priori, il faut beaucoup de temps pour trouver la vérité. Comme vous voyez, j'essaie maintenant de trouver des excuses à cet inspecteur des impôts. Par contre, j'ai du mal à en trouver à mes frères qui m'ont depuis toujours laissé me débrouiller avec ce genre de problème et beaucoup d'autres problèmes dont je suis sorti avec honneur. Il est trop tard pour corriger tout cela maintenant.
C'est d'ailleurs la même chose pour le site que je suis en train de concevoir et réaliser. C'est là encore un travail que mes frères m'ont laissé sur le dos. Il ne s'agit, après tout, que d'une compilation des idées maîttresses de notre foi et de notre mission, exprimées sur tous les tons depuis plus de trente ans, un travail certes minutieux, mais que n'importe qui pouvait faire à ma place et depuis longtemps et qui pouvait, de plus, beaucoup mieux que moi l'informatiser. N'avons-nous pas parmi nous des informaticiens, des graphistes, des professionnels qui connaissent bien l'internet, alors que moi, je n'y connais rien et je passe dix fois plus de temps qu'eux pour un résultat inférieur? Je ne crois pas que vous devriez me complimenter. Vous serez sûrement déçue par ce que je suis en train de faire.
Merci quand même. Quelques compliments encouragent toujours.


03Avr08 79C30
L’Aile Blanche proposée par Mara dans le commentaire 79c16 est très intéressante, au-delà  des informations que nous nous apportons concernant la situation d’Ingrid Bétancourt et le conflit Colombien. Cela m’a fait réfléchir sur la manière de nous faire entendre par ceux qui se combattent. D’autres que nous, encouragent et œuvrent à la paix, en Colombie, partout dans le monde et nous, nous faisons si peu.
Mara suggère une action concrète qui témoigne de l’appel de Dieu à Arès pour que le monde change et qui permet de faire connaître celui qui porte depuis plus de trente ans Son Message. C’est une belle initiative.
Comment ne pas participer, être porteurs de paix, réconciliateurs aux côtés d’hommes et de femmes qui agissent dans ce sens, en ayant connaissance de cette Parole primordiale ?
Cette action serait  un grand pas  vers ceux qui  peuvent influer sur les évènements par leurs positions et les responsabilités qu’ils portent.
Bien sûr, l’origine divine et  prophétique, universelle du message d’Arès, appelant à la pénitence, à l’amour, au pardon, à la paix  est en lui-même, inégalable et pourrait marquer  les esprits.
Cependant, je me pose la question de la spécificité profonde de ce que nous devons ou pouvons apporter  et comment? Car le but est de réussir à être entendu, à faire sentir la dimension sublime de la révélation d’Arès pour décider à un vrai dépassement.
N’avons-nous pas à éclairer plus particulièrement sur le salut, l’âme, sur le grand dessein de Dieu pour l’homme?
Aimer les hommes pour qu’ils se sauvent et soit créateurs du salut du monde. [Dieu dit:] Dis à mon peuple, ne vous perdez pas (Rév d'Arès) 27/2, car Dieu ne sauvera pas l’homme malgré lui contrairement à ce que beaucoup croient.
Telle est la grave question du malheur humain avec un grand m, de ces crucifiés de l’histoire, de la  mort comme anomalie, puisque nous sommes faits pour la Vie. 
Crie partout cette vie est courte, le bonheur ne se mesure pas en années mais en éternité ; chacun a juste le temps du repentir, car les regrets du spectre ne font que s’ajouter à ses tourments. Écoutez la parole que j’ai reçue et sauvez-vous! (Rév d'Arès 36/23)
Fafa Rendol


Réponse :
Donnez-moi l'adresse des FARC et j'adresserai aussitôt une aile blanche respectivement à ceux-ci et au Président Uribe, dont je peux trouver l'adresse..
Je ne veux pas me trouver d'excuses. Je fais seulement un aveu. La nuit du 19 octobre 1977, je crus qu'il me fallait envoyer l'aile blanche au paro et à Israël dans le cas précis de la guerre entre ce pays et l'Égypte et au moment également précis où Sarbal et Moussa ferr(ai)ent Yërouchlim (Jérusalem) dont les murs pleur(ai)ent et cela avant que le Talon du Créateur passe et ne laisse cendre (Rév d'Arès xxv/2-6). De plus, ce moment survenait alors que La Révélation d'Arès n'était pas encore entièrement donnée et qu'il n'était pas encore possible de procéder comme me l'avait recommandé Rév d'Arès xvii/8-12 le 9 octobre. Depuis lors, j'ai fait tout ce que j'ai pu, avec les moyens dont j'ai disposé, pour que le Vent prenne mon aile blanche (Rév d'Arès xvii/11), c'est-à-dire pour que La Parole d'Arès soit éditée et diffusée selon les moyens dont j'ai disposé. Autrement dit, l'aile blanche par excellence qu'est la Parole d'Arès, je l'ai envoyée dans le monde aussi bien que j'ai pu.
Mais si vous estimez que je dois adresser une aile blanche à tous les protagonistes de conflits douleureux et sanglants dans le monde, donnez-moi aussi l'adresse des rebelles tibétains pour que je puisse envoyer une aile blanche à ceux-ci et au gouvernement chinois (trouver cette dernière adresse ne doit pas poser de problèmes), et donnez-moi aussi l'adresse des nationalistes Tchétchènes (je trouverai l'adresse du gouvernement russe) ainsi que l'adresse des adversaires de la démocratisation à l'américaine, qui posent des bombes et tuent tous les jours en Irak, et des Talibans en Afghanistan (je pense que l'autre côté: je trouverai facilement l'adresse de M. George W. Bush), etc. Vous connaissez sûrement tous les conflits actuellement en cours. Il y en a, oui, bigre, il y en a! Pour ce qui est d'Israël et du Hamas, j'ai déjà envoyé des lettres à leurs responsables depuis assez longtemps déjà.


03Ave08 79C31
Deux échanges que j'ai eu avec des frères à propos du commentaire 79C29 publié hier 2 avril me laissent à penser qu'un certains nombre de lecteurs pourraient penser que vous vous plaignez de votre situation et que vous faites des reproches à vos frères. Il me semble utile de préciser, pour vos frères lecteurs comme pour tous les visiteurs réguliers ou de passage, que le prophète du Père ne s'exprime pas sur le registre de la plainte, même s'il souligne dans ce commentaire les conséquences d'une situation dans laquelle lui et nous les frères de l'assemblée, nous trouvons aujourd'hui.
Frère Michel, vous n'êtes le chef de personne. Ces deux récents événements ont le "mérite" de prouver à qui douterait de cela, que vous avez été, sur ce point comme sur tant d'autres, fidèle au Message que vous avez reçu du Père. Il me semble aussi que cette situation prouve autre chose : la distance à parcourir pour passer d'une société dont l'harmonie repose sur l'autorité du pouvoir et son interminable batterie de lois à une société dont l'harmonie ne repose que sur la liberté et l'intelligence spirituelle retrouvée.
De cela, vous ne vous plaignez pas. Vous dites simplement que vous avez du mal à trouver des excuses à vos frères de ne pas avoir su — ou plutôt voulu — créer autour de celui qui n'est le chef de personne, un réseau organique, vivant, ne reposant que sur la volonté de permettre à celui qui a un Message à transmettre au monde de le faire dans les moins mauvaises conditions qui soient. Un réseau qui aurait pu, sur ces domaines pratiques que sont la fiscalité ou la communication — comme sur beaucoup d'autres — vous apporter un minimum d'assistance et de soutien.
J-F P.


Réponse :
Merci de rappeler que j'ai toujours respecté les versets auxquels vous songez sûrement: Tu ne seras le chef de personne (Rév d'Arès 16/1) et Tu ne commanderas à personne (36/19). Je n'ai donc pu procéder que par suggestions, comme votre commentaire le laisse comprendre, lesquelles suggestions n'ont pas été entendues ou voulues par les Pèlerins d'Arès qui sont des croyants libres (Rév d'Arès 10/1). Comme votre commentaire le laisse également comprendre, cela montre que "la distance à parcourir" pour passer d'une "société d'autorité" à une "société de liberté et d'intelligence spirituelles" est grande et qu'il faudra du temps pour un parvenir.
Ce que je répondais au commentaire 79C29 d'Émilie Clar n'a pas de rapport avec ça. Il ne s'agit pas dans ma réponse d'un problème de "société" arésienne, qui ne se fera que peu à peu, j'en ai bien conscience. Je disais à Emilie Clar combien je regrette de devoir tout seul de mon côté et sans compétences personnelles ni pour la comptabilité, ni pour les affaires fiscales, ni pour la conception et la réalisation d'un site d'Internet, procéder à des tâches dans lesquelles d'autres Pèlerins d'Arès que moi, professionnels (experts-comptables, concepteurs et programmateurs informatiques, etc. il y en a parmi nous, vous n'êtes pas pas tout seul, mon cher commentateur) auraient pu, et probablement dû dans un élan de foi constructive, me précéder parce qu'ils avaient la connaissance et le métier que je n'ai pas. Je ne suis que le témoin de Dieu. Il s'agit là d'actions personnelles, pas de société, pas d'assemblée, si vous préférez.

Mais là nous entrons dans un problème interne et nous nous éloignons du sujet d'Ingrid Bétancourt. Je demande pardon aux visiteurs de mon blog d'avoir succombé à la tentation de répondre à ce commentaire.
Ce que je disais à Emilie Clar, c'était simplement le cri d'un pauvre vieil homme dépassé, qui fait ses confidences dans son blog, qui est un blog personnel, je le rappelle, et qui aimerait bien n'avoir plus à s'occuper que de sa mission spirituelle.
Peut-être n'ai-je pas bien répondu à votre commentaire, que je ne suis d'ailleurs pas certain d'avoir bien compris.


03Avr08 79C32
Je soutiens tout de suite le commentaire de FadaRandol [79c30]. Il faut appeler tous ces va-t-en-guerre à la raison au nom de l'amour, de la paix et de l'intelligence. Mais envoyer des lettres n'est pas possible quand il s'agit de conflits dont l'un des camps agit dans la clandestinité ou ne semble pas avoir d'adresse. Il faut faire des appels à la radio ou mieux à la télévision.
Là vous avez des chances d'être entendu. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi ça n'a jamais été fait |...]
Jean-Michel


Réponse :
C'est vrai, l'aile blanche pourrait ne pas être une lettre, quoiqu'à l'origine ce le fut (Rév d'Arès xxv/6). Où ai-je la tête?
Dites-moi où et quand je dois me rendre à France Inter ou à une autre radio à grande portée, voire même (ce serait peut-être mieux) à la BBC ou à NBC, mais ne prenez pas rendez-vous pour moi ces jours-ci, parce que je souffre d'un gros rhume et j'ai une voix, déjà pas formidable à l'état normal, qui dans l'état actuel combine le canard (par le nez) et l'outre-tombe (par les poumons: bronchite!). Dans deux semaines ça ira mieux.
De mon côté, depuis trente ans, j'ai essayé d'avoir accès aux micros des grandes radios et aux grands plateaux de télévision, mais sans succès. Maladroit et ne connaissant personne, je m'y suis sûrement mal pris. Merci


03Avr08 79C33
Après avoir changé l'eau en vin, après avoir rendu la vue à l'aveugle, après avoir donné tant de signes et drainé tant de foules, Jésus a du se trouver bien seul sur la croix.
Après 34 ans de mission, vous vous retrouvez dans cette situation. Il y a là quelque chose d'intolérable, ne serait-ce que sur le plan matériel et visible. Mais j'imagine que sur le plan spirituel, il en va tout autrement. Dieu a bien fait comprendre que si vous étiez assisté par une organisation puissante et structurée vos ennemis, qui n'attendent que celà, seraient déjà devant votre porte!
Votre force est précisément dans votre solitude pitoyable, au moins en apparence, car n'oublions pas que le temple
d'Arès est le haras de ce fameux poulain agile (Rév d'Arès 10/10) auquel vous êtes lié et à qui vous avez rendu bien des services!
La reconnaissance viendra, j'en suis sûr, comme elle est venue pour Jésus.
Jacques P.


Réponse :
Je ne maugrée pas contre le fait que "la reconnaissance" n'est pas venue. Je m'en veux d'avoir pris sans le vouloir un ton qui laisse mes lecteurs penser cela. Je ne me compare surtout pas à Jésus sur sa croix.
Je crois avoir toujours dit que quatre générations ne suffiront pas (Rév d'Arès 24/2) et que pour La Révélation d'Arès, et pour son témoin donc, "la reconnaissance viendra" seulement après des générations de pénitence et de moisson.
J'ai seulement pensé et parfois (je m'en excuse) exprimé avec humeur que d'autres auraient pu faire bien des choses mieux que moi, vu mes faibles compétences en divers domaines, et vu la foi qu'ils proclament, et que j'aurais peut-être ainsi disposé de plus de temps et de paix pour enrichir ce qu'il me faudra laisser bientôt à mes frères plus jeunes: le legs de ma parole qui est la Parole (Rév d'Arès i/12). Il n'y a rien de plus. Merci en tout cas de reconaître que j'ai laissé à tout le monde la liberté du poulain agile.


04Avr08 79C34
Un copain, bilingue français-espagnol, m'a traduit simultanément une émission latino où il était question des FARC et de Mme Bétancourt. Il apparaît qu'une mission médicale française ou franco-colombienne a été éconduite par les FARC, qui rappellent qu'ils ne sont pas des primitifs au fond de la jungle et qu'ils disposent de médecins, des meilleurs médicaments, et que Mme Bétancourt est aussi bien soignée qu'elle permet qu'on la soigne. Elle aurait fait une grève de la faim qui l'aurait rendue malade. De tout cela il semble ressortir ce que vous disiez dans un de vos commentaires, que plus on parle de cette pauvre femme, plus on lui donne de prix, plus elle devient l'outil des faire-valoir, et moins les guerilleros ont envie de s'en séparer. Si les media et les agences politiciennes s'étaient montré plus discrets, elle serait sans doute déjà libre. Sans compter l'agacement que ce remue-ménage provoque chez des gens qui tiennent la forêt et le maquis, qui les a endurcis, et qui ne peuvent pas voir du tout les choses de la même façon que ceux qui parlent de tout ça au téléphone dans de confortables résidences ou bureaux.ou au bord de leur piscine.
J'ai été aussi intéressé par ce qui se dit, en marge, de votre isolement dans le lutte contre les Impôts ou pour la mise sur rails d'un train d'information internet. J'ai compris, en me référant à ce qui s'était déjà dit dans les commentaires des entrées précédentes (celle de Bénazir Bhutto surtout), que vous avez fait avec sagesse (sagesse de l'âge) votre deuil d'une mise en commun de forces arésiennes de type "Maison des Faucons" ou autre organisation.
Quand vous parlez de manquer d'aide vous pensez toujours et inévitablement à ce que devraient de toute façon, selon vos espoirs, avoir été les initiatives individuelles et, disons, fondamentales de ceux qui partagent votre foi. Comme vous pensez que chaque Pèlerin d'Arès est un individu pénitent et un moissonneur, vous pensez qu'il doit tout naturellement être un individu exerçant son témoignage de foi de toutes les façons que lui permettent ses talent et ses compétences et que cela doit, à un moment ou à un autre, être visible quand il s'agit de compétences dans le visuel ou le matériel. Malheureusement, ce n'est pas ce qui se passe. Si (supposons) chaque Pèlerin d'Arès est bien un pénitent et moissonneur actif, et donc des centaines et des centaines de fervents croyants, seuls les témoignages visibles de quelques uns d'entre eux, très peu, vous sont visibles à vous ou vont jusqu'à vous ou se proposent à vous.
C'est un phénomène sociologiquement ou psychologiquement (je ne sais lequel des deux mots convient) intéressant, car il démontrerait que la foi seule ne provoque que des convictions, mais ne provoque pas, sauf très rarement, de mouvements spontanés objectifs, concrets d'une portée ou d'une efficacité nécessaires à l'ensemble du groupe de foi ou à son maître à penser, son âme, que vous êtes.
Autrement dit, sans coups de pied dans le cul, le croyant est incapable d'autre chose que de croire.
Depuis des années j'observe votre assemblée, autant qu'on puisse l'observer. Pas facile, il ne se passe pas grand chose et ceux qui vous traitent de sectes parlent par haine de vous, rien de plus c'est évident, mais non par observation de faits qui n'existent pas. Il ne se passe pas grand chose, sinon quelques distributions de tracts colportant des bonnes intentions, rien que des bonnes intentions. À côté de cette faible activité il y a vous, Michel Potay. Vous êtes un admirablement efficace individu type dans une société sans hiérarchie ni loi, ni commandements, et vous devriez avoir fait des émules. Vous avez toujours encouragé les initiatives, à ce qu'on m'a dit. Eh bien, non, personne ne met ses pas dans vos pas, vous restez presque le seul.
J'ai aussi observé ce qui se passe sur la toile [Internet]. Quand un site, que je ne nomme pas, s'est mis à vomir sur vous et les Pèlerins d'Arès, je m'attendais (et je n'étais pas le seul) à ce qu'un certain nombre de sites arésiens apparaissent tout aussi spontanément dans les semaines qui suivaient pour lui répondre et le noyer sous un réseau d'information positive, mais je n'ai vu apparaître, et avec beaucoup de retard, que deux sites, dont votre blog, et encore pas spécialement orientés défense. Il n'y avait pas besoin d'organisation pour ça. Répondre à un éreinteur sur le même terrain que lui (un site) peut être aussi individuel et spontané que l'éreinteur lui-même.
Je m'étonne qu'il y ait si peu d'initiatives inividuelles dans un mouvement qui promeur la "liberté absolue"... Contradiction absolue?. Vous prouvez par vous-même, Michel Potay, qu'un homme plein de foi et de sincérité peut faire beaucoup avec les moyens du bord. Pourquoi d'autres Pèlerins d'Arès n'en font pas de même, chacun avec sa spécificité, sa personnalité. C'est pour moi un sujet d'observation d'autant plus grand que vous affirmez qu'il y a chez vous des gens capables.
Je suis curieux de voir apparaître ce site que vous réalisez en ce moment, que d'autres que vous et moins occupés que vous auraient pu réaliser, puisqu'il est la "compilation" de concepts connus de tous les Pèlerins d'Arès depuis longtemps.
Pierre G.


04Avr08 79C35
Cela me gêne que vous n'ayez pas répondu à Pierre G [Commentaire 79C34]. Il dit que les Pèlerins d'Arès sont inactifs. C'est faux. Ils ne font pas que distribuer des tracts. Il n'y a pas sur Internet que vos sites, il y a aussi des sites installés par nos groupes comme Sarments de Paix à Paris, qui a aussi un site Eau Bleue, je crois. Il y a aussi un site du groupe de Marseille. Il y a le site Revelation-Arès.info qui vient de Bordeaux, je crois. Les Pèlerins d'Arès n'ont pas besoin de "coup de pied au c..." pour prendre des initiatives. Pour Ingrid Bétancourt on ne sait pas trop quoi faire, c'est vrai. Comme vous l'écriviez à Fafa Randol il faudrait savoir comment les contacter là-bas au fond de leur forêt amazonienne.
T


Réponse :
Je n'ai pas répondu à Pierrre G. [79c34] parce que c'est un observateur extérieur, que je ne connais pas (j'en un doute sur la personne en tout cas) et que pour lui répondre exhaustivement il m'aurait fallu beaucoup de place. Ce n'est pas la vocation d'un blog que d'aller au fond des choses. Néanmoins, j'ai trouvé ses observations intéressantes de la part d'un scrutateur. Il est toujours instructif d'entendre ce que le monde extérieur dit de nous.
Il est un point sur lequel je suis absolument d'accord avec lui. C'est le point concernant  "le site qui s'est mis à vomir sur les Pèlerins d'Arès" auquel n'a répondu aucun site qu'un frère ou qu'une sœur aurait à cette intention et tout à fait légitimement créé et installé sur le net. Comme Pierre G. et d'autres je m'attendais moi-même à voir s'installer plusieurs, peut-être même trop de sites pour la réplique. Il n'y en eut aucun.
Ce que le commentateur 79C34 dit, je l'ai dit à plusieurs reprises — et dernièrement encore — à un certain nombre de mes frères qui me reprochaient ma passivité face à cette attaque. Je crois que la seule réplique qui a été apportée à cet "éreinteur", comme l'appelle Pierre G. l'a été, il y a quelques années, dans un forum (ou plusieurs?) forums d'une façon qui aurait dégénéré en grossièreté, m'a-t-on dit. On m'a aussi reproché de ne pas avoir admonesté les frères discutailleurs en question. Finalement je n'ai eu que des reproches dans cette affaire qui, c'est vrai ne m'a jamais ému beaucoup, parce que d'une part je pardonne "l'éreinteur", d'autre part je sais que des critiques inélégants ou violentes, des pamphlétaires, des rivarol, on en trouve toujours devant soi dans tous les domaines et à toute époque et tout spécialement dans celui des mouvements idéologiques.
Pierre G. reprend ma propre pensée à peu de choses près. Voilà ce que j'écrivais il y a quelques jours sur le site privé d'un de nos frères où était abordé le sujet du site critique en question. Je fais un copier-coller:

"[...] On ne combat pas un bonhomme qui est contre en étant contre lui, mais en étant pour autre chose! C'est ce qui n'a pas été fait. Alors, je ne plains pas l'assemblée, elle n'a que ce qu'elle méritait: Des mensonges qui l'accablent, parce qu'elle n'a pas su clamer [...] sur le même terrain: l'Internet, les vérités qu'il faut dire au monde.
Autrement dit, ce pauvre type était tout seul contre nous mais on lui laissait toute la place, on lui laissait le champ libre. On aurait dû voir s'installer dans les trois mois après son apparition dix, vingt, trente sites positifs, non pour dire: [Untel] n'est qu'un méchant et un menteur (il n'y avait même pas besoin de le nommer ou de parler de son site, il y aura toujours des contre, on n'y peut rien), mais pour dire: Voilà la Vérité: La Révélation d'Arès, la pénitence, l'amour, la paix, la liberté, l'intelligence.
Pendant des années [Untel] a occupé le haut des moteurs de recherche quand des visiteurs tapaient Arès. Et nous? Nous étions simplement absents. Pendant des années nous n'avons quasiment rien installé de sérieux sur l'Internet, alors que nous sommes [des milliers, dont des centaines de militants] attaqués par ce pauvre type tout seul et que nous avons des professionnels de l'informatique, des graphistes, des sœurs et frères de talent pour lancer la mission sur le web... Nous n'avons pas lieu d'être fiers. Oui, je l'affirme, on lui a laissé le terrain à lui tout seul. Ne nous plaignons pas qu'il ait pu gagner tant d'audience et que nous, nombreux et nantis de certains moyens comparés aux moyens dérisoires que cet homme (même aidé de [Untel-2]) a et qui devrait être aujourd'hui en troisième ou quatrième page des moteurs de recherche [...]"
Comme vous voyez, la pensée de Pierre G. a sans le savoir rejoint la mienne. Pourquoi lui aurais-je répondu?


04Avr08 79C36
Ce soir j'ai lu attentivement tous les commentaires de cette entrée et, par effet de voisinage, j'ai lu les commentaires des entrées précédents. Je suis un Pèlerin d'Arès isolé. Pèlerin d'Arès au sens où je suis venu deux fois au Pèlerinage dans les années 90, mais sans me lier à un groupe. L'indifférence, l'indifférence hostile, si on me permet l'expression, de ma femme V. m'en a empêché. Je n'ai quand même pas arrêté d'avoir la vraie piété qui est de prononcer la Parole pour l'accomplir (Rév d'Arès 35/6)... pour l'accomplir comme je peux.
Quand on lit vos commentaire on a une furieuse envie de vous connaître, de vous écouter, d'être proche. Je suis sûr que beaucoup ressentent ce besoin de proximité aussi furieusement et, rien que pour ça, je vous dis merci pour ce blog. Votre isolement reste quand même difficile pour vous et pour les atres, il est d'autant plus énigmatique et on a la tentation de penser que vous l'avez voulu. Quand on vous lit, on finit par comprendre que ce n'est pas le cas. Alors?
Un commentateur souhaite qu'un "réseau" s'établisse pour vous apporter l'assistance dont a besoin celui auquel on se confie. Il ne s'agit ni de chef ni de commandant, mais seulement de celui auqul on se confie. Mais on ne fait rien avec un "réseau". Dirigeant une petite entreprise de travaux publics, je ne vois pas comment je pourrais lancer et conduire un chantier en "réseau" avec mon personnel. Il faut être tous ensemble sur le tas. Le mariage est pareil. On ne vit pas en "réseau" avec sa femme et ses enfants, mais on partage physiquement la vie.
J'ai conscience que je suis loin du sujet; Ingrid Bétancourt, mais c'est plus fort que moi. Je considère le sujet comme important pour l'avenir spirituel du monde, plus important qu'Ingrid Bétancourt. Je crois que les années d'après la deuxième guerre mondiale avaient mis Dieu en état d'infériorité. Il est revenu parler aux homme, à Arès en France, pour leur rappeler la Vérité, mais à mes yeux c'est à vous qu'il doit sur terre d'avoir déjà remporté une victoire inespérée sur l'athéisme et le christianisme-système (le mot est de vous), parce que Lui ne veut pas intervenir dans l'Histoire et vous a laissé à vous, un inconnu sans moyens, le soin de cette intervention. Elle [l'intervention] semble insignifiante, étouffée sous le bruit mondial, mais je vous dis que c'est déjà une victoire. Vos frères vous y ont aidé, beaucoup aidé, mais c'était des années 70 aux années 90 et depuis les missions se sont installées, ont des locaux, des commodités, mais semblent devenues invisibles.
Mais surtout elles vous ont laissé tout seul au moment où elles auraient peut-être eu le plus besoin de vous.
Le bon sens fait déduire à n'importe qui que, aussi longtemps que vous avez pu vous déplacer, faire des rencontres, encourager, vous avez montré un allant, une perspicacité, une prudence, un sang-froid, une perpétuelle référence à la Parole et en même temps un enthousiasme qui ont produit un fort encouragement, mais la circulation des connaissances et des services, la "noria" dont vous vouliez faire la Maison des Faucons, ne s'est pas installée, parce que les godets ne se sont jamais attachés à la roue. Et maintenant que la roue (vous) tourne au ralenti (l'âne ou ne bœuf est fatigué) le peu d'Eau qu'elle pouvait remonter par ses bois ne remonte presque plus.
Je dramatise peut-être. En fait, vos frères ont cru et croient en vous sur le Fond, mais ne partagent peut-être pas vos visions pratiques du prophétisme. Ou ils ne comprennent-ils peut-être pas bien ce que vous dites ou demandez, parce que les contacts sont trop rares; votre pensée et votre parole ne leur sont pas familières. Je me souviens d'un Pèlerin rencontré à Arès dans les années 90 qui me dit: "Non, le frère Michel ne laisse pas faire. Il demande. Il demande aux uns et aux autres de faire ceci et cela, mais comme il ne demande ensuite aucun compte, on croit qu'il a oublié ce qu'il a demandé. Finalement rien ne se fait." J'ai pu cette année-là parler un peu avec sœur Christiane, qui m'a dit: "C'est vrai, frère Michel ne demande jamais deux fois ou très rarement. On croit qu'il a oublié. Pas du tout. En fait, c'est un homme d'une grande courtoisie qui trouve inconvenant de rappeler à une personne qu'elle aurait pu oublier. Il surestime tout le monde. Si la personne ne fait pas ce qu'il a demandé, il a généralement l'humilité de dire: La personne a dû penser, sûrement à juste raison, que j'avais eu tort de demander ça." Je fus très étonné mais aussi éclairé. C'était une attitude d'homme de sagesse antique, pas celle d'un homme moderne. Les malentendus et les méprises n'ont pu qu'être répétées. Vous semblez quand même mieux comprendre aujourd'hui comment parler aux hommes. De toute façon, je m'explique mal pourquoi un minimum de relations studieuses et constructives ne s'est pas établi entre vous et votre descendance spirituelle.
C'est bien, en tout cas, l'antithèse absolue de ce que la mode appelle "secte". On ne peut pas être plus le contraire de la secte que les Pèlerins d'Arès. La "secte" fonctionne par une structuration et une discipline sans faille. Chez nous, et je suis fier de la dire pour finir, c'est tout le contraire. Je crains d'avoir apporté une fois de plus plus de questions que de réponses, mais encore merci, frère Michel, pour toute la liberté sanctifiante que vous avez introduite dans nos âmes.
Paul-Emmanuel


05Avr08 79C37
C'est vrai que cette malheureuse Mme Bétancourt semble abandonnée dans le cadre de l'entrée présente au profit de commentaires qu'a provoqué votre réponse à Rémy M. [79C15]: votre isolement insolite au sein des Pèlerins d'Arès dont vous êtes le père comme dit Le Livre (Rév d'Arès xxxii/14) et votre combat corps à corps, sans assistance, contre le fisc et contre certains problèmes posée à la mission prophétique des Pèlerins d'Arès dans lesquels tous, en tout cas beaucoup, devraient s'impliquer. Moi-même je n'ai jamais rien fait, sinon croire avec ferveur, comme n'importe quel catholique, juif ou musulman de base. Croire, oui, mais faire? Nous ne savons pas quoi et comment faire.
On entend dans l'assemblée qu'il n'y a rien de mystique ni de structurel dans La Révélation d'Arès et qu'à cause de ça personne ne sait comment s'y prendre et que vous auriez dû montrer la voie, mais je crois que vous l'avez montrée. Si les frères qui ont entendu vos recommandations les avaient répercutées, nous saurions tous que vous avez montré la voie et même suggéré beaucoup de pistes.
Sous ce rapport je trouve très intéressante l'intervention de Pierre G. qui rappelle que vous n'attendez plus depuis longtemps des Pèlerins d'Arès une efficacité collective de type entraide massive (Maison des Faucon), mais simplement que "chacun fasse son devoir," comme disait je ne sais plus quel grand homme. Ce devoir n'est pas, pas fait souvent. Mais je crois là qu'il y a une erreur de déduction. La question n'est pas de chercher si La Révélation d'Arès rejoint ou ne rejoint pas le système du monde et ses types de société ou d'organisations, mais seulement de savoir ce que les Pèlerins d'Arès y ont trouvé. Parce que La Révélation d'Arès ne se réfère à rien d'existant. C'est dans notre cœur qu'est la réponse.
Il y en a aussi qui pensent que vous-même souhaitez être seul, que le faucon est un oiseau solitaire, que vous êtes jaloux de de ce que vous faites et gagnez: vos revenus, l'ISF, le nombre de livres que vous vendez, et que de ce fait vous ne souhaitez pas trouver d'aide comptable dans l'assemblée. Ils trouvent comme ça normal que vous vous retrouviez seul contre le fisc. En réalité, on se rend compte que ce n'est pas la  réalité, que votre situation a été amenée au cours des années par une suite de tâtonnements, de méprises et malentendus (comme dit 79C36), d'incompréhension entre la vieille et la jeune génération de Pèlerins d'Arès (34 ans déjà!), de qui pro quo et de va-et-vient de frères et de sœurs. On trouve très peu de témoins de l'époque où il était question de La Maison des Faucons (1986-1987, je crois). Nous n'avons pas accompli la tâche première et dernière de notre foi qui est de bien comprendre La Révélation d'Arès.
Signature


Réponse :
Je ne suis pas soumis à l'ISF, n'étant qu'un petit propriétaire, et je gagne moins que ma plus jeune fille qui est ingénieur. Il n'y a pas de secret dans tout ça. En le publiant, j'ai eu peur de laisser penser que je me plains de ne pas gagner assez et que je possède peu. Ce n'est pas le cas. Je laisse beaucoup aux associations, notamment au Pèlerinage, qui a de gros besoins, vu les travaux importants et coûteux réalisés ces années dernières et les travaux en vue, et aussi parce que ce Pèlerinage entièrement gratuit impose un gros budget d'entretien. Quant aux raisons de ma solitude, vous avez raison de dire que c'est, somme toute, le résultat d'un long processus, de méprises, dialogues de sourds et autres choses de ce genre. Vous avez aussi raison de dire que, malgré tout, certains frères auraient pu réagir et réveiller le besoin que toutel'assemblée a de ma personne tant que je suis vivant. Après tout, ça ne semble pas manquer à beaucoup.
J'espère qu'on va revenir à Ingrid Bétancourt.


08Avr08 79C38
Il y avait, dimanche [6 avril], une marche blanche à Paris, de la place de L'Opéra à l'Assemblée Nationale, pour appeler à la libération d'Ingrid Bétancourt (et des 3000 autres otages du FARC en Colombie).
Bien sûr, nous apportons notre soutien à cette démarche qui est humaine et chaleureuse, qui consiste à tout faire pour obtenir sa libération.
Mais un Pèlerin d'Arès ne peut se contenter d'une action qui manque d'un sens profond de changement (au sens où l'entend La Révélation d'Arès). Car les Pèlerins d'Arès, devenus des pénitents, ont un message, un grain spirituel spécifique à transmettre au monde, que nul autre qu'eux ne peut transmettre.
Cela, il va bien falloir que ce monde commence à le comprendre (et/ou l'admettre), même un tant soit peu.
Un Pèlerin d'Arès me disait récemment: "Notre espérance que le monde peut et doit changer par la pénitence indique le chemin que nous proposons et que nous suivons." En cela, je suis tout à fait d'accord avec lui, mais le petit bémol que je voudrais ajouter, c'est: "Qui s'occupe(ra) de lancer (et/ou relayer) ce Cri au monde (qui en a bien besoin) de la nécessité absolue (et incontournable) de la pénitence?
Dit autrement: Comment la Paix de Dieu (la seule paix durable possible entre les humains) pourra-t-elle se planter dans ce monde, hors la pénitence? (Ou |hors] une notion même élémentaire de pénitence: ne pas faire le mal, opter pour le bien : aimer, ne pas juger, pardonner (qui est une sagesse), etc.)?
Cela s'applique notamment à la Colombie et à tous ses habitants, qui porte actuellement le triste record d'être l'un des pays les plus violents au monde (après la Russie: source OMS).
Être Pèlerin d'Arès, c'est affirmer face au monde et à la communauté internationale qu'aucune loi ne pourra jamais changer le cœur de l'homme !
La foi et la vie spirituelle, par la pénitence, au sens où l'entend La Révélation d'Arès: OUI !
--------------------------------------------------------------------------------------
Je voudrais adresser ce message à mes frères colombiens :

A todos mis hermanos de Colombia,
Usted no será capaz de salir de sus problemas sin aceptar que usted es un país entre los más violentos en el mundo,(después de Rusia), y que eso es realmente un mal, de la que usted tendrá que tomar realmente conciencia de cambio, es decir, para que pueda encontrar lo que participa de la plenitud de la felicidad humana.
Usted tiene un ejemplo, lo que nos parece muy interesante, su estrecha entre los vecinos, en Bolivia, que han sabido aprovechar esta vía de la razón y el amor (que debería ser natural), y que hizo que la prueba de ello, recientemente, en el mundo : Tome modelo sobre ellos!
Para mis hermanos de Colombia, en la fe y la esperanza,
Dios apareció en Francia para lanzar un mensaje de gran importancia para nuestros países occidentales (y / o de abrahamic raíces), cuya sentencia pivote es :
La verdad, es que el mundo debe cambiar (La Revelation de Arès - 28/7)
Debemos sentir esta necesidad de las buenas en el fondo de nosotros y compartirlo, en su aplicación práctica, todos los días.
-----------------------------------------------------------------------------------------

J'attire spécialement l'attention des lecteurs français de FreesoulBlog de la prochaine sortie du film "Désengagement" d'Amos Gitaï sur les colons israliens (avec Juliette Binoche) vers lesquels il est allé, bien qu'il ne partage pas leur façon d'agir, pour mieux comprendre leur point de vue. Cela me semble être une démarche intelligente et exemplaire, qu'il faudrait multiplier pour réussir (et participer) à promouvoir (les ingrédients de) la paix (durable), par l'intelligence du cœur (qui n'est pas une théorie mais un état, ou résultat d'un travail sur soi, combiné à l'action, ou pénitence), partout où c'est possible.
Guy


08Avr08 79C39
Revenons à la Colombie et à ses violences qui nous font tous souffrir puisque l'amour évangélique nous fait sentir en notre chair celle de toute l'humanité et donc ses souffrances. Nous entendons beaucoup parler de la violence des FARC, mais celle qui vient du côté du pouvoir officiel n'est pas meilleure. Elle est plus organisée, structurée et hiérarchisée et en conséquence peut devenir pire.
Un article récent du "Washington Post" parle d'un compte sordide organisé par les pouvoirs militaires de la Colombie, et l'information peut être malheureusement considérée comme vraisemblable dans ce pays. Comme la police française a des objectifs chiffrés d'expulsion des étrangers sans papiers qui se traduisent par des victimes involontaires, l'armée colombienne a des objectifs chiffrés d'élimination de "guerilleros" et les soldats ont des récompenses, primes ou jours de congé en fonction du nombre de "guerilleros" abattus. Une pratique se serait développée d'enlever des paysans pauvres ou des laissés pour compte des bidonvilles, de les tuer, de les transporter en zone de combat, de les habiller de treillis et de les déclarer comme tués au combat.
D'après un rapport commun de 187 organisations de droits de l'homme, il y aurait eu en cinq ans 955 cas répertoriés de civils tués puis enregistrés comme guerilleros tombés au combat. Les enquêtes diligentées sont confiées aux militaires, mais la rapide augmentation de ces cas les rend plus difficile à taire.
En 6 ans, l'armée colombienne a doublé ses effectifs, passant à 270 000 hommes grâce à l'aide américaine et devenant la deuxième armée d'Amérique Latine. Il y a certainement dans l'armée colombienne comme chez les FARC des personnes sincères, courageuses et se comportant avec humanité, mais statistiquement, toute augmentation rapide d'effectifs faite à la hâte donc recrutés avec peu de discernement ne peut qu'augmenter davantage encore le nombre de soldats dangereux, prêts à tout pour assouvir de bas instincts tant qu'ils ne sont pas pris. C'est aussi une des causes des dérives des "boys" en Irak.
Comment aider nos frères colombiens, qu'ils se sentent d'un côté ou de l'autre ou qu'ils soient pris entre deux feux?
À chaud, il est difficile de trouver une réponse intelligente. On peut toujours panser les plaies en aidant les humanitaires de nos dons, rechercher des initiatives civiles comme celle proposée en 79C16. Mais à froid, il faut s'informer en profondeur, réfléchir, chercher à comprendre les causes de toutes ces violences pour mieux les éradiquer. Par exemple en faisant tout pour que dans nos pays, l'Occident riche, on éradique la consommation de drogue (je ne crois pas à l'interdiction, toute théorique, mais à l'éducation et aux soins, car les drogués sont des malades). Ou en utilisant notre influence de consommateur pour se donner un devoir d'ingérence dans les injustices sociales comme ceux de Nike l'ont fait pour les contraindre à plus de rigueur dans le choix des fournisseurs. Mais plus que jamais, l'urgence devient criante de lutter sur le fond pour la solution spirituelle, pour restaurer partout l'image et ressemblance de Dieu en l'homme, c'est le seul rempart crédible et durable contre de telles atrocités.
Milang Gompeng


08Avr08 79C40
Dans la nature on peut observer un certain équilibre entre prédateurs et proies. Celles-ci ne sont pas dénuées de moyens de défense et c'est ainsi que sont éliminés les incompétents et que les uns affinent leur tactique d'approche et les autres leurs moyens de défense, en faisant même des alliances avec d'autres espèces animales ou végétales. Mais, la chance de la race humaine c'est de pouvoir développer une autre approche de la vie, non sur le principe proie-prédateur mais sur le principe fort et sage au service de faible et petit. Ceux qui ont compris cela se trouvent en décalage par rapport à ceux qui n'ont pas compris ou ne veulent pas comprendre.
Être raillés, calomniés ou même tués est le risque pour les pionniers, dont Ingrid Bétancourt.
L'espérance c'est que si certain ont compris, d'autres suivront. L'exemple des premiers n'est pas sans résultat de toute façon, mais, sans relance l'homme retombe dans ses vieilles habitudes.
C'est pourquoi le mouvement prophétique à besoin de relais obstinés, convaincus que la solution est dans la vie spirituelle retrouvée.
M.H de L.


08Avr08 79C41
Selon votre conseil, j'ai relu la Veillée 5: Il est évident que votre point de vue est cohérent. Toutefois la formulation de La Révélation d'Arès reste ambiguë car le lecteur lambda pense que la définition du champ est faite à partir d'Arès alors qu'elle s'applique à un observateur situé en tout point de la terre. Cette ambiguité n'est pas sans me rappeler celle de la Bible : "Allez enseigner les nations" qui a abouti à une méprise spirituelle pendant 2000 ans, tout ça parce que la mention "d'Israël" a été oubliée.
Cet exemple montre bien l'importance du prophète qui, parait-il, se sent parfois inutile...
Quant à Ingrid Bétancourt, croyez vous qu'elle estvraiment oubliée sur cette entrée. Malgré sa médiatisation insolente, elle se sent seule... comme vous, sauf qu'elle, elle en a marre et se laisse mourir.
Votre entrée laisse beaucoup de questions sur les intentions d'Ingrid de vouloir réconcilier la Colombie des riches et la Colombie des pauvres: c'est à la fois totalement utopique et totalement arésien.
C'est ce qui m'amène à vous interpeler à nouveau sur le verset: J'allongerai les riches et les forts dans la poussière..., mais c''est la phrase qui suit qui m'intrigue plus encore (je cite de mémoire): ...et pourtant tu resteras doux et pacifique (Rév d'Arès 35/14). Je ne vois pas du tout le lien de causalité que Dieu établit entre ces deux propositions. Est-ce que l'action de Dieu doit se produire pendant votre vivant et donc se joindre aux espérances d'Ingrid Bétancourt? Il me semble que vous en savez plus que vous ne dites, mais veuillez ne pas tenir compte de ce commentaire si je suis indiscret.
Jacques P.


Réponse :
Vous avez raison de ne pas voir de "lien de causalité" entre les deux parties de la phrase que vous citez (35/14), parce qu'il n'y en a pas. La phrase dit ce qu'elle dit très clairement: Les riches et les forts sont allongés dans la poussière sans que j'aie à intervenir dans ce processus. C'est tout. Mon rôle est de prophète, non de chef de guerre ou de conducteurs d'actions qui d'ailleurs viendrontt par des événements dont ma mission prophétique aura peut-être été la cause morale, mais non la cause dynamique ou violente. Il y a dans La Révélation d'Arès plusieurs autres événements violents annoncés dont je ne suis pas la cause directe: On tirera de leurs palais et de leurs temples les hypocrites... (28/8), etc.


08Avr08 79C42
Je me souviens que je lui avait fait un courrier [à Ingrid Bétancourt] après avoir lu son livre "La Rage au Cœur".
Je lui avait conseillé à l’époque la prudence face à la mafia, le cartel de la drogue, etc. Certes, c’est une femme courageuse qui avait envie de faire changer la vie de souffrance du peuple, mais elle n’a pas été assez prudente. Le courage, la passion oui, mais il faudrait une grande prudence dans des conditions aussi  extrême.
Je ne suis pas d’accord avec Pierre G. 79c34. C’est toujours plus facile de faire des critiques des Pèlerins d’Arès quand on ne les connaît pas. Si cette personne s’engageait dans la voie dela pénitence et de la moisson elle verrait que ce n’est pas toujours facile d’œuvrer dans la voie arèsienne au quotidien.
Chaque pèlerin avance à son rythme, [selon] ses efforts et sa liberté [possibles, ce] qui abouti à l’éveil de sa conscience pour se déculturer du système et se remplir de la Parole du Père. D’ailleurs, La Révélation d’Arès 31/5 nous dit: La Moisson que Je t’envoie faire, homme Michel, est un labeur pour les géants des temps anciens. Certes ceci est [dit] pour la moisson, mais vaut aussi pour la pénitence. Quatre générations ne suffiront pas (Rév d'Arès 24/2). Nous ne distribuons pas que des tracs, nous ne sommes pas des propagandistes, mais des hommes et des femmes qui invitons le prochain vers la voie du bien, de l’amour, du pardon, à partir de  notre vécu.
Nous progresserons encore lorsque nous aurons mis ensemble et avec vous, frère Michel, un collectif de fonction, et petit à petit nous construirons la grande assemblée que Dieu veut. Ne nous décourageons jamais, nous devons progresser avec patience. Il y a un décalage entre la large vision du prophète et nos petites propositions qui ne le satisfont pas.
Simone L.


Réponse :
Je n'ai pas ressenti le commentaire de Pierre G. (79c34) comme une critique, mais comme l'honnête témoignage d'un observateur, qui n'est pas Pèlerins d'Arès, qui n'est qu'un sympathisant. J'ai entendu des propos similaires dans la bouche d'autres observateurs, qui à peu près tous se demandent ce que nous faisons en dehors de distribuer des tracts de temps en temps.
Je sais très bien que vous faites beaucoup plus que cela, vous organisez des rencontres, des causeries, vous portez témoignage et aidez spirituellement les personnes qui le souhaitent, mais, je le répète, il n'est pas intéressant de savoir que le monde nous aperçoit à peine. Nous manquons indiscutablement d'une présence publique plus marquée.


09Avr08 79C43
J'ai appris très tôt ce matin que les FARC avaient éconduit la mission sanitaire française envoyée pour soigner Igrid Bétancourt (et peut-être d'autres otages) et que M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires Étrangères, avait décidé de se rendre sur place lui-même. Les FARC ne valent pas mieux que les autres. Ce sont des gens inhumains qui refusent toutes les offres désintéressées des ONG et qui ne pensent qu'à leur guerre. De plus, ces gens sont athées, des athées féroces. Ils ne peuvent admettre la valeur d'un monde différent du leur ou de celui qu'ils envisagent de créer par leur combat.
Je profite de ce commentaire pour vous demander si vous comptez mettre en ligne bientôt ce site généraliste sur lequel vous travaillez, que beaucoup attendent comme est toujours attendu ce qui vient de vous. Ce site sera-t-il bilingue?
Pascal Y.


Réponse :
Il y a déjà plusieurs jours que j'ai appris que la mission médicale française n'avait pas pu approcher l'état major des FARC et pas pu dépasser les avant-gardes de la guerilla. Néanmoins, d'après certaines informations qui m'ont été données (sous toute réserve), ils auraient accepté les vaccins et médicaments destinés à Ingrid Bétancourt et auraient eu connaissance d'un bulletin de santé établi par un médecin de la guerilla, qui aurait promis d'administrer le traitement à l'otage. La guerilla a donc un service sanitaire et disposerait même d'au moins un bloc chirurgical de campagne offert par Cuba ou le Vénézuela (N'oublions pas que Che Guevara lui-même était médecin).
Comme vous je regrette que cette mission sanitaire n'ait pas pu rencontrer Mme Bétancourt, qui souffre, mais d'un autre côté on comprend que les FARC agissent avec des précautions d'assiégés qui ne veulent pas voir entrer au cœur de leur forteresse forestière des "éclaireurs" de l'armée colombienne qui, sous déguisement d'infirmiers ou d'infirmières, viendraient observer leurs positions.
Concernant le site généraliste, je le crois assez avancé pour le mettre très bientôt en ligne, J'y suis d'ailleurs contraint pour raisons pratiques: Sœur Christiane, polyarthritique, est en pleine crise, très douloureuse; elle est alitée, a besoin de moi. Je ne suis pas très brillant moi-même, mais c'est l'âge. Donc partagé entre mon épouse souffrante et le bureau, je suis forcé de m'alléger de certaines tâches. D'où la très proche mise en ligne du site. Je continuerai d'en parfaire ou compléter peu à peu la présentation et les textes, tous courts, d'autant plus difficiles à mettre au point. Dans mon état d'isolement il m'est impossible d'attendre l'achèvement complet. Je crois quand même que, dans son état d'avancement, le site ne décevra pas trop et fournira au monde profane, auquel il est destiné, des informations fondamentales accessibles aux personnes non habituées aux sujets spirituels. Il me faudra traduire ce site en anglais, bien sûr, mais je n'en ai pas le temps actuellement.


09Avr08 79C44
J’imagine que cette grande contrariété, qu’ont soulevée les soucis provenant du fisc, vous ont affaibli physiquement et moralement. Qui, ayant rencontré de tel soucis, et quelque soit l’âge, ne s’est pas senti perturbé dans son corps et sa tête, jusqu’à ne plus dormir la nuit? J’espère que votre santé ne va pas en être à nouveau affectée, car, dans les relâchements, le corps réagit parfois en décalé. Un peu comme l’effet du boomerang.
Je pense aux actions audacieuses que nous pourrions mener, conjointement avec le reste et petit reste. Trente années! C’est une goutte d’eau dans l’immense Mer [de Dieu et sur l'immense champ] à moissonner.
Nous n'en sommes qu’au balbutiement.
Alors, dans notre département, nous décidons d’aller de villages en villages .L’occasion de découvrir la multitude de communes dispersées .Car, l’accueil dans les petites bourgades peut être plus chaleureux que dans les villes où le bruit couvre tout. Chaque village à une petite salle qui peut être mise à disposition, nous permettant d’établir un échange.
Qui connaît l’évènement de la venue du Créateur à Arès, en France?
Qui a vraiment conscience que, si nous colportons son Message de Vérité, il donnera au monde la clé du Bonheur Universel?
Moulons nous, à l’image de l’Amour, du Pardon et de la Force qu’il donne, de la Paix absolue, de la Liberté Absolue en nous libérant de tout préjugé.
Qu’enfin, grâce au Message que nous transportons, le Bien s’installe en nous et dans le monde, petit à petit!
Frère Michel, vos conseils sont toujours d’une grande richesse spirituelle. Bien que vous ne soyez le chef de personne, comment voyez-vous la mission à venir qui donnerait l’éveil dans bien des consciences?
Patricia C.


Réponse :
Pendant des années et des années, en gros de 1978 à 2002, j'ai beaucoup parlé de la mission, fait de nombreuses suggestions, encouragé l'imagination et la diversification de l'action apostolique, bref, j'ai largement donné à mes frères et sœurs les informations que vous me demandez. Si elles n'ont pas circulé, j'en suis désolé.
Les choses de la mission ne peuvent pas être mises par écrit ni rendues publiques, car nos ennemis guettent toutes les idées et consignes qui peuvent circuler entre nous concernant la moisson pour les contrecarrer. Nous sommes un peu les FARC, les rebelles, les guerilleros, de notre monde d'idées français et européen.
Tout apostolat est un combat pacifique, mais combat quand même contre le système établi dont l'apôtre contrarie toujours les projets. Pour cette raison j'avais pris comme slogan pour notre grande mission L'Œil S'Ouvre en 1988, celui-là même de Jésus il y a deux mille ans: "Reprenons la lutte!"
Ceci dit, vous avez raison de commencer par le commencement, c'est-à-dire répandre la nouvelle de l'événement d'Arès: Le Créateur est revenu parler au monde par la voix de son messager Jésus en 1974 et par sa propre Voix directement en 1977. Le Père nous envoie moissonner les pénitents qui formeront le petit reste, mais pour que ces pénitents se reconnaissent dans le projet que propose La Révélation d'Arès il faut bien qu'ils apprennent l'existence de celle-ci.


10Avr08 79C45
Quel idéal motive l’action d’Ingrid Bétancourt dans un pays si difficile?
Comme elle, beaucoup d’autres épris de justice pensent résoudre les problèmes par la politique et ses lois. Les idéalistes ne manquent pas de courage mais ne sont pas toujours réalistes. Maintenant la voilà détenue par les rebelles au fond de la jungle colombienne. Quel sort pénible pour une femme comme Ingrid! C’est vrai que cela nous touche. Nous aimerions bien aider à sa libération. Mais quelle stratégie adoptée ? Elle sert de bouclier humain. Donc les FARC ont tout intérêt à la garder en vie. Sinon l’armée peut les attaquer.
C’est peut-être une chance pour Ingrid d’être malade, car ainsi ses ravisseurs seront plus enclins à la libérer, car un otage mort, ne jouerait pas du tout en faveur de leur cause.
Des hommes font des efforts. L’envoi d’un avion sanitaire est une bonne chose. Si dans son malheur Ingrid trouve la foi et entre en pénitence ilne faut pas désespérer de la grâce qui n’abandonne jamaisle pénitent. C’est souvent dans les moments les plus difficiles quand on baisse les bras que le miracle arrive. Donc, le meilleur que je puisse souhaiter à ma sœur Ingrid, c’est que la grâce du Père se penche sur elle. Ingrid Bétancourt est aussi un exemple de courage que peut montrer une femme, même si elle a manqué de prudence comme Jésus en se livrant à ses ennemis.
Alors Ingrid, tiens bon ! Nous sommes nombreux à penser à toi. Que la force de notre amour te soutienne dans les moments difficiles. Tu es un honneur pour les femmes qui combattent pour la justice même si tu n’as pas trouvé le meilleur moyen, car, nous le savons depuis que Dieu est revenu parler à Arès, ce n’est pas la politique avec ses lois qui peut résoudre les problèmes des hommes, mais bienle changement de vie de chaque homme en bien, en aimant, en pardonnant, en développant l’intelligence spirituelle (intelligence du cœur).
Au-delà de la libération d’Ingrid, il y a le problème de la Colombie. Là aussi, il faut que les FARC revoient leur moyen d’action. Peut-être que tous les hommes encourageant les protagonistes à faire des efforts, à déposer les armes et à faire la paix, [finiront par les convaincre], mais cela risque de prendre du temps.
Peut être que l’otage libéré, Luis Eliado Perez, qui a l’air de connaître Ingrid Bétancourt pourra faire quelque chose dans son pays pour détendre la situation? Prendre contact avec cet homme qui semble avoir une bonne connaissance des FARC, d’Ingrid et de son pays, lui demander conseil pourrait être une démarche judicieuse.
Decadi


10Avr08 79C46
C'est un signe des temps que l'on parle beaucoup de beaucoup de choses dont on ne sait pas grand chose. Je veux dire pas grand chose derrière les masques. C'est exactement le cas d'Ingrid Bétancourt et, au-delà, le cas des FARC et même de la société colombienne qui tient le pays et qui combat les FARC. C'est évidemment le cas des Pèlerins d'Arès et de vous, Frère Michel, dont je viens même d'entendre dire que vous seriez mort au début des années 2000 et que c'est quelqu'un d'autre qui perpétue votre présence en utilisant de vieilles photos de vous, qui expliquerait que sur certaines vous avez encore l'air si jeune. Il y a plusieurs années que je ne vous ai pas vu, mais je ne peux pas croire que le webmaster de ce blog est un substitut.
Tout ce qu'on lit d'Ingrid Bétancourt, des FARC et du parti colombien au pouvoir est de la propagande politique. On ne voit pas les humains que cette propagande cache. Tout est donc faussé dans nos pensées à propos de cette affaire de Colombie, parce qu'on ne connaît que les ambitions des uns et des autres et les idées qu'ils représentent, mais, à part celles de Mme Bétancourt, on ne connaît pas les souffrances, ni les joies, de ces humains, ce qu'ils ont vraiment d'humain. Et même en ce qui concerne Mme Bétancourt je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas un peu de cinéma.
J'ai l'air insensible et cynique. En fait, je veux seulement vous demander, frère Michel, de mettre en ligne un site généraliste qui ne soit pas qu'un catalogue propagandiste, mais qui vous laisse apparaître tel que vous êtes.
Camille


Réponse :
Vous m'avez bien fait rire. Merci, parce qu'en ce moment, malgré notre espérance intacte, notre vie n'est pas très drôle: Sœur Christiane endolorie et bloquée par la polyarthrite, etc. Elle est couchée dans la chambre juste à côté de mon petit bureau. Non, non, je ne suis pas mort. Je suis bien vivant et c'est moi qui ai mis en ligne votre commentaire (et corrigé ses fautes d'orthographe, parce que vous aviez sûrement manqué de temps pour le relire), c'est bien moi qui tape cette réponse sur mon clavier.
C'est vrai que ce qui nous est montré du monde, par l'Internet comme par la presse, est son théâtre, le théâtre du monde. On n'y sent pas ou l'on y sent mal les êtres de chair, d'esprit et (éventuellement) d'âme, les êtres entiers (Rév d'Arès 17/7). Jean Giraudoux, fameux auteur de théâtre (Siegfried, La Guerre de Troie N'aura Pas Lieu, Électre, que je ne vois plus à l'affiche depuis longtemps), ne cessait de répéter que les auteurs et les acteurs recouvraient en fait une époque, un ensemble d'idées du moment, et non des humains, comme vous dites. C'est vrai qu'on fait d'Ingrid Bétancourt, des FARC et du gouvernement colombien une époque, un ensemble d'idées du moment, bien plus qu'on ne les connaît comme femmes et hommes. Ingrid, les Farc et M Uribe ne sont pour nous que des titres d'articles ou des signatures au bas d'un livre. Ce sont des voix et des concepts qui ne sont pas les leurs propres, mais les voix des politiques qu'ils représentent et surtout des images dont les recouvre la presse. Ils sont, je ne sais plus qui disait ça, "les doublures de leurs rôles."
L'essentiel de l'actualité, ce ne sont pas les hommes dont l'actualité parle, mais c'est l'actualité elle-même qui, elle, profite à des anonymes. Faulkner, mais je ne me souviens plus de ses mots, avait dit des choses semblables à propos des journalistes, qu'il tenait en horreur et écartait systématiquement, dénonçant la presse comme une exploitation des hommes et de leurs drames ou joies à leur profit, déformant tout, mettant tout en scène, masquant la vie en somme. Peu après qu'il eut reçu le Prix Nobel, Faulkner se laissa exceptionnellement séduire par un journaliste, un certain Coughlan (ce nom m'est resté) qu'il accueillit chez lui à Oxford (Mississipi) et qui lui paraissait honnête, mais une fois que ce Coughlan eut publié son reportage, terriblement déformant, Faulkner publia de son côté des pages impitoyablement accusatrice du journalisme.
Sans copier Faulkner, partant seulement de mes propres expériences malheureuses avec les premiers journalistes, ceux rencontrés après les événements surnaturels d'Arès, j'écrivis dans l'introduction à la première édition intégrale de La Révélation d'Arès: "La grande presse n'informe pas vraiment, elle veut mettre en scène l'histoire. L'information qui refuse de passer par l'atmosphère ou par la direction qu'elle veut donner aux événements, elle l'écarte." Donc, je suis bien d'accord avec vous, ce que les media nous permettent de savoir d'Ingrid Bétancourt, des FARC et de M. Uribe serait en grand partie démenti, en mieux ou en pire, si nous pouvions nous-mêmes rencontrer ces gesn-là, leur parler.
Vous me demandez, en conséquence, de donner à mon site en fin de préparation une forme et un ton qui reflètent la vérité et non une "propagande" arésienne, bref, qui ne fabriquent pas un masque médiatique. C'est exactement le cahier des charges que je me suis imposé dès le départ en plus d'une règle: L'espérance et donc la gaîté, la fraîcheur. Ce site est entièrement conçu par moi, il reflète totalement ma façon personnelle de croire, d'espérer et de penser. Personne n'est intervenu pour essayer de me faire croire que la publicité (au sens de "rendre public" et non au sens de "vendre") avait ses "lois" et devait emprunter ces critères que j'appelle "de pot de yaourt". Je rends publique ma façon personnelle de comprendre La Révélation d'Arès et la vie et l'action du Pèlerin d'Arès, autrement dit, ce site aura entre autres documents de moi, valeur de testament spirituel, outre qu'il s'efforce d'être accessible aux profanes. Non, je ne suis pas dans ce site mon propre comparse effacé derrière moi-même, ce que certains malheureusement se croient obligés d'être en politique, mais aussi en religion, en art, etc. D'ailleurs, je n'ai pas de conseiller en relations publiques comme ont les politiciens, les prélats et les stars, ce qui ne doit pas être toujours inutile (Faut-il se présenter en salopette, en chemise pervenche ou en tricot de corps? Faut-il ne jamais entrer dans un 4-étoiles, même simplement invité, ni boire un pastis à la terrasse d'un bistrot? etc.).
C'est finalement une grande chance pour moi que de pouvoir m'exprimer comme je le souhaite, même avec maladresse et des petits moyens. A contrario, rappelons, pour finir, que la presse, quant à elle, qui voit le monde comme le décor de son théâtre, est la personnification de toutes les contraintes du théâtre: ses conventions morales, religieuses, philosophiques et même gestuelles du moment (Shakespeare n'est rien que le plus talentueux miroir de son époque, n'est rien que la presse de son temps élisabhétain), et que pour trouver la vérité à travers la presse il nous faut redonner à notre regard la transparence de l'intelligence qui voir qui sont les personnages et ce que sont les faits auxquels nous nous intéressons. La Créateur lui-même a du mal à percer ces lourds rideaux de théâtre. Pour ça il a besoin de nous, ça fait partie de l'exercice de la foi.


11Avr08 79C47
Par rapport à votre réponse au commentaire 79C46:
Êtes-vous sûr que le Créateur de l'univers, existant de toute éternité (autant que l'homme puisse se faire une notion de l'éternité.) ait besoin de nous pour perçer le cœur des hommes, pour connaître leurs desseins, leurs faiblesses, leurs mensonges, leurs "rideaux de theâtres", etc?
Par comparaison, c'est comme si vous disiez: la Terre en tant que planète a besoin de l'homme pour rester...une planète! ...
Ce qui est sûr, c'est que les hommes ont un besoin urgent d'écouter la Parole du Créateur (Qui est hors du temps, Rév d'Arès 12/6) pour se sortir de l'affligeant bourbier dans lequel est tombé cet être souvent bouffi d'orgueil et de vanité que l'on appelle être humain. Comme il a besoin aussi de respecter la planète Terre (que le Créateur lui a confiée) pour pouvoir y continuer à vivre correctement!
Rien que celà (respecter la Nature qui nous donne oxygéne et nourriture) est très dur à comprendre pour nombre d'entre nous! Et pourtant, un enfant, lui, le comprends aisément — Certains ont même la prétention de croire que c'est la Nature qui doit nous obéir, qu'elle a besoin de nous... Elle qui existe depuis des milliards d'années!
Bien souvent, ces mêmes personnes n'hésitent pas à croire que le Créateur a besoin d'eux,qu'Il leur quémande de l'aide alors que c'est eux qui ont besoin de connaitre leur Créateur...
Ne mettez pas l'être humain (Pélerin d'Arès y compris) sur un piédestal qui, de toute façon, ne lui revient pas, car, même si c'est avec les meilleures intentions du monde, cela ne lui rendra pas service, au contraire.
Comme vous le savez, c'est Dieu (l'accomplissementde Sa Parole) en l'homme qui sauve et non l'inverse, ( c'est-à'dire les mesquineries humaines que l'on entend à longueur de journée dans la rue, dans les médias, qui seraient comme "divinisées", portées aux nues).
Car l'orgueil et la vanité de certains hommes n'a vraiment pas besoin de celà pour s'épanouir.
Comme le dit La Révélation d'Arès: "Dieu n'écoute pas les pêcheurs, mais Il attend qu'il ne pêche plus" (Rév d'Arès 30/10-16)
Mais, peut-être que votre pensée n'était pas bien formulée, ou bien peut-être ne l'ai-je pas bien comprise.
Olivier G


Réponse :
Je n'ai pas dit, guère plus que ne l'a dit le commentateur 79c46, que "le Créateur de l'univers a besoin de nous pour percer le cœur des hommes." Je n'ai pas situé la difficulté de voir clair dans les situations du monde au-delà du cadre de notre humanité terrestre. Mais peut-être, comme vous le dites, ma "pensée n'était pas bien formulée", et je m'en excuse, mais en tout cas vous ne l'avez-vous certainement "pas bien comprise." Nous sommes bien d'accord sur le fond.


14Avr08 79C48
Ce Gustvo Moncayo semble avoir saisi l'écheveau du problème colombien par un fil spirituel. De tout cœur, les énergies capables de trouver une porte de sortie pourraient naitre de cette marche. C'est un début, mais le chemin me semble bien engagé.
Chaleur fidele a la lumiere de vos oeuvres,
Bonhom


08Jul08 79C49
J’ai attentivement écouté et observé les prises de paroles d’Ingrid Betancourt qui m’ont beaucoup touchée par son rayonnement, l’amour qu’elle porte, y compris à ses ennemis. Elle semble avoir changé comme le dit votre blog.
Si je parviens à trouver un moyen de la contacter, pourrais-je lui remettre votre très beau texte la concernant ?
http://freesoulblog.net/jGI/jGItv.html
Car je pense comme notre frère Didier dans l’entrée (0083) qu’elle pourrait se laisser tenter par les degrés et les succès auxquels porte le monde( Rév d'Arès 2/20). Les grands de ce monde, en France surtout, la couvrent d’honneurs et de récompenses. Elle sera invitée au défilé du 14 juillet, on va lui remettre la Légion d’Honneur et certains parlent aussi du prix Nobel (!). Elle doit aussi rencontrer le Pape. Aujourd’hui elle sera au Sénat, demain à l’Assemblée Nationale…
Peut-être d’autres frères et sœurs ont déjà contacté Ingrid Betancourt, je suppose qu’on doit être nombreux à vouloir le faire.
W. P.


Réponse :

Pourquoi me demandez-vous si vous pouvez transmettre mon entrée de blog, lequel étant public, peut être lu par n'importe qui ayant un ordinateur et un abonnement à l'Internet?

Ceci dit, sur le site de notre frère Guy, AbsoluteLife, quelques frères et sœurs commencèrent, voilà plusieurs jours, à exprimer le vœu qu'Ingrid Bétancourt puisse lire La Révélation d'Arès.
Voilà ma modeste participation à ce site (Les passages entre crochet [...] sont des considérations, soit personnelles, soit autocritiques internes à notre fraternité arésienne, et qui, à mon modeste avis, sont sans intérêt pour le grand public qui lit mon blog (AbsoluteLife est un site privé et, comme on dit, "modéré"):

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(7Juillet à 10 h 10, message de frère Michel aux participants d'AbsoluteLife)
Bien sûr, le Père souhaite qu'Ingrid Bétancourt comme chaque homme sur terre, particulièrement sur l'aire spirituelle définie dans Rév d'A. 5/5-7, ait connaissance du Message qu'il a lancé au monde depuis Arès. Mais pas moins, pas plus.
Ce qui fait songer à transmettre plus particulièrement La Révélation d'Arès à Mme Bétancourt, c'est que ses dispositions du moment la prédisposent, semble-t-il, à s'intéresser à ce livre, peut-être à lui ouvrir son cœur. Il faudrait évidemment pour cela non seulement lui offrir La Révélation d'Arès mais, pour qu'elle ait tout de suite une idée de son contenu et envie de le lire, le faire avec une présentation verbale très bien conçue pour son état psychologique présent, tenant compte de ce qu'elle est sûrement sollicitée de tous côtés par des experts en discours séduisants. Personne chez nous n'est évidemment prêt à cela [...] Ingrid Bétancourt est dans un moment de prédisposition de bon accueil, semble-t-il! Mais est-ce sûr? Non, car si elle cite Dieu, elle a sûrement déjà ses convictions religieuses. Aussi, à mon avis, faut-il agir comme si ce n'était pas sûr du tout et qu'on ne pouvait se fonder que sur ce que nous fournit la raison, c.-à-d. la réflexion.

À mon avis les points suivants sont à considérer, compte tenu que l'assemblée n'a pas de dossier sur elle, à ma connaissance du moins.
1. Le temps est compté. Les moments de son extraordinaire libération, miracle sans coup de feu, s'éloignant vite, inévitablement exposée à une récupération rapide par le monde. L'humain est instable et changeant. Ingrid Bétancourt, à moins d'avoir une âme trempée, exceptionnelle (et alors nous avons le temps, elle ne variera pas du jour au lendemain), n'échappera pas longtemps aux chants des sirènes qui lui viennent de tous côtés: Partis politiques, églises de tous bords, franc-maçonneries diverses, groupes de pression de toutes sortes, etc.
2. Ingrid Bétancourt est colombienne et donc vraisemblablement catholique [...].
3. Où est-elle à présent? Où habite-t-elle? Comment l'approcher? (Elle doit être sous protection dans un lieu discret). Perdu dans ma province, je l'ignore. Bien sûr, on peut faire passer le livre par l'ambassade de Colombie à son intention, mais elle doit actuellement recevoir tellement de livres et de courriers par cette voie qu'elle n'en ouvre sans doute aucun. Donc, où obtenir d'elle directement un rendez-vous, une entrevue d'un quart d'heure?

De ces trois points de réflexion je déduis que le moment très chaud que vit actuellement Mme Bétancourt n'est pas le plus favorable pour lui présenter le livre à supposer qu'on trouve son adresse et qu'on obtienne d'elle une entrevue brève. Je pense qu'il faut laisser retomber le soufflé. Si alors vous obtenez d'elle un rendez-vous pour moi, je ferai naturellement le déplacement pour la rencontrer à supposer qu'elle ne soit pas simultanément prévenue contre moi [...].

Je ne suis pas moins désireux que vous de rencontrer Ingrid Bétancourt, mais à votre enthousiasme je substitue (c'est moins drôle, je l'avoue) le fil à plomb dans la tempe (xx/10). Par ailleurs, je note (je ne suis décidément pas très rêveur) que son séjour dans la jungle ne semble pas du tout l'avoir éprouvée autant qu'avait éprouvé dans leurs camps de la mort les rescapés d'Auschwitz, de Dachau ou de Buchenwald, que je vis de mes yeux rentrer en France en 1945, des cadavres ambulants... Je dis cela pour signaler au passage que pour Mme Bétancourt les choses n'ont peut-être pas été aussi dramatiques qu'on le dit. La médiatisation outrancière de l'événement ne doit pas fausser notre regard. Soyons vrais, pleins de foi brûlante, mais ne soyons pas émotifs et gogos. Cela aussi devra être considéré (sans le dire, évidemment) dans la laïus de présentation de La Révélation d'Arès.


00Xxx08 79C50
Texte
Signature


Réponse :
Texte

retour au blog